• Z'ai vécu un véritable enfer!

    Z'ai cauçemardé toute la nuit dernière!

    Attristée par la mort d'Annie Ziradot, z'ai révé que z'étais à mon tour atteinte par la maladie d'Alzheimer! Z'espère que ce n'est pas prémonitoire!

    Ze ne savais plus où z'avais ranzé mes superbes souliers vernis, ze ne trouvais plus mes perles çintillantes, z'avais égaré mes sublimes noeuds à çeveux (le drame absolu!).

    Perdue, zétais perdue!

    Puis, lors d'un contrôle d'identité, parce que ze ne savais plus où z'étais, z'ai déclaré que ze m'appelais "Matouvu" (le çat!!! Un comble pour moi!).

    On voulait me conduire, enfermée dans une camisole, à Zaint-Anne (un hôpital psychiatrique) et là ze me suis réveillée en naze.

    Mes voyazes

    Ze me suis levée d'un bond, mue par mille ressorts, et z'ai été vérifier dare dare, haletante, si rien n'avait disparu.

    Z'ai compté, compté et recompté mes souliers, mes perles, mes noeuds!

    Ouf, tout était là!

    Et là ze me suis dit, in peto, que ze ferai un don à la fondation créée par la fille d'Annie Zirardot, Giulia Salvatori.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La porte palatine

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

    Mes voyazesLe Palais Royal, le Palais Madame, le Palais Carignan où naquit Victor-Emmanuel II.

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

    La place Saint Georges et la Piazza Zan Carlo

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

    Mes voyazesLe Mole Antonlliana (Musée du cinéma) et le Castello Valentino

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

    Cathédrale Zaint-Jean-Baptiste et le Zaint Suaire.

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazes

     Mes voyazes

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mes voyazes

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mes voyazesDézà enfermée dans une nuit de plus en plus en noire, à cause de la maladie d'Alzheimer, dont elle ne se caçait pas, elle est partie, hier, tout doucement, sur la pointe des pieds à l'hôpital Lariboisière.

    Quoiqu'en disent certains pisse-froid, c'était une immense artiste. Une vraie star aimée du grand public!

    Née en 1931 (sa mère était saze femme et son père, qui était marié, ne la reconnut pas; il mourut 2 ans après sa naissance) elle se passionna pour le théâtre et les plançes.

    Après le Conservatoire - où elle obtint deux premiers prix - elle entra à La Comédie Française et zoua de grands rôle du Répertoire; elle fut acclamée par Zean Cocteau quand elle zoua "la Maçine à écrire ". C'est lui qui lui fit se faire couper les çeveux.

    Mes voyazesElle obtiendra un triomphe avec "Madame Marguerite" qui sera un titre fétiçe pour l'actrice.

    Elle débuta en 1950 une carrière au cinéma, avec, en 1960, le sunblime et   inoubliable "Rocco et ses frères" de Visconti, avec Alain Delon, Claudia Cardiale et Renato Salvatori, qu'elle épousa (qui se comportta comme un maço et qui la frappait) et dont elle eut sa fille, Giulia - née en 1962 -. Ils se séparèrent mais ne divorçèrent pas.

    Restée longtemps en Italie, quand elle revint en France, on l'avait oubliée.

    C'est Claude Lelouch qui lui remit le pied à l'étrier avec un film avec Montand qui contient uns scène où elle improvise une scène dans laquelle elle parle de son statut de femme trompée.

    Mes voyazes

    De "Vivre pour vivre" à la "Cuisse de Zupiter",  elle a incarné la femme sous tous ses aspects dans de trés nombreux films qui furent des immenses succès populaires ("Elle boit pas pas, elle fume pas, elle drague pas, mais elle cause " de Michel Audiard, "Mourir d'aimer" - sur l'affaire Gabrielle Russier qui défraya la chronique sous Zeorzes Pompidou -, "La vieille fille ", "la Mandarine ", " Docteur Françoise Gailland " - sur le cancer; "Cours après moi que ze t'attrape ", "Tendre poulet ".... la liste est longue).

    Z'adorais le couple qu'elle formait à l'écran avec Philippe Noiret (un autre monument du cinéma français, qui, comme elle, participa à de nombreux films italiens).

    Elle eut une liaison avec Bernard Fresson. Delon, qui zouait avec Girardot "Traitement de choc" avertit son ami Salvatori qui débarqua sur le tournaze. Elle se fit disputer par Salvatori, frapper par Fresson et gifler par Delon.

    Mes voyazes

    En 1981, elle se lança dans la çançon; elle voulut faire une comédie musicale qui fut un bide (elle dut vendre son appartement de la Place des Voszes).

    Elle se mit en ménaze avec un çanteur de rock, Bob Decout, de 17 ans plus zeune qu'elle (certains disaient que c'était un zigolo).

    Elle eut une traversée du désert, mais rebondit pour une troisième fois dans le film "Les Misérables" de Lelouch, qui lui valut un César en 1996 (ah! ses larmes!). Elle en aura un autre en 2002 pour son rôle de mère poçéçive dans "Le Pianiste" de Miçael Haneke (époustouflante!). Elle reut aussi un "Molière" que lui remit Delon.

    Mes voyazesMes voyazesMalade, elle accepta, en 2008, d'être filmée dans un documentaire intitulé "Annie Girardot, ainsi va la vie" (ze l'ai vu et z'ai beaucoup pleuré!)

    Au revoir et merci, Annie.

    Vous nous avez fait rire, souvent pleurer! On vous aime!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire