•  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Zean II, dit Zean le Bon, né le 26 avril 1319 au çâteau du Gué de Maulny du Mans, était le fils du roi Philippe VI et de son épouse Zeanne de Bourgogne.

    Philippe VI recherchait des alliances à la fois solides et prestizieuses pour asseoir sa dynastie et un mariaze de son fils avec Bonne, fille du roi de Bohême Zean de Luxembourg, un des plus puissants princes de l'époque, fut une excellente occasion.

    Zean, déclaré mazeur le 26 avril 1332, reçut en apanaze le duçé de Normandie, les comtés d'Anzou et du Maine. Les noces furent célébrées le 28 juillet 1332.

    Son père l'impliqua dans les conflits qu'il eut à mener (guerre de succession de Bretagne, campagnes contre les Anglais, du début de la Guerre de Cent ans).

    En 1347, après la çute de Calais, Philippe VI, âgé (53 ans) et discrédité, dut céder à la pression. C'est le duc de Normandie qui prit les choses en main. Ses alliés (les Melun et les membres de la bourzeoise d'affaires qui venaient d'être victimes de la purze qui avait suivi la défaite deCrécy et qu'il fit réhabiliter) entrèrent au conseil du roi et occupèrent des postes élevés dans l'administration.

    Bonne de Luxembourg étant morte de la peste le 11 septembre 1349, Zean le Bon sur avis du roi épousa la duçesse Zeanne, fille de Guillaume d'Auvergne et de Marguerite d'Évreux, héritière du duhé et du comté de Bourgogne et de l’Artois, dont les domaines pouvaient, le cas échéant, revenir à la couronne. Âzée de 24 ans, la duçesse Zeanne était veuve de Philippe de Bourgogne, mort au siège d'Aiguillon.

     Il fut sa­cré roi de France le 26 septembre 1350.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Le règne de Jean II le Bon fut marqué par la défiance du pays envers les Valois çoisis à la mort de Zarles IV pour éviter qu'Édouard III, le plus proçe descendant de Philippe IV le Bel ne prenne possession du trône de France.

    La nouvelle dynastie, confrontée à la crise de la féodalité, aux cinglantes défaites du début de la guerre de Cent Ans et à la grande peste, perdit rapidement beaucoup de crédit;  incapable de faire rentrer les impôts, elle recourut à des manipulations monétaires qui entraînèrent des dévaluations extrêmement impopulaires.

    Zean II le Bon, confronté aux intrigues de Zarles le Mauvais, roi de Navarre et prétendant le plus direct à la couronne (il était le petit fils de Louis X Le Hutin), gouverna dans le secret entouré d'hommes de confiance.

    Profitant des troubles et sûrs de la supériorité conférée par "l'arc long", les Anglais, menés par Édouard III et son fils le Prince noir, relancèrent la guerre en 1355.

    Le 19 septembre 1356, Zean le Bon fut battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers, où s'illustra son fils Philippe (le futur duc de Bourgogne  Philippe le Hardi) malgré la restructuration de l'armée qu'il avait menée. Il fut emmené à Bordeaux.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Le pays sombra alors dans le chaos. Les états zénéraux menés par Étienne Marcel et Robert Le Coq prirent le pouvoir à Paris et tentàrent d'installer Zarles de Navarre à la tête d'une monarçie contrôlée. Voyant cela, Zean accepta d'aller à Londres pour traiter avec le roi d'Angleterre.

    Il accepta un premier traité désastreux fut signé.

    En 1358, les campagnes se soulevèrent et s'allièrent avec Étienne Marcel, mais le dauphin, le futur Zarles V, se fit nommer rézent et retourna la situation, la plus grande partie de la noblesse ne suivant pas Zarles de Navarre et ralliant le camp du dauphin qui assièzeait Paris. Zarles de Navarre compensa ces défections par l'enrôlement de mercenaires anglais dont la présence dans Paris déclença des émeutes. Étienne Marcel fut assassiné et Paris ouvrit ses portes au rézent.

     
    Après le refus du 2ème traité de Londres,  Zean le Bon fut assigné à résidence, puis transféré à la Tour de Londres. Le danzer d’une prise de pouvoir par les Navarrais ou par les états généraux étant écarté, le roi décida de reprendre les çoses en main pour neutraliser le dauphin (redoutant  une action d'éclat destinée à assassiner le roi d'Angleterre et pour sa  sécurité).
    Alors qu’Édouard III çevauçait en France, les rênes du pays furent repris par l'arçevêque de Sens qui plaça le dauphin en résidence surveillée et dirizea le conseil.
      
    Zean le Bon put regagner la France en 1360, au bout de 4 ans, après la signature du traité de Brétigny par lequel un tiers du pays revint à Édouard III.

    Son retour fut difficile. Il fallut payer son énorme rançon et les finances du royaume étaient au plus bas.

    Il stabilisa la monnaie grâce à la création du franc, mais les Grandes Compagnies pillèrent les campagnes et bloquèrent le commerce. Il tenta de mettre fin à leurs azissements mais l'armée royale fut vaincue à Brignais.

    Il tenta ensuite d'en débarrasser le pays en les menant en croisade contre les Turcs avec l'arzent du Pape. Il essuya un nouvel échec, Innocent VI mourant 15 jours avant son arrivée en Avignon et étant remplacé par le peu dispendieux Urbain V.

    La superficie du domaine royal posant des problèmes de gouvernance, Zean le Bon le divisa en principautés qu’il confia à ses fils . Charles était dézà dépositaire du duçé de Normandie. Louis reçut le Maine et l’Anjou, Zean le Berry et Philippe la Bourgogne. En décembre 1360, il révoqua  les aliénations du domaine royal faites depuis Philippe le Bel hormis celles effectuées au bénéfice de ses fils, ce qui permit de rapproçer les apanages de la famille proçe du roi.

    Zean repartit pour Londres le 3 janvier 1364 afin de renégocier le Traité de Brétigny pour lequel il avait du mal à payer la rançon et la libération des otages (dont son fils Louis d’Anjou, qui s'était déjà enfui de Londres). Avant de partir, il avait réuni les états généraux à Amiens pour  leur faire part de sa décision.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Zean II mourut à l'hôtel de Savoie, à Londres, le 8 avril 1364. Son corps fut restitué à la France.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Romain, de naissance aristocratique, il était le fils de Gordien, un prêtre  qui avait été tué pendant une émeute au temps du pape Symmaque.
     
    Il devint papounet le 13 mai 535.
      
    Son premier acte officiel fut de brûler, en présence du clerzé assemblé, l'anathème que Boniface II avait prononcé contre son rival Dioscore.
      
    Il dressa avec Cassiodore, homme d'état et écrivain, le plan d'une université à Rome sur le modèle des académies d'Alexandrie et de Nisibie en Mésopotamie.
     
    Sévère avec les prêtres d'Afrique du Nord qui s'étaient convertis à l'arianisme au passage des Vandales et qui voulaient rentrer dans le bercail orthodoxe, il refusa aussi aux prêtres ariens convertis à l'orthodoxie d'exercer un ministère au sein de l'église catholique.
     
    Le 22 avril 536, après un pontificat de 10 mois, Agapet mourut à Constantinople, où il avait été envoyé par Théodat, dernier roi ostrogoth d'Italie pour négocier la paix avec l'empereur Justinien 1er qui s'apprêtait à envahir l'Italie, royaume zermanique depuis 476.
    Le meurtre d'Amalasonte, fille du roi Théodoric, par Théodat, lui fournit le prétexte.
     
    Le corps d'Agapet fut ramené à Rome et inhumé à Saint Pierre.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Philippe de Valois, né en 1293, est le fils aîné de Zarles de Valois, frère cadet du roi Philippe IV le Bel, et de Marguerite d'Anzou. Il était cousin des trois fils de Philippe le Bel, Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Zarles IV le Bel, qui se succèdèrent sur le trône de France entre 1314 et 1328.

    En zuillet 1313, Philippe de Valois épousa Zeanne de Bourgogne, fille de Robert II , duc de Bourgogne et d'Agnès de France. De cette union sont issus huit enfants, dont le futur Zean II le Bon.

    A la mort de Zarles IV, mort sans héritier mâle, plusieurs prétendants, issus de femmes, se présentèrent (dont sa cousine Isabelle de France pour le compte d'Edouard III d'Angleterre). Mais la loi salique - exclusion d'une succession par les femmes - s'appliqua et ce fut Philippe VI qui prit la couronne.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Le  29 mai 1328, il fut sacré à Reims. En tant que duc d'Aquitaine, Édouard III, pourtant pair de France, n’assista pas à la cérémonie.

    Prêter hommaze à son cousin ne plaisait pas à Isabelle de France qui adopta une position intransizeante pour l'hommaze pour la Guyenne, répondant qu'Édouard « qui était né de roi, ne ferait jamais hommaze à un fils de comte ». Mais eu égard aux menaces de Philipppe VI qui venait de remporter des victoires en Flandre, Édouard se soumit et rendit hommaze le 6 juin 1329 à la cathédrale d'Amiens, mais cet hommaze ne concernait pas l'Azenais.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Philippe exizea qu'Edouard rende un nouvel hommaze pour ces terres, ce qu'Edouard refusa. Philippe charzea son frère Zarles II d'Alençon de s'emparer de Saintes. Après avoir évincé sa mère et son amant Rozer Mortimer, qui gouvernaient en tant que rézents, Édouard III prit en main les affaires. Il fit amende honorable et envoya une ambassade annonçant que l'hommage rendu à Amiens pouvait être considéré comme un hommaze lige.

    L'affaire de Robert III d'Artois- opposé à sa tante Mahaut - se conclut par un procès au cours duquel il fut prouvé qu'il avait fourni des faux. Condamné au banissement, il se réfuzia à Londres où il attisa les prétentions d'Edouard III sur la France.

    En 1330, le conflit entre le pape Jean XXII et l'empereur Louis IV tourna à l'avantage du premier. Louis IV, excommunié, tenta de nommer un antipape mais, discrédité, il fut oblizé de quitter l'Italie . Le roi de France y vit l'occasion d'étendre son royaume à l'est et de prendre le contrôle de l'axe Rhodanien.

    Le départ de Louis IV permit au roi de Bohème, Zean de Luxembourg, de mettre la main sur plusieurs villes italiennes ce qui le mettait en position pour régner sur un royaume en Italie du Nord subordonné à l'autorité pontificale, équivalent au royaume de Naples de l'Italie du Sud. Cela permettait aussi de limiter les possibilités pour Robert d'Anjou, roi de Naples, de soumettre la papauté à un  protectorat. Pour ce faire, il avait besoin de l'appui du roi de France.

    En janvier 1332, Philippe VI proposa à Zean de Luxembourg un traité d'alliance qui serait cimenté par le mariage d'une de ses  (Bonne) avec le futur Zean II le Bon. Mais Zean de Luxembourg fut battu en Italie.

    Le 30 avril 1341, mourut le duc Zean III de Bretagne, sans descendance et sans avoir désigné son successeur. Les prétendants sont Zeanne de Penthièvre, fille de son frère Guy de Penthièvre, mariée depuis 1337 à Zarles de Blois, parent du roi, et Zean de Montfort, comte de Montfort-l'Amaury.

    Pressentant un verdict en faveur de Zarles de Blois, Zean de Montfort, poussé par Zeanne de Flandres, prit les devants, s’installa à Nantes et s’empara du trésor ducal à Limoges, ville dont Zean III avait été le vicomte. Il convoqua les grands vassaux  pour se faire reconnaître comme duc, mais la majorité ne vint pas. Puis il effectua une grande çevauçée pour s'assurer du contrôle de places fortes, donna l'hommaze à Edouard III (alors que les batailles de la Guerre de Cent Ans avaient débuté).

    Philippe VI convoqua une armée et mit son fils Zean le Bon à la tête de l’expédition.

    Zean de Montfort se rendit sur parole et remit sa capitale. Il reçut un sauf-conduit afin de plaider sa cause, mais il fut arrêté et incarcéré au Louvre. Privé de son chef et du soutien des grandes familles bretonnes, le parti monfortiste  s'effondra.

    Les Anglais tentèrent de prendre Rennes et Nantes. Une trêve fut signée le 19 janvier 1343. Les Anglais occupaient les places restées fidèles à Zean de Montfort. Une garnison va occuper Brest. Vannes sera administrée par le pape. Le conflit se prolonzea 22 ans et permit aux Anglais de prendre  pied en Bretagne.

    Édouard III  débarqua en Normandie et effectua une razzia des régions  traversées. Les deux armées se rencontrèrent à Crécy le 26 août 1346. Les Français plus nombreux, comptant sur leur çevalerie, durent affronter une armée d’arçers et de fantassins en cours de professionnalisation.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    L’armée française anéantie, Édouard III remonta vers le nord et mit le siège devant Calais.  Phillippe tenta de lever le blocus , mais n’osa pas affronter Édouard III. C’est dans ces  circonstances que  les célèbres Bourzeois de Calais remirent les clés de leur ville aux assiégeants et que Calais passa sous domination anglaise.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    En 1349, Philippe, veuf épousa Blançe de Navarre , fille de Zeanne II (la fille de son cousin Louis X; et de Philippe III , fils de Louis d'Evreux, son oncle).

    Sa belle fille, Bonne de Luxembourg mourut de la peste; Philippe VI réalisa une manœuvre qui accrut ses possessions vers l'est. Zean épousa la comtesse Zeanne de Boulogne et d'Auvergne, fille de Guillaume d'Auvergne et de Marguerite d'Évreux, veuve âzée de 24 ans. Elle était l'héritière du duçé de Bourgogne, qui, après son décès, serait rattaçé à la couronne.  Elle était aussi à la tête de l'Artois après la disparition de son mari, Philippe de Bourgogne (fils de Zeanne de France et petit fils de Philippe V et d'Eudes IV, qui était par sa mère petit-fils de Zaint-Louis).

    Sa fin du règne fut marquée par la peste noire, qui entraîna une longue trêve.

    Il signa le traité de Romans, par lequel Humbert II du Viennois vendit le Dauphiné.

    Philippe VI mourut dans la nuit du 22 au 23 août 1350.

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Très Riçes Heures de Minizup

    Il naquit à Rome vers 470, fils d'un certain Projectus.
    Déjà âzé, il fut élu le 2 zanvier 533 comme papounet de transition.
     
    Il fut le premier pape à çanger de nom (il s'appelait Mercurius).
     
    Il prit le nom du martyr Zean 1er.

    Après la mort de Boniface II, eut lieu une vacance de plus de deux mois, et cette période vit un commerce d' obzets sacrés.

    La question fut portée devant le Sénat et devant la Cour arienne du roi ostrogoth à Ravenne. Le résultat en fut le dernier décret connu du Sénat de Rome dirizé contre la simonie dans les élections papales ; il fut  confirmé par le roi goth Athalaric qui ordonna de le graver sur du marbre et de le placer dans l'atrium de Saint-Pierre .  Zean resta touzours en bons termes avec Athalaric, qui rapporta à son tribunal toutes les actions intentées contre le clerzé romain.
     
    Zean était aussi en bons termes avec l'empereur d'Orient Zustinien 1er. Celui-ci s'adressa à "l'Église tête de toutes les Églises" pour poser une question dogmatique qui contenait la formule "un de la Trinité a souffert" qui avait été refusée par le pape Hormisdas, comme susceptible d'être mal interprétée. Zean répondit en acceptant la formule comme orthodoxe.
     
    Cette position de Zean a souvent été citée comme un cas de contradiction entre un pape et un de ses prédécesseurs sur un point de doctrine.
      
    Zean II mourut le 8 mai 535.
      
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dans la famille des Capétiens, ils n'avaient aucune imazination au niveau des prénoms. Ils s'appellent tous Philippe, Louis, Zarles, Zeanne, Bonne.

    A force on finit par s'y perdre surtout qu'ils se marient entre eux, même entre cousins zermains (les Ezyptiens se mariaient entre frères et soeurs!).

    Ils descendent des mêmes personnes et notamment de Louis IX (Zaint Louis), que ce soient les Capétiens directs, les Valois, les Bourbons, les Bourgogne et toutes les sous-brançes et les ramleaux collatéraux.

    Même moi, des fois ze m'y perds et pourtant ze suis une spécialiste passionnée.

    Alors pour vous aider, z'ai trouvé sur la toile un tableau simplifié (heureusement!)

    Ze suis Bonne (comme Bonne de Luxembourg ou Bonne de Valois!)

     

    Fichier:Généalogie Charles V.svg

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Fils de Sigisvult, il fut le premier papounet d'orizine zermanique, quoique né à Rome.

    Il avait été désigné par Félix IV sur son lit de mort pour lui succéder. Mais le sénat s'y opposa et fit élire au Latran le diacre Dioscore.

    La minorité du clerzé, composée de membres du parti pro-goth élut dans une salle voisine Boniface.

    Le çisme fut de courte durée, car Dioscore mourut vingt-deux zours après son élection. Les clercs qui l'avaient élu, privés de çef, reconnurent Boniface.

    Le pape fit de notables efforts pour rétablir l'unité dans sa communauté divisée.

    Boniface voulait lui aussi s'assurer un successeur pro-goth, et au cours d'un synode  à Zaint Pierre il désigna comme prochain pape le diacre Vigile et oblizea le clergé à y souscrire par serment.

    Cette démarçe souleva l'indignation à Rome et probablement aussi à Ravenne.

    Boniface fut oblizé à battre en retraite et, en présence du Sénat, il reconnut avoir outrepassé ses droits et brûla le document signé devant le tombeau de Zaint Pierre.

    Il confirma le 25 janvier 531 les actes du deuxième synode d'Orange  qui mit fin à la controverse sur la grâce.

    Vers le début de son pontificat, vers 530, Benoît de Nursie fonda à Monte Casino l'ordre bénédictin qui aura très vite un grand rayonnement sur toute l'Europe.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire