• Fichier:B Paschalis II.jpg

    Rainier de Bieda rentra très zeune comme moine dans un monastère bénédictin où il se fit remarquer par son habilité en matière d'administration.

    A 19 ans, il fut envoyé à la Curie romaine pour suivre les affaires de son monastère. Il devint abbé de la basilique Zaint-Laurent-hors-les murs.

    Il devint cardinal en 1073 du titre de Zaint Clément.

    Sous Urbain II, il se rendit en Espagne en tant que légat où il s'occupa d'affaires importantes dont la réorganisation de l'arçevêçé de Tarragone et l'organisation des rézions libérées par la Reconquista.

    Il fut élu papounet à l'unanimité en août 1099.

    Il parvint à soumettre les partisans du sous pape Clément III, nommé à l'instigation de l'empereur Henri IV, lors de la Querelle des Investitures, qui mourut en 1106.

    Les partisans de Clément çoisirent un sous pape nommé Albert qui fut arrété le zour même de son élection et enfermé à Zaint-Laurent. On lui donna pour successeur un certain Théodoric, qui n'exerça les fonctions pontificales qu'environ quatre mois : il fut enfermé dans le monastère de Cuba. Un nommé Maginulfe fut élu qui fut exilé et mourut dans la misère.

    En 1102, il renouvela l'excommunication contre l'Empereur Henri IV. Il s'opposa au roi d'Angleterre qui demandait la reconnaissance des libertés normandes.

    Pascal II aida Henri V à contraindre son père à abdiquer. Pascal pensait pouvoir négocier avec lui car Henri V voulait être couronné empereur par le pape. En 1106, lors de la Diète de Mayence, le pape fut invité à se rendre en Allemagne, mais Pascal II refusa et renouvela l'interdiction des investitures laïques.

    A la fin de 1106, se se sentant menaçé, il se réfuzia en France pour çerçer la médiation du roi Philippe Ier -dont il leva l'excommunication. N'obtenant pas les résultats escomptés, il rentra en Italie en septembre 1107.

    Lorsque Henri V entra en Italie à la tête d'une armée pour être couronné, il accepta de signer le  Concordat de Sutri en février 1111. Des préparatifs commencèrent pour le couronnement mais le peuple romain se révolta et Henri V se retira, emmenant avec lui Pascal II et la Curie, emprisonnés.

    Après 61 jours d'emprisonnement, pendant lesquels l'armée du prince Robert Ier de Capoue venu au secours du pape fut mise en déroute, Pascal II céda et promit son investiture à l'Empereur. Henri V fut couronné le 13 avril 111 et, après avoir obtenu la promesse que le pape ne çerçerait pas à se venzer, se retira.

    Dès le mois d'octobre 1111 toutefois, un concile qui se tint à Vienne excommunia l'Empereur et un Cocile de Latran déclara l'investiture de l'Empereur nulle.

    En 1115 décéda Mathilde de Toscane qui soutint la papauté durant la Querelle des investitures et qui céda  toutes ses terres au Pape.

    L'Empereur Henri V revendiqua ces terres, zuzeant qu'il s'azissait d'un fief impérial, et força le pape à fuir Rome en 1117. Pascal ne put y revenir qu'au début de l'année 1118, après le départ des troupes impériales, et mourut quelques zours après.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • joyeux anniversaire

    Il y a un an, zour pour zour, ze lançais, non sans quelques difficultés techniques, mon subliçime blog, qui n'a qu'un but: vous apporter un peu de zoie dans ce monde de brutes.

    Z'ai eu rapidement des lecteurs de partout en France et à l'étranzer (ze suis lue même aux States) et un groupe de zélés fans qui me me suivent tous les zours.

    Ze vous remercie pour cette merveilleuse fidélité, même si la fréquentation a eu parfois des hauts et des bas.

    Ze le comprends, on n' a pas touzours le temps de surfer sur la toile....

    D'aillleurs, sur les conseils d'aucuns, z'ai quelque peu allézé le blog et supprimé des rubriques, à contre-coeur, cependant.

    Et merci pour vos votes - zamais assez nombreux à mon goût - qui m'ont propulsée sur le podium des blogs "humour" en quelques mois seulement!

    Ze ne pensais pas, l'an dernier, que ce petit blog - aussi merveilleux soit-il, ceci dit en toute modestie - connaîtrait un tel succès et ce, sans publicité : une moyenne de près de 2 000 visites par mois et presque 60 000 pazes vues!

    création/animation d'Alice : ça se fête

    Mais quel travail, mes aïeux: plus de 1480 articles rédigés - sans compter tous ceux que z'ai effacés au fur et à mesure.

    Des heures de reçerçes pour alimenter mes pazes "histoire".

    Un vrai travail de Titan pour une brave petite Minizup açarnée quotidiennement.

    Z'espère que ze ne flançerai pas et que ze tiendrai le coup une année de plus!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Fichier:Urban ii - Roman de Godfroi de Bouillon.jpg

    Eudes de Zâtillon est né en 1042 dans la Marne d'une famille noble.

    Il fut l'élève à Reims de Bruno, le fondateur des Zartreux.

    Il fut çaloine puis arçidiacre à Reims; puis devint moine à l'abbaye de Cluny dont il fut grand prieur et où il resta une dizaine d'années.

    A la reçerçe de moines cluinisiens pour mener sa réforme, le papounet Grégoire VII, dont il devint un intime, le fit venir à Rome et le nomma cardinal d'Ostie.

    Lors du confit entre le pape et l'empereur Heri IV, qui attint son paroxysme avec l'éviction de Grégoire VII de Rome, remplacé par le sous pape Clément III , Eudes futt nommé légat en France et en Allemagne dans le but de démettre Clément III, et rencontra Henri IV en 1080, en vain.

    Au terme du bref pontificat de Victor III , Eudes convoqua les évêques partisans de la Réforme grégorienne dans le Latium, Rome étant aux mains de Clément III.

    Là, il fut élu pape puis consacré le 12 mars 1088 sous le nom d'Urbain II.

    Sa position étaitt difficile. Il sézourna 8 mois en Sicile, sous la protection du Normand Rozer de Hauteville, qui açevait la reconquête de l'île sur les Musulmans.

    Il retourna à Rome fin 1088 mais fut à nouveau çassé par Henri IV l'année suivante.

    Grâce sa politique modérée en France et en Angleterre, il créa un parti romain en sa faveur et isola l'empereur.

    Il dut affronter personnellement le çisme du parti impérial, dont il triompha avec l'aide de Conrad, le propre  fils d'Henri IV.

    En 1093, Urbain II put regagner Rome. Il açèta la reddition du palais du Latran et fit tomber le çâteau Zaint-Anze en 1098, paraçevant ainsi sa reconquête de la ville.

    Sa politique devint alors plus rigoureuse.

    L'exemption, plaçant les abbayes sous la responsabilité du pape , concerna tous les établissements clunisiens. Les çanoines réguliers furent créés, les légats réutilisés, les primats instaurés.

    Il présida les conciles de Plaisance et de Clermont en 1095. Il invalida les ordinations faites par Clément III. Répondant à l'appel de l'empereur byzantin Alexis Ier Comnène, il exhorta les chrétiens d'Occident à défendre ceux d'Orient.

    Il renouvela l'excommunication prononcée par l'évêque Hugues de Lyon contre le roi de France Philippe Ier, pour son remariaze avec Bertrade de Montfort.

    Le 27 novembre, il lança l'appel de Clermont prélude à la première croisade. Il fixa son début au 15 août 1096.

    Urbain II mourut le 29 zuillet 1099, peu après la conquête de la ville de Jérusalem. Il fut béatifié en 1881.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • A la caisse d'un super marché une vieille dame demande un sac en plastique.

    La caissière lui reproçe de ne pas se mettre à « l'écolozie » :

    - Votre zénération ne comprend pas le mouvement écolozique. Et nous, les zeunes, nous devrons payer les conséquences.

     La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :

    - Ze suis désolée, nous n'avions pas de mouvement écolozique de mon temps.

    Alors qu'elle s'apprête à quitter le magasin, la mine déconfite, la caissière ajoute :

    - Ce sont des zens comme vous qui ont ruiné les ressources à notre dépens. C'est vrai, vous ne preniez pas en compte la protection de l'environnement.

     création/animation d'Alice : je suis patient

    La vieille dame admet qu'à son époque, on ramenait les bouteilles de lait, de vin et de bière au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées.

    Mais c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    - De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marçait zusqu'à l'épicerie du coin. On ne prenait pas la voiture à çaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    À l'époque, on lavait les couçes de bébé; on ne connaissait pas les couçes zetables. On faisait séçer les vêtements dehors sur une corde à linge, pas dans une maçine avalant 3000 watts à l'heure. On utilisait l'énerzie éolienne et solaire pour vraiment séçer les vêtements. C'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    À l'époque, on recyclait les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une soeur à l'autre. C'est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    À l'époque, on n'avait qu'une TV ou une radio, pas une télé dans çaque çambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Texas.

    Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadzets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.

    Quand on emballait des éléments fraziles à envoyer par la poste, on utilisait  du papier zournal, des boîtes ayant déjà servi, et pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

    À l'époque, on travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de zym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

    Mais, vous avez raison, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif; on n'utilisait pas de bouteilles en plastique à zeter à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau.

    On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d'encre au lieu d'açeter un nouveau stylo; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de zeter le rasoir après çaque rasage.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.
     
    À l'époque, les zens prenaient le bus, le métro et les enfants leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

    À l'époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers servaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes,  et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers zetés fin zuin, des crayons et gommes avec un slogan à çaque rentrée.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écolozique.

    On avait une prise par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux zeunes d'aujourd'hui.

    ALORS NE ME CASSEZ PAS LES PIEDS AVEC LE MOUVEMENT ECOLOZIQUE!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Flânerie dans Versailles (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Victor III. - Desiderius of Montecassino.jpg

    Né en 1027 à Bénévent, en Italie, Dauferius était le fils du prince lombard Landolf V de Bénévent.

    Il entra au monastère bénédictin du Mont-Cassin sous le nom de Desiderius.

    Il en devient abbé en 1058 et porta l'abbaye au faîte de son rayonnement. Il y promut la copie de manuscrits et l'enluminure, fonda une école de mosaïques.

    En 1059, il fut nommé cardinal par le papounet Nicolas II qui l'envoya comme vicaire dans le sud de l'Italie, où il négocia la paix entre les Normands et la papauté.

    Favori des cardinaux et de son prédécesseur Grégoire VII, Desiderius fut élu pape mais refusa ce sacerdoce.

    L'année 1085 s'écoula sans nouvelles élections.

    Le 24 mai 1086, les cardinaux l'élirent contre son gré, sous le nom de Victor III.

    Mais les partisans de l'empereur Henri IV, qui avait fait élire en 1080 le sous pape Clément III, l'éloignèrent de Rome. Victor se retira au Mont-Cassin.

    En mars 1087, il convoqua un synode à Capoue et recouvra l'autorité pontificale.

    Il fut finalement intronisé le 9 mai 1087, mais le soutien impérial acquis à Clément III l'empêça de se maintenir à Rome plus de quelques semaines.

    Victor III envoya à Tunis une armée qui défit les Sarrasins et les oblizea à verser un tribut à Rome.

    En août 1087, il tint à Bénévent un synode où il excommunia Clément III.

    Tombé malade lors de ce synode, Victor regagna le Mont-Cassin, où il mourut le 16 septembre 1087. Il fut béatifié le 23 juillet 1887.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire