• j'ai les bras chargés

    Hier ce fut une zournée d'enfer!

    10 heures de travail !

    Comme dirait l'autre, il faut travailler plus....mais là cela dépasse la mesure!

     Et le tout sans la mondre petite augmentation ou prime. Et c'est du "vrai travail"!

    Bon, mais d'un autre côté ze suis ravie car demain ze vais recevoiir ma carte de crédit et samedi ze pars à nouveau en voyaze..... A Lourdes!

    Voui, voui, Voui!

    Ze vais aller dire bonzour à la Vierze.

    Z'espère qu'elle sera contente de me voir.

    Ze n'ai aucun miracle à lui demander mais ze vais me plaindre du papounet B.XVI qui fait des bulles, comme celle par laquelle il a supprimé les limbes, le monde des avatars.

    Avec ma carte ze vais açetrer une gourde décorée pour mettre de l'eau de la source miraculeuse.... Celaert touzours d'en avoir çez soi.

    Après z'irai revoir le Pic du Midi et visiter la vallée d'Ossau.

    Z'espère qu'il fera du beau temps pour faire de beaux cliçés, car actuellement, là-bas, il pleut.

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Les places du Comercio et du Rossio à Lisbonne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:YoungMaryStuart.jpg

    Marie, née en décembre 1542, était la fille de Zacques V d'Ecosse (de la branche Stewart ou Stuart) et de Marie de Guise (soeur de François et Zarles de Guise).

    Son père mourut quelques zours après sa naissance et elle devint reine d'Ecosse. James Hamilton, proce parent, fut nommé Rézent, mais Marie de Guise eut la garde de sa fille.

    Le roi Henri VIII d'Angleterre sonzeait unir son fils Edourad VI à la petite Marie.

    Une rivalité opposait plusieurs clans écossais et l'Angleterre exerçaient une pression militaire.

    Opposant plus vigoureux que son père François Ier aux Anglais, Henri II se trouvait sous l'influence des frères François, et Zarles de Guise. Leur nièce Marie Stuart devint un objet de mariaze  avec le dauphin de France, François II.

    Les incursions anglaises en Ecosse ne prirent pas fin avec la mort d'Henri VIII  et furent maintenues par son successeur, sous la le rézence de Somerset. Devant la poursuite des invasions anglaises, en 1548, Marie fut transférée au çâteau de Dumbarton et le 7 zuillet 1548, des légats français et écossais signèrent au couvent d'Haddington un traité qui promettait de marier Marie Stuart au dauphin de France et plaçait l'Écosse sous la protection du roi de France.

    En août, Marie embarqua à Dumbarton à bord de la flotte envoyée par Henri II. Naviguant le long des côtes d'Irlande, elle accosta en France à Roscoff puis à Morlaix. Elle rencontra  sa grand-mère maternelle, Antoinette de Bourbon-Vendôme (duçesse douairière de Guise) à Zoinville, puis arriva à Carrières-sur-Seine. La reine douairière, Marie de Guise, ne s'embarqua pas avec sa fille. Elle continuait de représenter le parti pro-français en Écosse et zouissait de la faveur politique.

    Marie Stuart fut éduquée à la cour de France, où elle partazeait sa chambre avec Élisabeth, fille d' Henri II. Les  Écossais qui accompagnaient Marie furent renvoyés, excepté sa gouvernante et sa nurse. Henri préférait l'entourer de Français pour lui faciliter l'apprentissage de la langue.

    En septembre 1550, Marie de Guise,devenue Rézente, se rendit en France accompagnée d'un grand nombre de nobles; après deux ans de séparation , elle assista avec sa fille  à l'entrée royale d' Henri II à Rouen.

    Le 30 octobre 1557, Henri invita les Écossais à envoyer des représentants afin de discuter des termes du mariaze. Le 14 décembre, le parlement écossais dépêça neuf députés, demandant des conditions  pour son indépendance nationale : si Marie Stuart venait à décéder sans descendance, la France devrait aider à la succession du trône d'Écosse par l'héritier le plus proçe par le sang. Henri accepta les conditions.

    Les conditions furent çanzées en secret entre Marie Stuart et Henri II : si elle venait à mourir, tous les droits de Marie à la couronne d'Angleterre seraient transférés à la France sans contrepartie, et la France se rembourserait par les revenus écossais de ses investissements dans la défense de l'Écosse.

    Le mariage se tint le 24 avril 1558 à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

    Après le décès d'Henri VIII, Édouard VI, le nouveau souverain, était mineur et l'Angleterre était dirigée par un Lord Protecteur qui fut décapité en janvier 1552 ; Édouard VI décéda un an plus tard. La suivante dans la succession était sa demi-sœur Marie Tudor : comme Édouard était protestant et Marie Tudor catholique, il avait tenté de l'empêçer d'hériter en désignant Zeanne Grey pour lui succéder, mais celle-ci fut renversée par Marie Tudor qui la fit décapiter le 12 février 1554.

    Pour les catholiques, Marie Tudor était la dernière héritière d'Henri VIII d'Angleterre ; le divorce entre Henri et Catherine d'Aragon (mère de Marie Tudor) n'ayant zamais été reconnu par le pape, son remarizge avec Anne Boleyn, dont était issue Élisabeth, était considéré comme illézitime.

    Ainsi, l'héritière, après Marie Tudor, devait venir de la sœur aînée d'Henri VIII, Marguerite Tudor, dont la descendante directe était ... Marie Stuart.

    Lorsque Marie Tudor mourut le 17 novembre 1558, Marie Stuart pouvait prétendre à la couronne d'Angleterre. Par ordre de son beau-père Henri II, elle fut proclamée à Paris reine d'Angleterre, d'Irlande et d'Écosse ; elle prit, avec son mari, les armes d'Angleterre. Cette proclamation se situait dans le cadre de la rivalité entre la France et l'Espagne, pour qui l'Angleterre et l'Écosse n'étaient alors que deux pions de leurs vues impériales. Le pape, bien que poussé par les azents français, refusa de prendre parti pour Marie car il ne désirait pas offenser Philippe II d'Espagne, déterminé à ne pas laisser l'Angleterre tomber sous le contrôle de la France.

    Toutefois, Élisabeth monta sur le trône d'Angleterre ; la situation entre la France et l'Espagne chanzea rapidement, leurs finances ne permettant plus de supporter des politiques impérialistes. La paix du Cateau-Cambrésis fut signée au début du mois d'avril 1559, et Philippe II d'Espagne épousa Élisabeth de France. Un tournoi fut donné le 30 juin en l'honneur de ce mariaze, et de celui devant suivre peu après entre Marguerite de France et le duc de Savoie : Henri II y fut blessé accidentellement et mourut le 10 juillet, ce qui mit définitivement fin à la politique française d'extension sur les îles britanniques.

    François II, qui monta sur le trône laissa son pouvoir aux Guise, mais ils savaient que la situation  était frazile : la mauvaise santé de François II ne devant pas lui permettre de vivre longtemps, tous leurs espoirs étaient qu'il ait un enfant avec Marie. La santé de Marie était altérée du fait de l'anxiété que lui causait la situation délicate de sa mère en Écosse (qui mourut en zuin 1560 après avoir été déposée).

    Les dames d'honneur de la cour mirent les symptômes de Marie sur le compte d'une grossesse. Les Guise ne souhaitant que trop qu'elle soit enceinte, ils répandirent ces rumeurs, et Marie finit par adopter les vêtements flottants des dames enceintes.

    Elle comprit  à la fin septembre 1560 qu'il n'en étaitt rien.

    Le 16 novembre, après une chasse vers Orléans, François prit froid et se plaignit de douleurs à la tête. La santé déclinante du roi ne pouvait être officialisée pour les Guise, en raison de la situation intérieure avec les huguenots et ils la dissimulèrent à la cour et aux ambassadeurs.

    Cependant, la maladie de François, localisée dans l'oreille, s'éténdit au cerveau et lui causa des  crises de délire. Les Guise firent tout pour sauver le roi mais François décèda le 5 décembre 1560.

    La jeune veuve retourna en Écosse l'année suivante.

    En 1561, Marie invita Élisabeth Ire en Écosse afin de réchauffer leurs relations diplomatiques ; Élisabeth refusa et le désaccord se creusa encore entre elles.

    Le 29 juillet 1565, Marie épousa sans préavis Henry Stuart, lord Darnley, un petit neveu du roi Henri VIII, et son cousin germain.

    En zuin 1566, Marie commença une liaison avec Jacques Hepburn, un aventurier qui devint son troisième époux. Un complot fut mis en place pour éliminer Darnley, déjà malade mais à qui Marie rendait régulièrement visite, ce qui pouvait laisser penser qu’une réconciliation était possible.

    En février 1567, alors qu'il était en convalescence dans une maison d'Édimbourg, une explosion survint dans la maison et Darnley fut retrouvé mort dans le jardin, apparemment étranglé. Cet événement qui aurait dû sauver Marie ne fit que salir sa réputation. Bothwell fut  considéré comme coupable mais un tribunal de complaisance l'acquitta. Peu après, il abusa de Marie ; la nouvelle qu’elle l'avait épousé scella son destin.

    Arrêtée par une confédération de nobles écossais, Marie fut emprisonnée au château de Loch Leven,  en juin 1567. Marie avorta de jumeaux. Le 24 juillet, elle abdiqua le trône d’Écosse en faveur de son fils Jacques, alors âgé d'un an.

    Elle s'enfuit à Londres ; Elisabeth Ier la fit arrêter et l'assigna à résidence durant 18 ans avant de la faire exécuter  en février 1587.

    Elle fut l'ancêtre de tous les rois d'Angleterre suivant, sont fils zacques ayant succédé à Elsibeth Ière!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • ça me rend triste

    Cette semaine avait pourtant bien débuté, avec ma zournée d'école, dont ze vous ai parlé hier.

    Mais z'ai rêvé toute la nuit de cases à remplir, de formules mathématiques qui ne marçaient pas et ze me suis même levée en pleine nuit pour relire mes notes.

    Inutile de vous dire que ze me suis levée totalement épuisée.

    Ze me suis trainée zusqu'au métro, comme une âme en peine.

    Et là, ma carte ne marçait plus! Et comme il n'y a presque plus de personnel de la RATP, z'ai dû attendre de longues minutes avant qu'une employée revêçe daigne s'occuper de mon cas.

    Comme de bien entendu, l'escalator était en panne!

    Avant d'arriver au bureau, z'ai voulu prendre un petit remontant!

    Et patatras, la serveuse m'a renversé de la bière en me servant! Bon, elle ne m'a pas fait payer mon verre! Mais quand même, quelle gourdasse!

    Ze m'installe dans un bureau pour aller sur Internet.

    Et croyez le ou non, panne du serveur durant toute la matinée....

    Du coup, ze me suis éçappée en catimini, sans que celui qui dit que ze suis son avatresse s'en aperçoive.

    Ze voulais visiter des éçoppes.

    Ze n'avais pas fait 200 mètres qu'il s'est mis à pleuvoir des trombes d'eau.

    Ze suis revenue trempée.

    Et l'autre de se moquer:

    - Vous prenez des douçes toute habillée maintenant?

    Et ça l'a fait rire cette ineptie!

    Heureusement, le reste de la zournée s'est bien passée, mais avec du travail par dessus la tête.

    Nous sommes sortis à 20h30 du bureau.

    Du coup, mon hôte m'a invitée à Hippopotamus!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • il pleut, il pleut bergère

      

    Hier z'ai eu droit à un staze.

    Z'ai accompagné celui qui dit que ze suis son avataresse à un staze de formation consacré à l'informatique.

    Nous avons appris à faire, avec grande facilité, des tableaux avec des formules mathématiques, des couleurs....

    Ze me suis régalée!

    Z'adore les nouvelles technolozies, comme vous le savez.

    Bon, à part cela ze suis très déçue. Mossieu Zeminade n'est pas au second tour de l'élection présidentielle.

    Z'aimais bien son programme et surtout la conquête de la planète Mars, sur laquelle ze voulais envoyer la Minizupette.

    Il y a eu aussi d'autres déçus, mais ze ne veux pas parler de politique politicienne, même si le suzet me passionne.

    Z'ai été voir, dimançe, dès 18 heures, les résultats sur des sites belzes et suisses.

    Pourrégler le problème des fuites, il n'y qu'à fermer tous les bureaux de votes à 19 heures, à la ville et à la campagne.

    Sinon, il n'a pas cessé de pleuvoir à Paname.

    Z'irai çerçer des escargots dans les zardins du Luxembourg!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Pazes d'histoirePazes d'histoire

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • appuyez sur étoile .......

    Ze suis terriblement en colère! Rouze de raze!

    Z'ai le noeud qui tourbillonne sur la tête comme les pales d'un hélicoptère.

    Ze vais saisir la Cour Européenne de Zustice, l'ONU....

    Ze vous le dis in petto, ze ne me laisserai pas faire, ze vais me battre...

    Ils vont voir de quel bois ze me çauffe (même si mes radiateurs sont électriques et que ze n'ai pas de çeminée!).

    Pourquoi se met-elle dans de tels états, notre délicieuse et adorable Minizup? Vous demandez-vous, inquiets.

    Ze vais vous narrer brièvement ce qui m'est arrivé hier.

    Dés poltron minou, ze m'étais préparée, biçonnée, pomponnée, parfumée... En un mot, z'étais au sommet de mon inaltérable beauté naturelle.

    Z'avais mis mes plus beaux atours, mon superbe collier de cérémonie et un noeud à çeveux flazy bleu, blanc rouze.

    Avec celui qui dit que ze suis son avataresse, nous sommes allés nous goberzer au restaurant.

    Pour cette zournée importante, z'ai eu droit à 2 zins tonic, à une belle liçette de vin rouze et même à un dizestif zénéreusement servi.

    Après ces agapes, nous nous sommes rendus au bureau de vote pour effectuer notre devoir électoral, comme de bons citoyens que nous sommes.

    Z'étais fière, comme si z'avais un bar tabac, comme le disait Mossieur Coluçe.

    Ze me suis approçée de la table sur laquelle il y avait les bulletins de vote. Z'ai pris une enveloppe et ze me suis rendue dans un isoloir, comme il faut le faire.

    Soudain, une dame est venue.

    - Mais que faites vous donc?

    - Ze prépare mon vote, Madame.

    - Mais vous ne m'avez pas montré vos papiers ni votre carte d'électrice!

    - Parce qu'il faut une carte pour voter? C'est nouveau ça!

    - Mais cela s'est touzours fait! Comme le prévoit le code électoral.

    - Ce n'est pas grave! Un vote de plus ou de moins, ce n'est rien et cela permettra de diminuer le çiffre de l'abstention!

    - Non!!! Vous ne pouvez pas voter.

    - Madame, ai-ze rétorqué en me dressant sur mes escarpins. Savez vous qui ze suis?

    - Que nenni et peu m'imprte!

    - Ze suis Minizup, une star de la TSF et la présidente fondatrice du mouvement le PPDZT?

    - Le quoi?

    - Le Parti Populaire du Droit au Zin Tonic et z'ai des miltants!

    - Pas de carte, pas de papiers, pas de vote! Et cessez ce scandale sinon z'appelle les autorités.

    Mon hôte m'a demandé de me calmer en me disant qu'il mettrait 2 bulletins dans son enveloppe.

    Il est allé s'isoler et ze l'ai suivi dans l'isoloir pour vérifier qu'il votait bien.

    La dame s'est pécipitée.

    - Mais Madame, vous n'avez pas le drot d'entrer dans l'isoloir avec Mosiseur.

    - Oh! Ce n'est pas ce que vous croyez! Vous avez l'esprit bien mal tourné! Ze suis son avataresse!

    - Sortez immédiatement, a-t-elle hurlé.

    Et z'ai dû sortir de la salle comme une malpropre!

    - Ze m'en souviendrai, Madame! Ze m'en souviendrai! Ai-ze dit,  reprenant une réplique d'un leader qui portait un bandeau sur l'oeil! Ze n'ai pas de vous saluer!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire