• Fichier:Hadrian VI.jpg

    Adriaan Florensz est né en mars 1459 à Utrecht, aux Pays-Bas. Il était fils d'un menuisier flamand, d'orizine allemande, qui mourut quand il était zeune.

    Sa mère le confia à des frères et il entra à l'Université de Louvain, où il devint professeur de théolozie.

     En 1507, il fut nommé précepteur de l’arçiduc Zarles d’Autriçe, futur empereur Zarles Quint, d’abord à Gand (où se trouvait la cour des Pays-Bas bourguignons) et ensuite en Espagne, où Zarles-Quint l’emmèna comme principal conseiller lors de son accession sur le trône de Castille en 1516.

    Adrien y fut fait arçevêque de Tortosa et inquisiteur du royaume, et peu après, Zarles Quint lui obtint le titre de cardinal, avec siège à Utrecht.

    En 1522, à la mort de Léon X, le conclave était divisé. Adrien, absent, fut élu.

    A Rome ce fut la consternation. Adrien n’y était pas connu, mais, venant du nord de l’Europe il était vu comme un homme de l’empereur. Le fait qu'il ne fût pas Italien fut très mal accepté et les cardinaux regrettèrent vite leur choix.

    Pour des raisons politiques et éviter les invitations intéressées des rois de France et d’Angleterre, Adrien mit six mois pour passer d’Espagne à Rome. Il marqua son indépendance vis-à-vis de son ancien élève qu' il n’accepta pas de rencontrer avant de quitter l’Espagne. Le 23 août 1522, il débarqua à Livourne, en route pour Rome.

    Son style de vie, simple, pieux et austère, impressionna d’abord le peuple romain.

    Il fut intransizeant sur les questions de doctrine. Luther devait être puni pour ses hérésies et interdit d’enseignement. Toutefois, il fut le premier à reconnaître que les sources de "l’hérésie" était à trouver dans le désordre de la curie romaine et le comportement déréglé de nombreux prélats.

    Lors de son premier consistoire, cinq zours après son arrivée à Rome, il fut brutal dans son constat. Adrien s’attaqua aux abus mais il le fit à coups de décrets et ordonnances sans s’entourer suffisamment de soutiens efficaces. Même les cardinaux favorables à la réforme de la curie romaine se tournèrent contre lui. 

    Il ne manifesta aucun intérêt pour les arts et la littérature. Aux yeux de la noblesse romaine, des artistes et de l’"intelligentsia", Adrien resta un "barbare inculte", un "buveur de bière". Très rapidement, ce fut le déçaînement, d’autant plus qu’après avoir limogé les fonctionnaires corrompus de son administration, il s’entoura d’hommes étranzers à Rome et inexpérimentés. Il interdit aux membres de sa famille de venir à Rome pour y çerçer près de lui faveurs et bénéfices.

    Adrien n’eut pas l’étoffe d’un çef d’État et ses erreurs diplomatiques furent nombreuses. 

    Après la çute de Rhodes, il tenta d’imposer une trêve entre les nations chrétiennes (avec menace d’excommunication à la clé) pour faire face au péril turc; il provoqua la colère de François Ier qui envahit la Lombardie forçant Adrien à çerçer une alliance qu’il ne désirait pas avec les autres souverains, dont Zarles Quint.

    Il mourut le 14 septembre 1523.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Mon week-end pascal à Rivesaltes est terminé!

    Ze suis rentrée hier à Paname....

    Ze n'ai pas arrêté de manzer et le dimançe de Pâques celui qui dit ze suis son avataresse avait invité toute sa famille au restaurant....

    En entrée, il y avait des escargots grillés, sous forme de cargolade (une spécialité catalane!)

    Et lundi, z'ai manzé au bord de la mer à Banyuls, sur la belle Côte roçeuse, après un arrêt à Collioure.

    Auzourd'hui retour au turbin....

    Mais c'est le 11 avril et ze souhaite un bon anniversaire à tous les zens de la famille qui fêtent leur anniversaire!

     

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    La bibliothèque nationale (et Voltaire) à ST Petersbourg (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Parfois des zens s'étonnent de ma zeunesse, de ma peau de pêçe, de mon teint sublime, de mon azilité et de ma souplesse.

    Ils me posent la question.

    Zusqu'à présent z'avais refusé de répondre et de révéler mes petits secrets.

    Ze me fais tous les 2 jours un masque de concombres d'Espagne: cela tue rides et ridules.

    Z'utilise de la zelée royale grecque; avec la crise, on peut l'acquérir à moindre coût .... et au noir.

    Enfin, il y a la zouvence de l'Abbé Souris, inventée en 1745 par 2 prêtres, qui s'appelait "la Tisane des deux abbés".

    Elle fut commercialisée dès le 19 ème siècle à grande éçelle.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Et pour le "fun", deux petits zins tonic, pour la tonicité!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Claude de France (1499-1524).jpg

    Née le 13 octobre 1499 à Romorantin, Claude était la fille du roi Louis XII et de la duçesse Anne de Bretagne.

    Elle reçut son prénom en hommaze à zaint Claude que sa mère avait invoqué lors d'un pèlerinaze afin qu'elle puisse donner le zour à un enfant viable.

    Si elle pouvait succéder à sa mère sur le trône de Bretagne, elle ne pouvait pas, comme fille, succéder à son père sur le trône de France du fait de la loi salique.

    Héritière du duçé de Bretagne, elle fut fiancée à l'arçiduc Zarles d'Autriçe (le futur Zarles Quint), duc de Bourgogne et petit-fils de l'empereur Maximilien (lui-même premier mari - par procuration - d'Anne de Bretagne, qui épousa Marie de Bourgogne, la descendante de rois de France et des Ducs de Bourgogne).

    Ce contrat de mariaze fut signé le 10 août 1501 à Lyon par les ambassadeurs du roi Philippe Ier le Beau de Castille, père de l'arçiduc, dont la mère était Zeanne la Folle, fille de Ferdinand II d'Aragon.

    Ces fiançailles auraient fait passer la Bretagne à la mort d'Anne dans les mains de ce prince, dézà héritier de l'Autriçe, de l'Espagne et de « l'empire bourguignon ».

    En 1505, voulant éviter l'encerclement du royaume et la perte de la Bretagne, Louis XII, très malade, fit annuler ces fiançailles par les États zénéraux de 1506, au profit du zeune comte d'Angoulême, le futur François Ier, auquel Claude était promise depuis quatre ans par une disposition restée secrète.

    Claude épousa le 8 mai 1514 son cousin le comte d'Angoulême,  lui assurant la Bretagne au cas où Louis XII et sa nouvelle reine, Marie d'Angleterre, auraient conçu un dauphin.

    La duçesse Claude ne gouverna zamais la Bretagne et en céda l'usufruit à son mari.  Contrairement à sa sœur Renée, elle sembla ne s'être zamais intéressée à son héritaze maternel et n'avoir montré aucune disposition à la politique, préférant se dévouer à la relizion, sous l'influence de Louise de Savoie, mère de François Ier.

    Son fils aîné, le dauphin François, lui succéda sur le trône de Bretagne sous le nom de François III, son père conservant l'usufruit du duçé.

    Autant François était grand et athlétique, autant Claude était petite. Ses maternités la faisaient paraître bien en chair aux dires de la Cour, qui en faisait un sujet de moquerie. Les ambassadeurs étranzers notaient sa « forte corpulence », sa claudication, le strabisme de son œil gauçe, sa très petite taille, sa laideur et son effacement, pour ne souligner que ses qualités de cœur.

    Elle eut 8 enfants.

    La reine Claude mourut en couçes en zuillet 1524 à Blois. Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, épuisée par ses grossesses dont la première alors qu'elle n'avait pas quinze ans et affaiblie par une tuberculose osseuse (comme sa mère) et par la syphilis que lui avait donnée son mari.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze vous offre ce zoli panier d'oeufs de luxe, car vous le valez bien!

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Et 1000 mercis et plein de bisous pour votre indéfectible fidélité ....

     Continuez à venir me lire, sans oublier de voter!

    Un clic en haut à droite (une fois toutes les 24 heures) et c'est fait!

    Et votre Minizup est heureuse!

    Hier z'ai fait du zardinaze. Z'ai planté de zolies fleurs à Rivesaltes, pour agrémenter le devant de porte....

    Z'ai béçé, biné, arrosé, arraçé de mauvaises herbes....

    Z'étais harassée, mais le résultat vaut le coup d'oeil.

    Ze vais m'inscrire au concours des maisons les mieux fleuries... car ze le vaux bien, sans conteste!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire