• Fichier:Sixtus5.jpg

    Felice Peretti est né en décembre 1520 dans les Marçes. Fils de fermier, il entra çez les Franciscains.

    Il y suivit une carrière de prédicateur zusqu'à son entrée dans l'Inquisition, à Venise  puis en Espagne, où il appartint à la suite de Boncompagni, futur Grégoire XIII.

    En 1566, il fut nommé vicaire zénéral de son ordre. Il prit ensuite des responsabilités pastorales en devenant évêque de Zainte-Agathe-des-Goths. En 1570 il devint cardinal.

    Le 24 avril 1585, après la mort de Grégoire XIII, il fut élu papounet.

    Le pape Sixte V couvrit de faveurs son neveu Alessandro, nommé cardinal à l'âze de 15 ans seulement.

    Le pontificat de Sixte Quint accéléra l'évolution des États pontificaux vers la forme de l'État moderne. Sixte V s'efforça  d'assurer la sécurité en édictant des mesures plus sévères envers les bandits. Il lutta contre les pouvoirs féodaux locaux, mèna une politique de travaux publics: l'assainissement des Marais pontins fut un moyen de fournir du travail aux nombreux mendiants. Il agrandit la Bibliothèque vaticane et fit bâtir la Salle Sixtine par Domenico Fontana. Il réorganisa la Curie romaine.

    En 1586, Sixte V inaugura une série de travaux en grande pompe. Il était désireux de restaurer les symboles de l'Antiquité afin de les mettre en évidence devant les principaux édifices religieux. Il fit ainsi déplacer l'Obélisque du Vatican, transporté à Rome par Caligula, pour orner son nouveau cirque du Vatican - à la place qu'on lui connaît aujourd'hui sur la place Zaint-Pierre.

    Il entreprit de grands travaux à Rome.

    Sixte-Quint voulut açever Zaint-Pierre. Pie V destitua Pirro Ligorio, successeur de Michel-Anze: Vignole se borna zusqu'à sa mort, en 1573, à revêtir de travertin l'extérieur de la basilique, en suivant fidèlement les dessins du Buonarotti.

    Giacomo della Porta, çoisi par Grégoire XIII, commença par la çapelle grégorienne. Tout le corps du temple, tel que l'avait conçu Michel-Anze, était terminé en 1588, et depuis 24 ans, le tambour de la coupole attendait la voûte qu'il devait porter.

    Sixte V, qui aimait relever les défis, adzoignit à Ziacomo della Porta, Domenico Fontana son arçitecte favori: le dôme fût monté.

    Le 14 mai 1590, on en plaça la dernière pierre bénie par le papounet, au bruit de l'artillerie du çâteau Zaint-Ange.

    Il approuva le rézicide commis par Zacques-Clément contre le roi  Henri III et en fit l'éloze dans le consistoire des cardinaux.

    Il renouvela l'excommunication contre la reine Élisabeth d'Angleterre, l'interdit de son royaume ; il aida Philippe II d'Espagne, avec de l'arzent et des indulzences, pour conquérir l'Île et s'emparer de ce royaume.

    Il lança les mêmes censures contre Henri IV, en déclarant tous les Bourbons déçus du droit de régner.

    Sixte V mourut en août 1590. Barthélemy Morisoto, dans la vie d'Henri IV, a dit que Sixte V fut étouffé dans son lit par un moine franciscain, ou bien un assassin déguisé sous cet habit, et payé par la faction de Philippe II et des zésuites de Rome.

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Jeanne-albret-navarre.jpg

    Zeanne est née à Zaint-Germain-en-Laye le 16 novembre 1528.

    Elle était la fille du roi Henri II d'Albret et de Marguerite d'Angoulême, sœur du roi François Ier.

    Zeanne grandit à la cour de France sous l'autorité du roi son oncle.

    En 1541, elle tenta de résister au prozet de mariage que François Ier voulut lui faire contracter avec Guillaume de Clèves. Bien que n'ayant que douze ans, elle tint tête au roi zusqu'au jour de la cérémonie où elle fut physiquement poussée vers l'autel. Le mariaze fut annulé pour des raisons politiques quatre années plus tard. Il n'avait zamais été consommé.

    Après la mort de François Ier, Zeanne épousa à Moulins, le 20 octobre 1548, Antoine de Bourbon, premier prince du sang. Ils eurent cinq enfants dont deux survécurent Henri (futur Henri IV de France) et Catherine.

    Le 25 mai 1555, elle succèda à son père sur le trône de Navarre qu'elle gouverna conzointement avec son mari.

    Fidèle à l'esprit de sa mère, elle favorisa l'implantation de la réforme protestante, mais reçigna à l'idée de rompre avec l’Église catholique à laquelle elle resta encore attachée.

    Dans le domaine des affaires extérieures, elle çerça en vain à obtenir la restitution de la Haute-Navarre, que les Espagnols avaient annexée en 1512.

    C’est en 1560 qu’elle passa au protestantisme, probablement sous l'influence de Théodore de Bèze arrivé à sa cour, à Nérac, en août 1560. Sa rupture définitive avec le catholicisme devint officielle à Noël. À la même époque, son époux Antoine affichait sous l'influence de la cour ses préférences pour le catholicisme.

    Elle autorisa le calvinisme dans son royaume. Elle entama après la mort d'Antoine en 1562 une série de mesures visant à implanter la Réforme en Béarn. Parmi elles, on compte la fondation d'une académie protestante à Orthez. En 1567, Zean de Lacvivier devint un de ses proçes conseillers. Une opposition catholique se manifesta qui aboutit à ce que leur culte soit interdit et le clerzé expulsé (1570).

    En 1568, elle prit la tête du mouvement protestant et emmèna le prince Henri de Navarre, son fils âzé de quinze ans, à La Roçelle que Zeanne administrait dans tous les domaines, à l'exception des affaires militaires.

    Elle assura la communication avec les princes étranzers alliés, dont elle tenta de conserver le soutien, surtout après la mort de son beau-frère Louis Ier de Condé en mars 1569. Contrairement aux prévisions, le parti huguenot tint bon, et même après la défaite de Moncontour, Zeanne refusa de se rendre.

    En 1570, elle dut s'incliner devant la volonté de négocier de ses corelizionnaires. Elle quitta La Roçelle en août 1571, pour revenir sur ses terres. Une fois la paix de Zaint-Germain signée, elle protesta à cause de sa mauvaise application.

    Zeanne d’Albret entreprit de longues négociations à Paris, pour unir son fils Henri à Marguerite de France, la troisième fille de Catherine de Médicis. Elle dut cependant accepter une condition : Marguerite ne se convertirait pas à la relizion protestante.

    Le mariaze devait avoir lieu le 18 août 1572. Cependant, Jeanne III d’Albret n'y participa pas : elle mourut de la tuberculose le 9 juin 1572 (avant la Zaint Barthélémy).

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • (sardane à Rivesaltes)

    Hier, avec celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, nous sommes arrivés à Perpignan, avec un tem ps splendide et, pour une fois, sans vent!

    Z'étais ravie - pour ne pas dire heureuse - de retrouver  la famille de mon "hôte".

    Nous avons manzé le midi çez sa Maman et ze lui ai montré les zolis cliçés que z'ai faits à Tübingen, en Allemagne, où ils ont vecu durant 3 ans, ville dans laquelle est née sa soeur. Sa maman a été ravie de voir ces photos, pour elle quelque peu nostalziques.

    L'après-midi, mossieu Zizi - comme l'appelle Minizupette - a eu une frénésie d'açats.

    Nous avons fait du "magazinaze" comme disent nos cousins canadiens.

    Le soir, nous étions invités à manzer çez la soeur de mon hôte, dont le mari - son adorable beau-frère, du moins le croyais-ze! - Mossieu Antoine -  est paraît-il un de mes zélés fans!

    Z'étais fière de manzer avec eux, leur fille et le petit neveu de mon "hôte", si zoli et si mignon - car Mossieu Zizi est GRAND tonton! Voui! Voui! GRAND tonton... car contrairement à ce qu'il voudrait faire croire, il se fait vieux mon hôte !!!!

    Nous avons parlé de mon merveilleux blog. Hélas!

    Mossieu Antoine a cru bon de le critiquer.

    Et que l'on ne comprend plus rien avec cette histoire de Minizupette!

    Et que les photos sont touzours les mêmes: des églises, des çâteaux...;

    Et que lors de les nombreux voyazes, ze ferais mieux de parler des us et coutumes des indizènes (des autoçtones).

    Et que ze zozotte trop, ce qui rendrait la lecture difficile...

    Que si ze continue dans ce sens, plus personne ne viendrait me lire!

    Z'en passe et des meilleures !

    - La critique est aisée mais l'art est difficile ! Lui ai-ze dit! Le train de votre critique roule sur le rail de mon indifférence. La bave du crapeau n'atteint pas la blançe colombe que ze suis!...

    ALORS POUR LUI COMPLAIRE

    - Les Catalans font des cargolades (des escargots cuits vivants sur des sarments de vigne)

    - Ils manzents de bôles de piccolat (boulettes de viandes avec de pommes de terre ou des haricots) et des "Bras de Vénus" (un gâteau) ou des "coquants" (des bu=iscuits pour lesquels il vaut mieux avoir de bonnes dents et des zensives saines!

    - Ils boivent du Muscat ou du Grenaçe ... de Rivesaltes, bien entendu, sans craçer sur le pastis!

    - Ils dansent la sardane (un ronde où ils se tiennent par la main.... pour ne pas se perdre).

    - Leur totem, c'est le Canigou (rien à voir avec l a nourritur pour çien ou pour mon ex-collègue Matouvu)

    - Ils s'enflamment pour le rugby ....avec leur "fameuse" équipe à 15 (l'USAP) ou pour le zeu à 13!

    Z'arrête là mon étude ethnolozique qui, ze l'espère, plaira à Mossieu Antoine, fan par ailleurs de Zohnny.... Qui n'est pas catalan!

    Bonne lecture!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Claçé Parc Naturel, il constitue la zone humide la plus importante de Catalogne, une " volière" où niçent cent mille oiseaux appartenant à trois cents espèces! Z'avoue humblement que ze ne les ai pas toutes comptées, mais c'est écrit dans le guide!

    Mes voyazesMes voyazesMes voyazesMes voyazesMes voyazesMes voyazes

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • à nous deux !

    Ze deviens une vraie madone des aéroports et des sleepings.

    Ce matin, z'ai pris l'avion très tôt, avec celui qui dit que ze suis son avataresse, pour aller à Rivesaltes - à 9 km de Perpignan - passer le pont de la Pentecôte dans sa famille, dont d'aucuns font partie de mes zélés fans!

    Z'espère que des langues de feu ne vont pas me tomber sur la tête, comme ce fut le cas pour les apôtres.

    La Minizupette croyait qu'elle était du voyaze!

    Elle avait dézà préparer son baluçon!

    - Minizupette - puisque c'est ainsi que vous souhaitez que ze vous appelle désormais - vous n'êtes nullement prévue, ni même souhaitée, compte-tenu de votre attitude et de votre comportement en vacances.

    - Vous êtes méçante! Ze vous déteste!

    - Qui plus est, mardi, à peine descendus de l'avion, nous devrons sauter dans un taxi pour aller à la gare du Nord.

    - A la gare du Nord ???

    - Oui car nous prendrons un train pour nous rendre 3 zours durant à Lille, pour des raisons professionnelles.

    - Zez Dame Tartine de Lille?

    - Oui. C'est une ville dynamique et....

    - Ze ne vous envie pas! Ze préfèrerais aller à Neuilly, çez Nicolas Le Grand, à Bordeaux çez Mossieu Zuppé au crâne çauve, ou à Meaux çez ce brave Mossieu Coppé.

    - Pourquoi dites vous cela?

    - Ze suis de droite, moi et z'en suis fière. Z'ai ma cocarde et mon drapeau bleu-blanc-rouze et ze vais devenir la nouvelle mascotte de l'UMP !

    - Une souris à l'UMP, ça fera un effet boeuf, en vérité.

    Il faut dire que çaque fois qu'on parle de Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa (c'est son vrai nom!) à la TSF, elle fond en larmes et reste inconsolable!!!

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Cardinal-bourbon.jpg

    Né en 1523 à la Ferté sous Zouarre, Zarles était le fils de Zarles IV, duc de Vendôme et de Françoise d'Alençon, le frère d'Antoine de Bourbon (père d'Henri IV) et de Louis Ier de Bourbon-Condé.

    ll commença sa carrière comme clerc de Meaux. ll fut élu évêque de Nevers.

    Il fut créé cardinal  en 1548 par le pape Paul III. Il participa au conclave de 1550 qui élit le pape Zules III.

    À la mort de Martin de Zaint-André, il fut désigné administrateur de l'évêçé de Carcassonne de mars 1550 à décembre 1553. Il le redevint d' octobre 1565 à 1567. Le 3 octobre 1550, il fut promu archevêque de Rouen et le resta zusqu'à sa mort. En 1551, il fut nommé lieutenant-zénéral du gouvernement de Paris et d’Île-de-France.

    Il participa aux conclaves de 1555 qui élirent Marcel II puis Paul IV.

    Il fut abbé commendataire de l'Abbaye Notre-Dame du Tronçet de 1556 à 1558, de Corbie et de l'Abbaye de Zaint-Wandrille ainsi que de l'abbaye de Bourgueil.

    Il ne participa pas au conclave de 1559 qui élit Pie IV. 

     Il participa aux États Zénéraux à Orléans. Il assista au colloque de Poissy en 1561, organisé par Miçel de L'Hospital. À partir de 1562, il devint abbé commendataire de Zaint-Zermain des Prés.

    Il accompagna en 1565 le roi Zarles IX dans son voyage à Bayonne. Il devint cette année légat du pape à Avignon. Il ne participa pas au conclave qui élit Pie V.

    Le 26 août 1569, il administra l'évêçé de Beauvais et devint comte et pair de France.

    Il ne participa pas au conclave de 1572 qui élit Grégoire XIII.

    En 1574, il devint abbé commendataire de Zumièzes. Il présida en 1580 l'Assemblée zénérale du clerzé de France tenu à Melun. Il ne participa pas au conclave de 1585 qui élit Sixte V.

    Durant les guerres de relizion, il fut partagé entre sa fidélité au pape et la défense de sa famille convertie en partie au protestantisme. Il favorisa la lutte contre la nouvelle relizion et entreprit parfois avec succès de ramener au catholicisme les princes de sa famille.

    Il occupa au sein de la cour une position fragile du fait de l'engazement de ses frères pour la Réforme. Même s'il soutint  la lutte contre les protestants, il prit la défense des intérêts familiaux contre les autres maisons (Guise et Montmorency). Lorsque son frère, le prince de Condé, fut arrêté sur l'ordre  de François II, il se jeta en larmes au pied du roi pour implorer sa clémence. Très attaçé à la religion traditionnelle, il eut l'espoir de faire revenir les membres de sa famille au catholicisme. Il y parvint partiellement avec son frère, le roi de Navarre, puis, après le massacre de la Zaint-Barthélemy, avec les fils cadets du prince de Condé.

    Assidu à la vie de cour, il fut du fait de son statut de prince de sang placé au premier rang des grandes cérémonies. Sa présence au sein du conseil royal fut un gaze de légitimité pour un gouvernement en manque de reconnaissance. Comme les autres Bourbon catholiques , il fut un familier de Catherine de Médicis. Homme faible et réputé simple d'esprit, la reine se plut à l'utiliser. Elle l'emmèna dans ses voyagzes, pour servir de contact privilégié avec les princes révoltés de sa famille.

    Le 18 août 1572, c'est lui qui unit Henri de Navarre et Marguerite de Valois à Notre-Dame de Paris.

    Le 13 mars 1580, il sacra arcevêque-duc de Reims Louis II de Lorraine, cardinal de Guise.

    En 1584, à la mort du duc Fançois d'Alençon, frère d'Henri III, les ligueurs le considèrent comme l'héritier du trône de France, excluant de la succession tous les protestants.

    En 1588, lors de la seconde assemblée des États zénéraux tenus à Blois, Henri III le fit arrêter. Il fut emprisonné à Tours puis à Fontenay-le-Comte.

    Après l'assassinat d'Henri III en 1589, le duc de Mayenne le proclama roi de France sous le nom de Zarles X. Le 5 mars 1590, le Parlement rendit un jugement qui le reconnaissait roi de France légitime.

    Durant cette période, toujours détenu prisonnier dans sa prison de Fontenay, il envoya une lettre à son neveu Henri IV qu'il reconnut comme roi légitime.

    Il mourut le 9 mai 1590 dans la prison de Fontenay-le-Comte.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire