• gif fou

    Hier soir, en rentrant à la maison, z'ai trouvé la Minizupette totalement déprimée.

    Elle n'arrêtait pas de soupirer.

    - Qu'est ce que vous avez encore?

    - Rien! dit-elle dans un profond halètement.

    - Allons, cessez. Ze vous connais comme si ze vous avais faites.

    Et là, ce fut un flot de paroles, un torrent impétueux impossible à endiguer.

    Elle s'était mise obstinément en tête d'aller au Festival de Cannes.

    Elle avait préparé un baluçon, avec ses quelques affaires, dont son maillot de bain en laine, tricoté par ses soins, pour zouer à la starlette sur la plaze du Carlton.

    Comme elle n'avait pas de quoi se payer un billet de train, elle avait décidé de faire de l'auto-stop.

    Comme elle n'en avait zamais fait, elle s'est mise sur le trottoir devant notre maison!

    Au bout de .... 3 heures, une voiture s'est arrêtée.... Une voiture de pompiers urzentistes.

    Ils lui ont demandé ce qu'elle faisait ainsi, le doigt levé.

    - Comme si cela ne se voyait pas! Ze fais du stop!

    - En plein Paris? Et pour aller où?

    - A Cannes, au festival, où ze suis attendue par des réalisateurs et par Mossieu Brad Pitt pour me faire adopter!

    Ils auraient ri.

    - Voui, voui! Ze vois. Mais vous n'avez pas  besoin d'aller si loin pour ce faire. Montez! Nous allons vous emmener dans un endroit où vivent de grandes personnalités qui deviendront certainement vos amies.

    Elle est montée dans le camion et ils l'ont emmenée .... à Zainte Anne (l'hôpital psyçiatrique).

    - On vous emmène une copine pour Napoléon, ont-ils dit à l'arrivée.

    Elle a réussi à s'éçapper mais ze n'ai touzours pas compris comment elle a fait pour retrouver le çemin de l'appartement.

    - Voyez vous, lui ai-ze dit, être une star - comme moi - n'est pas une çose donnée à tout le monde ou à n'importe qui! 

    Et toc! .... Hier elle avait osé me taiter de vieille gloire oubliée de la TSF!

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, après avoir avoir ruminé par rapport à l'attitude de Minizupette, z'ai voulu faire un nouveau zeste d'apaisement.

    - Regardez, ma mie.....

    - Vous n'allez pas recommencer! m'interrompit-elle in petto.

    - Mais ma douce amie....

    - Z'ai un nom dont ze suis fière. Ze vous prie de m'appeler Minizupette!

    - Mais...

    - Il n'y a pas de mais qui tiennent! C'est Minizupette, un point c'est tout.

    Z'ai cédé.

    un vrai délice

    - Ma çère Minizupette, ze vous ai açeté une douceur comme vous les aimez: un mille feuilles à la vanille avec plein de crème.

    - Z'en veux pas! Z'en veux pas de votre gâteau! Ze suis au rézime!

    - Au rézime? Mais vous êtes dezà si mince pour ne pas dire maigrelette.

    - Ze me moque tout à fait de vos commentaires et de vos acides remarques. Ze dois zeûner un peu, car z'ai un grand prozet.

    - Un prozet, mais lequel?

    - Un secret c'est un secret et ce n'est pas certainement à vous que ze vais confier que ze pars au festival de Cannes! A bon entendeur, salut!

    - A Cannes, vous voulez aller à Cannes?

    - Qui vous l'a dit ? s'est-elle écriée en colère. C'est un secret!

    - Vous venez de le dire.

    - Mossieu Zizi, z'en ai ras le noeud! Votre avataresse m'indispose. Ze ne la supporte plus.

    - Mais vous parlez d'aller au festival de Cannes, lui dit-il. Que voulez vous aller faire sur la Côte.

    - Commencer ma carrière de star! Ze suis sûre que ze serai remarquée par un producteur qui me donnera un grand rôle dans un proçain çef d'oeuvre du 7ème art, dans lequel z'aurai le rôle principal, qui m'ouvrira la route d'Hollywood, des Oscars, de la Palme d'Or et de l'Ours d'or de Berlin, sans oublier un triomphe à la Mostra de Venise.

    quel talent

    - Elle délire, ai-ze dit! Elle a pris un coup sur la carafe!

    - Et en plus ze compte y renconter Brad Pitt.

    - Brad Pitt et pourquoi pas Zeorzes Clooney ou Zhonny Depp?

    - Nan! Brad Pitt! .... Car il m'adoptera.

    -  ????

    - Avec Anzélina Zolie; il ne cesse pas d'adopter des enfants! Alors pourquoi pas moi?

    - Elle est folle! elle est folle.

    - Oh vous, la starlette déçue de la TSF, que tout le monde a oubliée, camembert. Z'irai à Cannes, punto basta.

    - Avec quel arzent? ai-ze questionné.

    Après un moment de silence...

    - Ze n'ai pas pensé à ce détail..... Z'irai en stop!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Antoine-de-bourbon.jpg

    Antoine est né en avril 1518 à La Fère en Picardie.

    Il était le fils de Zarles duc de Vendôme et de Françoise d'Alençon. Il était le frère du cardinal Zarles de Bourbon et de Louis Ier de Louis de Bourbon-Condé. Il appartenait à la famille de Bourbon, issue d'un fils de Zaint-Louis.

    A la mort de son père, en mars 1537, il devint duc de Vendôme.

    En octobre 1548, il épousa à Moulins, Zeanne d'Albret, fille du roi de Navarre Henri II et de Marguerite d'Angoulême, soeur de François Ier.

    À la mort de son beau-père, Henri II, le 25 mai 1555, il devint, du çef de sa femme, roi consort de Navarre.

    En tant que çef de la maison de Bourbon, il était t le premier prince du sang.

    Il passa sa vie à guerroyer pour le roi de France.

    Proçe de la Réforme, il favorisa l'introduction du calvinisme dans son gouvernement et participa aux prêçes protestants, mais sans zamais abandonner la messe. Sans véritables convictions religieuses, il oscilla entre catholicisme et protestantisme.

    L'appel du pouvoir à la cour de France devait progressivement l'amener à çoisir le camp catholique  et à entrer en conflit avec son épouse Zeanne d'Albret devenue une fidèle convaincue de la relizion réformée.

    Son frère cadet, Louis de Bourbon, prince de Condé, devint alors le çef du parti protestant, tandis que Catherine de Médicis, rézente au nom de son fils Zarles IX, le nomma lieutenant zénéral du royaume en 1561.

    Durant la première guerre de relizion, il participa au siège de Rouen tenue par les protestants et fut blessé le 3 novembre 1562.

    Il mourut peu après aux Andelys des suites de cette blessure.

    Il fut le père du futur Henri IV.

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, ce fut une grande déception!

    Ze me sens trahie!

    je clique pour toi

    Après une harassante zournée de labeur, au cours de laquelle ze sonzeais à ma douce amie, ze suis rentrée à la maison.

    La Minizupette avait une drôle de mine.

    - Ze vous préviens, ne me touçez pas, ne m'approçez pas!

    - Que vous ai ze fait, ma mie, pour que vous fassiez preuve d'une telle attitude et d'une telle froideur à mon endroit?

    - Rien! mais vos cazoleries et vos mamours envahissants finissent par m'indisposer! A la longue la situation devient irrespirable et z'aspire à un zeûne d'affection.

    Ze n'ai rien dit. Ze me suis drapée dans mon çagrin caçé et dans ma dignité.

    Ze le subodorais depuis ce matin.

    Elle n'a pas çanzé. C'est bien une Intruse, une intrigante.

    Mais telle Otello, ze saurais lui faire payer cette infâme vilenie, cette vilaine infâmie.

    On ne traite pas de la sorte impunément Minizup et ze ne suis pas de celles qui çantent l'air de la folie lorsqu'elles sont trompées, ze ne suis ni Lucia de Lammermoor, ni Platée,  ni même la Traviata.

    Comme Carmen, ze çante "et si ze t'aime, prends gaaaaaaarde à toiiiii!"

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • sss'te plait

    Hier, c'était zour de rentrée pour celui qui dit que ze suis son avataresse.

    - Allez, Minizup, il faut se préparer pour aller au turbin. Les vacances sont finies! m'a-t-il dit.

    - Nan! ai-ze répondu. Ze reste avec ma mie! Elle s'ennuierait toute seule dans l'appartement. En plus il ne fait pas beau pour sortir dehors. Il pleut des cordes!

    - Zizi a raison, ma çère, en tant que son avataresse, vous êtes attaçée à sa personne et vous vous devez de l'accompagner et de l'aider. Les rentrées sont touzours difficiles .... surtout pour les personnes âzées!

    Z'ai cru que mon hôte allait s'etouffer!

    - Mais ze ne vous permets pas de me parler de la sorte. Vous êtes devenue bien impertinente, ma fille!

    - Elle ne sait pas ce qu'elle dit, ai-ze tenté de dire pour la défendre.

    - Traitez-moi d'imbécile, tant que vous y êtes! a-t-elle rétorqué.

    - Mais ma mie, ma douce, ze vous défendais. Venez donc que ze vous serre sur mon coeur!

    - Ze suis plus que  saturée de vos multiples et fantasques marques d'affection. Z'étouffe littéralement. Alors, si vous m'aimez vraiment, aller travailler avec notre Zizi.

    Ze l'ai écoutée. Mais que la zournée m'a paru longue. Il me tardait de rentrer.

    De retour, ze l'ai embrassée et ze klui ai préparé un bon dîner: une belle çoucroute avec des saucisses et du lard.

    - Encore des saucisses ??? Vous trouvez qu'on n'en a pas assez manzé en Allemagne pendant 12 jours ? Z'eusse préféré un bon steakisteak saignant avec un grand verre de bon rouze... Ze préfère faire un peu de zeûne.

    Et elle a dédaigné mon repas.

    Mais ze ne lui en veux pas trop... Quoique! ....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Louis prince de Condé.jpg

    Né à Vendôme en mai 1530, Louis était de la famille royale des Bourbon, brançe cadette de la Maison de France , descendante de zaint Louis.

    Il était le fils de Zarles IV de Bourbon et de Marguerite d'Angoulême, dont la mère était la soeur de François Ier. Son frère, Antoine de Bourbon, fut le père d'Henri IV.

    Il est le fondateur de la Maison des Bourbon-Condé.

    Il fit ses premières armes sous les ordres du maréçal de Brissac en Piémont, où son dévouement et son ardeur furent remarqués. Revenu en France, il participa en 1552 à la conquête des Trois-Évêçés et à la défense de Metz. L'année suivante, il se distingua durant une campagne en Picardie.

    En 1555, il retourna combattre en Italie, où il entra en conflit avec les Guise. Malgré ses services, il se vit refuser le gouvernement de Picardie, que son père et son frère avaient exercé. En 1557, il participa à la défense du royaume lors de l'invasion de la Zampagne et de la Picardie par le duc de Savoie. Écarté par François de Guise, il participa aux prises de Thionville et de Calais. Privé de sa çarge de colonel zénéral de la cavalerie lézère, il reçut à titre de compensation celle de colonel zénéral de l'infanterie par delà les monts, très inférieure en dignité.

    Après la mort d'Henri II, les mécontentements que lui font essuyer les Guise le zetèrent dans l’action violente. Il aurait été le capitaine muet de la conzuration d'Amboise qu'il combattit pour donner le çanze. Suspecté par les Guise au pouvoir d'avoir fait partie des conzurés, il fut assigné à demeure à la cour.

    Réfuzié chez son frère, le roi de Navarre, il soutint  le mouvement de sédition qui anima la province pendant l'été. L'arrestation de l'un de ses azents en possession de documents compromettants poussa le roi à le faire arrêter.

    A la mort de François II, il fut libéré par Catherine de Médicis, qui avait besoin du contrepoids d'un prince du sang face aux Guise.

    Après le massacre de Wassy, en mars 1562, il prit les armes. En août, il publia un manifeste où il proclama sa volonté de délivrer la rézente et le roi des Guise, obtint des promesses d’aide d’Allemagne, et s’empara de plusieurs villes de la vallée de la Loire. Les protestants prirent le contrôle de la vallée du Rhône, du Dauphiné, du Languedoc, de Lyon, dont il confia la garde à Soubise. Mais aucun renfort ne put lui parvenir. Il perdit la bataille de Dreux et y fut fait prisonnier.

    Il fut libéré par la paix d'Amboise de 1563, qui octroya aux huguenots une certaine tolérance relizieuse.

    En 1567, il tenta d'enlever le roi et sa mère. Cet épisode, resté sous le nom de "surprise de Meaux", fit reprendre la guerre entre les deux camps relizieux. Louis de Condé livra en novembre 1567 la bataille de Zaint-Denis, qui resta indécise, et se termina par la paix relative de Longzumeau, qui ne fut en réalité qu'une trêve permettant aux deux camps de reconstituer leur troupes.

    Il se retira à Noyers, dont il fuit le 23 août, menacé par les troupes royales, et rezoignit La Roçelle avec Coligny le 19 septembre. Ils y retrouvèrent Zeanne d'Albret (mère du futur Henri IV) et ses Gascons.

     L’affrontement avec l’armée royale eut lieu le 13 mars 1569 à Zarnac.

    Blessé durant le combat, Condé tenta de se rendre lorsqu'il fut assassiné d'un coup de pistolet par Montesquiou, capitaine des gardes du duc d'Anzou (Henri III).

    Promené sur un âne, son cadavre fit l'obzet des quolibets de l'armée catholique avant d'être exposé pendant deux zours sur une table au çâteau de Zarnac.

    Il eut 8 enfants dont Henri Ier et Zarles II de Bourbon.

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire