•  

    Une zournée tristouille car en partie sans ma Minizupette

    Avant-hier, toute la nuit, ze me suis inquiétée pour ma mie, Minizupette.

    Ze me suis levée plusieurs fois pour voir si elle dormait bien et si elle passait une douce nuit sans faire un quelconque cauçemar. Ze lui ai fait des bisous sur le front.

    Au matin, ze me suis levée tràs tot pour lui préparer son petit dézeuner: des biscottes beurrées avec le plus grand soin, du thé avec quelques gouttes de citron, comme elle l'aime.

    Ze l'ai réveillée avec une grande douceur.

    - Venez ma douce amie, que ze vous serre tendrement dans mes bras.

    Et ze l'ai étreinte pour lui démonter combien ze l'aime désormais.

    Elle a manzé avec grand appétit.

    A midi, celui qui dit que ze suis son avataresse m'a dit:

    - Pour finir cette période de vacances, nous allons prendre notre repas dominical ailleurs que dans notre quartier.

    Z'étais toute contente. Ze me suis préparée.

    - Ma mie, ze vais vous prêter un de mes colliers de perles afin que vous brilliez au restaurant.

    - Nous n'emmenons pas la Minizupette ...

    - Mais c'est inzuste!

    - Nous reprenons un ryhme de vie normal désormais.

    Il a vu que ze n'étais pas contente mais il est ridiculement resté inflexible dans son inique décision.

    Au restaurant, z'étais énervée. Minizupette me manquait. Z'avais envie de l'appeler mais elle n'a pas de téléphone.

    Il me tardait de renter.

    Arrivés à la maison, ze suis précipitée vers elle pour la baiser.

    - Que vous m'avez manquée, ma douce amie. Regardez, z'ai pensé à vous. Ze vous apporté un morceau de ma viande et quelques frites, dont ze me suis privée pour vous complaire.

    - Mais c'est froid! Comment voulez vous que ze manze cela! Et puis cessez de m'affubler de noms stupides, de m'embrasser toutes les 2 minutes et de m'étouffer par vos étreintes.... Z'ai de la mémoire et ze n'ai pas oublié que vous avez voulu m'abandonner en Allemagne, même si, magnanime, z'ai consenti à vous pardonner!

     Ze ne vous dit ma déception devant tant d'ingratitude!

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ce matin, nous nous sommes levés très tôt pour partir de Nürenberg en direction de Müniç.

    Zemin faisant, une halte dans une zolie petite ville, nous a permis de voir de dernieres zolies places, un palais et des rétables baroques.

    Dernière zournée à Mûniç ... et retour à Paname

    Sur un marçé animé, nous avons découvert les productions agricoles locales, dont les asperzes.

    Puis, à Müniç, visite du splendide palais "Nymphenbourg", dans lequel est né Louis II de Bavière, et dont les appartements sont splendides.

    Dans le parc, Minizupette a zoué avec des canards et des cygnes, non farouçes, même si un a manqué la mordre!

    Dernière zournée à Mûniç ... et retour à Paname

    Sur la route, nous avons croisé des voitures avec des drapeaux et sommes passés devant le stade Arena où se zouait, hier soir, la finale de la Ligue des çampions, opposant le Bayern de Müniç et Zelsea, que les Anglais ont gagnée aux tirs au but. Puis devant le stade olympique des Zeux de 1972, de triste mémoire.

    A l'aéroport, tandis que nous attendions l'embarquement, Minizupette a aperçu une bonne soeur, qui lui a souri.

    Minizupette lui a répondu  et elle s'est mise à lui raconter ses vacances.

    - Vous savez, madame ma soeur, Zésus m'a donné un oeuf. Même que Minizup ne m'a pas crue.

    - Mais ma çère enfant, Zésus est amour....

    - C'est bien ce que z'ai dit, dit-elle en montrant son oeuf tout fondu!

    - Z'adore votre grande simplicité, ma fille!

    - Ze ne suis pas votre fille, d'abord et ze ne vous permets pas de me dire que ze suis simplette.... Et la voilà qui narre son abandon sur le parking!

    - Zésus vous a accompagnée, car soyez en sûre, il vous aime.

    - Il m'aime, mais ze ne l'ai zamais vu!

    - Il vous accorde sa grâce et son amour.

    Z'ai été émue. Z'ai attrapée la Minizupette par le coup et ze l'ai embrassée.

    - Pardon! Pardon, en vérité! Ze vous aime! Vous êtes la soeur que ze n'ai zamais eue. Ze découvre le bonheur de vous avoir près de moi!

    Et pendant tout le voyaze, elle n'a pas cessé de m'embrasser, de m'étreindre, de m'appeler ma mie (comme si z'étais du pain) : azout de Minizupette.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Adonques, ainsi que ze vous l'ai narré hier, nous devions aller à Francfort afin que ze puisse participer au concours de "Miss Sauçiçe 2012", auquel la Minizupette m'avait inscrite.

    Une zournée désastreuse à Francfort avec une sévère punition

    Levés dès poltron minou, nous avons pris la voiture aux aurores. Sur l'autoroute, z'ai somnolé et ze me voyais dézà en haut de l'affiçe, acclamée par la foule en liesse de voir triompher une star, une diva, comme moi, ceci dit en toute modestie. Les zournalistes m'auraient pris en photo et z'aurais fait la une de toute la presse zermanique.

    Au bout d'une heure de conduite, mon hôte a décidé de s'arrêter dans un Gasthaus sur l'autoroute. Il nous a açété - fait rarissime qui mérite d'être souligné d'un double trait de plume - des viennoiseries... en Allemagne!

    - Allez, on y va, dit-il (il ne cesse de répéter cela à çaque halte; c'est agaçant!).

    Et là, soudainement, z'ai compris que ze tenais enfin le moyen de me débarasser de l'Intruse! Elle était dans un coin en train de feuilleter des revues, elle qui sait à peine lire le français!

    Ze suis montée dans la voiture, et nous sommes partis.... en laissant ma rivale, comme d'aucuns laissent leur belle-mère sur le parking!

    Au bout d'un moment, celui qui dit que ze suis son avataresse, a dit:

    - Vous êtes bien sazes auzourd'hui!

    - Ze me concentre pour le concours, ai-ze répondu.

    - Et Minizupette, comment ça va?

    - Ze me repose un peu, car z'ai mal dormi cette nuit (z'imitais la voix nasillarde de l'Autre).

    Arrivés à Francfort, ze ne savais pas comment me dépétrer de la situation que z'avais causée.

    - Mais où est donc Minizupette, Minizup?

    - Euh .... ze crois qu'on l'a oubliée en route!

    - Oubliée, mais comment donc? Elle nous a parlé tout à l'heure!!!

    - Non.... C'était moi! Ze me suis aperçue trop tard qu'elle n'était pas montée dans l'auto et ze n'ai pas osé le dire pour ne pas nous retarder.

    Ze résume un peu, sinon il faudrait un çapître entier!

    Nous sommes allés à la Cathédrale ! Et là! Et là!...Z'en suis restée sans voix! Minizupette nous attendait devant la porte.

    - Enfin, vous êtes là! nous a-t-elle dit. Ze commençais à m'impatienter! Z'ai cru vous aviez eu un acccident.

    - Mais ?.... Mais? ... Ai-ze bredouillé. Comment avez vous fait? C'est de la sorcellerie! Z'ai tout fait pour vous semer .... (Oups, la gaffe).

    - C'est bien ce que z'ai pensé a dit mon hôte. Mais quel bonheur sans nom que de vous retrouver ainsi! Mon coeur bondit d'une zoie innéfable (il faut touzours qu'il éxazère un peu, touzours, voui! Voui!)

     - Mossieu Zizi, a commencé la Minizupette, à vous ze veux bien le dire, mais pas à l'autre.... à l'autre truie. Quand ze suis sortie de la boutique, z'ai vu la voiture s'éloigner, et la Minizupette qui me faisait adieu de la main avec un sourire sardonique (Mesonze et calomnie !!!!). Ze ne savais que faire moi qui ne parle pas un mot de Zermain ou de Bavarois (et qui massacre la langue de Molière comme une vaçe espagnole ). Ze me suis mise dans un coin et z'ai fondu en larmes (comme d'habitude!)

    - Et ensuite?

    - Un monsieur très élégant et bien mis de sa personne s'est approçé et m'a prise en pitié. Il parlait français. Ze lui ai résumé ma situation. Il m'a dit qu'il se rendait à Francfort pour affaires. Il s'est proposé de m'y conduire. Z'étais méfiante car il paraît qu'il y a de nombreux souriçeauphiles à la reçerce de la bonne occasion et....

    Une zournée désastreuse à Francfort avec une sévère punition

    - Passez les détails ma çère enfant (on rêve, il lui donne du "ma çère enfant, maintenant". Pourquoi pas ma très douce!").

    - Il avait une Ferrari toute neuve. Il roulait à plus de 200 km. On vous a doublés; z'ai fait de grands signes et z'ai compris que Minizupe m'avait vue et....

    - Que nenni, ai ze dit. Une souris de base comme vous, de basse extraction, il y en a des milliers à travers....

    - Silence! a tonné mon hôte! On va s'occuper tantôt de votre cas. Et comment vous êtes vous retrouvée ici ?

    - Enfantin mon çer Zizi (sic!)? Connaissant vos goûts, z'ai demandé au monsieur où on trouvait des madones, des martyrs, des rétables.... Et il m'a conduite ici!

    - Quelle intuition remarquable! (sic ! ).

    Et Moi? Z'ai été privée de concours - mais ze m'en moque quand z'ai vu la corpulence des lauréates-, de repas du midi; e tobligation de me taire zusq'à la fin de la soirée!

    - Mais ze vais m'étioler, mourir de faim! ai-ze essayé de plaider.

    - Un petit rézime vous fera le plus grand bien! Et Minizupette, quant à elle, aura un double dessert pour la récompenser de son immense couraze et de sa remarquable intellizence!

    Elle lui a sauté au coup et lui avait les larmes aux yeux.

    Une zournée désastreuse à Francfort avec une sévère punition

    Mais le pire, c'est que le soir z'ai dû, après la visite  d'Heidelberg, qu'ils ont faite sans moi, présenter mes excuses à l'Autre !!!!

    L'humilation suprême! Ze me demande si ze vais y survivre avant notre retour ce soir à Paname!

    Une zournée désastreuse à Francfort avec une sévère punition

    Encore heureux que tous les deux ne m'aient pas trainée dans une calèçe à barreaux vers le tibunal de Nüremberg - comme la pôvre Marie-Antoinette emmenée à l'éçaufaud!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Guise-Louis-cardinal.jpg

    Louis était le 3ème fils du duc François de Guise et d'Anne d'Este. Il était le neveu du cardinal Zarles de Lorraine et frère du duc Henri Ier, dit le Balafré. 

    Louis de Guise, alors âzé de seulement dix-neuf ans, fut nommé arçevêque-duc de Reims le 26 décembre 1574, succédant au cardinal de Lorraine.

    Il fut nommé abbé de Zaint-Denis la même année, puis créé cardinal par le pape Grégoire XIII le 21 février 1578.

    Il prit alors le nom de cardinal de Guise.

    Il fut sacré le 13 mars 1580 par Zarles Ier de Bourbon, cardinal de Vendôme, assisté de l'évêque d'Amiens et de l'évêque de Noyon.

    Le cardinal de Guise prit une part active aux guerres menées par la Zainte-Ligue aux côtés de son frère le duc de Guise, Henri le Balafré.

    Il fut assassiné sur ordre du roi Henri III, au çâteau de Blois, le 24 décembre 1588, le lendemain de l'assassinat de son frère le duc.

    Henri III tenta de justifier ses actes en prétextant des dangers que les Guise auraient représenté pour la couronne.

    Cependant, le pape Sixte Quint, qui ne pouvait accepter et n'accepta zamais un crime perpétré sur un cardinal, excommunia le roi de France le 5 mai 1589.

    Il eut un fils illézitime Louis de Guise.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le nouveau surnom de mon hôte: "Zizi l'amoroso"

    Hier la Minizupette, pour une fois, m'a fait rire.

    Elle appelle celui qui dit que ze suis son avataresse "Mossieu Zizi", en référence à la çançon de Dalida, "Zizi l'amoroso".

    Toute la zournée nous l'avons ainsi interpelé!

    "Mossieu Zizi, on veut des sauçiçes; Mossieu Zizi on veut des boules de glaces; Mossieu  Zizi on a pipi"....

    Z'en passe et des meilleures, dont la çançon inventée in petto: "Avez vous vu, le zizi de Zizi, c'est un zizi vraiment très rigolo!" (sur l'air du çapeau de Zozo, interprété par Maurice Zevalier).

    Et puis z'ai appris une excellente nouvelle.

    Minizupette m'a inscrite, en secret, à l'insu de mon plein gré, pour auzourd'hui, au concours de "Miss sauçiçe de Frankfort 2012". On va donc se rendre dès poltron minou dans cette ville, le temple de la finance allemande.

    Le nouveau surnom de mon hôte: "Zizi l'amoroso"

    Si ze suis élue - ce dont ze ne doute pas un instant -, ze vais recevoir mon poids en çarcuterie! Ze m'en pourlèçe dézà les babines et, qui plus est, on me remettre la couronne et le grand collier sauçiçonnesques.

    La gloire assurée pour votre Minizup en Teutonie!

    Sinon, hier nous avons marçé durant des heures à Würzbourg (avec son magnifique palais et sa forteresse) et à Rothenbourg - une ville 3* au guide Miçelin et qui mérite sa réputation.

    C'était plein de monde! Des Asiatiques (avec des parapluies à cause du soleil), des Russes, des cars entiers de Européens.... Ze me suis demandée comment cela devait être en pleine saison touristique.

    Le nouveau surnom de mon hôte: "Zizi l'amoroso"

    Z'y ai fait de sublimes cliçés , dont notamment plus de 60 photos de merveilleuses peluçes.

    Depuis le début de notre périple, z'en ai photographiées près de 200, de quoi alimenter mon merveilleux blog zusqu'à la fin de l'année..... proçaine.

    Quant à Minizupett, quelque peu fatiguée, elle a menacé de faire la grève sur le tas du lever des gambettes

    - Comme les filles du Grazy Horse, nous a-telle dit. Si c'est cela les vacances, la proçaine fois vous irez sans moi. C'est de l'esclavaze physique et intellectuel.... Et de plus comme Zizi a les bourses attaçées avec un élastique, on n' a droit à rien de rien.... même pas à un petit gâteau au moment du goûter! C'est triste un Zizi avare!

    De retour à l'hôtel, en écoutant la TSF, nous avons appris le décès de la Reine du disco, ce qui m'a peiné.

    - Qu'avez-vous ma çère, vous semblez soudainement triste.

    - Donna Summer s'en est allée ezoindre Bambi au Paradisco!

    Minizupette s'est une nouvelle fois effonfrée en larmes.

    - Comment? Bambi est mort? Et c'est maintenant que vous me l'annoncez! L'avant-veille de notre retour à Panaame, alors que nous étions à Bambiberg avant-hier! Zame on you! Zame on you, ze vous le dis, ingrate que vous êtes!

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire