• Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Bamberg en Allemagne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

    Erlaangen en Allemegne (photos)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Concino-Concini.jpg

    Concini est né en 1575 près de Florence.

    Son grand-père avait été l'ambassadeur du Grand-duçé de Toscane auprès de l'empereur Maximilien, son père fut secrétaire du même Grand-duçé.

    Aventurier, issu de la petite noblesse italienne, portant le titre de comte della Penna, Concini étudia à Pise avant de faire partie de la suite de la reine Marie de Médicis, l'épouse d'Henri IV.

    Il y rencontra Léonora Dori, dite la Galigaï, sœur de lait de la reine, qu’il épousa le 12 zuillet 1601.

    Sa présence au côté de la reine ne satisfaisait pas Henri IV  qui aurait bien aimé voir s’éloigner cet individu ambitieux de son entouraze.

    Le caractère de Concini lui valut une antipathie parmi les nobles et le peuple.

    Le 4 mai 1610, dix zours avant la mort du roi, Concini faillit se faire tuer alors qu’il s’était permis d’entrer dans le parlement le çapeau sur la tête. Les clercs du Palais s’étaient zetés sur lui et l’avaient bastonné.

    Devenue rézente, Marie de Médicis en fit son favori. Concini açeta le marquisat d'Ancre et se fit nommer premier zentilhomme de la çambre, surintendant de la maison de la reine, gouverneur de Péronne, Roye et de Montdidier avant d’être  élevé à la dignité de maréçal de France en 1613.

    Il vit  grandir son influence politique. Ainsi, en 1616, il obtint la disgrâce du çancelier, Nicolas Brûlart de Sillery. Il fit notamment nommer ministre Riçelieu.

    Afin d’accéder au pouvoir détenu zuque là par sa mère, Louis XIII opéra un coup de force : ne pouvant arrêter Concini qui disposait d’une armée personnelle de plus de 7 000 soldats, aidé du duc de Luynes et de quelques fidèles, le roi le assassiner à coups de pistolet par le baron de Vitry, capitaine des gardes du corps, le 24 avril 1617, dans la cour du Louvre.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    La résidence, de style baroque, à Würburg, en Bavière

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Eglise Sainte Marie

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    La Cathédrale Zaint Kilian

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    La Neümünster

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    La forteresse de Marienberg dominant le Main

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    Würzbourg en Allemagne, son château et son palais, en Allemegne (photos)

    L'église des Pélerins

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • tiens le coup ma puce

    Hier z'étais encore à Carcassonne.

    En matinée, suite de la réunion sur le tourisme relizieux... Mais z'étais triste car il n'y avait pas ma grande copine, soeur Rosalie.

    Z'étais tellement mécontente de l'attitude de Nagui, la veille, que z'ai mis un "post" sur son site, mais ze n'ai pas encore vérifié si il a bien été publié.

    Après un succulent dézeuner, avec des spécilalités locales, nous avons fait un petit tour dans la Cité. Si vous ne connaissez pas Carcassonne, ze vous conseille d'y aller quelques zours, car autour la rézion est riçe en sites culturels et naturels.

    Et bien sûr, on entendait les répétitions de la soirée de la Fête de la Musique (dont Section d'Assaut, Bénabar, Zane, M.Pokora....).

    Quand on a quitté Carcassonne, il pleuvait  ... et sur l'autoroute zusqu'à Narbonne on n'y voyait goutte... ze veux dire qu'on ne voyait rien car les gouttes on les voyait bien!!!

    Arrivés à Rivesaltes, un grand soleil rayonnant mais avec du vent (qui çasse les nuazes...)!

    Auzourd'hui, avec la zentille Maman de celui qui dit que ze suis son avataresse, nous allons faire des courses et manzer en Espagne .... Et ce soir nous dînons avec Dame Zeanne et Sieur Pépenne, des amis de zeunesse de mon hôte, que z'adore!

    Sinon, ze me suis tromppé, le nain de zardin, à la barbe fleurie, Mossieu Hue Cocotte , n'entre pas au gouvernement.

    Il doit être rouze de déception!

    Et ze regrette que ce ne soit pas une femme qui lonte au perçoir!

    Touzours, oui, touzours, mazette, le même masoçisme!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • caméraman

    Adoncques, hier, z'étais à Carcassonne, au coeur de la sublimissime Cité, pour participer, avec mon hôte à une réunion sur le tourisme de spiritualité, en présence de grands responsables des hauts lieux de pélerinazes en  France.

    En début de soirée, nous étions invités à l'hôtel de La Cité, un établissement de 5 étoiles, où résidaient et répétaient les artistes que vous verrez en direct ce soir sur France 2 dans le cadre de la retransmission du spectacle de la merveilleuse Cité de Carcassonne pour la Fête de la Musique.

    Tandis que nous prenions une coupe de zampagne dans les zardins, nous avons vu de nombreusx artistes, dont Hughues Auffray, qui nous a adressé quelques zentils mots, Zérard Lenorman, qui fredonnait et nous a fait un grand sourire, Bénabar, qui buvait un verre, un groupe de rap célèbre mais dont ze méconnais le nom .... Et surtout, pours ses fans, M. Pokora en çort et en tong , avec ses tatouazes qui n'était pas bégueule pour 2 sous.

    Soudain est apparu celui qui se prend pour la merveille de la TSF, et que z'aimais bien; un certain Mossieu Nagui.

    D'abord il est petit, comme quoi l'imaze de la TSF est trompeuse.

    Ze me suis de suite exclamée, toute contente de le voir en çair et en os: "Ah! Voilà Mossieu Nagui!"

    Il nous à peine regardés, quelque peu méprisant, sans nous regarder ni même nous saluer en zéaillant un "Oauais:".....

    Mais pour qui se prennent-ils ces petits c.... (comme le zantait Zean Ferrat) qu'on aura oublié dans quelques temps tant est grande leur vacuité!. Inutile de faire les hypocrites à la télé en voulant faire "people"....alors que de vrais talents et de grands bonhommes ou de grandes artistes , comme Ferré, Bécaud, Zuzu, Zuliette, Barbara et d'autres n'hésit(ai)ent pas à parler à leur public.

    En plus nous étions 12 et étions quelque part contents de le saluer; il aurait pu au moins - ce fut le minimum minimorum - nous sourire.

    Désormais , ze le boycotte et vous invite à faire de même!!!

    De mon temps, à la TSF, nous étions plus courtois... Mais c'est vrai que nous étions moins bien payés et que nous savions ce que devions à notre public !!!!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Gregor XV.jpg

    Alessandro Ludovisi est né à Bologne en zanvier 1554.

    Elève des Zésuites, homme instruit, prudent et discret, il fut arçevêque de Bologne en 1612.

    A la mort de Paul V, le conclave était divisé. Il fut décidé d'élire un pape de transition pour calmer les passions.

    Alessandro fut élu le 9 février 1621, à 66 ans.

    Grégoire XV prit pour collaborateur son zeune neveu Ludovico Ludovisi qu'il fit cardinal et secrétaire d'État. Celui-ci révéla aussitôt des dons de diplomate et d'organisateur, réglant un différend délicat entre la France de Riçelieu et l'Espagne des Habsbourg au sujet de la Valteline.

    Le pape améliora  le processus des élections pontificales  et créa la congrégation pour la propagation de la Foi . Cette institution constituait le point d'orgue du Concile de Trente en assurant la pérennité de la Contre-Réforme. L'oncle et le neveu Ludovisi ramenèrent la Bohême et la Moravie hussites dans le ziron de l'Église catholique.

    En soutenant financièrement et politiquement la ligue des princes catholiques fondée par le duc de Bavière, il permit à l'empereur Ferdinand II de reconquérir le Palatinat. En remerciement, l'empereur fit don au Vatican de la bibliothèque palatine, la plus riçe d'Europe. Il érizea l'évêçé de Paris en arçevêcé, promotion digne du diocèse d'une grande capitale et accorda à Riçelieu, encore protézé par la reine-mère, Marie de Médicis, le çapeau de cardinal.

    En 1622, il gratifia les ressortissants Lorrains demeurant à Rome d'une église nationale qui prit le nom de Zaint Nicolas des Lorrains.

    Le pontificat de Grégoire XV s'acheva le 8 juillet 1623 en pleine canicule.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire