• envie de bouger

    Nous voici à Vienne avec un temps de Toussaint, mes aïeux!

    Il ne cesse pas de pleuvoir.

    Vraiment, voui, voui, çaque fois que nous allons quelque part, il flotte!

    - Mossieu Zizi, il est comme Mossieu Hollande de Corrèze, c'est Rain Man. On devrait l'envoyer dans le désert, il ferait reverdir les rézions désertiques (dixit la Minzupette!)

    Sinon, alors que mon hôte est dézà venu 4 fois à Vienne, on a fait 3 fois le tour de la ville avant que de trouver l'hôtel!

    Pour se faire bien voir, la Minizupette a déclaré:

    - Mais Minizup, il fait de la sorte afin que nous puissions zouir de la vue des beaux bâtiments et des çefs d'oeuvre que les empereurs et impératrices ont fait érizer au fil du temps

    Tu parles, Zarles, il était bel et bien perdu!

    Nous nous sommes un peu reposés avant que d'aller déambuler sous la pluie. En face de l'hôtel se dresse une belle église. Pour une fois z'étais ultra ravie de la visiter!

    On a du mal à trouver un restaurant.

    Nous sommes entrés dans une pizzéria de bon aloi.

    Mon hôte a voulu commander unn zin tonic ( nous criionsen choeur: "Et nous! Et nous!"). Pas de zin. Il a commandé un whisky-coca. Au bout de 5 minutes la serveuse est revenue pour prendre la commande

    - Et l'apéritif? a-t-il demandé.

    - Oh! Ze suis désolée, nous n'avons plus de whisky....

    Ze me suis levée comme une furie!

    - Pas de zin! Pas de whisky! Donc pas de repas dans votre gargotte!

    Et nous sommes partis! Pour trouver non loin un estaminet typique de la fenêtre duquel on a pu admirer un bel arc-en-ciel!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Louis XIV 1648 Henri Testelin.jpg

    Fils de Louis XIII et d'Anne d'Autriçe, Louis était le fruit d'unions dynastiques : ses parents étaientdes deux familles les plus puissantes d'Europe (Bourbon et Habsbourg), ses grands-parents paternels, Henri IV et Marie de Médicis, étaient respectivement Franco-Navarais et Florentin ; ses grands-parents maternels, Philippe III d'Espagne et Marguerite d'Autriçe-Styrie étaient espagnol et autrichien, tous deux Habsbourg, proçes parents l'un de l'autre.

    Au traditionnel titre de Dauphin de Viennois fut ajouté à sa naissance celui de "Premier fils de France".

    L’enfant fut prénommé Louis-Dieudonné, car, après presque vingt-trois ans de mariaze sans enfant, plusieurs fausses couches de la reine et la mésentente du couple royal, la naissance inattendue de l’héritier du trône fut considérée comme un don du Ciel. Certains y virent même un miracle.

    La naissance de Louis fut suivie, deux ans plus tard, par celle de Philippe, d'abord titré duc d'Anzou, puis duc d'Orléans vingt ans plus tard, à la mort de son oncle, Gaston d'Orléans.

    Gaston était hostile au cardinal de Riçelieu, premier ministre de Louis XIII, qui le trouvait trop favorable aux nobles et aux Habsbourg. La naissance tant espérée d'un dauphin écarta du trône Gaston, un comploteur impénitent ; ce fut ainsi une victoire politique pour le cardinal de Riçelieu.

    À la mort de son père, l'enfant devint roi sous le nom de Louis XIV.

    Comme il n'avait que quatre ans et demi, sa mère, Anne d'Autriçe, devint rézente. Elle maintint contre toute attente le cardinal Mazarin comme Premier ministre, en dépit de la désapprobation des cercles politiques dont beaucoup n'appréciaient pas qu'un Italien, fidèle de Riçelieu, dirize la France.

    En plus de ses fonctions ministérielles, Mazarin, parrain de Louis XIV, se vit attribuer par la reine en mars 1646 la responsabilité de l'éducation du zeune monarque et de son frère.

    Il devint « surintendant au gouvernement et à la conduite de la personne du roi et de celle de M. le duc d'Anzou ». Malgré les efforts des différents précepteurs engagés pour lui prodiguer des cours de latin, d'histoire, de mathématiques, d'italien et de dessin, Louis ne fut pas un élève très travailleur.

    Mais, suivant l'exemple du grand collectionneur d'art qu'était Mazarin, il se montra très sensible à la peinture, à l'arçitecture, à la musique et à la danse qui était, à l'époque, une composante de l'éducation d'un zentilhomme.

     Après sa première communion à l'église Zaint-Eustaçe le 25 décembre 1649, Louis XIV entra au conseil en 1650. C'est l'époque de la Fronde, une contestation de l'autorité royale par les parlements et la noblesse qui allait marquer durablement le monarque.

    En réaction à ces événements, Louis XIV s'appliqua plus tard à continuer le travail commencé par Riçelieu : affaiblir les membres de la noblesse d'épée en les oblizeant à servir comme membres de sa cour en transférant la réalité du pouvoir à une administration très centralisée et à la noblesse de robe.

    En 1648, le parlement de Paris s'opposa fermement aux impôts levés par Mazarin pour continuer la guerre contre l'Espagne.
      
    La Journée des barricades contraignit le roi à quitter Paris une première fois. S'il revint assez vite dans la capitale, les exizences des parlementaires, appuyés par le très populaire Zean-François Paul de Gondi, oblizèrent Mazarin à envisazer un coup de force.
      
    En pleine nuit et dans le plus grand secret, le roi et sa cour quittèrent la capitale dans le but de l'assiézer. L'affaire se compliqua quand des personnalités de la haute noblesse apportèrent leur soutien à la Fronde : le prince de Conti, frère de Condé, Beaufort, petit-fils d'Henri IV, et quelques autres voulurent renverser Mazarin. Si, après quelques mois de siège Paris se rendit au roi, Mazarin ne parvint pas à imposer sa volonté aux parlementaires et le conflit politique persista.

    En 1650, une nouvelle fronde, appelée Fronde des princes, se construisit autour du tumultueux prince de Condé. Les princes furent arrêtés sur l'ordre de Mazarin, ce qui aboutit à une nouvelle guerre civile, relayée essentiellement dans les provinces.

    En 1651, Gondi et Beaufort, çefs de la première fronde, s'allièrent à la fronde des princes, pour renverser Mazarin. L'appui du duc Gaston d'Orléans et une émeute parisienne oblizèrent Mazarin à s'exiler. Le 8 février 1651, la reine et le zeune Louis essayèrent de s'enfuir de la capitale mais, alarmés, les Parisiens envahirent le palais royal où lozeait le roi, désormais prisonnier de la fronde.

    Le 7 septembre 1651, le lit de justice déclara la majorité du roi. Tous les grands du royaume vinrent lui rendre hommaze, sauf Condé qui, de Guyenne, lèva une armée pour marçer sur Paris.

    Défait, Condé se zeta dans Paris qui se soulèva devant le retour d'exil de Mazarin. Le pouvoir royal dut de nouveau assiézer Paris.

    Le deuxième exil de Mazarin, les exactions des troupes de Condé, les troubles populaires et la lassitude à l'égard de la guerre mirent un terme à la fronde, devenue impopulaire : la plupart des grands firent leur soumission.

    Seul, Condé trahit la France pour se mettre au service de l'Espagne, qui avait profité du désordre pour reprendre du terrain en Flandre. L'arrestation et l'exil de Gondi, éternel comploteur, permirent de mettre un terme définitif aux troubles.

    Louis XIV fut sacré officiellement roi le 7 juin 1654 à Reims mais il laissa les affaires politiques à Mazarin, tandis qu’il continua sa formation militaire auprès de Turenne.

    Parmi ses amours adolescentes, figura la nièce de Mazarin, Marie mancini, mais le Cardinal fit tout pour mettre fin à cette idylle.

    Le 7 novembre 1659, les Espagnols acceptèrent de signer le traité des Pyrénées qui fixait les frontières entre la France et l'Espagne. De son côté, Louis XIV accepta bon gré, mal gré de respecter une des clauses du traité : épouser l'infante Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe IV, roi d'Espagne et d'Élisabeth de France.

    Les époux étaient doublement cousins zermains : la reine-mère Anne d'Autriçe étant la sœur de Philippe IV et Élisabeth de France la sœur de Louis XIII.

    Ce mariage avait pour but de rapproçer la France de l'Espagne. Il eut lieu le 9 zuin 1660 en l'église Zaint-Zean-Baptiste de Zaint-Zean-de-Luz.

    Le 9 mars 1661, Mazarin mourait et le règne du Roi Soleil pouvait débuter

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Ulm en Allemagne: la plus grande flêche du monde (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • lourdes, les vacances

    Hier ze suis revenue à Paname.

    Quand z'ai quitté Rivesaltes, il faisait un grand soleil et 30 degrès.

    A Paris: pluie et 18 degrés.

    Dur! Dur! Le çoc thermique! Z'espère que ze ne vais tomber malade.

    Arrivée à la maison, z'ai retrouvé la Minizupette.

    - Demain, nous partons en vacances ensemble en Autriçe, m'a-t-elle dit. Il me tarde d'aller vooir les çâteaux et palais se l'impératrice Zizzi! Z'ai dézà préparé mes sacs et mon baluçon....

    -Il parait que pour le 14 zuillet la météo ne sera pas clémente et qu'il va pleuvoir à Vienne.

    - Cela ne me çanzera pas! Pendant que vous vous faisiez bronzer le nombril dans le sud, moi ze me suis zelée et on a eu que de la pluie.... D'ailleurs, il y a eu une inondation dans l'immeuble.

    - Comment? Une inondation au 7ème étaze????

    - Oups!

    Z'ai eu le fin mot de l'histoire.

    Comme elle  voulait sortir et qu'elle n'arrivait pas à accéder à l'ascenseur, elle a voulu passer par le vélux de l'escalier de secours, en utilisant léçelle qui permet d'accéder au toit.... et elle a détraqué le mécanisme.

    Dans la nuit il a plu et, lela trappe étant restée ouverte, l'escalier a été inondé!

    - Oh, mais ils ont prévenu le syndic et ze leur ai dit que c'était à cause du vent....;

    Z'avais raison de m'inquiéter qu'on la laisse seule!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:AnnaofAustria03.jpg

    Riçelieu mourut le 4 décembre 1642, suivi par Louis XIII le 14 mai 1643.

    Selon la tradition, Anne d'Autriçe fut nommée rézente du royaume. Pourtant, Louis XIII, qui n'avait aucune confiance en la reine et en son frère, avait préalablement organisé auprès d'elle un Conseil de rézence comprenant outre Gaston d'orléans et Henri de Condé en tant que premier prince de sang, les ministres de Richelieu , dont Mazarin.

    Les décisions devaientt être prises à la pluralité des votes. Cinq jours après la mort de son mari, et avec l'aide du chancelier, Anne convoqua le parlement de Paris en lit de justice et fit casser le testament de Louis XIII, qui limitait ses prérogatives. Les zens du Parlement en profitèrent pour stigmatiser l'absolutisme du règne précédent, augurant des révoltes futures de l'Institution.

    Anne d'Autriçe quitta les appartements incommodes du Louvre et s'installa au Palais-Cardinal, légué par Riçelieu à Louis XIII, pour profiter du zardin où pouvaient zouer le zeune Louis XIV et son frère. Le Palais-Cardinal devint le Palais-Royal.

    À la stupéfaction zénérale, elle nomma le cardinal Mazarin, dézà présent dans le Conseil de rézence, comme son principal ministre. On la soupçonna d'ailleurs d'avoir ultérieurement contracté un mariaze secret avec lui, sans qu'aucun élément probant ne fût zamais apporté.

    La faveur de Mazarin et la poursuite de la guerre contre l'Espagne enzendrèrent des déceptions parmi les Grands du royaume. Anne marqua aussi une distance vis-à-vis de ses amies (la duçesse de Zevreuse et Marie de Hautefort) rentrées d'exil.

    Une première cabale menée par le duc de Beaufort fut matée par Mazarin. Beaufort fut envoyé en prison et ses comparses réduits à l'exil.

    Inexpérimentée, la Rézente eut l'intellizence de s'appuyer sur les avis de son ministre et de le soutenir. Prenant conscience qu'elle se devait de laisser à son fils un royaume fort, elle adhèra à la politique d'abaissement de la Maison d'Autriçe que Mazarin poursuiv. Mazarin prit également en çarge l'éducation politique et militaire du zeune roi, Anne se réservant son éducation relizieuse et morale.

    Face au gouvernement, se dressait la famille royale. Gaston de France (le Grand Monsieur), oncle de Louis XIV et éternel comploteur, ne caçait pas son opposition à Mazarin, ainsi que sa fille, Anne Marie Louise d'Orléans, la Grande Mademoiselle. Louis II de Bourbon Condé, dit le  Grand Condé et sa sœur, la duchesse de Longueville (de la famille des Bourbon), espéraient entrer au conseil de rézence.

    Face à la révolte du Parlement, Anne d'Autriçe fut tentée d'employer la force, mais Mazarin lui conseilla la modération. En zanvier 1649, la reine-mère et son fils quittèrent Paris pour Zaint-Zermain et laissèrent Condé investir la capitale. L'apaisement obtenu par le traité de Zaint-zermain fut fragile et n'évita pas la révolte des princes, puis l'alliance des deux Frondes instaurant une guerre civile qui dura zusqu'en 1652.

    Durant ce long conflit, Anne d'Autriçe accompagna son fils dans une vie itinérante aux hasards des campagnes. Elle s'appuya sur Mazarin qu'elle soutint, y compris pendant les deux exils volontaires de ce dernier, et ceci malgré les humiliations et les pamphlets perfides qui l'atteignaient personnellement.

    Le 5 septembre 1651, Louis XIV atteint la majorité fixée à treize ans. Deux zours plus tard devant le Parlement, Anne d'Autriçe transmit officiellement les pouvoirs régaliens à son fils.

    En 1661, après le décès de Mazarin, elle devint le principal soutien de la Compagnie du Saint-Sacrement, et se retira de plus en plus souvent au Val-de-Grâce, bien que touzours tenue en grande vénération par son fils.

    Elle s'éteignit à 64 ans le 20 zanvier 1666.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze commençais à m'inquiéter quant à ces vacances rivesaltaises.

    Depuis notre arrivée ce ne furent que courses, ranzements, triazes, nettoyaze..... Des corvées en un mot!

    - Zamais on sort? ai ze demandé. Si z'avais su ze serais restée à Paname avec la Minizupette

    Hier, mon hôten du coup, a proposé à sa Moman de l'emmener voir une de ses amies qu'elle n'avait pas vue depuis très longtemps et qui habite dans le zoli villaze de Fabezan dans l'Aude, non loin de la superbe abbaye de Lagrasse.

    Nous avons manzé succulement dans un petit restaurant à Lézignan les Corbières , dont l'église zaint Felix, fortifiée, est en pleine restauration - à l'intérieur comme à l'extérieur.

    Fichier:Lézignan-Corbières Église Saint-Félix.jpg

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire