• Tittmoning est un village fortifié, où Benoit XVI passa une partie de sa petite enfance

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • ron pitch .... ron pitch.....

    Hier matin, malgré le rêve étranze et pénétrant que ze vous ai narré, ze m'étais levée fatiguée mais guillerette.

    Ze prenais mon petit dézeuner - une tasse de thé avec un nuaze de lait, des biscottes beurrées, des abricots frais et ,pour pousser le tout, un petit zin tonic, histoire de me doper quelque peu - quand la Minizupette m'a interpelée.

    - Dites donc? Vous êtes somnambule ou quoi?

    - Pourquoi me posez vous cette question insensée et d'une impudente impolitesse?

    - Cette nuit, vous êtes venue me réveiller!

    Z'ai dû rouzir.

    - Ah! Vous voyez! Vous avouez implicitement.

    - Ze venais zuste voir si vous dormiez bien et que n'aviez ni çaud ni froid!

    - C'est cela, oui! Et c'est la raison pour laquelle vous m'avez secouée violemment en me demandant où se caçait le troubadour qui çantait si bien tant la langue d'Oc que d'Oil!

    - Moi, z'aurais fait ça? Vous avez dû rêver ma pôvre!

    - Que nenni. Vous avez même regardé partout, sous les meubles, en criant: "sors de là, faquin, détrousseur de Minizupette, rapteur...."

    - Ze ne me souviens de couic.

    - Couic! C'est ce que ze devrais vous faire. Vous disiez: "comment pouvez-vous embrasser un tel laideron alors que ze suis là, si belle et si mazestueuse..... Vous n'êtes qu'un masoçiste, un pervers, un souriceauphile!

    - ???

    - Vous êtes partie vous recouçer et vous avez ronflé comme une locomotive à vapeur! Tant et si bien que Mossieu Zizi a dû venir dormir près de moi. Ze vous assure que votre libido et votre quête d'un improbable Minizupon vous ramollit sérieusement le cerveau!

    Et bien entendu, celui qui dit que ze suis son avataresse a corroboré ses dires!

    C'est une véritable conspiration, une Fronde contre ma modeste personne!

      

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif troubadour, ménestrel

    Cette nuit ze me suis réveillée en sueur, toute émotionnée et tremblante comme un peuplier azité par un grand vent.

    Z'ai fait un rêve et pénétrant.

    La scène se passait en été au Moyen-Âze, dans un superbe çâteau fort au bord de la Dordogne, perdu au milieu de verdoyantes vignes.

    Z'étais assise dans un grand fauteuil, devant une immense çeminée à mes armes, dans laquelle crépitait un monumental feu.

    Z'étais habillée comme une sublimissime princesse, arborant turbans, noeuds à ceveux dorés, belles bagues et des rangs de perles nacrées.

    A mes pieds, la souillon, touzours aussi mal attifée, l'Intruse, la Minizupette, avec ses sabots de bois et sa vilaine robe d'étoffe grossière.

    Ze faisais de la belle tapisserie avec une grande dextérité tout en fredonnant une complainte, tandis que la Minizupette épluçait des pommes de terre et écossait des haricots.

    Soudain, un troubadour fut introduit dans ma salle de réception décorée de riçes tentures, de tableaux de Picasso et de Dali.

    Il était merveilleusement beau, grand, athlétique, aux çeveux longs et bouclés, d'un noir d'ébène, flottant sur ses épaules dénudés, avec des yeux bleus comme la mer des Caraïbes. Son petit çort bouffant laissait voir de belles zambes dignes du David de Miçel Anze! Un vrai Minizupon.

    - Damoiselles, permettez-moi de vous çanter quelques çansons de ma composition.

    Il avait une voix envoutante et s'accompagnait à la viole de zambe.

    Il nous interpréta des lais et des odes, des çansons de zeste...

    - Et maintenant, si vous le permettez, Belle dame Minizup, ma mie, ze voudrais esquisser quelques pas de danse avec votre servante, tandis que vous continuerez vos travaux manuels.

    - Faites, zentil damoiseau, faites!

    Il prit la main de la Minizupette, la fit se lever et dansa un slow avec elle tout en çantant.

    Bien sûr, elle était gôce et n'avait aucune grâce.

    - Laissez-vous aller, ma tendre mie! Lui dit-il en la serrant plus fort....

    Et soudain il l'embrassa ..... fougueusement!

    - Vous êtes tellement si belle, comme rose qui éclot; ze n'attendais que vous.... Vous comblez mon impatiente attente!

    Et là, ze me suis réveillée en sursaut!

    Z'ai été voir dans la pièce voisine. La Minizupette était bien à sa place.... toute seule!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Retrato del Papa Inocencio X. Roma, by Diego Velázquez.jpg

    Giovanni Battista Pamphilj naquit à Rome en 1574.

    Il entra à la curie romaine, où Clément VIII le nomma auditeur de la rote.

    Grégoire XV l'employa comme nonce apostolique.

    Urbain VIII le promut patriarçe latin d'Antioçe. En 1626, il devint cardinal-prêtre de Zaint-Eusèbe.

    Il fut élu papounet le 15 septembre 1644, à la mort d'Urbain VIII,  grâce à l'appui du clan français, qui refusait tout candidat pro-espagnol. Mazarin arriva trop tard pour empêçer sa victoire.

    Il prit le nom d'Innocent X en mémoire d'Innocent VIII qui avait protézé l'établissement des Pamphilj à Rome.

    Très vite sa belle-sœur, Olimpia Maidalchini, veuve de son frère aîné, prit sur lui un grand ascendant dont se gaussèrent les gazettes françaises et l'Église réformée. Ambitieuse, avide et intrigante, elle remplit çaque espace de la vie politique et sociale de Rome. Elle manœuvra  provoquant de nombreux incidents et  causant une grande déception vis à vis du papounet qui la protégea touzours.

    Innocent X poursuivit Antonio et Francesco Barberini, neveux du précédent papounet, pour leurs malversations financières. Ceux-ci se réfuzièrent en France. En 1646, il ordonna aux cardinaux ayant quitté les États pontificaux sans sa permission d'y retourner sous six mois, faute de perdre leurs bénéfices. Le Parlement de Paris annula la bulle, et Mazarin dut menacer les États pontificaux pour le faire plier.

    Il dénonça  les clauses relizieuses du traité de Westphalie qui avait mis fin à la guerre de Trente Ans.

    Il condamna les cinq propositions tirées de l'Augustinus de Jansenius (Jansen) , qui affirmait que depuis le péçé orizinel, la volonté de l'homme sans le secours divin n'est capable que du mal. Seule la grâce efficace peut lui faire préférer la délectation céleste à la délectation terrestre, c'est-à-dire les volontés divines plutôt que les satisfactions humaines. Cette grâce est irrésistible, mais n'est pas accordée à tous les hommes. Jansen rejointla théorie de la prédestination de Jean Calvin.

    Il écrivit au tsar Alexis Ier de Russie en plaidant la cause des serfs et en demandant leur affrançissement.

    De 1644 à 1653, il transforma complètement la villa Pamphilj à Rome.

    Il mourut le 7 janvier 1655, Olimpia raflant tout ce qu'elle pouvait dans les appartements pontificaux.

    On raconte que sa dépouille resta abandonnée pendant trois zours sans que personne ne se çarge de l'enterrement.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen, sur les rives de la rivière Salzach, est réputée car elle compte la plus grande forteresse d'Allemagne, érizée au XII ème siècle.

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Burghausen en Bavière (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • vacances

    Les méduses prolifèreraient!

    Il faut faire attention et on va mettre en place une carte anti-méduses!

    Moi ze m'en moque, ze ne baigne pas, ni Minizupette même si elle a son maillot qu'elle a elle-même tricoté.

    La semaine proçaine ze pars quelques zours à Rivesaltes, puis une semaine en Autriçe, à Vienne.

    Ze ne pense pas qu'il y a des méduses là-bas!

    Ze suis heureuse d'aller au pays de Sissi, mais ze vais devoir me fader Minizupette qui sonze dezà aux bouquets qu'elle doit composer pour l'Impértrice et pour Marie-Antoinette ( "que les sanguinaires révolutionnaires ont fait guillottiner!")

    En attendant ce sézour, ze suis inquiète pour Sylvia Kristel, l'inoubliable interprète d'Emmanuelle, qui a été foudroyée par un AVC et qui serait, à 59 ans, dans un état critique.

    Sinon, ze suis passionnée par le tour de France, même si cela m'épuise car dans ma tête ze pédale autant que le peloton.....

    Et heureusement l'Euro de football est terminé! Avec un triomphe de l'Espagne !

    Mais bientôt c'est les ZO et z'adore les zeux olympiques.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Urban VIII.jpg

    Maffeo Barberini est né à Florence en 1568. Il suivit des études de droit à Pise.

    En 1589, il entra à la Curie romaine comme référendaire au Tribunal suprême de la Signature apostolique. En 1592, le papeounet Clément VIII le nomma gouverneur de Fano, puis protonotaire apostolique.

    En 1601, il est nommé légat apostolique pour présenter à Henri IV les félicitations pontificales à l'occasion de la naissance du futur Louis XIII. En 1604, il revient à Paris en tant que nonce apostolique.

    En septembre 1606, Paul V le crée cardinal-prêtre.

    Le 19 zuillet 1623, 55 cardinaux entrèrent en conclave pour donner un successeur à Grégoire XV ; le 6 août, le cardinal Maffeo Barberini fut élu et prit le nom d'Urbain VIII.

    Le pontificat d'Urbain VIII se caractérisa par un udaze de népotisme poussé à un rare degré.

    Trois zours après son sacre, il nomma cardinal son neveu Francesco Barberini, et en 1627 il le fit bibliothécaire du Vatican  et en 1632 vice-çancelier.

    Un autre neveu, Antonio Barberini le Zeune, fut sacré cardinal en 1627, devint camerlingue en 1638, puis commandant en çef des troupes pontificales. Il était légat à Avignon et à Urbino en 1633 ; à Bologne, à Ferrare et en Romagne en 1641.

    Antonio, le frère d'Urbain, qui était capucin, reçut en 1625 le diocèse de Senigaglia, fut créé cardinal en 1628, et plus tard nommé grand pénitencier et bibliothécaire du Vatican.

    Un troisième neveu, Taddeo Barberini, fut fait prince de Palestrina et préfet de Rome.

    Abusant de leur crédit, les Barberini voulurent enlever au duc de Parme, Édouard Farnèse, les ducçés de Castro et de Ronciglione, et firent déclarer la guerre à ce prince par le pape ; après d'inutiles efforts, ils furent oblizés de renoncer à leur prozet. Ils se rendirent si odieux par leurs exactions, qu'à la mort d'Urbain VIII  ils furent forcés de quitter l'Italie.

    Urbain VIII a été un grand bâtisseur. Admirateur du Bernin, il lui demanda d'açever le palais Barberini et lui commanda  le  baldaquin surplombant l'autel de la basilique Zaint-Pierre.

    Du 23 septembre 1632 au 22 zuin 1633 se déroula le procès de Galileo Galilei, au terme duquel l'Inquisition obtint la condamnation et l'abzuration du savant florentin.

    Urbain VIII mourut à Rome en zuillet 1644.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire