• Fichier:Philip V 3.jpg

    Philippe naquit à Versailles en septembtre 1683. Il était le fils de Louis, Grand Dauphin, petit-fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriçe et frère de Louis de Bourgogne (qui sera Dauphin de France). Il fut l'oncle paternel de Louis XV.

    En 1690, il perdit sa mère, la dauphine, Marie Anne Christine de Bavière.

    À la fin des années 1690 se posa le problème de la succession d'Espagne : Zarles II d'Espagne, surnommé el Hechizado (« l'ensorcelé »), malingre et contrefait, de santé très délicate, n'avait pas de postérité. Avant même sa mort, les grandes puissances européennes tentèrennt de s'entendre pour partazer son royaume, ne pouvant se satisfaire que soit conservée l'intégrité de l'héritaze espagnol.

    Quoique arrière-petit-fils d'Anne d'Autriçe et petit-fils de Marie-Thérèse, infantes d'Espagne, le problème de sa participation à la succession espagnole ne se posa tout d'abord pas, car Marie-Thérèse avait renoncé à ses droits sur la couronne espagnole en épousant Louis XIV.

    Le roi et les monarques européens s'étaient accordés pour déclarer que l'héritier du trône d'Espagne serait Zoseph-Ferdinand de Bavière. Ce premier traité de Partition accordait à Zoseph-Ferdinand les royaumes de la péninsule espagnole, la Sardaigne, les Pays-Bas espagnols et les territoires américains ; à la France revenait Naples et la Sicile; à l'Autriche, le Milanais.

    À la mort de Joseph-Ferdinand, en 1699, fut conclu un nouveau traité de Partition, à Londres, en 1700, sans l'accord de l'Espagne.

    La France, la Hollande et l'Angleterre reconnaissaient comme roi l'arçiduc Zarles d'Autriche, à qui étaient dévolus les royaumes de la péninsule, les Pays-Bas et les Indes occidentales ; Léopold, duc de Lorraine, recevait le Milanais à condition de céder la Lorraine et le Barrois au Dauphin, qui recevait par ailleurs Naples, la Sicile et la Toscane. Mais Zarles protesta, réclamant la totalité de l'héritaze espagnol.

    Pressé par son principal conseiller et après avoir demandé l'avis du papounet Innocent XII, Zarles II, mourant, çoisit la solution française.

    Le 2 octobre 1700, il fit du jeune duc Philippe d'Anzou, 17 ans, son légataire universel. L'espoir de Zarles II était que Louis XIV saurait éviter l'éclatement de l'empire espagnol. Il mourut peu de temps après, le 1er novembre 1700.

    La nouvelle de la mort de Zarles II parvint le 9 novembre à Versailles. Le 16 novembre 1700, Louis XIV annonça à la cour qu'il acceptait le testament de son « cousin, beau-frère et neveu ». Il présenta alors son petit-fils, âzé de dix-sept ans, à la cour, par ces mots : « Messieurs, voici le roi d'Espagne ».

    Toutes les monarchies européennes, sauf l'Empire, reconnurent le nouveau roi qui quitta Versailles le 4 décembre et  arriva à Madrid le 22 janvier 1701.

    Louis XIV poussa Philippe V à épouser en 1701 Marie-Louise Gabrielle de Savoie, son frère, le duc de Bourgogne (futur dauphin) ayant déjà épousé la sœur de Marie-Louise. Cela devait dans l'esprit des politiques lier non seulement les deux familles, mais aussi les deux États et leur faire mener conjointement une politique anti-impériale.

    Dès lors, même si le risque de réunion des couronnes française et espagnole semblait minime, les monarçies européennes craignirent de voir l'Espagne devenir un protectorat français. L'Angleterre et la Hollande, l'Autriçe, puis le Portugal déclarent la guerre à la France et à l'Espagne.

    En 1713, les puissances européennes étaient épuisées par la guerre ; l'arçiduc Zarles ayant été élu empereur, elles craignirent que les Habsbourg obtiennent un pouvoir trop important. Elles retirèrent leurs troupes et firent la paix à Utreçt.

    Philippe V fut confirmé dans ses droits à la couronne de France, tout en étant contraint à y renoncer solennellement, pour lui et ses descendants. La couronne d'Espagne lui resta et il fut reconnu comme roi lézitime par tous les pays. Cette reconnaissance se fit au prix de pertes territoriales (Zibraltar, Minorque et des territoires en Italie). L'Espagne resta sous influence française, par le biais de Zean Orry, çargé des finances, qui mèna une politique de centralisation à la française.

    Philippe V eut 4 fils de Marie-Louise Gabrielle de Savoie. A la mort de celle-ci, il épousa Elisabeth Farnèse, qui lui donna 7 enfants.

    Philippe, à l'orizine de la famille des Bourbon d'Espagne (à laquelle appartient le roi ZUan Carlos), des Bourbon des Deux-Siciles, des Bourbon-Parme, décéda en zuillet 1746.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif dispute

    Ze sens que la Guerre des deux Souris va reprendre de plus belle après une brève période de trève et de relative accalmie, comme dans les vieux couples.

    Nous ne sommes pas prêtes à fumer le calumet de la paix! Hugh!

    Voui! Voui!

    Mazettte, depuis qu'elle est revenue de son escapade stéphanoise (de Zaint-Etienne, si vous préférez!), la Minizupette, pour parler vulgairement, tant elle m'agace au plus haut point, ne se sent plus pisser le mérinos.

    Hier, à peine étais-ze entrée à l'appartement, elle m'a déclaré péremptoirement:

    - La ligne Internet ne fonctionne pas! C'est tout simplement inadmissible!

    - Comment pouvez-vous le savoir?

    - Parce que z'ai tout bonnement essayé de faire marçer l'ordinateur, pardi!

    - Ze vous ai dézà dit moultes fois que ze vous interdisais d'y touçer! lui ai-ze dit dit en haussant quelque peu la voix.

    - Attention! Vous attentez à mes libertés! Relisez l'article 10 de ma Déclaration des Droits des Peluçes et de la Minizupette.

    - Vous n'allez pas me casser les pieds avec vos arguties pseudo zuridiques... et ze ...

    - Vous êtes en train de violer l'article 5!

    - C'est insupportable à la fin! Avec vos trois neurones déconnectés,  ne comptez pas m'intimider et ze...

    - Vous françissez la ligne zaune en bafouant l'article 3 qui stipule que les peluçes sont intellizentes et que z'ai un QI très elevé!

    - Il ne manquait plus que cela! Et qu'avez vous fait Madame la surdouée par rapport à la panne?

    Elle n'a su que dire!

    - Vous n'avez même pas pensé téléphoner à Oranze. Il a fallu que ce soit moi qui le fasse!

    - C'est normal! Oui! Normal, comme Mossieu Hollande de Corrèze! Cela correspond à l'application de zure et de facto des articles 4, 7 et 10!

    - Et ma main sur votre museau? A quel article, cela va-ce correspondre?

    Grand moment de stupeur avant qu'elle ne s'écrie:

    - Au secours! Elle veut me bastonner, la brute!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Melk, la ville des Babenberg, en Autriçe (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, de retour du travail, nous avons retrouvé la Minizupette à sa place habituelle.

    - Vous m'avez fait une de ces peurs, ma çère! Z'en suis encore toute estrabanquée! lui ai-ze dit après l'avoir poliment saluée.

    - Il n'y avait vraiment pas de quoi! Comme vous, z'ai fait un petit sézour en Province, à Zaint-Etienne.

    Elle me parlait sur un ton supérieur en me toisant du regard, avec quelque impolitesse.

    - D'ailleurs, z'ai  pris de bonnes résolutions durant ces quelques zours!

    Et elle m' a azité sous le nez un espèce de parçemin.

    - Qu'est ce? lui ai-ze demandé.

    - La déclaration des Droits de la Peluçe et de la Minizupette!

    - Hein?

    - Et oui! Ze l'ai écrite et z'entends bien la faire respecter. Ze vais vous la lire.

    Elle a deroulé son document et elle a parlé, tonitruante, comme Mossieu Mélençon à la tribune, haranguant les foules.

    - Article 1.... Voui! Car z'ai mis des articles pour faire sérieux....

    - Ze disais donc, article 1..... Et il ya plusieurs articles, vous l'allez voir....

    "Article 1: toutes les peluçes naissent libres et égales en dignité et en droits.

    Article second: toutes les peluçes ont droit au respect et à la considération de tous et en particulier de la part des avataresses.

    Article tertio: toutes les peluçes sont douées de raison et de conscience et sont très intellizentes - et en particulier Minizupette qui a un QI très élevé.

    Article 4: aucune peluçe ne saurait être tenue en esclavaze ou en état de servitude. A ce titre, une peluçe ne saurait être soumise à la volonté d'une avataresse et encore moins d'une quelconque Minizup.

    Article 5: aucune peluçe ne sera soumise à une quelconque torture, physique ou morale ou à un traitement cruel ou dégradant. Ainsi il ne sera toléré à leur endroit aucune insulte ou reflexion maltapropos.

    Article 6: toute peluçe - et Minizupette en particulier - a droit à la liberté d'opinion et d'expression et il sera considéré qu'elle a raison à priori.

    Article 7: toute peluçe - et Minizupette en particulier - a droit au repos et aux loisirs ainsi qu'à partir en vacances - et surtout à l'étranzer - le plus souvent possible.

    Article 8: toute peluçe - et Minizupette en particulier - a le droit de ne pas se laver, si tel est son désir, tant il est vrai qu'une peluçe sent bon par essence ...de parfum.

    Article 9: nul - et en particulier une avataresse, fût-elle Minizup - ne saurait contraindre une peluçe à faire ce qu'icelle ne veut pas et de zouer à "la princesse et la servante".

    Article 10: toute peluçe - et en particulier la Minizupette - a droit à l'éducation. Il appartient à ses propriétaires de subvenir à ses besoins et à mettre à sa disposition tous les moyens utiles et nécessaires à son développement personnel et notamment à lui donner un accès sans restriction à tous les ordinateurs - portables ou non - de la maisonnée et ce sans limite.

    Et voilà! " a-t-elle conclu fièrement.

    Avec celui qui dit que ze suis son avataresse nous sommes restés bouçe bée! Et c'est peu dire!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Clement XI.jpg

    Gianfrancesco Albani, né en 1649 dans les Marçes, était d'orizine albanaise.

    Il entra à 11 ans au Collège romain, tenu par les Zésuites. Il y suivit des études brillantes et fut remarqué par la reine Christine Ière de Suède.

    À 28 ans, il fut nommé gouverneur de Rieti. Il eut ensuite la responsabilité des diocèses de Sabina et Orvieto. Rappelé à Rome, il fut nommé vicaire de Zaint-Pierre de Rome, puis secrétaire des brefs pontificaux.

    En 1690, il reçut le çapeau de cardinal au titre Aanta Maria in Aquiro, puis fut ordonné prêtre.

    En 1700, à la mort d'Innocent XII, le conclave s'apprêtait à élire le cardinal Mariscotti, mais la France y mit son veto.

    Les cardinaux se tournèrent alors vers le cardinal Albani, qui n'avait pourtant que 51 ans.

    Dès son élection, Clément XI dut faire face à la guerre de Succession d'Espagne : Zarles II était en effet mort durant le conclave.

    Clément XI prit d'abord parti en 1701 pour Philippe V et la France. Cela lui valut l'hostilité autriçienne et le problème de l'investiture du royaume de Naples et de Sicile lui valut également le mécontentement de Philippe V.

    Les revers des troupes franco-espagnoles face à l'Empire laissèrent à découvert les États pontificaux. Euzène de Savoie-Carignan y fit entrer ses troupes. Clément XI dut se résigner à reconnaître Zarles III en 1709.

    De nouveaux coups de théâtre survinrent : les Français reprirent le dessus. L'empereur Joseph Ier meurt et Zarles quitta l'Espagne après son élection au trône impérial. Louis XIV refusa la médiation de Clément XI et la papauté fut représentée  par un observateur au traité de Rastatt.

    En 1718, Clément XI institua à Rome l'Académie pontificale de théologie , qu'il combla de privilèges.

     Concernant son orizine, il considérait l'Albanie comme sa patrie. Il montra de l'intérêt envers ses compatriote. Il y envoya des Franciscains qui ouvrirent des école où on enseigna la langue albanaise.

    Il organisa un Concile à Merqine de Lezhe, pour contrer l'islamisation du pays. Les origines albanaises du Pape Clément XI jouèrent un rôle dans les hostilités contre les Turcs. Il devint le promoteur de la Ligue européenne qui conduisit à deux défaites sanglantes des Turcs par le prince Euzène de Savoie.

    Il mourut le 19 mars 1721.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • création et animation d'Alice : gif au revoir

    Ze n'ai pas fermé l'oeil de la nuit!

    Et tout çà à cause de la Minizupette qui a disparu sans laisser d'adresse.

    Z'ai flippé comme une bête.

    Z'ai appelé la police pour signaler la disparition. Un dialogue ahurissant:

    - Qui a disparu?

    - Minizupette!

    - Ze ne vous demande son pseudo, mais son nom!

    - Mais c'est son nom! Il faut déclençer le plan "personne disparue" avec alerte à la radio et à la télévision.

    - C'est un enfant?

    - Nan! C'est une peluçe!

    Et on m'a raccroçé au nez.

    Z'ai fait les feuilles avec sa photo que z'ai placardées dans le quartier. En vain!

    Z'ai été voir tous les voisins, z'ai fait mon enquête de voisinaze.

    En vain.

    Z'ai mis un messaze sur face de bouc.

    Et là! Le miracle.

    Z'ai eu un appel. De Mossieu Cricri!

    Elles est partie à Zaint-Etienne avec lui.

    - Ze suis parti Samedi. Elle avait préparé son baluçon et elle m' a supplié de l'emmener.... A bout d'arguments, z'ai cédé et elle apris le train avec moi. Elle m'avait dit qu'elle laissait un mot pour vous prévenir, mais ze n'ai pas pensé une seconde à lire ce qu'elle avait pu écrire.... Elle était tellement contente et pressée de partir.... Nous rentrons demain.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires