• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Retour difficile à Paname

    Hier matin, nous avons quitté notre hôtel, le Romantik Hôtel (c'est son nom) tôt, car nous devions aller à Munich pour prendre notre avion de retour.

    Arrivés à la réception, pour régler nos extras, nous nous sommes aperçus de l'absence de la Minizupette.

    - Elle doit être dehors, a dit mon hôte.

    Ze suis allée voir, mais elle avait bien et bel disparu!

    - Où peut-elle être? Elle n'est pas descendue avec nous?

    - Elle m'a dit qu'elle préférait prendre l'escalier pour se dégourdir les pates, ai-ze dit.

    - C'est insensé! Elle nous en fera voir des vertes et des pas mûres zusqu'au bout. Remontons à la çambre. Z'ai l'impression d'avoir oublié un T-çirt dans l'armoire.

    Ett quand il a ouvert la porte du meuble ....

    La Minizupette s'était dissimulée dedans:

    - Ze veux rester ici! Ze suis une peluçe tyrolienne!

    - Ze vous en faire voir une tyrolienne! s'est emporté celui qui dit que ze suis son avataresse. Et croyez moi, vous aller la pousser la tyrolienne.

    On a réussi à la faire venir, non sans mal et sous la contrainte par corps..

    Dans la voiture elle n'a pas cesser de soupirer.

    Pour lui complaire, on a mis son disque de çants traditionnels.

    Dans l'un, il était question de parents et de cousins .... et là, ce fut à nouveau une crise à propos de sa parentelle de Rattenberg.

    Pour la distraire, ze lui ai proposé de danser des danses locales, au cours desquelles les zens frappent des pieds, se tapent sur les cuisses et sur les zoues.

    Cela l'a détendue.... Mais au bout d'un moment elle me donnaient de vraies zifles pour de bon en s'égozillant: "ze laisse mon coeur ici, comme un bel edelweiss!"

    Un vrai puzilat s'en est suivi .... qui faisait rire Mossieu Cricri!

    Comme de bien entendu, sur le çemin, il a fallu s'arrêter pour visiter quelque église et forteresse au risque de rater l'avion.

    Mais finalement nous sommes arrivés à l'heure à l'aéroport.

    Nous avons rendu la voiture .... Nous allions partir quand le contrôleur des locations nous a hélés:

    - Hé! Vous, là bas! Les Français! Revenez!

    Interloqués nous avons rebroussé çemin.

    - C'est quoi cet animal que vous laissez dans le coffre!

    La Minizupette avait profité d'un instant d'inattention pour sauter dans le coffre.

    - Et bien quoi! a-t-elle dit. Mon plan aurait pu marçer.... Le nouveau çauffeur m'aurait peut-être conduite à Rattenberg, çer Groz Mutti et Oppa!

    Et depuis que nous sommes à Paname elle fait le museau....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Hyacinthe Rigaud - Louis de France, duc de Bourgogne (1682-1712) - Google Art Project.jpg

    Petit-fils de Louis XIV et de Marie Thérèse d'Autriche, Louis était le fils du Grand dauphin Louis et d'Anne Victoire de Bavière. Il est né à Versailles le 6 août 1682.

    Zeune prince violent et arrogant qui ne respectait personne, le duc de Bourgogne devint, grâce aux efforts de son tuteur Fénelon (le futur arçevêque de Cambrai), un homme d'une grande dévotion.

    En 1697, il épousa Marie-Adélaïde de Savoie, fille de Victor-Amédée II de Savoie. Ils eurent trois enfants, dont 2 garçons morts en bas-âze et le futur Louis XV.

    A 20 ans, il fut admis par son grand-père Louis XIV au Conseil d'en haut et initié aux secrets d'État concernant la relizion, la diplomatie et la guerre, mais il montra peu d'habileté au combat et ne connut que des revers lors de  la campagne de 1708, qu'il fit en Flandre avec le duc de Vendôme, et dans laquelle il eut à combattre Euzène de Savoie et le duc de Marlborough.

    Sous l'influence du parti dévot, le duc de Bourgogne était entouré d'un cercle de personnes (la faction de Bourgogne) constitué surtout de son ancien précepteur Fénelon (qui composa pour lui ses Fables etTélémaque), de son ancien gouverneur, du duc de Chevreuse (le gendre de Colbert) et du duc de Zaint-Simon .

    Ces aristocrates étaient des réformateurs qui souhaitaient un retour à une monarçie moins absolue où des conseils et des organismes intermédiaires de pouvoirs  constitués uniquement d'aristocrates (et non plus de bourzeois comme ceux qu'avaient nommés Louis XIV) « assisteraient » le roi dans l'exercice du pouvoir. Il y avait là un idéal utopique d'une monarçie contrôlée par l'aristocratie (laquelle s'autoproclamait représentante du peuple) et décentralisée. C'est la politique que le duc de Bourgogne aurait probablement appliquée s'il était devenu roi.

    Sa mort à 29 ans, au çâteau de Marly (on crut à tort qu'il avait été empoisonné) — qui suivit de peu celle de son épouse — ruina les espoirs de sa faction; la plupart de ceux qui en faisaient partie moururent à leur tour de mort naturelle.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Minizupette  et les solutions libérales !

    Nous avons vu hier le superbe Lac de Constance qui baigne la Suisse, l'Allemagne et l'Autriçe et, après les alpes italiennes, nous avons fait une rapide intrusion çez les Helvètes; mais hélas, ze n'ai pas trouvé de bon fromaze à trous... sinon z'en aurais ramené une grande meule à Paris.

    Vu la crise - et le mur de la dette - cela nous aurait fait des réserves avec les spaghettis et les boîtes de sardines que nous stockons au cas où.....

    A ce suzet, il paraît que Mossieu Mélençon, du Front de Gôçe, a critiqué François II Hollande de Corrèze.

    - Cela ne m'étonne guère, a déclaré doctement la Minizupette, c'est un bolçévique avec un coutelas entre les dents! C'est honteux! C'est un crime de lèse Président!

    Durant notre périple, nous avons traversé un villaze, Radin.

    - C'est la ville de Mossieu Zizi et de Mossieu Cricri! s'est exclamée la muridé iconoclaste.

    - Ze ne vous permets pas ! l'a rabrouée à zuste titre celui qui dit que ze suis son avataresse.

    - Mossieu Zilbert a raison. Ils ne sont pas radins, zuste un peu trop économes de leurs deniers. C'est différent quant au concept et....

    - La réalité est la même! Pas de glaces, pas de gâteaux, pas de boissons pétillantes, pas de petits trains touristiques, pas de cartes postales pour ma Groç Mutti et mon Oppa.... La dêçe quoi!

    - Trouvez-en des personnes qui vous emmènent trois fois par an en vacances à l'etranzer et on en reparlera, a dit mon hôte irrité. Si z'avais su que vous seriez aussi ingrate, ze ne vous aurais zamais extirpée de la boutique où ze vous açetée. Vous croupiriez sur un rayonnaze en pleine canicule!

    Ze buvais du petit lait! Du pur nectar! Des paroles divines à mes oreilles! Un ençantement! ..... Tandis que la peluçe odieuse et maléfique boudait...

    - Ze m'en moque! L'an proçain ze partirai seule, où ze voudrai.... A Rattenberg, çez mes parents autriçens, durant au moins un mois. Il y a un hôtel 5* avec un restaurant gastronomique étoilé. Le rêve!

    - Et comment vous offrirez vous de telles vacances! lui a demandé Mossieu Cricri, qui lui permet tout et la protèze sans cesse.

    - Avec mon tricotaze et mes travaux de tissaze.

    - Ce n'est pas demain la veille! ai-ze dit en rigolant.

    - Vous verrez bien. Z'ai mon plan que z'ai cozité durant ce sézour qui m'a offert de fabuleuses perspectives.

    - Et peut-on le connaître? lui a demandé ironiquement mon hôte.

    - Nan! ....Ze vais açeter des maçines à tisser ultra modernes. Z'en ai vu à Innsbrük de superbes et...

    - Et comment allez vous les payer? a azouté Mossieu Cricri, s'intéressant à cette nouvelle lubie du pôvre esprit déranzé et délirant.

    Minizupette  et les solutions libérales !

    - Ze ferai un emprunt à ma parentelle et z'ouvrirai une fabrique....

    - Où cela?

    - Ze me délocaliserai directement au Viet-Nam, parce que la main d'oeuvre y est moins çère qu'en Zine (les çinois réclamant des hausses de salaires mirobolantes). Et en Coçinçine, pas de sécu, pas de taxes, pas de retraites et les petits enfants font leur apprentissaze dès leur plus zeune âze..... Et z'ouvrirai une succursale en Afrique équatoriale .... Et surtout ze ne mettrai pas ma société au CAC 40; ce sera ma société qu'à moi! "La " Tricots von Minizupette international corporation!"

    Elle nous a sidérés! Autant par son libéralisme effréné et éçevelé que par ses connaissances économiques.... Et dire que lorsque nous l'avons recueillie, elle ne savait pas lire ni compter!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La place du monastère

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Léglise abbatiale, romane et baroquisée

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Les bâtiments baroques

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    L'intérieur splendide de l'église (baroque)

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le Cloître (gothique primitif)

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    L'envers du rétable de Verdun

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le monastçre Klosterneubourg en Autriçe

    Le fameux rétable de Verdun (fin du XII ème siècle)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quand la Minizupette, folle de zoie, çoisit sa sépulture

    Hier, mes enfants, nous avons touçé le pompon, atteint le summum de la bêtise, grimpé l'Everest de la crétinerie, atteint les abbysses de la stupidité, frôlé l'Olympe de la démence!....

    Voui! Voui! C'est comme ze vous le dis! Ze n'exazère pas.... Ou à peine.... un petit peu..... Mais si peu!

    Nous sommes allés nous promener dans les montagnes tyroliennes, à la découverte de villazes plus beaux les uns que les autres, avec leurs maisons fleuries, peintes avec des fresques magnifiques et leurs habitants vétus de costumes trzditionnels (dont les fameux "Lederhose", les panatalons et les shorts de cuir).

    Zemin faisant, la Minizupette a vu un panneau routier qui l'a sortie de sa somnolence matitunale.

    - Rattenberg! Rattenberg n'est qu'à 3 kilomètres . On y va ! Ze veux revoir ma grand-mère tricotière et mon Oppa aux lunettes rondes .... sans oublier mes kleine Kousins miens!

    - Ah! vous n'allez pas recommencer avec vos balivernes de parentelle! ai-ze explosé... Nous avons de la route de montagne à faire et, comme c'est samedi et qu'il fait beau, les routes sont bien encombrées.

    L'Intruse s'est mise dans un coin de la banquette arrière de la voiture et s'est mise à ruminer.

    - Z'en ai assez de ces vieux, de ces tyrans qui n'en font qu'à leur tête! Ze souhaite trouver de zeunes nouveaux maîtres qui ne se couçent pas comme des poules, qui me fassent danser avec des DZ brançés - même la techno n'est pas vraiment ma tasse de verveine.

    Arrivés dans la ville de Lienz (à ne pas confondre avec Linz -san "e") - elle a crié:

    - Une autre parente! Z'ai retrouvé une autre parente.... Et celle là, elle est forte. Elle parle l'Allemand, l'Autriçien et l'Italien car la frontière entre les 2 pays est proçe. Et en plus, elle est distinguée, classieuse et très belle, avec un port de tête aristocratique, que dis-ze princier ... royal, impérial.... En un mot, divinissime (en toute modestie).

    Et voilà t'y pas qu'elle se met à causer avec la peluçe d'exposition, lui racontant avec force détails toutes les heures passée en Autiçe et tutti quanti.

    A la fin, elle a dit:

    - Ne vous en faites pas, ze vous enverrai un SMS ....

    En fait elle ne lui a pas demandé son numéro!!!

    Puis nous avons visité Kitzbühl, le Mezève autriçien, et  son si zoli cimetière.

    Et toc! Nouvelle lubie.

    - Ze veux une zolie tombe, ici. Z'y mettrai Mamie, Oppa, mes cousines de Rattenberg, de Lienz, sans oublier mes parents d'Innsbrück!

    - C'est un pavillon qu'il vous faut.... Et vous comptez bientôt mourir? Alors là c'est une merveilleuse nouvelle.

    - Taisez vous, oiseau de mauvais augure! Ze vais écrire au bourgmestre (le maire) de la ville pour savoir si il y de la place..... En attendant sa réponse, ze vais faire mon arbre zénéalozique!

    Cela calmera ses ardeurs!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Hyacinthe Rigaud - Louis de France, Dauphin (1661-1711), dit le Grand Dauphin - Google Art Project.jpg

    Fils aîné de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche, il naquit le 1er novembre 1661 au çâteau de Fontainebleau.

    Zusqu’à 7 ans, il eut pour gouvernante Madame de la Motte. Ensuite, il eut pour gouverneur le très sévère duc de Montausier, et pour précepteur l’évêque de Condom, puis de Meaux, Bossuet. Louis fut, zusqu’en 1674, un élève appliqué. C’est à lui qu’est dédié le premier recueil des Fables de La Fontaine en 1668.

    Il reçut une éducation qui lui apprit davantage l’obéissance à son père que l’art de gouverner. Ses précepteurs en revançe lui transmirent le goût des antiquités.

    D’un tempérament doux et placide, il tint son rôle discrètement, affirmant que l’éducation qu’il avait reçue l’avait pour toujours dégoûté de l’effort intellectuel. Il passait pour un homme de peu d’intelligzence. Les chansonniers le surnommèrent « Gros Gifflard ».

    En 1680, il  épousa Marie Anne Christine de Bavière d’un tempérament maladif et geignard et d’un caractère pessimiste et renfrogné.

    Ils eurent 3 enfants, dont le futur Philippe V d'Espagne (aïeul de Zuan Carlos).

    Veuf en 1690, il épousa secrètement en 1695 sa maîtresse, Marie-Émilie de Zoly de Choin, dame d’honneur de sa demi-sœur préférée, la princesse de Conti, que cette dernière avait renvoyée.

    Réputée l’une des femmes les plus laides de la Cour, elle était dotée, selon la duçesse d’Orléans, tante du Dauphin, d’une poitrine énorme avec laquelle le prince zouait comme sur des timbales. Il n’eut pas d’enfants de cette seconde union.

    Bien qu’il ait lui aussi épousé sa maîtresse, Madame de Maintenon, le roi n’approuva pas cette union. Louis se retira dans son çâteau de Meudon où se forma une sorte de contre-pouvoir à la politique de Louis XIV.

    Opposé à la révocation de l’édit de Nantes, il se signala également par sa bravoure au combat, notamment pendant la Guerre de la Ligue d’Augsbourg.

    Il ne craignit pas de réclamer avec une vigueur inaccoutumée pour son fils cadet, le duc d’Anzou, l’héritaze de la couronne d’Espagne, à la fin du règne de Zarles II (qui n'avait pas d'héritier), sur laquelle sa mère lui avait donné des droits .

    Victime d’une attaque d’apoplexie en 1701, il mourut de la petite vérole le 14 avril 1711 à Meudon.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire