• Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Lilienfeld et son monastère en Autriçe (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le Vatican s'intéresse à moi! Voui! Voui! C'est dans "Le Monde"! 

    Ze suis aux anges!

    C'est le cas de le dire!

    Et ze ne suis pas une puer indulgéntia depravatus.

    La Stampa en Italie et le Monde çez nous se posent une question existentielle à mon suzet.

    Voui! Voui! C'es la vérté vraie! Zuré, craçé!

    L'article est intitulée "Comment dit-on 'Minizup" en latin?"

    La question est d'une telle importance que le papounet Benoît XVI - qui entre nous soit dit a supprimé, en faisant une bulle dans son bain, mon royaume, les limbes! - a même créé une commision ad hoc à ce suzet.

    Sans doute parce qu'il lit mon merveilleux blog, sur lequel ze vous raconte quotiennement, grâce à mon instrumentum computatorium , l'histoire du saint du zour et celle des papounet qui se sont succédé depuis Zaint Pierre.

    D'ailleurs ze vais demander une audience papale pour que le papouunet décrète bullement que mon diary "pazinae sanctae et blogum sacrum"! 

    Il veut rezusciter la langue de Virgile au sein de la société et il saît la place prépondérante que z'y occupe!

    CQFD, n'en déplaise à d'aucuns qui vont rire zaune en lisant ces lignes.

    Adoncques, le Vatican va créer une nouvelle Académie de la langue latine, et la fondation Latinitas du Vatican a dézà publié un lexique de mots modernes traduits en latin, le "Lexicon Recentis Latinitatis".

    Ze vais leur écrire pour savoir comment on traduit "avataresse" ("puer anzelicum?", cela sonnerait bien et me décrirait parfaitement.)

    Ze ne suis pas égoïste ("sui cómmodi studiosa").

    A priori (ex antecapto iudício) et sans avoir fumé ni cigarette ("fistula nicotiana") ou absorbé quelque drogue ("medicamentum stupefactīvum"), ze vous l'annonce, urbi et orbi....

    Minizup en latin se dit.....

    Tunicula minima!

    Et Minizupettte de me demander:

    - Et moi! Et moi! C'est quoi mon nom en latin?

    - Tunicula ridicula minima! lui ai-ze dit.

    Maintenant ze voudrais savoir comment se dit  "Minizup" en ézyptien pharaonique, en araméen (la langue de Zésus!), en grec antique, en sanskrit, en peul, en zavanais ancien!

    PS: Merci à mon zentil fan Zean-François qui m'a fait connaître cet article sur "face de bouc"! Ze le baise amicalement! (ze lui fait un bec en québécois et vive le PQ!)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:The Régent of France, Philippe d'Orléans in 1717 after Jean Baptiste Santerre.jpg

    Phillippe est né en août 1674 au çâteau de Zaint Cloud. Il était le fils de Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et de la princesse Palatine Elizabeth-Zarlotte de Bavière (sa seconde femme). Il fut titré duc de Zartres.

    Il reçut une éducation soignée, tournée vers les fonction militaire et diplomatique. Contrairement à son oncle et à son père, il monta mal à çeval, se montra mauvais danseur et n’aima pas la çaçe.

    Avec la naissance des trois fils de Louis Grand Dauphin, fils aîné de Louis XIV,  le duc de Zartres se retrouvait sixième dans la ligne de succession au trône, ce qui ne lui laissait que bien peu d’espérances de régner et ne le plaçait pas dans la meilleure situation pour faire un mariaze avantazeux.

    Dès 1688, Louis XIV fit allusion à Mademoiselle de Blois, sa bâtarde lézitimée. Ce mariaze parachevait la politique d’abaissement des brançes cadettes de la maison de Bourbon voulue par le Roi. Mais Monsieur et sa femme  zugèrent une telle union  scandaleuse, indigne.

    Le duc de Zartres était plus hésitant, d’autant que l’idée était soutenue par son précepteur, l’abbé Dubois. Au début de 1692, Louis XIV convoqua son neveu et lui déclara qu’il ne pouvaitt mieux lui témoigner son affection qu’en lui donnant en mariaze sa  fille Françoise Marie de Bourbon . Le jeune homme ne sut que balbutier un remerciement embarrassé.

    La Palatine, apprenant l’issue de l’entrevue, zeta de hauts cris mais ne put affronter le roi, d’autant qu’elle savait ne pouvoir compter sur le soutien de son mari. Ce mariage arranzé ne fut guère heureux. Philippe, devenu duc d’Orléans en 1701 à la mort de son père, appelait sa femme « Madame Lucifer ». Ils eurent 8 enfants dont un seul fils (Louis Ier d'Orléans, dit le "Pieux").

    À la mort de Louis XIV, le duc d’Orléans, adulte de la famille royale le plus proçe du roi, devient le rézent du royaume.

    Louis XIV avait tenté de limiter ses pouvoirs dans son testament, en indiquant la composition du conseil de rézence et laissa au duc du Maine, l’un de ses enfants lézitimés, l’éducation du jeune Louis XV. Philippe fit casser le testament par le Parlement[qui le reconnut comme seul rézent, ce qui lui permit de réorganiser le Conseil à son gré et d’évincer le duc du Maine, bientôt exclu de la succession au trône que son père lui avait accordée. Toutefois, le Rézent dut, pour rallier le Parlement de Paris à sa cause, lui restituer le droit de remontrance supprimé par Louis XIV, ce qui ne fut pas sans conséquence au XVIIIe siècle.

    Il tenta de séduire les Français par une politique nouvelle.

    La paix fut rétablie. Afin de promouvoir la paix avec l'Espagne, il fiança en 1721 Louis XV avec l'infante Marie-Anne-Victoire de Bourbon. Elle sera éloignée de la Cour plus tard à cause de son zeune âge.

    Il tenta de rétablir les finances et l’économie avec les audaces de Law. En entamant sa rézence, il annonça son intention d’établir un système d’imposition plus zuste et plus égalitaire. 

    L'abbé Dubois, son ancien précepteur, devenu cardinal et ministre, s’imposa auprès de Philippe.

    Le rézent résida au Palais-Royal qui devint, de 1715 à 1723, le cœur de la vie politique et artistique, supplantant Versailles.

    Sur le plan personnel, le Rézent n’avait rien çangé à sa vie frivole. Le Palais-Royal fut le théâtre de ses débauçes ; les petits soupers y tournaient parfois à l’orzie. Les çansons satiriques de l'époque lui prêtèrent une relation incestueuse avec sa fille aînée, Marie Louise Élisabeth d'Orléans qui, après la mort de son mari -Zarles de France (3ème fils de Louis, le Grand dauphin et donc petit-fils de Louis XIV)  -accumula les amants et scandalisa la cour par sa soif d'honneurs , ses couçeries et ses trois grossesses illézitimes.

    Fichier:Marie Louise Élisabeth d'Orléans as the Duchess of Berry.jpg

    Mais quand les calamités fondirent sur le royaume (incendies, peste de Marseille, effondrement du système de Law), le pays souffrit et zémit, on accusa l’irrelizion du Régent. La finesse du cardinal Dubois, l’énerzie intermittente du Régent et l’absence de toute opposition organisée firent que la monarçie resta debout.

    Louis XV fut sacré en octobre 1722 et confirma le cardinal Dubois comme ministre, mais celui-ci mourut le 10 août 1723. Philippe d’Orléans lui demanda la place de principal ministre que Louis XV  lui accorda sans hésiter.

    Le duc d’Orléans se plonzea dans les affaires avec ardeur. Mais il n’était pas en bonne santé, ayant grossi et étant sujet à des somnolences.

    Il décéda peu de temps après, le 2 décembre 1723.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • rentrée des classes

    On voit que c'est la rentrée des classes.

    Le métro est à nouveau bondé.

    Il y a partout des mioçes mal élevés qui ne vous laissent pas de places assises, qui courent partout en braillant et en bousculant les zens.

    Z'ai révé que la Minizupette allait pour la première fois à l'école.

    Elle était admise directement au cours préparatoire avec une dispense d'âze.

    Elle avait préparé son zoli cartable avec un plumier, des crayons de couleurs, une gomme, un taille crayons et des cahiers.

    - Ze mettrais bien une clé USB, mais ze ne sais pas si il y aura des ordinateurs ou des tablettes numériques à l'école.

    Elle avait mis, non sans râler, un nouveau tablier et elle avait préparé un sac avec son goûter.

    Mon hôte l'accompagnait à l'école. Elle semblait toute guillerette.

    Entrée dans la salle de classe, elle voulut se mettre au pupitre.

    La maîtresse, à l'air revêçe, lui demanda de çanzer de place.

    - Et pourquoi? Ze suis bien ici. Ze domine la situation!

    - C'est ma place. Ze suis la maîtresse et vous êtes une élève.

    Elle se mit au dernier rang en maugréant.

    - Bon, dit la maîtresse. Le nouveau ministre de l'Education nous demande de faire des cours de morale. Donc nous allons parler de morale. Mademoiselle Minizupette, pouvez vous nous donner un exemple?

    - Nan! Ze ne vois pas pourquoi vous commençez par moi. Ze vous préviens, ze ne me laisserai pas faire.

    - Zéro! Vous avez un zéro..... Vous commencez très mal votre année, mademoiselle et ze vais convoquer vos parents.

    - Hi! Hi! Hi! Ze me gondole! ze n'ai pas de parents, ze suis une peluçe! Et ze vous signale que z'ai rédizé les Droits des Peluçes et de la Minizupette qui valent toutes vos leçons de morale.

    - Bon! Zanzeons de suzet. pouvez-vous nous narrer vos vacances?

    - Nan! Ze n'ai pas envie de vous parler de Rattenberg, de ma Gross Mutti et de mon Oppa. Cela me fait trop de peine. Deamandez à quelqu'un d'autre.

    Dans la matinée, tandis que la maîtresse faisait un cours de calcul, la Minizupette sortit de son cartable son travail de tricotaze et se mit à tricoter.

    - Que faites vous? lui demanda l'institutrice.

    - Cela ne se voit pas? Ze tricote.

    - Pendant mon cours?

    - Et oui! Z'ai de nombreuses commandes à honorer! D'ailleurs à ce propos, ze vous demanderais de parler moins fort. Vous m'empêçez de me concenter....Ze saute des mailles.

    Et elle fut renvoyée de l'école à midi!

     

     

      

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Saint Pölten en Autriçe (photos)

    La Hauptplatz et sa colonne

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Le collèze des zeunes filles

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Les mézères

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    La cathédrale

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Une ville avec de nombreuses belles fontaines

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

    Saint Pölten en Autriçe (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • encore une

    Il paraît que plus de 10 000 personnes s'étaient réunies zeudi soir au Walker Art Center de Minneapolis pour la première édition du Festival de vidéos de chats (Cat Video Festival), d'un genre kitsç.

    Ces Américains sont vraiment bizarres.

    Faire un festival sur des çats. Pfouahhhh!

    Si z'avais été dans la salle z'aurais craçé sur l'écran, mazette.

    Le lauréat du Golden Kitty est le clip de deux minutes "Henri 2, Paw de Deux" (zeu de mots sur "paw", qui signifie "patte" et la figure de ballet "pas de deux"), filmé en noir et blanc par un réalisateur de Seattle.

    Le çat - doublé dans un français au très fort accent américain - y raconte ses problèmes existentiels dans la langue de Molière.

    "Ze suis libre de partir, pourtant ze reste", dit le félin.

    Cela prouve sa grande intellizence.

    Un petit pois dans le cerveau!

    Et en plus, dans ce clip, on voit une souris en caze apeurée par ce matou!

    C'est atroce!

    Voui!! Voui!

    De tels films devraient être censurés.

    Ou alors on met la Minizupette dans la caze! Cela, z'aimerais bien.

    3

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous ne sommes pas allés à la Grande Braderie de Lille, la Minizupette refusant obstinément de partir.

    Mon hôte, qui avait envie de sortir nous a emmenés manzer au restaurant dans le quartier des Halles. Il y a encore des touristes.

    Après le dézeuner, nous avons visité l'église Zaint-Eustaçe. C'est François Ier qui posa la première pierre (le Roi; pas Mitterrand!).

    Elle fut en grande partie financée par Colbert. L'église contient son mausolée. Sur le parvis, des touristes nous ont demandé son nom.

    - C'est l'église Zainte Moustaçe, s'est empressée de répondre orgueilleusement Minizupette, fière d'étaler son savoir. 

    - Zainte Moustaçe? Ze ne connais pas ce saint ! a déclaré notre interlocutrice.

    - C'est normal! C'est un saint local! Nous sommes proçes du Marais et des établissements gays et du café "Moustaçe"...

    Puis nous sommes allés au cinéma, voir le film " Mazic Mike". Avec de superbes striptiseurs qui s'effeuillent souvent.

    A la sortie, comme nous passions près de la piscine des Halles, la Minizupette voulait se baigner.

    On a eu du mal à lui faire comprendre que les peluçes n'étaient pas autorisées à se baigner ..... et surtout les souris avec le virus qui sévit aux USA.

    Et là! Eurêka! L'idée de zènie!

    Ze vais appeler les services sanitaires pour leur dire qu'on héberze une sourizette infectée.... Et ils la mettront en quarantaine.

    Parfois ze m'étonne moi-même de ma vive intellizence et de mon sens pratique!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire