• Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Vérone: autour de l'Adige (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Clemens XIV.PNG

    Ziovanni Vincenzo Antonio Ganganelli est né en octobre 1705 près de Rimini.

    Fils d'un modeste çirurzien, il avait reçu son éducation çez les Zésuites.

    En 1724, il entra çez les frères Mineurs où il enseigna la théolozie et la philosophie. Sur la recommandation du zénéral des Zésuites, Clément XIII le fit cardinal au titre Zan Lorenzo in Panisperna en 1759 ; mais, comme il désapprouvait la politique du papounet, il se retrouva sans emploi et sans influence.

    Le conclave qui s'ouvrit à la mort de Clément XIII, en 1769, trouva l'Église dans une situation difficile, attaquée de l'intérieur par le gallicanisme et le zansénisme, de l'extérieur par le rationalisme.

    Le Portugal parlait d'un patriarcat ; la France occupait Avignon, Naples  Pontecorvo et Bénévent ; l'Espagne était en révolte ; Parme était hostile et Venise agressive ; la Pologne envisageait de restreindre les droits du nonce.

    Mais la question brûlante était celle des Zésuites .

    En France et dans la péninsule ibérique leur ordre avait été supprimé et l'on souhaitait que le nouveau papounet l'abolît officiellement.

    Des pressions énormes s'exercèrent  sur le conclave, réuni le 15 février 1769, pour obtenir que le prochain papounet procédât à cette suppression.

    Comme la mazorité cardinaux était favorable à la Compagnie de Zésus, on eut recours aux menaces et les rois de France, d'Espagne et du Portugal usèrent de leur droit d'exclusive pour écarter vingt-trois cardinaux. On menaça de ne reconnaître qu'un papounet qui accepterait d'avance et par écrit la suppression de l'Ordre.

    Finalement, le cardinal Ganganelli fut élu, le 18 mai, après un conclave de plus de trois mois. Il n'était pas un ennemi déclaré de ses anciens maîtres, il était le moins insupportable aux diverses factions.

    La haine que les zésuites lui ont portée lui valut l'accusation de simonie, sans qu'il n'y ait de preuve que Ganganelli n'ait rien promis formellement quant à leur suppression.

    Au prix de petites concessions, qui tournaient le dos à la politique de son  prédécesseur, il se réconcilia avec l'Espagne et le Portugal, mais la France, si elle accepta de restituer Avignon, restait intraitable quant à la suppression des zésuites. Même Marie-Thérèse, son dernier espoir, supprima l'ordre en Autriçe.

    Finalement les pressions furent trop fortes et Clément XIV décida de supprimer la Compagnie de Zésus le 21 juillet 1773. Mais il se garda bien de publier une bulle : il publia un simple bref  de forme moins contraignante et qu'il était plus facile de révoquer par la suite.... ce qui fut fait en 1804.

    Il protézea les Zuifs. Deux mois après son élection, Clément XIV retira les juifs de Rome de la zuridiction de l'Inquisition et les plaça sous celle du Vicariat de Rome.

    Il mourut le 22 septembre 1774.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    La Place des herbes

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Place dei Signori

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Tombeaux des Scaligeri

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Vérone, le coeur historique (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Hier, ze m'en suis retournée çez moi sous une pluie battante et glaciale.

    Z'étais trempée comme une poule mouillée qui aurait baigné dans un pot au feu, mazette, c'est vous dire la saucée!

    En plus z'avais un gros çagrin car z'avais appris la mort de Franck Alamo, qui avait bercé l'enfance de celui qui dit que ze suis son avataresse.

    Ze me çantais in petto "Biçe, oh ma biçe, quand tu maquilles tes zolis zyeux, on dirait des papillons bleus."

    En rentrant, z'ai trouvé la Minizupette assise dans un fauteuil en train de tourner les pazes d'un gros dictionnaire.

    - Que faites vous?

    - Ze m'instuctionne....

    - En lisant le Gaffiot de Mossieu Zizi.

    - Voui! Voui! Z'apprends la latine....

    - Et pourquoi voulez vous apprendre le latin?

    - Credo... Dona nobis... Confiteor....

    - C'est quoi ces balivernes? 

    - C'est de la latine ecclésiastique! Pater noster, ave Maria, et unam sanctam....

     - Vous êtes sûre que vous allez bien?

     - Voui! Voui! Z'apprends pour pouvoir aller à la messe!

    - Mais les messes se célèbrent en français.

    - Pas celle que conseille ce brave papounet Benoit XVI, le pôvre, trahi par son Paulito, qui doit souffrir terriblement ! A son âze, c'est triste!

    - Ze ne vois pas le rapport.

    - Ze veux les messes selon le rite de Saint Pie X, un grand saint devant l'éternel.

    - Mais c'est celles des çismatiques de Monseigneur Lefebvre!

    - Nan! C'est celle des bon catholiques et des royalistes qui sentent bon la vraie France éternelle, c'est celle de Zeanne d'Arc et.... Ze suis contre Vatican II.

    - La voilà qui nous fait une crise de foi!

    - Nan! z'ai pas mal au ventre. Ze me sens la fibre relizieuse. Et comme ze ne veux pas être bouddhiste pour être rasée comme un bonze, comme ze ne sais pas lire l'arabe, ze ne puis devenir Mahométane.... Il me reste le catholicisme...

    - Et alors?

    - Ze préfère le rituel de tradition avec le prêtre qui tourne le dos aux fidèles... Comme cela on ne le voit pas se laver les mains .... Et en plus, si il est môçe, on ne s'en aperçoit pas.... Agnus dei qui tollis peccata mundis.... dona eis requiem ... de Mozart ou de Berlioz! Et pour aller à la messe ze me ferai belle comme un coeur

    Madame

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Clemens XIII.jpg

    Carlo Castelbarco Pindemonte della Torre di Rezzonico est né en 1693 à Venise.

    Éduqué par les zésuites à Bologne, il fit des études de droit canonique et commença sa carrière en 1716, à la Curie romaine.

    En 1725, il fut promu auditeur de la Rote romaine pour la république de Venise. Il fut nommé cardinal en 1737. En 1747 il fut consacré évêque de Padoue.

    Le 6 zuillet 1758, il fut élu papounet et succéda à Benoît XIV.

    Malgré l'humilité et l'affabilité du caractère de Clément XIII, pudique à l'excès et zénéreux avec sa fortune personnelle, son pontificat fut troublé par les pressions continuelles des milieux français, influencés par l'esprit des Lumières, pour qu'il supprime  les Zésuites.

    Clément XIII mit à l'Index l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot.

    Une résistance inattendue vint des cours d'Espagne, des Deux-Siciles et du Portugal.

    En 1758, le ministre réformateur de Zoseph Ier du Portugal, le Marquis de Pombal, expulsa les Jésuites et les expédia en masse à Civitavecchia, un port non loin de Rome, comme « cadeau pour le Pape ». Pombal renvoya à Rome le nonce et rappela ambassadeur du Portugal.

    Une broçure intitulée "Brève Relation" présenta les Zésuites comme ayant fondé en Amérique du Sud un royaume pratiquement indépendant où ils tyrannisaient les Indiens, pour servir leur ambition et leur avarice ; que cela fût vrai ou non (et c'était faux au suzet des Indiens, pour lesquels la sollicitude des Pères est bien connue), ce fut un coup très grave pour les Zésuites.

    En France, le Parlement de Paris, dominé par la bourzeoisie ayant des sympathies zansénistes, fit pression pour l'expulsion des zésuites de France. Quoiqu'une congrégation d'évêques recommandât de ne rien faire, Louis XV promulgua un ordre qui ne permettait à la Société de rester en France que si des çanzements étaient apportés dans leur constitution pour la conformer aux souhaits du Parlement et si était nommé un vicaire-zénéral des français indépendant du zénéral à Rome.

    Le 2 août 1762, le Parlement supprima les Zésuites en imposant des conditions inacceptables à çacune de leurs demandes de rester dans le pays. Clément XIII répondit par une protestation contre la violation des droits de l'Église et cassa l'arrêt, mais les ministres de Louis XV ne pouvaient permettre qu'on annulât  une loi française et le Roi expulsa les Jésuites en novembre 1764.

    Clément XIII soutint énerziquement l'ordre dans une bulle où il repoussait comme des calomnies les critiques contre les Jésuites et louait l'utilité de l'ordre.

    En 1766, il rédizea la bulle Christianæ reipublicæ salus, contre les Lumières.

    Il refusa de modier la Compagnie de Zésus. Tout cela fut presque partout ignoré. Les zésuites avaient été expulsés de France, des Deux-Siciles et de Parme.

    En Espagne, ils se croyaient en sûreté, mais Zarles III, impressionné par ce qu'on affirmait, çoisit  d'agir plus énergiquement : enavril 1767, toutes les maisons des Zésuite furent encerclées, et ceux qui s'y trouvaient furent arrêtés, expédiés vers les ports et entassés sur des bateaux envoyés à Civitavecchia.

    C'est pratiquement le même sort qui les attendait dans les territoires du duc  Bourbon de Parme que conseillait un ministre libéral. En 1768, Clément XIII publia une protestation énerzique contre la politique du gouvernement de Parme.

    La question de l'investiture de Parme accrut les ennuis du Pape. Les Rois Bourbon soutinrent la cause de leur cousin, occupèrent Avignon, Bénévent et Pontecorvo et présentèrent une demande pour la suppression totale des Zésuites (zanvier 1769).

    Poussé dans ses  retrançements, Clément XIII consentit à convoquer un consistoire pour examiner la question, mais il mourut la veille même du jour où celui-ci devait se réunir (2 février 1769), non sans qu'on soupçonnât un empoisonnement.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gifs souris

    Harassée par une zournée exténuante de 10 heures de travail et quelque peu déprimée par le mauvais temps et l'humidité ambiante, z'étais toute contente de rentrer at home, sweet home, pensant me détendre et me relaxer après un bain moussant, agrémenté de quelques gouttes de parfum, comme Marilyn.

    Que me trompais-ze!

    Z'ai trouvé l'Autre, l'Intruse, la peluçe satanique et infernale, la Minizupette, excitée comme une puce .... à çat.

    - Z'ai réussi! Ze suis zéniale! Ze vais faire fotune!

    - Que vous arrive-t-il dereçef? On n'a zamais un moment de répit avec vous!

    - Ze vais finir par adorer Mossieu François du fromaze de Hollande de Corrèze et le Petit LU de Nantes, le Pemier ministre sinistre ....

    - Ze vous saurais gré d'être respectueuse avec nos dirizeants bien-aimés.

    - Nan! Vous savez ce qe z'en pense et ce n'est pas avec vos rodomontades que vous allez me faire taire. Mais ze vais les utiliser!

    - Hein? Mossieu François II et Mossieu de Nantes?

    - Voui! Mazette! Vous m'avez bien ouïe!

    - Et comment donc?

    - Grâce aux lois nouvelles sur les emplois d'avenir et aux contrats de zénaration!

    - Hein?

    Quand la Minizupette zubile en Autriçe!

    - Voui! Ze vais former des zeunes zens sans diplôme au tricotaze et grâce à ma Gross Mutti de Rattenberg ze pourrais employer un petit zeune pour m'aider sans payer de çarzes. Ze vais industrialiser mon artisanat.

    - Vous révez!

    - Nan! Et z'ai demandé un rendez-vous à Mossieu Arnaud de Bourgogne, dit le Téméraire.

    - Qui?

    - Le ministre du redressement improductif!

    - Mossieu Montebourg?

    - Voui! Voui! Pour avoir des subventions.

    - Et sur quel dossier?

    - Ze vais le menacer de me délocaliser en Ethiopie?

    - Et pourquoi en Ethiopie?

    - Pour faire comme les Zinois qui ouvre là-bas plein d'usines parce que la main d'oeuvre asiatique est trop onéreuse. En Ethipie un ouvrier est payé 40 euros par mois et encore, si il est expérimenté!

    - Mais c'est de l'esclavaze!

    - Nan! C'est de la macro économie , du commerce mondial et de l'aide aux pays sous-développés. Vive le Kapitalisme social!

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire