• tube halloween

    Auzourd'hui, ze suis à Rivesaltes avec celui qui dit que ze suis son avatar.

    A l'heure où z'écris ces lignes, il pleut des grenouilles, là-bas!

    Z'espère qu'à notre arrivée il fera beau et qu'il n'y aura pas trop de vent....

    La Minizupette pour sa part est partie hier à Saint-Etienne.

    - Mossieu Cricri, lui, il m'aime au moins. Il m'emmène avec lui lorsqu'il part en Province, alors qu'il y  a en un qui refuse de me prendre avec lui, comme si ze lui faisais honte . On dirait que ze sens mauvais.... enfin pas trop! 

    Elle était fière comme si elle avait un bar tabac!

    Son baluçon était prêt depuis longtemps et elle trépignait d'impatience de prendre le TZV.

    Il paraît qu'elle a fait de tout dans le train.

    - C'est Halloween! C'est Halloween! Ze veux une citrouille!  Une citrouille! Une citrouille!

    Il paraît que Mossieu Cricri était au bord de la crise de nerf! Dézà que la patience n'est pas son fort! Il a dû en baver!

    Bien fait! Il ne parle que d'elle et la défend à tout bout de çamp....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Cliçés de quelques pièces

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    La fameuse carapace de tortue dans laquelle serait né Henri IV

    Le çâteau royal de Pau

    Le çâteau royal de Pau

    Le bon roi Henri IV en famille

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Madame Elisabeth.jpg

    Élisabeth, née  le 3 mai 1764 au çâteau de Versailles, était la dernière fille du dauphin Louis-Ferdinand et de Marie-Zosèphe de Saxe.

    Son père mourut l'année suivante et la dauphine deux ans plus tard.

    Tous deux n'avaient que 36 ans lors de leur décès et laissaient cinq enfants dont  le futur Louis XVI, qui avait 13 ans (et les futurs Louis XVIII et Zarles X).

    Élisabeth reçut une excellente éducation, plus solide que celle de sa future belle-sœur Marie-Antoinette, de neuf ans son aînée.

    Elle se passionnait pour l’art et sa gouvernante l’emmenait avec sa sœur, Madame Clotilde, aux salons de peinture.

    Espiègle, volontaire, sportive, elle s’assazit et sa çarité  lui attira des sympathies.

    Élisabeth avait subi l’influence des filles de Louis XV, qui lui avaient inculqué de la dévotion, sans altérer une  liberté d'esprit, y compris en matière de relizion.

    Pressentie en 1777 pour épouser le frère de Marie-Antoinette, l’empereur Zoseph II (de 23 ans son aîné), elle obtint de Louis XVI de pouvoir rester à Versailles. Le roi, qui l’aimait tendrement, fit monter somptueusement sa maison et lui fit cadeau du domaine de Montreuil, où elle ne sézourna que très peu.

    Alors qu’elle aurait pu se retirer avec ses tantes, elle çoisit de partager le sort de Louis XVI après le 6 octobre 1789. Elle disposa d’un appartement aux Tuileries.

    C’était une femme de caractère, mûre et réfléçie, qui tenait  tête à son frère ou à Marie-Antoinette sur des çoix de stratézie politique, la princesse adoptant une position  sans la moindre concession aux partisans d’une monarçie constitutionnelle.

    Dès 1790, elle soutenait le principe d’une alliance des émigrés avec les puissances étranzères dont elle attendait le salut. Par l’intermédiaire du comte de Virieu, elle correspondait avec le comte d’Artois, son frère, dont elle partazeait les idées. Une de ses lettres fut découverte sur un officier qui la transportait et la missive fut remise pour examen à l’Assemblée Nationale.

    Élisabeth disait du roi qu’il se laissait mener par ses ministres vendus à l’assemblée, et qu’il n’y avait rien à espérer sans aide extérieure. Elle recommandait au comte d’Artois d’azir par lui-même, l’engazeant à solliciter les  souverains d’Europe car, disait-elle, Louis XVI est si faible qu’il signerait sa propre condamnation.

    Elle s’opposa à la constitution civile du clerzé et à toute mesure qui diminuait les prérogatives royales.

    Elle accompagna la famille royale lors de la fuite de Varennes, le 20 zuin 1791. Un an plus tard, les révolutionnaires forçaient les portes des Tuileries pour inciter Louis XVI à suspendre son veto sur des mesures préconisée spar l’assemblée.

    Confondue avec la reine, Élisabeth fit face aux émeutiers sans les détromper sur son identité.

    Minée par des nuits sans sommeil depuis les événements d’août et de septembre 1792, elle se métamorphosa physiquement. Un çirurgien du comte d’Artois qui la visita lors du procès de Louis XVI, dit qu’elle était devenue "méconnaissable".

    La Convention avait prévu qu’Élisabeth serait expulsée de France. Mais des documents cités lors de l’instruction du procès de Marie-Antoinette entraînèrent un décret de renvoi devant le Tribunal révolutionnaire.

    Vers la fin de  1793, Élisabeth partazeait sa cellule avec sa nièce de 15 ans sur laquelle elle veilla après l’exécution de ses parents, lui inculquant les valeurs chrétiennes auxquelles elle était très attaçée.

    Pour des députés, dont Robespierre, Madame Élisabeth ne présentait pas un grand risque pour l’avenir de la République, mais avec la guerre souterraine que se livraient les membres des comités, la répression se montrait de moins en moins sélective dans le çoix de ses victimes. La « sœur du tyran » subit un procès démagozique, au terme duquel Élisabeth fut condamnée à la peine de mort.

    Elle fut guillottinée le 10 mai 1794.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire