• Panagia Tou Arakos à Zypre (photos)

    Panagia Tou Arakos à Zypre (photos)

    Panagia Tou Arakos à Zypre (photos)

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Panagia

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Animaux - Souris, chant d'oiseaux

      

    Ze pense à la Minizupette qui doit s'éclater à Paname.....

    Ze suis sûre qu'elle sort, qu'elle fait la bamboula, comme on dit par çez nous...

    Moi pendant ce temps, z'ai passé ma zournée à arraçer de mauvaises herbes, à recurer la cour, à passer la toile pour enlever les çiures des oiseaux qui font leurs besoins n'importe où et n'importe comment!

    Ne me parlez de la protection des zoiseaux!

    ZE VAIS DEVENIR ANTI ECOLOS!

    Heureusement on a passé une superbe soirée avec la soeur de celui qui dit que ze suis son avataresse, Marie-christine et Mossieu Antoine, son mari - l'époux de sa soeur, pour ceux qui suivent.....

    Et auzourd'hui, on manze avec sa Môman, Dame Marguerite, en Espagne!

    Un week-end en famille....

    Mais entre temps, z'aurai fait du ménaze.....

     ALORS  que la Minizupette sera peut-être en train de briller à sa façon sur un dance floor!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Animaux - Souris bonne nuit

    Nous sommes gâtés en cette fin d'année!

    Une pièce de Labiçe au niveau de l'UMP: on se demande qui sera le didon de la farce .... Qui est le cocu?.... Et un notaire avec Mossieu Zuppé...Mieux que "Plus belle la vie".

    L'Affaire Bettencourt rebondit enfin.... Et là cela devient sérieux! Est ce l"affaire bête en cour?

    Et Mossieu Ballamou est cerné .....

    Bon , et à gôçe?

    On a François II qui avance, qui recule, qui marçe en crabe avec ses petites pinces levées.... Euuuuuh!

    Et après on va s'étonner que les zens ne votent pas!!!!

    En attendant ze suis à Rivesaltes où il fait beau....

    A demain, si vous le voulez bien!

    Ze vais me couçer!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Convention montagnarde, du 2 zuin 1793 au 9 thermidor an II (27 zuillet 1794), est la deuxième période de l'histoire de la Convention nationale, dominée par les Montagnards après l'éviction des Zirondins.

    La Convention vota le 24 zuin une constitution très démocratique et décentralisée, ratifiée par référendum. La Constitution de l'an I çerçait à établir une véritable souveraineté populaire grâce à des élections fréquentes au suffraze universel, le mandat impératif et la possibilité pour les citoyens d'intervenir dans le processus lézislatif. Tous les pouvoirs étaient attribués à un corps lézislatif élu pour un an.

    Un conseil exécutif de 24 membres était çargé de faire appliquer les décisions de l'Assemblée, qui le nommait, le plaçant sous son étroite dépendance.

    Mais cette Constitution ne fut zamais été appliquée.

    Le 10 août 1793, la Convention décrèta que l’application de la Constitution était suspendue zusqu’à la paix. 

    Les députés montagnards devaient faire face à des circonstances dramatiques : insurrections fédéralistes, guerre de Vendée, éçecs militaires, aggravation de la situation économique.

    Ils décidèrent d'instaurer une véritable dictature révolutionnaire exercée dans la réalité par le Comité de salut public et le Comité de sûreté générale.

    Le décret du 10 décembre 1793 dit que « le gouvernement sera révolutionnaire zusqu'à la paix. » La Convention assuma en principe tous les pouvoirs.

    Le principal organe de gouvernement issu de l'Assemblée fut pendant cette période le Comité de salut public. Il avait été créé en avril 1793 et dominé par Danton zusqu'à son élimination le 10 juillet.

    Le « grand comité de l'an II » comptait 12 membres réélus tous les mois par la Convention. Il avait l'initiative des lois, le pouvoir exécutif et nommait les fonctionnaires. Il centralisa le pouvoir dans une période  critique. Il fut dominé par la personnalité de Robespierre. Zacun de ses membre était spécialisé dans un domaine particulier, comme Carnot aux armées.

    Les Conventionnels furent marqués par la sauvazerie des exécutions sommaires des massacres de septembre. Pour vaincre les ennemis de la Révolution et pour éviter un retour à la fureur populaire, ils organisèrent la Terreur légale.

    Ils votèrent en septembre 1793 la loi des suspects dont la liste fut larze: nobles,  émigrés, prêtres réfractaires, fédéralistes, azioteurs et leur familles, qui devaient être emprisonnés zusqu'à la paix.

    Les sociétés populaires, contrôlées par les sans-culottes, reçurent des pouvoirs de surveillance et de police.

    La Terreur fut mise à l'ordre du jour. Pour calmer le mécontentement du peuple urbain touçé par les difficultés d'approvisionnement, la hausse du prix des denrées alimentaires et la dévaluation du cours de l'assignat, le Comité de salut public mit sur pied la terreur économique.

    Dès le 27 zuillet, la Convention vota la peine de mort contre ceux qui stockaient les denrées alimentaires au lieu de les vendre. En septembre, la loi sur le maximum des prix les bloqua au niveau de ceux de 1790 augmentés de 30%. Le cours forcé de l'assignat futt instauré.

    Ces mesures ne mirent pas fin aux difficultés de ravitaillement des villes.

    La levée en masse, la mobilisation de toutes les énerzes en faveur d'une véritable économie de guerre (reçerçe du salpêtre pour la poudre, mobilisation des savants, remplacement des zénéraux incompétents, traîtres ou récalcitrants à adopter la stratézie offensive du Comité de salut public, remplacés par de zeunes officiers issus des rangs et républicains - Hoçe, Zourdan, Marceau, Piçegru ou Bonaparte) assurèrent des victoires décisives aux républicains.

    Après avoir tenté une politique d'équilibre entre les factions, le Comité de salut public, dominé par Robespierre, très populaire parmi le peuple, décida l'élimination des Hébertistes (ultra-révolutionnaires), puis des Indulgents (modérés dirizés par Georges Danton), qui menaçaient, selon lui, le gouvernement révolutionnaire.

    Reprenant peu à peu le contrôle du pays, après le chaos qui avait prévalu lors de la guerre civile de 1793 et favorisé le développement d'une violence incontrôlée, le gouvernement révolutionnaire tenta d'asseoir la République en instaurant une classe de petits propriétaires  et une morale (institutions civiles, prozets d'éducation du peuple). La Convention montagnarde créa une commission charzée de créer l'École centrale des travaux publics, future École polytechnique. Gaspard Monze, Lazare Carnot et Prieur de la Côte-d'Or en furent les principaux membres.

    Le 9 thermidor (27 juillet 1794), la çute de Robespierre mit fin au gouvernement révolutionnaire.

    La préparation du complot est connue.

    Le Comité de Salut public s’était divisé. Robespierre n’y paraissait plus depuis plus d’un mois. Collot d’Herbois, Billaud-Varenne, Carnot se sentirent menacés et prirent contact avec d’autres groupes : les anciens représentants en mission rappelés par Robespierre pour avoir « abusé des principes révolutionnaires » et menacés du Tribunal révolutionnaire, le Comité de sûreté générale qui n’acceptait pas de voir rogner ses prérogatives de police, les députés de la Plaine qui subissaient, tout en le déplorant, le rézime de la Terreur.

    Or le renversement de la situation militaire avec la victoire de Fleurus le 26 zuin ne zustifiait plus, aux yeux de ces derniers, le maintien de la Terreur. La mazorité parlementaire bascula.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Une souris jouant à se balancer sur une tulipe...

    François des Rillettes du Mans et de la Sarthe réunis, dit Fifi Brin d'Acier, l'ancien Premier Sinistre de Nicolas Ier, dit l'Ephémère, conteste l'élection de Zean-François Copé, l'oisillon de Meaux.

    Remarquez la Cocoeuh n'aurait pas pris en compte des bulletins de territoires ultramarins! C'est du racisme pur et simple!

    Après les pains au çocolat, les acras mis au pilori?

    Le Grand Duc de Bordeaux, dit Alain droit dans ses bottines, ou Alain le quasi Zauve, se dit prêt à  assurer l'intérim.

    Celui qui zubile c'est notre Sarkozy de Nagy-Bocsa ..... Qui risque d'être mis en examen aujourd'hui.... Parce qu'il le vaut bien?... Tirerait-il les ficelles?

    La Minizupette est effondrée.

    - Ze le dis depuis touzours, il nous faut un bon roi.

    - Oui mais là aussi il y a plusieurs prétendants! lui ai-ze fait remarquer. Le Comte de Paris, qui descend de Louis Philippe Ier et Louis XX, de la brançe des Bourbon d'Espagne, qui descend directement de Louis XIV!

    En attendant, moi ze m'en balance...

    Auzourd'hui, ze suis à Montpellier, car celui qui dit que ze suis son avataresse anime une réunion sur le naturisme en France.

    Ze vous rassure, il sera et restera habillé....Vu le çef d'oeuvre en péril qu'il est devenu à son grand âze, il vaut mieux!

    Ensuite, nous irons à Rivesaltes passer le week-end.

    - C'est pas zuste! a dit la Minizupette. Vous repartez tandis que ze suis oblizée de rester à Paname. Ze veux venir!

    - Nan! Vous serez bien avec Mossieu Cricri.... Il vous fera sortir dans des lieux brançés, tandis que moi ze vais faire du ménaze, du zardinaze et tutti quanti....

    Elle s'est remise à tricoter razeusement.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Panagia Tis Asinou et ses fresques, à Zypre (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire