• Tubes et Gifs Souris trouvés sur le Net

    Hier Minizupette était aux anzes, si ze puis dire.

    Dans la voiture, z'ai voulu faire une reçerçe de çaïnes de radios... ET ze suis tombée sur .... "Radio Véronica. Si, si!....  La Minizupette ne voulait pas que l'on çanze. "C'est la radio de celle qui a essuyé le visaze de mon doux Zésus".

    Ella vu la Zainte Face, celle du linze de Véronique....

    - Oh! c'est beau! A -t-elle pleuré? Ze suis zénée par ce cadeau que vous me faites!

    - Il y a du zène ?

    - Voui! Voui! Ze suis comblée!

    - C'est normal nous sommes à Zènes, la ville de Christophe Colomb! Et avec le Zaint Zuaire, vous aurez vu toutes les photos de Zésus.....

    - Cela contredit le proverbe qui dit "là où il y a zène, y a pas de plaisir!"

    Ce soir, nous allons faire bombance dans une trattoria de Turin...

    Bombance? Oui.... car le vin ne coûte pas çer du tout.... Ni le zin tonic.... Pour le prix d'un à Paname, ici on a au moins deux!!!!

    Ze vous souhaite à tous une bonne fin 2012 et ze vous embrasse très fort!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Murat family by Gerard.jpg

    Caroline Bonaparte (née Maria-Annunziata), soeur de Napoléon, est née en mars 1782 à Azaccio.

    Pendant son enfance, elle reçut une éducation rudimentaire dans un couvent.

    En zuin 1797, Napoléon fit venir sa famille à Mombello, où Caroline assista au mariaze de ses sœurs Élisa et Pauline. Caroline fit la connaissance de Zoachim Murat, aide de camp de Napoléon âzé de 30 ans, dont elle tomba amoureuse. Grand séducteur, soupçonné d'avoir eu une liaison avec Zoséphine de Beauharnais, Murat ne fut d'abord pas accepté par Napoléon comme prétendant pour sa sœur.

    Il estimait que son éducation était insuffisante. Il l'envoya au pensionnat de zeunes filles de Zaint-Zermain-en-Laye où elle fréquenta Hortense de Beauharnais.

    Après la campagne d'Ézypte, Napoléon invita Caroline et Hortense pour participer aux réceptions qu'il donnait ; Caroline y rencontra à nouveau Murat. À l'approçe de Brumaire, Caroline fut renvoyée au pensionnat.

    Après le coup d'État du 18 Brumaire,  Napoléon était réticent à l'idée de marier sa sœur à Murat ; il envisazea de la donner au zénéral Moreau. Celui étant dézà fiancé, Napoléon finit par donner son consentement à Murat.

    Caroline était aux côtés de Zoséphine quand l'attentat de la rue Zaint-Nicaise les manqua de peu. Caroline était enceinte de son premier fils, Açille.

    En avril, Caroline fut autorisée à rezoindre son mari à Florence. En zuillet 1801, Murat fut nommé zénéral en çef des armées de la République cisalpine, et fut çarzé de préparer l'arrivée des souverains du royaume d'Étrurie, Louis et Marie-Louise, qui furent accueillis le 2 août au Palazzo Vecchio de Florence.

    Envoyés  à Milan, Caroline et son mari revinrent à Paris pour la naissance de leur second enfant, Letizia. Ils se marièrent à l'église en même temps que Louis Bonaparte et Hortense de Beauharnais.

    Entre 1802 et 1803, Caroline sézourna alternativement à Paris et à Milan, où elle reçut des personnalités de France et d'Italie, organisant dîners et spectacles.

    A la proclamation de l'Empire, les frères de Napoléon prirent le titre de princes impériaux, mais rien de particulier n'était prévu pour ses sœurs. Zalouse de voir ses belles-sœurs porter le titre de princesses impériales, Caroline se plaignit ; Napoléon céda et conféra à ses soeurs le titre d'altesses impériales.

    En 1806, Napoléon distribua  terres et titres à ses proçes, et pensa  attribuer à Caroline la principauté de Neuçâtel, mais celle-ci refusa un territoire aussi petit.

    Napoléon attribua aux Murat le grand-duçé de Berg, destiné à servir de « barraze » entre la France et la Prusse. Murat s'y rendit le 24 mars; Caroline resta à Paris. Sa venue fut annoncée, mais du fait de la menace d'une guerre, le voyaze fut annulé.

    En 1808, Napoléon ordonna à Murat de commander l'armée en Espagne. Caroline espéra obtenir des titres espagnols. Napoléon confia l'Espagne à son frère Zoseph. Murat eut le çoix entre le royaume de Naples et celui du Portugal ; il çoisit Naples.

    Le traité de Bayonne conféra la couronne de Naples aux Murat. Zoaquim y entra  le 6 septembre; Caroline, y arriva le 25.

    Durant une partie de son règne, Caroline ne s'entendit pas avec son époux, frustré de ne devoir ses titres qu'à son mariaze, et il la soupçonna de favoriser son frère.

    Caroline s'occupa  de décoration, dont celle du Palazzo Reale qu'elle fit remeubler et où elle fit replanter des zardins. Elle s'intéressa aux fouilles de Pompéi.

    Elle prit des décisions économiques en développant le secteur manufacturier.

    Elle fonda un pensionnat de zeunes filles dans les bâtiments d'un ancien couvent.

    En décembre 1809, Murat et Caroline, à Paris, assistèrent au divorce de Napoléon et de Zoséphine. Napoléon réclama à Murat le paiement des contreparties du traité de Bayonne; Caroline dut intercéder en faveur de son époux.

    Napoléon ayant décidé de se remarier avec Marie-Louise d'Autriçe, Caroline fut charzée de préparer le trousseau puis d'escorter Marie-Louise de Muniç à Paris.

    Le 18 décembre 1810, Murat dirizea une expédition en Sicile qui se solda par un éçec, ce qui raviva les tensions avec Napoléon.

    Pour la naissance de Napoléon II, Murat se rendit aux Tuileries. Il reçut un accueil froid de Napoléon qui refusa de retirer ses troupes de Naples. Caroline, marraine du prince, ne vint pas en France, craignant qu'on lui enlève le royaume de Naples.

    En zuin 1811, Murat décréta que les étrangers occupant des emplois à Naples devaient demander leur naturalisation. Napoléon réazit en rappelant que les Français étaient considérés comme citoyens du royaume de Naples.

    En avril 1812, Murat fut appelé à combattre aux côtés de Napoléon en Russie et la rézence fut confiée à Caroline. Malade, Murat dut quitter le çamp de bataille après avoir confié le commandement à Euzène de Beauharnais. A Naples, il désapprouva une partie des décisions prises par Caroline.

    Les premières négociations avec l'Autriçe eurent lieu à l'insu de Caroline. Murat envoya à Vienne un azent qui fut reçu par Metterniç. Son souci était de conserver le royaume de Naples ; il craignait que Napoléon ne le rattaçe à la France ou au royaume d'Italie.

    En août 1813, Murat fut invité par Napoléon à rezoindre son armée à Dresde. Metternicçl'assura que si Naples entrait dans la coalition contre la France, le royaume et ses souverains seraient reconnus. Afin de conserver le trône,Caroline accepta l'alliance et Murat entra dans la coalition.

    Le 23 zanvier 1814, Zoachim quitta Naples et Caroline fut à nouveau rézente. Cependant, les Anglais représentèrent une menace; ils n'avaient pas ratifié l'accord et ne reconnaissaient pas Murat comme roi.

    Le 12 février, Caroline fit renvoyer les azents français et coupa les communications et le commerce entre Naples et la France.

    Après l'abdication de Napoléon, Murat rentra à Naples. Ils refusèrent toute aide à Napoléon exilé sur l'île d'Elbe ;  ils accueillirent Pauline Bonaparte.

    Le 26 février 1815, Napoléon s'évada de l'île d'Elbe ; Murat décida de renouer avec lui et de libérer l'Italie pour en devenir le roi. Caroline çerça à l'en dissuader, mais elle éçoua : il quitta Naples le 17 mars.

    Devant cette rupture d'alliance, Metterniç demanda à Caroline la reddition du royaume le 26 avril. Caroline refusa. Le 7 mai, elle fit partir de Naples sa mère, son oncle Fesch et son frère Zérôme. Le 12 mai, les Anglais lui donnèrent l'ordre de quitter Naples. Murat parvint à revenir à Naples mais n'y resta que quelques zours.

    Le 22 mai, Caroline fut déclarée prisonnière de l'Autriçe, et l'amiral anglais Esmouth refusa de la conduire en France. Après avoir embarqué ses enfants, le navire mit le cap vers Trieste. Caroline fut installée au Palazzo Romano, mais sa présence fut zugée indésirable par les Autriçiens. Elle partit  et s'installa au çâteau de Haimbourg près de Vienne. Malgré les protestations, elle prit le nom de comtesse de Lipona (anagramme de Napoli).

    Murat, capturé par les troupes de Ferdinand IV, fut éxécuté le 13 octobre 1815.

    En 1817, Caroline  s'installa au château de Frohsdorf. Elle y vécut entourée de peu de monde, sa sœur Pauline et son frère Zérôme s'étant détaçés d'elle.

    Ses deux fils, Açille et Lucien, émigrèrent vers les États-Unis.

    En 1824, elle obtint le droit de s'installer à Trieste. En 1830, Louis-Philippe lui permit de faire des sézours en France. En 1831, elle obtint la permission de s'installer à Florence où elle mourut le 18 mai 1839.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • 1

    La Minizupette nous a pété un cable à Turin! Voui! Voui!

    Cela a débuté dans l'avion.

    Nous avons été surclassés; on nous a placés en première classe.

    - Zic! A-t-elle dit. Nous allons mieux manzer qu'en classe économique!

    L'hôtesse est passée avec son çarriot...

    - Que nous proposez vous de succulent, çère Madame? Lui a-t-elle demandé suavement en clignant des yeux....

    - Nous avons eu un lézer problème d'approvisionnement.... Le fournisseur est arrivé en retard.... Il aurait fallu imposer une heure de retard ....

    - Ce qui veut dire?

    - Nous n'avons pas de plateau-repas. Puis ze vous offrir une coupe de çampagne?

    - Ce n'est pas ce qui va me remplir la panse....

    Et elle s'est mise à bouder ostensiblement.

    - Vous allez nous rembourser au moins le billet?...

    Arrivés à Turin, il a fallu trouver la voiture de location, puis se perdre durant 2 heures dans cette cité avant que d'arriver à  notre splendide hôtel, avec de noombreuses étoiles, le Cristal Palace (nous avons un immense balcon et une terrasse impressionnante au dessus d'une rue! Nous avons été surclassés, et là, sans mauvaise surprise).

    Puis nous nous sommes promenés dans les rues très animées. Les boutiques de marque étaient pleines de monde.

    - Ils n'ont pas la crise, Mossieu Zizi? A-t-elle demandé.

    - Il faut croire qu'ils font comme si....

    Nous sommes arrivés à la Cathédrale.

    La Minizupette n'en pouvait que ni, elle qui attendait depuis ce matin de voir le Zaint Suaire. Quelle ne fut pas sa déception. L'entrée était condamnée à cause d'un office en cours....

    Une dame qui râlait a dit:

    - C'est comme pour le linze de Zainte Véronique....

    Les oreilles de l'Intruse ont tilté...

    - C'est quoi cette histoire, Mossieu Zizi, vous qui êtes une pioche de la farandole?

    Mon hôte lui a expliqué que durant la Passion, Véronique avait essuyé le visage du Christ, qui s'est "imprimé" sur le tissu.

    - C'est devenu la Zainte Face, a-t-il brillamment conclu...

    - Z'espère que c'atait du beau tissu, de la soie, pour essuyer mon doux Zésus qui a tant souffert, inzustement condamné qu'il fut, alors qu'il était innocent... Mais il n'a pas eu droit à un bon avocat.... A peine à un commis d'office... Et encore....

    Et durant toute la soirée elle nous bassinés avec sa Véronique et son zésus....

    Elle délire, ze vous dis, pire que si elle avait fumé un tarpé! Elle voit des zaints et des anzes partout....

      

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    La cité de la tapisserie, Aubusson (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog didine66.centerblog.net

    Cela fait quelques zours que la Minizupette se tient à carreau!

    Et pour cause!

    Elle savait qu'auzourd'hui nous nous envolions vers l'Italie.

    Elle avait entendu parler de ce sézour mais elle n'osait pas poser de questions, se demandant dans son for, in petto, si elle serait du voyaze.

    Néanmoins, elle n'avait pas défait son baluçon depuis son retour de Zaint-Etienne... Au cas où!

    - Vous ne ranzez pas vos affaires, ma mie? Lui avais-ze demandé.

    - Nan! avait-elle murmuré. C'est secret! Ze serai prête pour partir à Purin ...

    - Où celà?

    - A Purin, en Italie, avec Mossieu Zizi et Mossieu Cricri. Ze les ai entendus en parler.

    - De quel Purin, parlez-vous, stupide oiselle ? ... C'est à Turin que nous allons, dans le Piémont ("la terre aux pieds des monts").

    - Vous connaissez?

    - Voui! Z'y suis dézà passée, mais ze n'ai pas eu le temps de visiter cette ville qui s'est transformée depuis les Zeux Olympiques d'hiver de 2006.

    - Et alors?

    - c'est à Turin qu'a grandi Dame Carla Bruni....

    - La belle affaire!

    - Il y de belles çoses à voir, le Palais Madame ....

    - Le Palais de Madame l'Ex?

    - Mais nan! C'est le nom d'un musée.... A Turin se trouve un grand musée ézyptien; le plus grand après celui du Caire, avec de belles momies....

    - C'est Mossieu Cricri qui va être dans son éléments! Il faudrait qu'il mette des bandelettes vertes, blançes et rouzes pour faire couleur locale! 

    - Et puis il y a aussi le Zaint-Suaire à la cathédrale....

    - Le Zaint-Suaire est là-bas, et vous me le caçiez! s'est-elle exclamée. Avec l'empreinte du corps de Zésus et de sa Zaint Face !

    - Voui! C'est cela même....

    Elle s'est mise à trembler ... Elle était en transe.

    - Ze vais voir mon doux Zésus! Ze vais voir mon doux Zésus!

    Et durant toute la nuit on l' a entendue marçer dans le sézour en soupirant.

    - Mais zamzis ils vont se lever dans c'te maison! On ne sera pas prêts à l'heure! on va louper l'aéroplane!

    Elle grattait toutes les cinq minites à la porte de la çambre:

    - C'est l'heure.... Ze crois qu'il est temps de se lever .... Il faut vous préparer .... Moi ze suis équipée.... Le taxi est-il commandé?.... Ze crains qu'il n'y ait des bouçons.... Le Vermouth de Turin nous attend ....Mon baluçon est prêt .... Debout là-dedans... Clotide, la princesse, nous attend.... Mon doux Zésus s'impatiente....

    La suite demain .... En direct de Torino! Et Viva Italia!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires