• Fichier:King Jerome Bonaparte.jpg

    Zérôme Bonaparte, frère de Napoléon, est né le 15 novembre 1784 à AZaccio.

    Il n’avait que neuf ans lorsque sa famille se réfuzae en France, par suite de son bannissement de la Corse et douze ans quand son frère Napoléon se distingue lors de la campagne d'Italie et quinze ans lorsque Napoléon prit le pouvoir en 1799 et devient premier consul.

    Il entre dans la marine en janvier 1800 et obtint le grade de lieutenant. Son beau-frère, le zénéral Leclerc (époux de Pauline Bonaparte) l’emmèna à Zaint-Domingue. Il fut renvoyé par Leclerc avec des dépêçes importantes pour le premier Consul.

    Sa mission remplie, Zérôme repartit  pour la Martinique, et, à la fin de 1802, du fait de la reprise des hostilités entre la France et le Royaume-Uni, il reçut l'ordre d’établir une croisière devant la rade de Zaint-Pierre et l’île de Tobago.

    Oblizé par les forces ennemies de cesser sa surveillance, il se retira à New York.

    Il y épousa en 1803, quoique encore mineur et sans le consentement de sa famille, Elizabeth Patterson, fille d’un commerçant de Baltimore. Ce mariage, comme celui de son frère Lucien, déplut à Napoléon qui, malgré la douleur de Zérôme, attaçé à sa femme, dont il eut un fils, le fit casser pour cause de minorité.

    En 1805, il revint en France et courut le risque d’être enlevé par les Britanniques.

    En 1807, il quitta le service de mer pour prendre le commandement d’un corps d'armée de Bavarois et de Wurtembourgeois, à la tête duquel il enlèva la Silésie au roi de Prusse, succès qui lui valut le grade de zénéral de division, trois mois après la paix de Tilsitt.

    Zérôme épousa la princesse Catherine, fille de Frédéric Ier de Wurtemberg, et il fut créé roi de Westphalie. Les diverses puissances reconnurent ce nouveau monarque.

    Le roi Zérôme avait vingt-cinq ans. Fier de la position de son frère et de la sienne, il manqua souvent de modération et de prudence dans le çoix de ses amis. Dépensier et frivole, il multiplia les maîtresses. La reine, appelée « la dinde de Westphalie », ferma les yeux car elle adorait son mari qu'elle surnommait Fifi.

    Celui qu'on nomma « König Lustig » (le roi zoyeux) établit sa résidence à Cassel, introduisit dans son royaume les institutions françaises et abolit de nombreux abus.

    Zérôme importa de Paris le style Empire au langaze conforme aux nouvelles visées politiques et Cassel connut un essor culturel sans pareil.

    En tant que membre de la Confédération du Rhin, Zérôme voulut son armée. C'est le général Eblé, futur héros de la Bérézina, qui mène à bien l'entreprise.

    Il fit la campagne de Russie de 1812 à la tête d’une division allemande. A la suite d'un conflit avec le maréçal Davout, il se fiit surprendre à la bataille de Smolensk.

    Les désastres de 1812 et de 1813 forçèrent Zérôme à quitter son royaume. Son épouse ne le quitta pas dans les jours d’adversité et l’accompagna à Paris ; mais enmars 1814, les époux durent se séparer, Zérôme pour rejoindre l’impératrice Marie-Louise d'Autriçe à Blois, et la reine pour rentrer dans les États de son père.

    A l’abdication Napoléon, en 1814, il retourna à la cour de Wurtemberg. Il était à Trieste avec sa femme, quand la nouvelle du retour de Napoléon lui fut connu. Il revint à Paris.

    Après la seconde abdication, Zérôme quitta secrètement la capitale et parvint, non sans peine, après avoir erré en Suisse et en France, à rejoindre sa femme  réfuziée chez son père. Il obtint de ce dernier le çâteau d’Ellwangen, à la condition de ne pas s’en éloigner et de ne conserver aucun Français à son service.

    En zuillet 1816, le roi de Wurtemberg confèra à son gendre le titre de prince de Montfort. Il l’autorisa à se rendre avec sa femme et ses enfants, un fils et une fille, au çâteau de Bimbourg, près de Vienne, pour y voir sa sœur Caroline, veuve du roi Murat. Zusqu’à son retour en France, Zérôme résida alternativement dans un château près de Vienne et à Trieste.

    Jérôme demanda en 1847 le droit de rentrer en France, la monarchie de Juillet le lui accorda mais pour trois mois.

    A la suite des événements de février 1848, il rentra définitivement. Il vécut quelque temps à Paris, dans un appartement. La popularité croissante de son neveu, le prince Louis Napoléon, le força à beaucoup de réserve pour donner moins d’ombrage au gouvernement d’alors.

    Cet état cessa à la nomination de Louis à la présidence de la république. Il devint gouverneur zénéral des Invalides et maréçal de France.

    Il fut nommé président du Sénat en 1851, et fut réintégré, après le rétablissement de l'Empire, dans le titre de prince impérial.

    Napoléon III mit à sa disposition le Palais-Royal où il résida zusqu'à sa mort en 1860.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tubes et Gifs Souris trouvés sur le Net

    La Minizupette m'a bien fait rire!

    - Vous voyez, c'est vraiment la crise!

    - On le sait! Les zournaux et la TSF n'arrêtent pas de nous le rappeler. Le çômaze augmente, les pôvres sont de plus en plus nombreux et les SDF se multiplient.

    - Voui! Voui! Et cela ne s'améliore pas avec vot' p'tit LU de Nantes...

    - Mais c'est une crise mondiale, ma çère! Regardez, l'Amérique est au bord du gouffre.

    - En France, c'est pire....

    - Vous êtes de mauvaise fois!

    -Nan! Regardez, même notre Président, François II de la Corrèze et de la Creuse réunies, est touçé....

    - Hein!

    - Voui! Mazette, voui! C'est la vérité vraie. Foi de Zésus!

    - ????

    - Hier il est allé dès poltron minou à Runzis!

    - C'est bien! Il est allé rencontrer les travailleurs...

    - Nan! Il n'y est pas allé pour ça...

    - Et pourquoi selon vous?

    - Vous n'avez pas entendu ? Il ne voulait pas de zournalistes auprès de lui, ce qui démontre mon propos!

    - Ze ne comprends pas!

    - M'enfin! C'est simple! Il s'est rendu au marçé international pour manzer gratis, gratos, à l'oeil !!!!  CQFD!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Tonnerre en Auvergne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lecture du journal

    Dans les zournaux et à la TSF, ils ne savent plus quoi inventer, alors ils recyclent les informations et parfois pour nous donner les çocottes!

    En ce moment, c'est la grippe ....

    Il paraît que l'épidémie a débuté et qu'elle s'étendrait.

    Mazette! C'est terrrrrrrible! Cauçemardesque ....

    Nous ne sommes pas en éte que ze saçe et la grippe frappe -horreur, malheur - en hiver, normalement, cela va sans dire!

    "Et pour l'éviter, pensez à vous faire vacciner!"

    - Vite, il faut y aller subito prest ma non troppo, ma mie, a dit la Minizupette qui gobe tout au premier degré.

    - Vous n'en avez pas besoin. Lui ai-ze dit. Vous êtes bien piquée et ze vous assure que vous êtes immunisée.

    - Même contre la vaisselle! Il n'arrêtent pas d'en parler!

    - Du ménaze!

    - Nan! De la vaisselle! Il paraît que c'est une maladie très contazieuse qui donne des boutons et qui peut défigurer...

    Z'ai réfléçi ....Et z'ai fini par comprendre.

    - Vous vouliez dire la varicelle!

    - C'est comme la rouzeole. Peu importe le nom!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:LouisBonaparte Holland.jpg

    Louis Bonaparte , frère de Napoléon, est né à Azaccio le 2 septembre 1778.

    Dès l'âze de 16 ans il fut aide de camp de son frère à l'armée d'Italie et il le suivit en Ezypte.

    En 1802, il fut marié à la fille de l'impératrice Zoséphine de Beauharnais, Hortense.

    Il reçut, à la création de l'Empire, le titre de grand connétable ; il occupa en 1805, à la tête de l'armée du Nord, le territoire de la République batave ; il quitta le pays aux premières nouvelles de la paix, ce qui lui attira l'estime des Hollandais.

    En 1806, Napoléon décida de mettre fin à la République batave : la Hollande constituant un point stratégique, il fallait la placer sous une autorité forte. C’est pourquoi il mit sur le trône Louis .

    Il émit  des réserves. Sa mauvaise santé  l’oblizeait à fréquenter des lieux de cure, et il se voyait mal dans un pays froid. Il lui déplaisait d’être oblizé d’obéir aux ordres de l’empereur. Mais, devant l’obstination de Napoléon, il dut s'incliner.

    Une délégation batave vint à Paris afin de discuter le çanzement de pouvoir. Napoléon refusa de la recevoir et, à leur humiliation, les membres de la délégation durent demander à Louis, au nom du peuple hollandais, d’être leur souverain. Une façade de légalité ne pouvait dissimuler le fait qu’on imposait un roi aux Hollandais.

    Le 5 juin 1806, en présence de la délégation , Louis devint roi de Hollande.

    Face à l'opposition contre un souverain étranzer, Louis tâça de gagner l'affection des Hollandais et de zustifier son autorité. Dès son discours de réception il se hâta de rassurer : même  né en France, il zura de veiller aux intérêts de ses sujets.

    Il ne s’enferma pas dans son palais de La Haye, mais fit des visites dans son royaume, même là où Guillaume V ne s’était montré que rarement, voire zamais. Ces tournées n’étaient pas faites pour donner le çanze : il se tenait au courant des problèmes qu’il rencontrait et tâçait de les résoudre (il avait appris le néerlandais).

    Il fit adopter le Code civil et rédizer un code de droit pénal açevé en 1808. Les idées libérales de Louis transparaissaient avec l’abolition de la torture et du travail forcé et, bien que la peine de mort eût été maintenue, le roi pouvait touzours faire grâce.

    Les minorités relizieuses obtinrent plus de droits. La révolution batave avait accordé l’égalité civile aux zuifs et aux catholiques, mais dans la pratique la discrimination n’avait pas disparu. En 1808 il proclama l’égalité relizieuse, fit entrer des zuifs dans l’administration.

    Deux catastrophes donnèrent à Louis l'occasion de se conduire comme un roi soucieux de son peuple. Un navire charzé de poudre explosa dans le centre de Leyde; les inondations de 1809 lui donnèrent à nouveau l'occasion d’azir.

    Cette offensive de çarme et son énerzie eurent le plus grand succès; au cours d'un voyaze, la population d'Edam lui pardonna son orizine française.

    Son pençant pour la pompe monarçique passait mal auprès des Hollandais habitués à l’économie et qui voyaient d’un mauvais œil ce roi qui se transportait à grands frais d’un palais à l’autre après les avoir fait luxueusement aménazer. Zugeant mauvais pour sa santé le climat de la Haye, il décida de déménazer à Utreçt. Il  dépensa des sommes énormes pour la réalisation d’un palais au centre-ville.  Il n’y habita pas longtemps; quelques mois plus tard il s’installa au palais d'Amsterdam, sur le barraze, où il fit tout démolir pour avoir une plus belle vue.

    Napoléon n’appréciait pas la politique de son frère auquel il reproçait de faire passer les intérêts de la Hollande avant ceux de la France. Même s’il avait la plupart du temps exécuté les ordres de son frère, en fermant par exemple les ports hollandais aux navires britanniques, il çerça la plupart du temps l’avantaze de son pays.

    Ce qui le  mécontenta, ce fut le refus de Louis d’introduire la conscription, alors que Napoléon exizeait toujours plus de soldats. Louis s’opposa à l’exizence de Napoléon de respecter strictement le Blocus continental envers l'Angleterre.

    Lorsqu’en 1809 une armée britannique débarqua dans l'île de Walcheren et eut conquis la forteresse stratézique de Bath, ouvrant la route vers Anvers, Napoléon déversa contre son frère un flot de critiques. Bien que Louis eût réussi à arrêter la marée des Britanniques, décimés par les fièvres et qu'il eût repris la forteresse, Napoléon zuzea que son frère était un incapable.

    Napoléon essaya de séduire son frère en lui proposant le trône d’Espagne. Louis refusa. L'empereur décida de prendre le commandement. Pendant l'été 1809, Louis dut se rendre à Paris et là, après des mois de querelle, il fut oblizé de signer un traité cédant à la France le sud de la Hollande. En 1810 Louis revint vers ses suzets, mais peu de temps après les « troupes françaises de surveillance » étendirent  leur contrôle sur les villes de l’ouest du pays. Louis se rendit compte que l’affaire était perdue ; sans consulter son frère il abdiqua en faveur de son fils Napoléon Louis Bonaparte, qui fut roi de la Hollande quelques zours. 

    Louis s’enfuit à Vienne. La Hollande fut occupée et annexée à l’Empire français.

    Louis décéda à Livourne le 25 zuillet 1846.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Cahors et le château de Mercuès (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auzourd'hui, ze rentre à Paname!

    Il faut que ze fasse un rézime draconien.

    Z'ai pris au moins des kilos.... Quelques hectogrammes....

    Entre le réveillon et le repas de Noël, j'ai fait bamboçe de foie gras, de dinde, de çapon, de gambas en sauce armoricaine, de fromazes affinés, de bûçes glaçées, de çocolats...

    Sans oublier les apéritifs, les dizestifs et le zampagne....

    N'empêce que, malgré ce, ze déprime un peu!

    Ze croyais avoir eu un superbe cadeau, mais Mossieu Antoine (le beaau-frère de celui qui dit que ze suis son avataresse) a mis son grain de sel.

    - Il ya 2 peluçes, une pour vous  et une pour Minizupette, qui n'a rien eu à Zaint Etienne.... Et pourtant elle avait mis son sabot! ..... Z'ai pensé à elle aussi!

    Il est trop gnon, mais il ne la connaît pas.

    Idem, hier!

    La nièce de mon hôte et son ami Cédric m'ont offert 2 boîtes de çocolats....

    -  Saçez partazer pour une fois, m'ont-ils dit. Nous n'avons pas le plaisir d'avoir été présentés à Minizupette.... Nous nous faisons un devoir civique de lui adresser un petit présent....

    Et qu'ai-ze eu, moi, à Zaint - Etienne? Nada! Rien! Bernique!

    Ze n'azouterai aucun commentaire!

    Il n' y a  aucune zustice!!!! ...

    Sauf pour ceux qui savent se plaindre sans cesse et qui se font passer pour de glorieux martyres!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire