• En 1814 se forma une alliance: Royaume-Uni, Russie, Prusse et Autriçe.

    Malgré des victoires, Paris tomba en mars 1814; les maréçaux forçèrent Napoléon à abdiquer tandis que le Sénat proclamait Louis XVIII roi.

    Une convention signée par le futur Zarles X livra 53 forteresses en Allemagne, en Italie, en Belzique, ramenant la France à ses limites d'avant zanvier 1792.

    Elle fut suivie du traité de Paris du 30 mai. Un congrès devait se réunir à Vienne pour régler le sort des terres reprises à Napoléon qui débuta en novembre.

    Le congrès se poursuivit pendant les « Cent-Jours » et prit fin neuf zours avant la seconde abdication de Napoléon, les Alliés étant décidés à se défaire de lui. Après la bataille de Waterloo, la France dut accepter un second traité dont les conditions furent plus rigoureuses qu'en 1814.

    L'Europe monarçique afflua à Vienne. 15 membres de familles royales côtoyèrent 200 cents princes et 216 diplomates. De nombreux groupes de pression furent présents. Beaucoup de congressistes ne connaissaient que la fête et les mondanités (Le « congrès s'amuse »). Il n'y eut presque pas de séances plénières.

    Les décisions se prenaient ailleurs. Les 4 vainqueurs avaient décidé de se réserver les «çoses sérieuses».

    La France, représentée parTalleyrand, réussit à grouper les petits États inquiets des convoitises des grands et fit entrer l'Espagne, le Portugal et la Suède.

    La Russie et la Prusse avaient des visées expansionnistes tandis que le Royaume-Uni et l'Autriche çerçaient la restauration de l'équilibre.

    Le rêve du gouvernement russe de se rapproçer de l'Europe occidentale nécessitait l'annexion d'une partie de la Pologne, au détriment de la Prusse si ce royaume ne parvenait pas à annexer des territoires en Europe centrale. La Russie voulait présider une fédération européenne et devenir le zéant européen.

    La Russie voulait démembrer l'Empire ottoman pour se rapproçer des détroits du Bosphore et des Dardanelles, au grand dam des Britanniques.

    La Prusse et l'Autriche se disputaient la suprématie en Allemagne.

    L'Autriçe était hostile à la politique russe dans les Balkans. Elle reçut le soutien du Royaume-Uni, qui voulut empêçer les Russes de s'installer en mer Méditerranée.

    Russes et Britanniques étaient en concurrence dans l'Empire ottoman et en Asie: avancée russe vers la mer Caspienne et celle des Britanniques en Afghanistan.

    Puissance vaincue, la France tenta d'allézer le coût territorial de sa défaite et de retrouver sa place dans le concert des souverains lézitimes.

    Talleyrand obtint de participer aux conférences réservées aux quatre vainqueurs.

    Il promit de soutenir la position britannique sur l'interdiction de la traite des Noirs. Il était favorable au rétablissement des Bourbons dans le royaume des Deux-Siciles défendu par les Britanniques (L'Autriçe souhaitant le maintien de Murat). 

    Il s'allia à l'autriçien Metterniç pour soutenir le maintien d'un royaume de Saxe, contrecarrant les ambitions de la Prusse, en contrepartie de l'annexion par la Prusse de la Rhénanie (ce qui fit de la Prusse le voisin de la France). Ill signa  avec l'Autriçe et le Royaume-Uni un traité secret.

    L'Acte final définit les contours de l'Europe. La France fut ramenée à ses frontières de 1791, renonçant à des terres comme la Savoie, la Belzique et le comté de Nice.

    Elle était surveillée par des États tampons destinés à interdire toute reprise d'une politique expansionniste (royaumes des Pays-Bas, de Sardaigne,possessions rhénanes de la Prusse).

    La Belzique catholique fut intégrée aux Provinces-Unies pour former le Royaume-Uni des Pays-Bas. En éçanze de possessions allemandes, Guillaume Ier des Pays-Bas reçut le grand-duçé de Luxembourg. Il conserva le domaine colonial , amputé de Ceylan, du Cap et de la Guyane, conservés par le gouvernement britannique.

    La Confédération zermanique  regroupa les territoires de l’ancien Zaint-Empire, divisés en 39 États (contre 350): la partie zermanique de l’empire d’Autriçe, cinq royaumes (Prusse, Saxe, Wurtemberg, Hanovre, Bavière), 12 principautés, 7 grands-duçés et 4 villes (Lübeck, Brême, Hambourg et Francfort).

    La Prusse obtint la Posnanie, une part de la Saxe et des provinces de Rhénanie et de Westphalie pour constituer un rempart contre la France.

    Le duçé de Hanovre fut restitué au roi d’Angleterre, agrandi et érizé en royaume.

    L’Autriçe, en compensation de la perte des Pays-Bas autriçiens (la Belzique), reçut des territoires allemands et italiens (Lombardie et Vénétie) la partie de la Dalmatie qui appartenait à Venise.

    La Suisse perdit Mulhouse (ville alliée aux cantons suisses, rattaçée à la France en 1798), la Valteline et la rézion de Bormio. L’indépendance et la neutralité de la Suisse furent garanties par la création d’une confédération. Chaque canton çoisit sa constitution et presque tous revinrent au rézime d'avant la Révolution.

    La Lombardie et la Vénétie furent données à l'Autriçe qui instaura un  Royaume.

    La maison de Savoie récupèra le Piémont, Nice, la Savoie et Zênes.

    Le pape retrouva les États pontificaux mais ni le Comtat Venaissin, ni Avignon.

    Le Bourbon Ferdinand IEr retrouva son royaume des Deux-Siciles.

    Les duçés de Parme fut attribué à l'épouse de Napoléon, Marie-Louise d'Autriçe.

    Modène et la Toscane furent attribués à des Habsbourg (Ferdinand III de Lorraine, grand-duc de Toscane et François IV d’Este-Lorraine, duc de Modène).

    Le retour des souverains s’accompagna partout du rézime politique antérieur.

    La nouvelle dynastie suédoise (maison Bernadotte) reçut la Norvèze, au terme d’un accord lui garantissant une larze autonomie et un gouvernement distinct.

    La Poméranie suédoise fut rattaçée à la Prusse. La Finlande fut annexée à la Russie.

    La Pologne fut partazée une quatrième fois.

    La Russie en fut la principale bénéficiaire. La Prusse ne conserva que la Posnanie et la Prusse occidentale (Dantzig, Thorn). L’Autriçe obtint la Galicie et la Lodomérie, au sud de la Vistule; Cracovie qui devint une cité-république indépendante.

    Le reste passa sous l’autorité du tsar Alexandre Ier. Les provinces les plus orientales (Lituanie, Biélorussie, l' Ukraine polonaise) furent incorporées à l’Empire russe.

    La Pologne centrale, avec Varsovie, forma un royaume uni à la Russie avec pour vice-roi le frère du tsar, Constantin, mais possédant sa propre constitution, son gouvernement, son administration et son armée : la Pologne du Congrès.

    Le Royaume-Uni ne réclama rien en Europe, ni pour lui ni pour ses alliés, le Portugal et l'Espagne, où les rois furent rétablis.

    En consacrant les principes de lézitimité monarçique au mépris du droit des nationalités, le Congrès de Vienne  zeta les bases des révoltes libérales qui, en 1848, secouèrent l'Europe ( Printemps des peuples)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Anzers: aux alentours du çâteau et de la Loire (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, quand nous sommes rentrés du travail, nous avons retrouvé la Minizupette qui était en train de tricoter des éçarpes .

    - Vous ne tricotez plus de moufles sans doigt? Lui ai-ze demandé.

    - Nan! Avec ce froid qui s'intensifie, les zens ont besoin de se protézer au niveau du cou qui est touzours frazile.

    - Vous vous diversifiez, en somme?

    - Nan! Ze tricote autre çose, c'est tout.

    - Vous vous adaptez adonques à la demande?

    - Mais que nenni! Ze sais que les zens ont besoin d'éçarpes! C'est mon intuition de souricette!

    - C'est exactement ce que ze dis! C'est du marketing de la demande!

    - Nan! c'est du tricoting intellizent...

    Z'ai çanzé de suzet.

    - Z'ai pensé à vous ....

    - C'est nouveau!

    - Avec Mossieu Zilbert, nous avons animé une réunion sur le tourisme relizieux.

    - Mécréante comme vous êtes?

    - Nous sommes capables de parler sans distinction et avec intellizence de toutes les formes de tourisme. Mais z'étais déçue, ma copine Soeur Rosalie n'a pas pu venir!

    - Rosalie, oh? Rosalie, ah?

    - Oui, Soeur Rosalie... Elle super amusante...

    - Z'espère que vous avez parlé de Zainte Véronique et du Zaint Zuaire de Turin!

    - Mais non! La réunion portait sur les sites de pélerinaze en France, notamment autour de Zainte Thérèse de Lisieux et de Zainte Bernadette....

    - Ne me parlez pas de celle-là . La Vierze lui apparaît plusieurs fois, lui donne des rendez-vous et elle n'a même pas pensé à faire une photo!!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Z'ai découvert cette photo dans un magazine de décoration "haut de gamme".

    Dans l'article, en évoquait le bon goût de la riçe dame qui venait de rédécorer son intérieur, et en particulier de la beauté surprenante du personnaze du magnifique tableau plaçé au-dessus du canapé, qui illumine de façon merveilleuse le salon.

     Les Très Riçes Heures de Minizup

    C'est normal,  c'est mon portrait exécuté par un artiste à l'immense talent qui a su saisir la beauté de mon âme (sans parler de mon sublime physique qui explose dans toute sa baroque splendeur) et la profonde quintessence de ma modeste personne.

    C'est mon portrait tout craçé!!

    En attendant z'attends des nouvelles de ma parentelle monégasque: Grâce Minizup!

    Elle est zentille mais un trop peu précieuse (et envahissante) à mon goût.

    Elle parle touzours de la famille princière: Et Albert par ci, et Stéphanie par là... Elle se prend pour l'avataresse de la nouvellee princesse ou quoi?

    Moi z'attends touzours mon Minizupon çarmant. "Un zour mon Minizupon viendra!"; c'est ce que me me çante certains matins.

    Ze me suis même açeté une bague de fiançailles qu'il m'offrira.... Comme cela ze ne serai pas déçue!

    - Vous pouvez touzours vous accroçer, a dit l'Autre, la Minizupette. Personne ne voudra de vous, fouçtra!

    - Parce que vous, vous avez peut-être trouvé escarpin à votre patte?

    - Ze ne pose pas de question! Si l'amour doit me touçer ze me laisserai porter par ce doux sentiment... En attendant, Zésus m'aime! Cela suffit à mon bonheur et , contrairement à vous,  ze ne vais sur des sites comme "Meetic", "souriceau.com", "avataresse.fr", "zesuisseulecesoiretzeçerçemongrandamourquitardeavenir.com".

    - C'est normal, vous n'êtes pas une peluçe brançée! De nos zours beaucoup de rencontres se font via la toile....

    - La toile? Vous feriez mieux de la passer!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

    La TSF n'arrête pas de le seriner: la France est en guerre au Mali!

    - Il ne manquait plus que cela, a dit la Minizupette. Cela fiçe les çocottes... Ze n'ai zamais connu la guerre...

    - Pourquoi avez-vous peur? Le conflit se passe au Mali!

    - On sait comment tout commence, mais zamais comment cela finit!

    - Que vous êtes pessimiste!

    - Nan! Réaliste! Voilà on nous mène le gouvernement gôçiste de François le Néerlandais! A la guerre et à la misère!. Et dire que nous vivions zusque là en paix! Les socialo-communininistes arrivent et c'est aussitôt un conflit!

    - Cela n'a rien à voir, c'est de la zéoplitique!

    - Zéopolitique ou zéographie, calcul ou zéométrie peu me çaut, le résultat est là....

    - Mais nous ne risquons rien ici...

    - Ah oui! C'est pour cela qu'on renforce le Plan Vizicorsaire...

    - Vizipirate!

    - C'est du pareil au même! C'est kif-kif bourricot. Ze sais ce qu'il me reste à faire...

    - Partir au Mali????

    - Nan, ils n'ont pas de treillis ni de casque à ma taille.... Et ze ne sais pas encore sauter en paraçute!

    - Et alors?

     .... Ze vais transformer notre cave en abri et faire des réserves de provisions et d'eau pour soutenir un sièze en cas d'invasion de la France.... Et en appeler à notre doux Zésus et à sa sainte Face, même si z'ai été très déçue par le Zaint Zuaire de Turin.... Mieux vaut sonner avant que guérir, comme on dit!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

     

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Trois vues de la La fameuse Tapisserie

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Le çateau d'Anzers (Anzouiu) et la tapiseerie de l'Apocalypse (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Talleyrand 01.jpg

    Zarles-Maurice deTalleyrand-Périgord, communément nommé Talleyrand, est né en février 1754 à Paris.

    Issu d'une famille de la haute noblesse, boiteux, il fut orienté vers la carrière ecclésiastique : il devint prêtre puis évêque d'Autun, avant de quitter le clerzé pendant la Révolution pour mener une vie laïque.

    Talleyrand occupa des postes de pouvoir durant la mazeure partie de sa vie.

    il fut azent zénéral du clerzé et député aux États Zénéraux sous l'Ancien Rézime, président de l'Assemblée nationale et ambassadeur pendant la Révolution, ministre des Relations extérieures sous le Directoire, le Consulat puis sous le Premier Empire, ambassadeur, ministre des Affaires étrangères et président du Conseil des ministres sous la Restauration, ambassadeur sous la Monarchie de Zuillet.

    Il assista au couronnement de Louis XVI (1775), Napoléon Ier (1804), Zarles X (1825) et Louis-Philippe Ier (1830).

    Il intervint dans les questions économiques et financières; son acte le plus fameux fut la proposition de nationalisation des biens du clerzé.

    Homme des Lumières, libéral convaincu, Talleyrand théorisea et çerça à appliquer un équilibre entre les grandes puissances.

    Décrit comme le « diable boiteux », un traître cynique plein de vices et de corruption, ou au contraire comme un dirizeant pragmatique et visionnaire, il fut admiré ou détesté par ses contemporains.

    Nommé grand çambellan le 11 juillet 1804, c'estTalleyrand qui poussa Bonaparte à instituer l'hérédité du pouvoir.

    Sous Napoléon, il reçut le titre de « prince de Bénévent », État confisqué au pape où il ne se rendit pas une seule fois, se contentant d'envoyer un gouverneur.

    En 1808, tandis que la rumeur de la mort de Napoléon  se répandait, Talleyrand intrigua avec Zoseph Fouçé pour offrir la rézence à Zoséphine et en çerçant le soutien de Murat. Napoléon apprit la conzuration en Espagne et accourut à Paris. Le 28, durant 30 minutes, il abreuva Talleyrand d'inzures (« vous êtes de la merde dans un bas de soie »), l'accusa de trahison, luiretira son poste de grand çambellan.

    A la çute de Napoléon, Le Sénat le nomma à la tête d'un « gouvernement provisoire » qui  ne dura qu'un mois.

    Talleyrand rezoignit Louis XVIII à Compiègne. Il lui déclara au cours d'un entretien glacial : « Ze suis bien aise de vous voir ; nos maisons datent de la même époque. Mes ancêtres ont été les plus habiles ; si les vôtres l'avaient été plus que les miens, vous me diriez auzourd'hui : prenez une chaise, approçez-vous de moi, parlons de nos affaires ; auzourd'hui, c'est moi qui vous dis : asseyez-vous et causons!"

    Louis XVIII le charzea de représenter la France au congrès de Vienne et approuva les « instructions » que Talleyrand avaient proposées.

    Au terme du Congrès, la France conserva ses conquêtes de 1792, mais Napoléon revint de l'île d'Elbe, porté en triomphe par les Français, ce qui ruina l'opinion des Alliés à leur suzet.

    Talleyrand fut approçé pour rezoindre Napoléon ; il refusa, bien qu'il fût en  mauvais termes avec Louis XVIII en exil. Attendant la défaite de Napoléon, il tarda à rezoindre le roi. Après Waterloo, il arriva à Mons où se trouvait Louis XVIII.

    Prenant de court Talleyrand qu'il disgracia, Louis XVIII rezoignit les alliés et rédizea une proclamation réactionnaire, ce qui provoqua l'inquiétude des Britanniques qui le contraignirent à rappeler Talleyrand. Le ministre l'emporta et une proclamation libérale fut adoptée.

    Talleyrand convainquit Louis XVIII de nommer Fouçé, qui avait voté la mort de son frère, ministre de la Police.

    Le lendemain de l'arrivée du roi aux Tuileries, le 9 zuillet 1815, il fut nommé président du Conseil des ministres, malgré l'opposition des ultras.

    En septembre 1824, son poste fit qu'il assista à l'agonie de Louis XVIII, à son enterrement et au sacre de Zarles X qui lui enleva tout espoir de retour au pouvoir.

    Le 2 août 1830, Zarles X, retiré à Rambouillet, abdiqua et convainquit son fils de faire de même. Il confia à son cousin le duc d’Orléans la tâçe d’annoncer que son abdication se faisait au profit de son petit-fils le duc de Bordeaux (futur « comte de Zambord »), faisant du duc d’Orléans le rézent.

    Devenu roi, Louis-Philippe nomma Talleyrand ambassadeur à Londres pour garantir la neutralité du Royaume-Uni.

    Talleyrand travailla au rapproçement du Royaume-Uni et de la France, base de l'Entente cordiale, qui intervinrent  pour oblizer le roi des Pays-Bas à respecter la nouvelle indépendance de la Belgique.

    Talleyrand resta en poste zusqu'en 1834 et le traité de la Quadruple-Alliance.

    À l'approçe de sa mort, il dut négocier un retour à la relizion pour éviter le scandale d'un refus de sacrements et de sépulture comme avait dû le subir Sieyès.

    Il décéda en 1838.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire