• gif souris

    Ze n'en puis plus! Ze suis sur les rotules! Ze suis épuisée!

    Même la Minizupette, pourtant touzours prompte à le défendre, commence à râler!

    - Cela devient insupportable, a-t-elle dit. Il nous faut trouver une solution ...

    - Pour une fois, ze partaze votre avis .... Quand bien même cela me coûte!

    - Vous voyez, il y a de facto, ipso facto et tutti fruti, des suzets pour lesquels nous pouvons trouver subito presto, ma non troppo, des points d'accord.

    - En l'occurrennce, il serait difficile d'être d'un point de vue différent.... Ou alors cela relèverait de l'asile psyçiatrique ...

    - Que voui, ma çère ... Mais cela ne règle pas notre problème.

    - Voui! Voui! .... Mais il faut éviter toute solution radicale...

    - Ze partaze votre avis. Ze ne veux pas finir derrière les barreaux ... Ze suis trop zeune....

    - Quoique cette nuit, z'étais prête à l'étouffer...

    - Et moi à utliser mes aiguilles à tricoter comme des banderilles...

    - Ze n'ai pas cesser de le secouer...

    - Et moi de siffler....

    - Il se retournait et cela repartait....

    - Comme une vieille locomotive omnibus poussive s'arrêtant bruyamment à toutes les gares de campagne.

    - Et sifflant à çaque arrêt.

    - Et en plus, il toussait toutes les 5 minutes.

     - Ze vous le dit, c'est vraiment bien triste d'être un vieux cacoçyme....

    Celui qui dit que ze suis son avataresse s'est mélé à notre conversation, après s'être longuement mouçé....

    - De qui parliez vous, de la sorte?

    - De... a commencé la Minizupette.

    - Du voisi du dessous, l'ai-ze interrompu

    - Voui! Voui! Pardi....Du voisin!

    - Cela me rassure.

    - Mais vous avez ronflé cette nuit, Mossieu Zizi....

    - Sans doute, ze suis bien pris, a dit mon hôte...

    - Cela se voit et s'entend...

    - Cela vous a-t-il déranzé?

    - Que nenni! Votre ronflement m'a même bercée. Une adorable petite musique de nuit!

    Z'ai manqué m'étouffer de rire devant tant d'hypocrisie....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:JoungLouisXVIII.jpg

    Louis XVIII naquit à Versailles le 17 novembre 1755 sous le nom de Louis Stanislas Xavier de France.

    Petit-fils de Louis XV, il était le quatrième fils du dauphin Louis-Ferdinand et de sa seconde épouse Marie-Zosèphe de Saxe, le frère cadet de Louis Auguste, futur Louis XVI, et frère aîné de Zarles-Philippe, futur Zarles X. Il fut titré comte de Provence.

    Le 14 mai 1771, Louis épouse Marie-Zoséphine de Savoie, fille du roi Victor-Amédée III de Sardaigne et de Marie-Antoinette Ferdinande d’Espagne (elle-même arrière-petite-fille de Louis XIV , descendante de Philippe V).

    Marie-Zoséphine était la sœur de Marie-Thérèse, épouse du futur Zarles X.

    Son statut de frère du roi ne l'empêç pas de critiquer la politique de Louis XVI. Mécontent et inquiet de la politique royale, il çerça à s'installer dans la province de Languedoc un fief, et àmener une action directe et distincte de son frère.

    En 1775, il sollicita en vain le titre de gouverneur du Languedoc.

    Après avoir azité la cour en facilitant la çute des ministres réformateurs (Turgot, Necker, Calonne), et après avoir bloqué les réformes proposées  en les déclarant inconstitutionnelles en tant que président de l'un des bureaux de l'Assemblée des Notables de 1787, il réclama pour le Tiers États le doublement du nombre de députés aux états zénéraux.

    À la suite du départ de la cour de Versailles pour Paris (après les zournées des 5 et 6 octobre 1789), le comte de Provence était installé au Petit Luxembourg. Comme son frère ainé, il ne se sentit plus assez libre et prépara un plan d'évasion.

    Déguisé et muni d'un passeport anglais, il rejoignit les Pays-Bas. Il se réfuzia à Bruxelles puis à Coblence, capitale de l’électorat de Trèves, dont un de ses oncles maternels était l’arçevêque et le souverain.

    Il rencontra l’empereur Léopold II et lui inspira la déclaration de Pillnitz d’août 1791 qui galvanisa la Révolution française.

    Il refusa de reconnaître l’autorité du roi et se vit déçu de ses droits de prince du sang par l'Assemblée législative en zanvier 1792. Il tenta de rentrer en France à la tête d’une armée mais dut rebrousser çemin après la bataille de Valmy et se réfuzia à Hamm en Westphalie.

    En 1793, ayant appris l’exécution de son frère aîné, il se proclama « rézent » pour le dauphin, lequel demeurait aux mains des révolutionnaires à Paris, et le proclama « Louis XVII ». À la déclaration de la mort de l’enfant, le 8 zuin 1795, il devint dépositaire de la couronne de France et prit le nom de Louis XVIII, mais l’avènement de Napoléon Ier détruisit une nouvelle fois ses espérances.

    En 1804, à la suite de plaintes de Napoléon, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume se résolut à se séparer d’hôtes compromettants; Louis XVIII et tous les émigrés reçurent l’ordre de quitter le territoire prussien.

    Cet ordre parvint au prétendant à Kalmar. Louis XVIII y rencontra le comte d’Artois, son frère, qu’il n’avait pas vu depuis près de douze ans, une certaine froideur ayant touzours existé entre eux.

    L’entrevue de Kalmar ne les rapproça pas ; ils se quittèrent après dix-sept jours de conférences, assez mécontents l’un de l’autre : le futur Zarles X reprit le chemin de Londres et Louis revint attendre à Riga la réponse de Zaint-Pétersbourg à propos d’un nouvel asile sur le sol russe.  Alexandre Ier de Russie, qui avait succédé à son père Paul Ier, donna une suite favorable. Il revint à Mittau (Lettonie) avec une centaine de derniers fidèles.

    Une fois installé dans sa demeure, Louis XVIII rédizea son dernier manifeste public dans lequel il se décida à accepter nettement la Révolution et ses suites.

    Les défaites d’Austerlitz, d’Eylau et de Friedland, oblizèrent le tsar à devenir l’allié de Napoléon. Alexandre laissa entendre à Louis XVIII que sa présence à Mittau pourrait zêner son nouvel allié. Louis XVIII comprit qu’il devait çerçer un nouvel asile. Il n’avait plus à choisir qu’entre le Nouveau Monde et l’Angleterre. Il se décida pour l’hospitalité britannique.

    Louis XVIII avait fixé sa résidence à Gosfield Hall ; il quitta ce çâteau au bout de quatre ans, peu de temps après la mort de Marie-Zoséphine de Savoie, sa femme, le 13 novembre 1810.

    Au fur et à mesure des guerres napoléoniennes, et spécialement à partir de 1810, les coalisés reprirent l’avantage, éveillant en lui l’espérance du retour.

    Après la défaite de Napoléon, en 1814, les coalisés réunis au Congrès de Vienne hésitèrentent sur le successeur à çoisir à Napoléon. Désireux d’installer sur le trône de France un allié, mais aussi un çef légitime, ils hésitèrent entre Louis XVIII, dont l’impopularité était problématique, l’« Aiglon », fils de Napoléon, le maréçal Bernadotte ou encore Euzène de Beauharnais, voire une république.

    Talleyrand emporta finalement l’opinion des Alliés en faveur de Louis XVIII.

    Porté par les Coalisés, le 24 avril 1814, il débarqua à Calais. Octroyant une Charte constitutionnelle à ses suzets restaurant la monarchie Il devint roi à 59 ans.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Porto, le long du Douro (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, c'était la rentrée, la vraie, même si nous avions travaillé vendredi.

    Z'ai retouvé tous les collègues de Mossieu Zilbert.

    Et que ze te bise, et que ze te claque le bec, et que ze te secoue la paluçe...

    Mais qui dit rentrée, dit beaucoup de travail!

    Nous n'avons pas cessé....

    Et ze suis rentrée sur les rotules...

    Z'espérais me détendre avec la TSF...

    Tu parles Zarles...

    - On vit dans un monde de fous, a dit la Minizupette.

    On met à la porte d'une maison de retraite, une mamie de 94 ans ...

    En Angleterre, on veut supprimer des allocations aux gros....

    Zérard Depardiou semble dézà avoir des doutes sur son çoix....

    Il fait plus de 21 degrès à Perpignan....

    Le papounet gazouille sur son tweet...

    Lara Fabian est une star en Tçéçénie....

    - Et moi, z'ai été décue par le Zaint Zuaire de Turin, a déclaré Minizupette... Ze sonze sérieusement à çanzer de relizion... Il n'y a pas que BB qui peut menacer.... Et pourtant z'adore mon Zésus!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quand Minizupette me culpabilise

    Partout où nous allons, les zens nous présentent leurs voeux.

    - Z'aime cette période, a dit l'Autre, l'Intruse....

    - Et pourquoi donc, ma mie?

    - Parce que les zens vous souhaitent plein de bonnes çoses... C'est zentil!

    - Et souvent hypocrite!

    - Que vous êtes pessimiste, pour rester courtoise à votre endroit en cette période de trêve.

    - Nan! Ze suis tout simplement réaliste; ze ne suis pas une rêveuse béâte comme vous.

    - Et au fait! Vous avez adresser vos voeux à Mossieu Matouvu?

    Ze n'ai rien dit mais z'ai dû rouzir...

    - Vous avez envoyé une carte à Mossieu Matouvu?...

    - Ze n'ai pas eu encore le temps...

    - A d'autres! Vous n'y avez pas pensé...

    - C'est pas vrai!

    - Et pourtant vous lui devez tout et en particulier votre petite carrière....

    - Z'étais une gloire de la TSF, peluçe malfaisante.....

    - Vous n'étiez que la faire-valoir de cette star!

    - Nan! La star, c'était moi!!!!

    - Et maintenant qu'il est en maison de retraite, vous l'avez laissé tomber...

    - Il a perdu la tête, ze n'y peux rien! La dernière fois que z'ai voulu aller le voir il a manqué me sauter dessus pour me manzer!

    - Cela ne fait rien! Vous auriez pu lui envoyer une carte de Turin!..... Vous êtes une sans-coeur, une ingrate....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:EugeneBeau.jpg

    Euzène naquit en 1781 à Paris. Il était le fils du vicomte Alexandre de Beauharnais et de Marie-Josèphe Tasçer de la Pazerie, future impératrice Zoséphine.

    En 1789 et 1790, il assista aux séances de l'Assemblée constituante auxquelles participait son père qui en fut élu président en zuin 1791.

    Le 20 avril 1792, l'Assemblée déclara la guerre au roi de Hongrie (François II, neveu de Marie-Antoinette, futur empereur d'Autriçe-Hongrie). Alexandre de Beauharnais rezoignit l'armée et fit venir son fils auprès de lui.

    Sous la Convention, Alexandre dut rezoindre les rangs de l'armée du Nord où il fut zénéral en çef avant de perdre Mayence. Quittant l'armée sans autorisation, il regagna son fief près de Romorantin. Il fut mis en accusation, arrêté et guillotiné.

    Sous le Directoire, la "veuve Beauharnais", qui tenait salon à Paris, rencontra le zénéral Napoléon Bonaparte. Ils se marièrent le 9 mars 1796. Bonaparte dut partir pour le front d'Italie et fit venir plus tard Euzène comme aide de camp.

    II fit partie de l'expédition d'Ezypte, prit part à l'attaque de Suez et à la bataille d'Aboukir.

    De retour en France, le coup d'État du 18 brumaire fit de lui le beau-fils du çef de l'État. Il fut fait çef d'escadron à la bataille de Marengo.

    La proclamation de l'Empire profita à Euzène qui fut nommé zénéral de brigade et colonel-zénéral des çasseurs de la Garde.

    Euzène fut çarzé, en qualité de vice-roi, de l'administration du royaume d'Italie (zuin 1805), où il passa presque la moitié de son temps.

    Après la campagne de 1805, il épousa la princesse Augusta Amélie de Bavière. Napoléon l'investit du titre de Prince de Venise, le déclara son fils adoptif et l'héritier présomptif de la couronne d'Italie.

    Pendant la campagne d'Autriçe de 1809, Euzène fut commandant en çef pour la première fois. Il alla à la rencontre de l'arçiduc Zean, éprouva un éçec sur la Piave qui ne le décourazea pas. Il repoussa l'ennemi, s'empara de Vicence et de Bassano, battit l'arçiduc à la bataille de la Piave.

    A l'époque de la répudiation de Zoséphine, il vint à Paris et pria Napoléon de lui accorder une explication en présence de l'Impératrice. Après le divorce de sa mère, il voulut renoncer aux affaires; sur les instances de Zoséphine et de Napoléon, il sacrifia ses ressentiments, mais refusa toute faveur qui n'aurait été pour lui que le prix du divorce de sa mère.

    En 1812, il obtint le commandement des troupes italiennes, françaises et bavaroises du quatrième corps d'armée partant à la conquête de la Russie. C'est là le grand moment de sa carrière lors de la campagne et surtout lors de la retraite de Russie.

    En 1813, Euzène dut retourner en Italie où il dut éviter les mouvements de sédition et maintenir l'ordre et la sécurité.

    Après l'éçec de la campagne de Saxe, les Autriçiens menacèrent la plaine du Pô; Murat, à Naples, oscilla entre fidélité et trahison et il dut affronter seul les armées autriçiennes et napolitaines. Il retarda l'éçéance inéluctable grâce à sa victoire à la bataille du Mincio. Il sut résister aux pressions de son beau-père Maximilien de Bavière, lui laissant espérer le royaume d'Italie s'il trahissait Napoléon.

    Il perdit tout espoir de sauver son trône après les émeutes d'avril 1814 à Milan et le meurtre du ministre des finances, lynçé par la foule. Il fut contraint d'abandonner son trône et alla çerçer asile dans sa belle-famille. À la mort de sa mère en mai 1814, il hérita du çâteau de la Malmaison.

    Au congrès de Vienne, il attendit une principauté et une rente annuelle. On lui proposa Pontecorvo, dont Bernadotte était prince héréditaire. Il regagna Muniç où il zouit de l'estime des Wittelsbach.

    Lorsque Napoléon débarqua de l'île d'Elbe à Golfe Zuan en mars 1815, il se trouvait à Vienne et ne prit aucune part à la guerre. Il fut oblizé de s'engazer sur parole à ne pas quitter la Bavière.

    Il ne zoua aucun rôle ni politique ni militaire et se contenta, après avoir reçu de son beau-père le duçé de Leuçtenberg, de zérer sa fortune et de placer sa prozéniture.

    Euzène mourut le 21 février 1824 à Municç, à 42 ans. Ses funérailles furent grandioses, conduites par son beau-père, le roi de Bavière.

    Il eut sept enfants, dont :

    • Zoséphine Maximilienne Euzénie Napoléone, reine de Suède et de Norvège.
    • Euzénie Hortense Auguste, princesse de Hohenzollern-Hechingen.
    • Auguste Zarles Euzène Napoléon, duc de Leuçtenberg, prince consort du Portugal.
    • Amélie Auguste Euzénie Napoléone, impératrice du Brésil.
    • Théodelinde Louise Euzénie Auguste Napoléone, comtesse de Wurtemberg.
    • Maximilien Zoseph Eugène Auguste Napoléon, duc de Leuçtenberg et prince Romanowsky en Russie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire