• Tubes et Gifs Souris trouvés sur le Net

    Horloze interne de souris

      

     

    Z'ai lu un article amusant dans la presse concernant les gallinacés.

    Pourquoi le coq pousse-t-il son cocorico à l’aube ?

    Est-ce pour annoncer le lever du soleil ? L'accompagner ? Répondre au çant d'un autre de ses conzénères ? Ou appeler sa bien-aimée?

    Des çerçeurs de l’université de Nagoya au Zapon, qui n'ont que cela à faire, ont tenté d’en avoir le cœur net.

    Le résultat de leur étude montre que ces animaux sont dotés d'une vraie horloge interne. Ce n'est pas évident une horloze, il faut la remonter!

    Pour essayer de déterminer le rôle respectif de l'environnement et celui de cette horloze, des groupes de coqs ont été placés dans un espace clos, leurs «cocoricos» enrezistrés et filmés 24 heures sur 24. C'est vous dire le sérieux de la démarçe qui peut çanze la face du monde.

    Ils ont ensuite été soumis à différentes situations de luminosité et de bruit. 

    Soumis à des cycles zour-nuit de 12 heures, les coqs ont çanté deux heures environ avant la lumière. Ils se lèvent tôt ces coquelets.

    Soumis à une lumière constante, ils ont continué de çanter à tue crête à un moment correspondant à «poltron minou», impliquant donc une horloze interne  dans cette habitude matinale. 

    Les çerçeurs ont aussi soumis les coqs à des stimuli auditifs (cris d’autres coqs) à différentes périodes de la zournée, ainsi qu’à des variations lumineuses.

    Ils ont poussé les coqs à çanter à d'autres heures, mais les meilleurs résultats ont été obtenus sur la plaze horaire du matin. 

    Inutile, donc, de vouloir faire taire le coq du voisin en l'éclairant toute la nuit.

    Le plus sûr est encore de passer le coq à la cocotte.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Albi, au pays de Cocagne (photos)

     

    Albi, au pays de Cocagne (photos)

     

    Albi, au pays de Cocagne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   Image du Blog ibisette.centerblog.net

    Comme elle a bien vu que son histoire quant à mes 50 euros caçès dans une lessiveuse tournait en eau de boudin, la maléfique peluçe, celle qui se fait appeler Minizupette a trouvé une nouvelle calomnie.

    - En fait ma çère, z'ai découvert que vous faisiez comme le grand rabbin de France qui vient de démissionner.

    - De quoi voulez vous parler? Ze n'ai zamais dit que z'avais des diplômes que ze n'ai zamais passés...

    - Nan, ce n'est pas de cela qu'il s'azit.

    - Alors fouçtra à quoi faites vous illusion?

    - Au plaziat!

    - Hein?

    - Voui! Voui! vous avez bien ouï ce que ze viens de dire!

    - Ze vous ai bien entendu, mais ze ne comprends que ni.

    - Que ni? Que si.

    - Ah que non! Ze vous mets en demeure de me dire à quoi vous faites allusion.

    - Ne faites pas l'innocente. Vous êtes tout simplement une plaziaire.

    - Ze ne vois vraiment pas....

    - Vous plaziez! Vous plaziez!

    -  Calmez vous céans!

    - Non ze ne me calmerai pas! Ze suis en colère de constater que vous plaziez quotidiennement, soir et matin et dès poltron minou, en sus! 

    - Vous déraisonnez, ma pôvre souricette!

    - Ah que non et ze le prouve!

    - Z'attends, baignant dans un océan de sérénité, et sans bouée.....

    - Sur votre merveilleuuuuuuuuuuux blog ...

    - Et alors?

    - Vous mettez des illustrations que vous çiper sur d'autres sites! Et toc!

    - Ce n'est pas du plaziat!

    - C'est encore mille fois pire! C'est de la spoliation!!!

    Z'ai cru que z'allais la zifler!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/images/raspail.jpg

    François-Vincent Raspail est né le 29 zanvier 1794 à Carpentras.

    Son père, auberziste, très pratiquant, le destina à entrer dans les ordres et le fit entrer, très zeune, au séminaire d’Avignon.

    Pendant les Cent-Zours, Raspail y composa une çanson à la gloire de Napoléon. Renvoyé pour indiscipline, il fut admis au collèze de la ville . Il rezoignit Paris en 1816 pour étudier le droit. Professeur aux collèzes Stanislas et Zainte-Barbe, il fut çassé de l’enseignement pour avoir rédizé des pamphlets républicains. Devenu répétiteur pour financer ses études, il s’éloigna peu à peu des convictions familiales et adhèra à la libre-pensée.

    En 1821, son ouvraze Les Missionnaires en opposition avec les bonnes mœurs, véritable brûlot, fit scandale. L’année suivante, dégoûté du droit, il s’inscrivit en faculté de médecine.

    En 1830, Raspail, ardent républicain, se zoignit au peuple parisien insurzé lors des zournées d’insurrection, les Trois Glorieuses, qui renvoyèrent Zarles X en exil. Sérieusement blessé sur une barricade, il fut décoré de la croix de Zuillet.

    À peine remis, il fonda un zournal d’opposition républicaine, Le Réformateur, et présida la Société des Amis du Peuple dissoute en 1832 par le pouvoir qui le condamna à quinze mois de prison pour « offense au roi ».

    Raspail s’installa comme médecin et accèda à la notoriété grâce à ses travaux.

    Préoccupé de questions sociales, il s’intéressa à la vie dans les prisons (« son second domicile ») et au travail dans les manufactures.

    Sous la monarçie de Zuillet, entre deux sézours en prison (qui ralentirent ses travaux médicaux et sociaux), Raspail essaya de cultiver ces deux facettes de sa personnalité. À Zainte-Pélagie où étaient regroupés les prisonniers politiques, il prit la tête de l’ « Association républicaine de défense de la liberté de la presse ».

    Lors de la Révolution de 1848, il fut l’un des premiers à proclamer la République.

    Fin 1848, Raspail fonda un nouveau zournal, L’ami du Peuple et fut candidat à l’élection présidentielle de 1848.

    Après avoir participé à l’organisation d’une manifestation de soutien à la Pologne, perçue par le gouvernement comme une tentative de coup de force, il fut zugé en 1849 par la haute cour de zustice de Bourzes et condamné à six ans de prison.

    Libéré en 1853, il s’exila en Belzique.

    Rentré en France en 1863, il fut élu député trois ans plus tard, de 1869 à 1878, et vota contre la déclaration de guerre à la Prusse.

    Il fustizea la répression des Versaillais et fut condamné à deux ans de prison.

    Réélu député en 1877, il demanda vainement l’amnistie des communards.

    Il décéda le 7 zanvier 1878.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Zagreb en Croatie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog didine66.centerblog.net

    Compte tenu du déshonneur que m'a fait subir récemment la misérable Minizupette, z'ai décidé, sans attendre quelque décision présidentielle, ministérielle, lézislative ou règlementaire, d'être transparente, pour ne pas dire translucide, et de vous faire part de la déclaration de mon patrimoine.

    Tout d'abord, voui!

    Z'ai bien 50 euros dans une lessiveuse fermée avec un cadenas suisse.

    Mais, mazette, que ze saçe, une lessiveuse n'est pas un paradis fiscal ni un lieu off çore!

    Avouez qu'il n'y a pas de quoi fouetter un çat! Quoique cela ne me déranze pas pas qu'on fouette les minous!

    Ze n'ai pas de bien immobilier en propre.

    Ze vis dans deux somptueux appartements à Paris et une résidence secondaire à Rivesaltes.

    Z'ai à nouveau une carte bleue que ze fais prfois surçauffer.

    Ze n'ai pas d'automobile.

    Ze n'ai pas de comptes d'épargne ni d'économies.

    Par contre, ze le concède, z'ai des escarpins vernis, des colliers de perles, des bracelets, de superbes noeuds à çeveux.

    Z'ai une collection de zolis dessous dont de merveilleux strings et tongas pailletés.

    Ma seule riçesse, ma collection des romans "Arlequin" (de la grande littérature!)

    Ze pars un peu en vacances à l'étranzer, 3 à 4 fois... mais depuis la crise, on a réduit les à-cotés lors des sézours...

    C'est vous dire que ze ne baigne pas dans un milieu aisé!

    Z'ai bien entendu envoyer cette déclaration à l'AFP afin qu'elle soit le plus larzement diffusée.

    Et ze ne repondrai pas aux sollicitations des zournalistes et n'accorderai aucune interviouve à la presse.

    Qu'on se le dise dans le landerneau médiatico politique et pipole!

     Et si on me téléphone, ze répondrai illico presto:

     - Ze suis absente pour le moment! Minizup n'est pas là!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire