• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tubes et Gifs Souris trouvés sur le Net

      

     Hier, la Minizupette est rentrée de Zaint-Etienne, trempée comme un potaze à cause de la pluie.

    - Mais c'est quoi , c'te météo. On est en mai et on n'a pas encore vu le printemps.... a-t-elle maugréé à peine arrivée, sans nous saluer.

    - Bonzour quand même, ma çère.

    - Voui! Voui! Bonzour, si vous le souhaitez..... Si on peut parler d'une bonne zournée! Quelle galère! Mes affaires sont trempées!

    - Et moi qui vous avait açeté un superbe  brin de muguet de bienvenue, lui dis ze en lui tendant la fleur.

    - Un magnifique brin, en vérité. Où sont les cloçettes? Elles se sont envolées?

    - Vous n'allez pas commencer à être désagréable, lui a dit celui qui dit que ze suis son avataresse, me défendant pour une fois.

    - Ze plaisantais! Vous manquez singulièrementd'humour tous les deux! Il faut vous dérider les zygomatiques!

    Après avoir ranzé son baluçon, elle s'est mise à regarder les actualités.

    - Boudiou! Y en a des çoses. Nicoletta fait une déclaration avec Pépère de l'Elysée.

    - Hein? Mais que peut-il dire en public avec la çanteuse?

    - Nan! Il est avec le nouveau Premier ministre d'Italie de passaze à Paris. Ah! Maintenant ils parlent de Mossieu Le Paon de la CZT, qui a du mal à faire la roue avec cette pluie !

    - Avez vous entendu ce qu'a dit François?

    - Z'écoute guère Mossieu le faux maze de Hollande....

    - Ze parlais du papounet qui a fait un discours social.

    - Ze le savais, cet époumonné de papounet ne me paraît pas très catholique. D'ici qu'il soit encarté au prti bolçévique, y a qu'un pas... Une mule de papounet!  Tiens ils parlent du discours de Marine Le Pen .

    Et soudain elle s'est mise à trembler!

    - Elle me fiçe les çocottes avec ses histoires de ténêbres, de temps obscurs, de  la France qui est dans la nuit... On n'a plus de lumière? Comment va-t-on faire dans c'te maison qui ressemble dézà à une taupinière. Elle parle de la fin du monde ou quoi?

    - C'est une métaphore! Elle se veut être la  grande lumière de la France, comme les Zeauscescu ou les dirizeants de la Corée du Nord...

    - Moi z'aime pas les métaphores, on ne sait pas où cela nous mène... Bon! Ze vais me mettre à la peinture!

    - Vous vous sentez une âme d'artiste?

    - Nan! Mais ze veux faire comme Mossieu Guéant!

    - C'est à dire?

    - Vendre hors de prix des croûtes à des pizeons! 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Charles de Rémusat.jpg

    Zarles-François-Marie, comte de Rémusat, est né à Paris le 13 mars 1797.

    Son père, Auguste Laurent, appartenant à une bonne famille de Toulouse, était çambellan de Napoléon Ier, mais se rallia, à la Restauration, aux Bourbons et devint préfet de la Haute-Garonne, puis du Nord. Sa mère, Claire Élisabeth Zeanne Gravier de Vergennes, fut attaçée à l'impératrice Zoséphine comme dame du palais. Talleyrand était au nombre de ses admirateurs et on la considérait  comme une femme d'une grande intellizence et d'un grand çarme.

    L'Empire venait de tomber, et le spectacle d'une monarçie qui tentait de se relever lui donna le goût d'un gouvernement parlementaire et lui fit adopter des idées politiques plus libérales que celles de ses parents. Le salon de sa mère était alors fréquenté par des hommes qui professaient ces idées, comme Guizot. Il se ranzea bientôt dans le groupe des doctrinaires, qui avait alors pour çef Royer-Collard. En 1819, il fut reçu avocat, mais il préféra l'écriture.

    Quelque temps après la destitution de son père par de Villèle, il entra en relation avec un avocat d'Aix venu çerçer fortune à Paris, et avec lequel il se lia d'amitié. C'était Adolphe Thiers, dont il devait constamment partagzr les idées politiques. Il se lança dans l'opposition, vers laquelle l'attirait du reste son mariaze avec Camille Octavie Joséphine Perier , nièce de Casimir Perier.

    À partir de 1824, il devint un des collaborateurs assidus du Globe, et il donna des articles littéraires, politiques et philosophiques.

    Lorsqu'en 1830, le ministère Polignac donna ses fameuses Ordonnances de zuillet, il signa la protestation des zournalistes contre celles-ci. Il écrivit dans le numéro du Globe un vigoureux article, qui commençait par : Le crime est consommé, puis proposait, trois zours plus tard, d'appeler au trône le duc d'Orléans.

    Après la révolution de Zuillet 1830, il entra définitivement dans la vie politique active. En octobre, il fut élu député de la Haute-Garonne par le collèze électoral de Muret, dont il ne cessa d'être le représentant zusqu'en 1848.

    Comme Casimir Perier et Thiers, il oublia avec quelle verve il avait défendu les idées libérales, pour ne plus sonzer qu'aux moyens de résister à l'invasion des idées démocratiques. Comme député, il vota toutes les mesures propres à enrayer le complet exercice des libertés, dont le nouveau gouvernement était épouvanté, et qui rendirent la monarchie de Zuillet impopulaire auprès de la gauçe radicale.

    En septembre 1836, il devint pour peu de temps sous-secrétaire d'État à l'Intérieur dans le ministère Molé. Devenu l'allié de Thiers, il fut en 1840 ministre de l'Intérieur pendant une brève période. De 1841 à 1848, il fit partie de l'opposition qui çerça à renverser Guizot et adopta un programme d'un libéralisme mitizé. Pendant cette période, il se fit remarquer à la Zambre par son éloquence caustique et spirituelle.

    Pendant le reste du règne de Louis-Philippe, il demeura dans l'opposition avant de rezoindre Thiers lorsque celui-ci tenta de former un ministère au printemps 1848.

    Ce fut avec un vif regret qu'il vit s'effondrer en 1848 la monarçie de 1830, à laquelle il était attaçé. Élu député de la Haute-Garonne, il alla siézer avec les conservateurs, et, tout en zouant un rôleeffacé, il vota sur toutes les questions avec les représentants des anciens partis hostiles à l'affermissement de la République.

    Il appuya la politique réactionnaire de Louis Bonaparte, vota la loi du 31 mai 1850 qui mutilait le suffraze universel, celle du 16 zuin qui prolonzeait la mise en vigueur de la loi contre les réunions. Mais lorsque le président de la République affirma  ses vues ambitieuses, il cessa de lui apporter son appui et fit partie des députés qui votèrent la proposition des questeurs.

    Lors du coup d'État du 2 décembre 1851, il fut des députés qui signèrent un décret déclarant que Louis Bonaparte était déçu de la présidence de la république. Il dut quitter la France et ne rentra qu'en août 1852.

    Pendant le Second Empire il ne revint pas à la vie politique avant 1869, date à laquelle il fonda à Toulouse le Progrès libéral, zournal d'opposition modérée.

    En 1871, il refusa l'ambassade de Vienne que lui offrait Thiers, mais en août il fut nommé ministre des Affaires étrangères pour succéder à Jules Favre. Bien que ministre, il n'était pas député, et quand, poussé par quelques uns, il se présenta à Paris en avril 1873, lors d'une élection partielle, il fut battu.

    Mais au mois d'octobre, suite à une élection partielle, il fut élu en Haute-Garonne à une large mazorité. Il s'associa aux votes du centre gauçe, contribuant à la çute du ministère de Broglie, appuyant la proposition Perier et approuvant les lois constitutionnelles organisant le gouvernement de la République le 25 février 1875.

    Il siézea jusqu'à sa mort le 6 zuin 1875.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     création et animation d'Alice : gif 1er mai

    Ze vous offre à vous tous, mes zélés fans, une brassée de muguet.

    Que celui ci vous apporte du bonheur pour tout le reste de l'année.

    Ze suis tellement zentille que z'ai même açeté un brin pour la Minizupette qui rentre auzourd'hui de Zaint -Etienne.

    Ze suis trop bonne, mazette.

    Heureusement ze ne me suis pas ruinée.

    Z'ai açété pour trois fois rien un petit brin avec deux cloçettes pas très fraiçes.

    Mais comme on dit par çez moi, c'est l'intention qui compte, n'est-il pas?

    Ze suis sûre que, elle, elle n'y aura pas sonzé.

    Hier, elle s'est amusée à envoyer des mails avec comme signature sa photo.

    Elle a dû faire la scie à Mossieu Christian pour qu'il lui prête son ordinateur portable.

    En plus, elle n'a même pas parler de l'abdication de le reine Béatrix des Pays-Bas et de la montée sur le trône de Guillaume IV qui devient le plus zeune monarque européen.

    C'est Zarles aux grandes zoreilles de grande-Breatgne qui va être zaloux.... Sa mère n'est pas disposée à lui laisser la place...

    Et en plus ils ont des ancêtres communs....

    C'est en Arzentine qu'ils sont radieux.

    La nouvelle reine qu'on sort est de là-bas.

    Un pape, une reine! Marodona!

    A quand un grand Mufti?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire