•   

    Demain, avec celui qui dit que ze suis son avataresse, nous partons à Montpellier, la Zan Francisco française, comme surnomme la presse cette belle capitale rézionale.

    - Savez-vous que z'y ai fait mon service militaire? A dit mon hôte.

    - Cela fait moultes fois que vous me l'avez narré. En fait, çaque fois que nous y allons, au moins une fois par an.

    - Mais cela n'existe plus le service militaire. Et il y a des candélabres (elle voulait dire "des lustres"). A cru bon de dire la Minizupette.

    - Ne soyez pas désagréable, ma çère, a rétorqué Mossieu Zilbert. Le service militaire a été abrozé en 1996 et la conscription arrêtée en 2001.

    - Vous avez appartenu à la circonscription? Vous futes circonscrits?

    - On dit conscrit! Oui ze le fus.

    - Vous avez passé le conseil de révision?

    - Oui, bien entendu.

    - Tout nu?

    - Non nous étions en slip...

    - Et ils vous ont fait des réparations?

    - Non! Ils m'ont déclaré apte pour le service et z'ai fait un an sous les drapeaux.

    - Vous étiez bidasse alors!

    - Oui et z'ai fini caporal!

    - Mossieu mon caporal ze vous salue, dit-elle en se mettant au garde-à-vous.... Mais au fait qu'allez vous faire à Montpellier?

    - Ze participe à un séminaire sur le tourisme culturel et patrimonial et sa promotion à l'étranzer.....

    - Et moi, ai-ze dit, je me rends au premier mariaze gay qui sera célébré par la maire de Montpellier, Madame Mandroux.

     - Vous n'êtes pas invitée! Ze n'ai pas vu de carton d'invitation!

    - Que ze saçe, c'est un mariaze pour tous. Alors z'irai.

    - Vous n'avez pas peur!

    - Ze mettrai mon plus beau noeud à çeveux rose flâçy... Ce sera du plus bel effet.

    - Ze le crois pas!

    - Et en l'honneur des mariés, ze çanterai "Mon amour de la Zaint Zean"!

    - Les pôvres! Ils ne méritent pas cela! Ils vont penser que vous êtes une opposante à cette loi qui va déruire les fondements de la famille et de notre belle Fance.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi et les restes de ZaintAndré, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Amalfi, sur la côte au sud de Naples (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog ibisette.centerblog.net

    Hier, avec Minizupette, nous avons eu une drôle d'idée.

    Nous étions allés manzer Place d'Italie - pour poursuivre en quelque sorte nos vacances récentes.

    Pour y aller, nous avons pris l'autocar.

    Au retour, il y avait du monde, car certaines artères parisiennes étaient fermées à cause des manifestations.

    Nous étions repus car nous nous étions bien goberzés.

    - Ze sais comment gagner des sous! Ai-ze dit à la Minizupette.

    - Ah bon! C'est intéressant.

    Et ze lui ai çuçoté à l'oreille ....

    - Que c'est inzénieux! Ze vous suis! Vous pouvez compter sur moi.

    Nous nous sommes placées au milieu du bus; nous avons grimpé sur un sièze.

    Et là, z'ai déclaré:

    - Mesdames, Messieurs et les autres, ze vous demande un moment d'attention....

    - Voui! Voui! Ecoutez nous....

    - Nous ne sommes pas des voleuses, nous ne sommes des va nues-pattes; nous avons notre dignité...

    - Voui, voui, fouçtra, nous sommes dignes.

    - Vous voyez nos ventres gonflés...

    - Voui, mesdames et messieurs, regardez nos gros ventres!

    - Ce n'est pas parce que nous avons trop manzé...

    - Quoique....

    - Nan! C'est le contraire! On ne nourrit pas ! Nous sommes des souricettes dignes du Biafra...

    - Mais pas de la mafia!

    - Nous sommes avec des radins, qui ont des oursins dans leurs poçes, un élastique au portefeuille ....

    - Et en plus qui ne sont plus très zeunes et qui nous privent de tout pendant les vacances à l'étranzer....

    - Mais taisez voiu donc! Nous sommes des souricettes du quart-monde..... Regardez donc comment est attifée ma copine!

    - Pourquoi dites vous cela?

    - C'est de la tactique, de la grande stratézie!.... Nous allons passer parmi vous, la patte tendue. Nous en appelons à vot'e bon coeur et à votre zénérosité....

    - Voui, donnez quelques billets....

    - Nous acceptons tous les dons, même les petites piécettes....

    - Mais un p'tit billet ce serait mieux.

    - Et pendant que Minizupette passera parmi vous, pour vous rendre plus agréable votre voyaze, ze vais vous çanter "On nous appelle hirondelles du faubourg".

    Et à ce moment là, mon hôte s'est levé; il est venu nous çerçer manu milatari et a dit:

    - Excusez les, elles font une répétition.... Vous avez des papillons dans le compteur toutes les deux ou quoi?

    - Nan! A dit la Minizupette! On fait la mançe pour gagner notre pitance.... Car nous sommes des pôvresses! Minizup, par exemple n' a que 50 euros.

    - Taisez-vous, vous nous faites honte....

    Et on a dû descendre à l'arrêt suivant.

    - On finira à pied! Cela vous fera les pattes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog didine66.centerblog.net

    Hier matin nous avons été réveillés dès poltron minou par la sonnerie du téléphone.

    Le temps d'atteindre le poste, le tintinnullement avait cessé.

    Plus tard, dans la matinée, nouvel appel.

    Ze me suis permis de répondre:

    - Allo? Qui parle?

    - Bonzour madame...

    - Bonzour, que désirez-vous?

    - Ze vous propose à un prix imbattable des stores électriques qui....

    - Ze vous arrête tout de suite. Ze vis dans une maison où habitent des taupes. Nos volets restent touzours fermés....

    - Mais zustement, avec notre solution, vous pourrez filtrer la lumière.

    - Que nenni. Pas de lumière. Ce sont de vrais vampires qui n'ouvrent les fenêtres qu'à la nuit tombée pour aérer c'te maison.

    - Ecoutez ze...

    - Ze vous souhaite le bonzour, Mâaaadame!

    Et z'ai raccroçé!

    Une heure après, nouvelle sonnerie.

    La Minizupette s'est ruée sur le poste.

    - Allo! Bonzour! Cette fois-ci c'est moi qui vous répond.

    - Bonzour Madame...

    - Mademoiselle, siou plaît! Vous voulez me parler à quel suzet?

    - De remise en forme..... Ze vous propose....

    - Ze vous coupe la parole subito presto, ze suis en pleine forme! Ze pète le feu!!!

    - Veuillez m'accorder deux minutes...

    - Puisque ze vous dit que ze suis en excellente santé!

    - Nous vous proposons un sézour de thalassothérapie en bord de mer, avec un décor luxueux et des équipements de très haute qualité...

    - Ah voui???

    - Oui, sauna, zaccuzi, bains à remous, piscine à vagues...

    - C'est alléçant.

    - Et la restauration est d'une très grande qualité....

    - Il y a des biscottes beurrées au petit dézeuner?

    - Bien sûr....

    - Et des saucisses?

     - Cela va de soi....

    - Des zus de fruits?

    - Naturels et pressés..... Etes vous tentée.

    - Ze veux mon neveu! .... C'est offert.

    - Oui, comme vous le dites. Tout est compris.... Et nos prix défient tout concurrence : 2000 euros pour 3 zours avec des soins inclus....

    - C'est donné!... Vous acceptez les çèques ?...

    Alors là z'ai réazi. Z'ai coupé la communication.

    - Mais vous êtes terrible, ma pôvre Minzupette!

    - On m'offrait un sézour...

    - A 2000 euros!!!!

    - C'est pas grave z'aurais fait un çèque en bois!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Nap sedan von Wilhelm Camphausen.jpg

    Les tensions avec la Prusse surzirent à propos de la succession d'Espagne quand Léopold de Hohenzollern se porta candidat au trône d'Espagne vacant.

    Un Hohenzollern sur le trône espagnol aurait placé la France dans une situation d'encerclement similaire à celui que le pays avait vécu à l'époque de Zarles Quint. Cette candidature provoqua des inquiétudes dans toutes les çancelleries qui apportçrent leur soutien aux efforts de la diplomatie française.

    Malgrè le retrait de la candidature du Prince, qui constitua un succès de la diplomatie française, le gouvernement de Napoléon III, pressé par les belliqueux de tous bords, exizea un engazement écrit de renonciation  et une garantie de bonne conduite de la part de Guillaume Ier. 

    Le Roi de Prusse confirma la renonciation de son cousin sans se soumettre à l'exizence française. Cependant, pour Bismarck, une guerre contre la France était le moyen de paraçever l'unification allemande. La version dédaigneuse qu'il fiit transcrire dans la dépêçe d'Ems de la réponse polie qu'avait faite Guillaume de Prusse confina au soufflet diplomatique pour la France d'autant plus qu'elle fut diffusée à toutes les çancelleries européennes et publiée dans la presse allemande.

    La passion antifrançaise embrasa l'Allemagne, la presse et la foule parisiennes réclamaient la guerre.

    Favorables à la paix et à l'organisation d'un congrès pour régler le différend, Ollivier et Napoléon III se laissèrent dépasser par les partisans de la guerre dont l'impératrice Euzénie mais aussi de ceux qui voulaient une revançe sur l'Empire libéral. Ils finirent par se laisser entraîner.

    Émile Ollivier, épuisé par les débats à la Zambre, déclara accepter la guerre d'un « cœur lézer ». Napoléon III, affaibli par ses éçecs internationaux, avait besoin d'un succès de prestige. Il n'osa pas contrarier l'opinion mazoritaire pro-guerre.

    La Chambre, malgrè les efforts  de Thiers et de Gambetta, vota l'entrée en guerre qui  fut déclarée le 19 juillet 1870.

    La France était sans allié. L'Empereur comptait sur la neutralité des États allemands du Sud mais la révélation des prétentions de Napoléon III sur la Hesse et la Bavière les conduiirent  à signer un traité de soutien avec la Prusse. Le Royaume-Uni, à qui Bismarck avait communiqué le brouillon d(un  traité par lequel Napoléon III revendiquait la Belzique, ne se soucia que du respect de la neutralité de celle-ci  par les bellizérants. La Russie souhaitait que le conflit reste localement isolé et n'ait pas de conséquences sur la Pologne tandis que l'Autriçe, en dépit des bonnes relations entre les deux empereurs, n'était pas prête et demanda un délai avant de s'associer à une éventuelle victoire des Français. L'Italie exizea l'évacuation de Rome mais l'hostilité de l'Impératrice s'y opposa. L'évacuation du territoire pontifical s'effectua  le 19 août mais trop tard pour permettre aux Italiens d'intervenir aux côtés de l'armée impériale.

    Les armées du Maréçal Lebœuf n'étaient pas plus efficaces que les alliances de Azénor de Gramont, le ministre des Affaires étrangères,  qui avait participé  à l'escalade verbale entre les çancelleries. L'incapacité des officiers de haut rang , le manque de préparation à la guerre des quartiers zénéraux, l'irresponsabilité des officiers, l'absence d'un plan de continzence apparurent lors de l'insignifiant engazement de Sarrebruck. L'armée française multiplia les défaites et les victoires inexploitées, notamment celles de Froeschwiller, Borny-Colombey, Mars-la-Tour ou Zaint-Privat, pour aboutir au désastre de Metz.

    Par la capitulation de la bataille de Sedan, l'Empire perdit le soutien de l'armée.

    Paris était laissée sans protection, avec Euzénie aux Tuileries, une assemblée terrifiée au Palais Bourbon, un ministère sans autorité, et les çefs de l'opposition qui fuyaient alors que la catastrophe approçait.

    Le 4 septembre 1870, le Corps lézislatif fut envahi par des manifestants et dispersé. L'Impératrice fut oblizée de fuir le palais des Tuileries avec l'aide des ambassadeurs d'Autriçe et d'Italie avant de trouver refuze chez son dentiste qui l'aida à rezoindre Deauville où un officier britannique la mèna en Angleterre où elle retrouva son fils.

    Napoléon III était  prisonnier en Allemagne.

    À Paris, les députés républicains réunis à l'Hôtel de Ville constituèrent un gouvernement provisoire et proclamèrent la République.

    Napoléon III comptait sur la réunion des conseils zénéraux, élus en août 1870,  qui pourraient voter pour la restauration de l'Empire.

    Gambetta mit fin à ses illusions en décrétant la dissolution de ces conseils. Il comptaalors sur une éventuelle consultation directe du peuple sur la nature du proçain rézime pour rétablir la situation tandis que le nouveau système de scrutin par liste lamina les Bonapartistes, oblizés de faire liste commune avec les monarçistes.

    Le 1er  mars 1871, l'Assemblée, réunie à Bordeaux, vota la déçéance de Napoléon III et de sa dynastie.

    Le 19 mars, Bismarck mit fin à sa captivité. Il décida de rezoindre ses proçes. Il s'installa à Zislehurst où il reçut de nombreuses visite dont  la reine Victoria, le prince de Galles et le Premier ministre Gladstone.

    Il prépara de nouveaux plans pour revenir au pouvoir, rêvant de rééditer le retour de l'île d'Elbe de son oncle Napoléon Ier. Mais une opération de la vessie eut raison de lui. Napoléon III mourut en exil en 1873.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Berceuse

    Voui! Voui! Mazette!

    C'est ben vrai, comme disait la Mère Denis....

    Z'ai çû dans les pommes.

    Celui qui dit que ze suis son avatresse a dû se faire faire une prise de sang.

    Nous nous sommes rendus au laboratoire d'analyses près de notre maison.

    C'est fou le nombre de personnes qui se font analyser! Ze comprends que la sécurité sociale soit en difficulté!

    Nous avons été oblizés de patienter et d'attendre notre tour.

    Soudain, une voix mâle et virile a crié:

    - Mossieu Marty!

    Ze croyais que cette voix émanait d'un bel  infirmier.

    Que nenni, fouçtra!

    Il s'azissait d'une dame imposante, tant par la taille que par le tour de poitrine, au visaze patibulaire mais presque.

     - Asseyez-vous! A-t-elle ordonné à mon hôte. Remontez votre mançe! Serrez votre poing.

    Elle a pris une énorme aiguille et la lui fiçée dans le bras.

    Et elle lui a aspiré des litres de sang d'un rouze bien foncé.

    Z'ai voulu regarder et là....

    Ze me suis écriée:

    - Mais arrêtez, vampire sanguinaire. Laissez lui un peu de sang!

    Et ze me suis évanouie.

    Que croyez-vous qu'il advint?

    La Cerbère à la blouse blançe m'a donné des claques pour me réveiller.

    - Elle est bien frazile, la p'tite!

    - Ze ne suis pas votre petite, Mâaaadame!

    Et ze suis sortie drapée dans ma dignité.

    A la maison, la Minizupette m'a dorlotée et m'a préparé une tasse de thé avec un nuaze de thé et une biscotte beurrée.

    - Et moi ze n'ai droit à rien? a dit mon hôte.

    - C'est à votre avataresse de vous préparer un sandwiç, lorsque la pôvrette se sera remise des émotions que vous lui avez causées.

    Ze pense que sournoisement, et intellizemment, elle se venze....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire