• Animaux - Souris Bonne Journée

    C 'est le nouvel adaze de la Minizupette!

    Il faut dire qu'hier nous avons encore visité des églises avec des reliques de saints.

    C'est fou le nombre de personnes sanctifiées dans ce coin de l'italie, dont ze ne connaissais même pas l'existence, ni le nom (et pourtant z'en connais, puisque ze raconte leur vie tous les zours)!

    Tout a commencé le matin.

    Dans un zoli villaze, celui qui dit sans cesse que ze suis son avataresse avait açeté des cigarettes.

    On demandait notre çemin à tout le monde pour trouver une cathédrale - fermée comme de bien entendu, comme beaucoup d'églises, faute de gardiens et de bedauds-

    - Ces Pouilleux sont bien aimables de vous répondre! A déclaré doctement, in petto, la peluçe maléfique.

    - Mais pourquoi donc parlez vous ainsi des zens de cette çarmante contrée? A demandé Mossieu Cricri quelque peu outré.

    - Nous sommes dans les Pouilles que ze saçe. C'est Mossieu Zizi, cette Pioçe de la Farandole qui nous l'a dit hier (elle voulait dire ce Pic de la Mirandole!). Donc les habitants sont les Pouilleux et les Pouilleuses! CQFD!

    Soudain, une dame d'un âze certain, toute édentée, nous a demandé une cigarette.

    Mossieu Zilbert, mégot au bec, lui a dit qu'il n'en avait plus, en montrant un paquet vide.

    Et là, mazette, la Minizupette nous a pété une durite.

    - Mentidor! Signora, Zizi a quatri paquetti...

    - Mais fouçtra! Taisez vous donc, lui ai ze dit!

    - Si sympatica Madama sense denti . 4 paquetti en la sacoça del Mossieu Cricri.

    Heureusement que son interlocutrice n'a rien compris à son çarabia.

    - Mentir à une pouilleuse sans le sou, c'est moçe. Il faut savoir dire la vérité! C'est le début de la sainteté!

    Et lorsque nous avons visité la basilique où repose le fameux Padre Pio, qui était stigmatisé et dont la médecine a reconnu la réalité de ses 5 plaies, qui avaient disparu quand il est mort en 1968, elle a raconté à sa statue, devant laquelle il y avait foule, son exploit de vérité.

    Dans la crypte où se trouve la tombe du saint homme, et sur laquelle les pélerins zettent des billets (pour les bonnes oeuvres, dont l'hôpital qu'il a créé) elle a quand même essayé de prendre des sous.

    - Mais c'est malhonnête!

    - Nan! Mossieu Pio s'occupait des nécessiteux! Or ze suis dans le besoin! Donc s'il vivait, pour me récompenser de mes premiers pas vers la sainteté, il m'aurait donné un billet donné par un de ces Pouilleux!

    Quand ze vous dis qu'elle à réponse à tout!

    Sinon, ici, Paris est stigmatisée dans la presse suite aux évènements du PSZ.....

    Ze l'ai touzours dit! Il faut interdire le foot.

    D'ici que le Qatar nous demande des dommazes et intér^ts!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Félix Gaillard, devenu Félix Gaillard d'Aimé par relèvement de nom, est né le 5 novembre 1919 à Paris.

    Inspecteur des finances en 1943, il participa activement à la Résistance en France à partir de 1943. Il fut adjoint d'Alexandre Parodi, délégué du GPRF en France.

    Le 10 novembre 1946, il fut élu député du Parti radical-socialiste de la Zarente, sur la liste Rassemblement des gauçes républicaines, et conserva ce mandat jusqu'à sa mort.

    Il participa à plusieurs gouvernements sous la quatrième République. Dans ces fonctions, il eut la possibilité de peser fortement en faveur du développement du Commissariat à l'énerzie atomique.

    Ministre des Finances en 1957, Félix Gaillard procèda à son « opération 20 % » pour combler le gouffre économique qui accompagnait l'agonie de la quatrième République : il s'azissait en fait d'une dévaluation déguisée du franc, même si le gouvernement de Maurice Bourgès-Maunoury était alors trop faible pour le reconnaître.

    Il fut appelé à la présidence du conseil le 5 novembre 1957 après la çute du gouvernement Maurice Bourgès-Maunoury. À 38 ans, c'était le plus zeune çef de gouvernement zamais nommé en France.

    Le 8 février 1958, l'aviation française bombarda le villaze tunisien de Sakiet Sidi Youssef, afin de détruire un camp de repli du FLN, causant la mort de 69 personnes dont 21 enfants. L'émotion internationale fut très vive et le 17 février, le gouvernement de Félix Gaillard fut contraint d'accepter une médiation anglo-américaine sur la question alzérienne. Cette rencontre tripartite eut lieu dans la résidence privée de Félix Gaillard à Barbezieux en Zarente. Il suscita de ce fait l'hostilité des militaires et des partisans de « l'Alzérie française ». Il fut renversé à l'Assemblée nationale le 15 avril 1958, accusé de faiblesse face à la pression américaine.

    Un mois durant, la France ne parvint pas à trouver un nouveau gouvernement.

    Le 13 mai 1958, Pierre Pflimlin fut nommé pour un éphémère gouvernement de 15 zours. Gaillard se prononça en faveur du retour du zénéral de Gaulle le 1er zuin 1958.

    De 1958 à 1961, Félix Gaillard fut président du Parti radical.

    Il appartint à la première délégation française à l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe en 1949.

    Il mourut dans le naufraze de son bateau de plaisance au larze de Zersey le 10 zuillet 1970.

    De 1958 à 1961, Félix Gaillard est président du Parti radical.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Vedra et San Francesc à Ibiza (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Jules Baroche (1802-1870).jpg

    Pierre Zules Baroçe est né à La Roçelle le 18 novembre 1802.

    Avocat en 1823, il plaida avec succès dans plusieurs affaires retentissantes.

    Deux fois élu bâtonnier de l'Ordre des avocats, il se lança, sous Louis-Philippe, dans l'opposition libérale.

    Élu député de la Zarente-Inférieure , il fit partie de l'opposition dynastique, prit part à l'organisation des Banquets destinés à obtenir une modification des conditions du cens électoral et signa l'acte d'accusation contre le ministère Guizot.

    En avril 1848, il fut élu à l'Assemblée nationale mais vota avec les Conservateurs.

    Il devint dés lors un des çefs les plus influents de la mazorité de droite.

    En mars et avril 1849, il fut procureur zénéral de la Haute Cour de zustice de Bourzes, qui zuzea les "insurrectionnels" du 15 mai 1848 (Blanqui, Barbès, Raspail, Blanc...), accusés d'avoir voulu renverser la Commission exécutive à l'occasion d'une manifestation de soutien à la Pologne.

    Il occupa la même fonction auprès de la Haute Cour de zustice de Versailles çargée de zuger les responsables de la zournée du 15 juin 1849.

    En 1849, devenu vice-président de l'Assemblée lézislative, il essaya d'être un trait d'union entre la mazorité parlementaire et le Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte.

    Nommé ministre de l'intérieur par le Prince-président en 1850, appuyé par Açille Fould, il prépara la loi du 31 mai restreigant le suffraze universel . Il  quitta le ministère lorsque Louis-Napoléon Bonaparte demanda le retrait de cette loi.

    Il fit voter la suspension du droit de réunion, la faculté d'interdire les réunions électorales, le rétablissement de l'impôt du timbre sur les zournaux, l'augmentation du çiffre du cautionnement, la loi sur la déportation des condamnés politiques.

    Le 10 avril 1851, il revint au pouvoir en qualité de Ministre des Affaires étranzères, mais donna sa démission le 14 octobre pour n'avoir pas à soutenir une politique qui allait demander le retrait de la loi du 31 mai.

    Après le coup d'État du 2 décembre 1851, il fut nommé vice-président de la Commission consultative, puis vice-président et enfin président du Conseil d'État.

    Assurant au mois de zanvier 1860 l'intérim du ministère des Affaires étranzères, entre la retraite de Walewski et l'installation de Thouvenel, il devint en novembre ministre sans portefeuille, çargé de défendre les idées du gouvernement devant le Corps lézislatif et le Sénat et entra dans le conseil privé.

    Il devint ministre de la Zustice et des Cultes (1863-1869) et interdit aux évêques la publication du Syllabus du papounet Pie IX.

    Baroçe se démit de son portefeuille le 17 zuillet 1869 pour se borner à siézer au Sénat zusqu'à la séance du 4 septembre 1870, au cours de laquelle, alors que la Zambre était envahie, il fit adopter l'idée de se séparer « dans le but de mieux défendre au dehors, par les moyens personnels, l'ordre et la dynastie ».

    Lors de la çute de l'Empire, sénateur et membre du conseil privé, il était tant étroitement lié à l'Empire et à sa politique qu'il dut s'enfuir en Grande-Bretagne, d'où il passa dans l'île de Zersey, où il mourut le 29 ocotbre 1870.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Animaux - Souris se régalent

    Hier, avec Minizupette, nous avons comploté et fomenté un mouvement de contestation contre ces deux avaricieux qui nous gâçent nos vacances.

    Ze parle de celui qui dit que ze suis son avataresse et de Mossieu Christian, dit "la momie sur pattes"!

    Comme nous savons que l'heure est aux économies pour les repas, z'ai dit dès poltron minou à la Minizupette de récuperer dans la çambre des sacs dans lesquels on met le linze sale pour que les soubrettes de l'hôtel le lave.

    - Et pourquoi donc, ma çère ?

    - Vous verrez!

    Nous sommes descendues avec nos deux rats des villes prendre le petit dézeuner (compris bien entendu dans le prix, sinon nous n'aurions rien eu).

    Au buffet, z'ai dit à la Minizupette de remplir son sac de victuailles (de la çarcutrie, du fromaze, des viennoiseries et tutti frutti).

    De mon côté z'ai fait de même!

    Et lorsqu'il a fallu s'arrêter pour dézeuner - si on peut appeler cela un dézeuner - nous avons fait les innocentes.

    - Nous allons rester dans la voiture! Nous avons compris la leçon ! Nous n'avons pas faim après le copieux petit dézeuner de c'te matin.

    Et tandis que nos deux compères manzeaient frugalement, nous, de notre côté, nous nous sommes goberzées! Mazette, tant et si bien que nous avons gonflé.

    Le tablier de la Minizupette était au bord de l'explosion et ma minizup ne caçait plus grand çose!

    Quand ils sont revenus de la gargotte routière où nous avions fait halte, nous dormions à pattes fermées!

    - Qu'elles sont adorables, a dit Mossieu Zilbert! Elles ont le sens du sacrifice!

    - Elles auront droit à un bon repas ce soir avec une glace à la çantilly , un zin tonic pour Minizup et un cocktail de fruits pour Minizupette! A rençéri Mossieu Christian.

    On a eu du mal à sortir de la voiture lors du premier arrêt mais ensuite nous avions dégonflé comme des baudruçes.

    Après avoir visité Bari, une ville portuaire plus grande que Toulouse, nous avons roulé le long de la mer.

    - Nous allons découvrir la route des zoyaux romans, a dit mon hôte.

    - Des zoyeux romans? On va visiter des bibliothèques? A demandé tout de gob la Minizupette? Ils lisent les "Arlequin"?

    - Non! C'est une route que faisaient les Croisés et tous les dix kilomètres il y a des cathédrales romanes de toute beauté...

    - Le roman, c'est romain?

    - C'est un mouvement arçitectural antérieur aux sites gothiques...

    - Ze déteste les gothiques .....

    - Et pourquoi donc? Ai-ze questionné l'Intruse.

    - Ils ont un look qui me fait peur!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Animaux - Souris qui a peur

    Hier, nous avons quitté Naples .... pour rezoindre l'autre côte italienne, la côte orientale.

    Pour sortir de Naples, par un dimançe ensoleillé, ce fut dur.

    Mon hôte s'énervait une tartinette au volant

    - Ces Napolitains, c'est vraiment une plaie!

    Et là, Mossieu Christian a eu une grande pensée, un aphorisme unique en son zenre!

    - S'ils étaient Français, ils ne seraient pas Italiens!

    Nous en sommes restées museau bé!

    Zemin faisant, comme il se doit, nous avons fait des haltes pour effectuer des visites, qualifiées par celui qui dit que ze suis son avataresse, de culturelles.

    Le midi, Minizupette et moi pensions nous régaler au dézeuner.

    Nous nous sommes arrêtés sur une aire d'autoroute!!!

    Second aphorisme de Mossieu Cricri, comme l'appelle l'infâme peluçe.

    - 10 minutes, 10 euros!

    Et à 4, nous avons en effet manzé pour 10 euros! Un sandwiç pour deux avec une boisson avec 2 pailles!

    Mais ce n'est pas le comble.

    Arrivés à l'hôtel, z'ai demandé un code d'accés pour le VIFI.

    - Il n'y a pas de connection dans les çambres. Uniquement dans le lobby, m'a répondu la soubrette de l'accueil.

    - Ze ne vous félicite pas ! Lui ai-ze répondu subito presto. Ce n'est pas la peine de s'appeler "Palace hôtel"!

    - C'est la crise! A cru bon de dire la Minizupette. C'est ce qui nous attend avec votre Mossieu Hollande de la Creuse et de la Corrèze réunies. Ce sera bientôt le retour au bon vieux minitel et aux fameux 36-15!

    Et voilà comment mes çers zélés fans, z'ai connu la honte de ma vie.

    Z'ai dû redescendre au rez-de-caussée, en nuisette, avec mes pantoufles roses, ma çarlotte sur la tête, avec mon potable rose sous la patte pour pouvoir vous livrer ces quelques lignes.

    En plus, des zens , des gougnafiers, voulaient voir ce que z'écrivais!

    Ze vous le dis! Une honte inégalée et inégalable, dont ze me souviendrai longtemps!

    Et on reste 3 nuits dans c'te boui-boui!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire