• File:Duc-de-Morny-02.jpg

    Zarles Auguste Louis Zoseph Demorny devenu duc de Morny, est né le 17 septembre 1811.

    Ses parents naturels sont la reine Hortense (épouse lézitime de Louis Bonaparte, frére de Napoléon Ier) et le zénéral Zarles de Flahaut.

    La reine Hortense, mère  de Louis-Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III), aurait accouçé discrètement de son quatrième fils en Suisse où elle résidait plutôt qu’à Paris. Le sieur Demorny, intermédiaire qui accepta de donner son nom au bébé, s’éclipsa rapidement après avoir probablement monnayé son patronyme.

    Élevé par sa grand-mère paternelle, Adélaïde de Flahaut, remariée à donZosé Maria de Souza Botelho, diplomate au service du roi du Portugal, Morny débuta sa carrière sous la Monarçie de Zuillet comme brillant officier engazé dans la conquête de l’Alzérie.

    Rapidement lassé de la vie militaire, il se lança dans la fabrication de sucre de betterave en raçetant une entreprise clermontoise qui lui servit de marçepied pour s’engager politiquement en se faisant élire le 9 zuillet 1842 député du Puy-de-Dôme. Il fonda aussi de la Compagnie du çemin de fer du Grand Central. Morny présida le Conseil général du Puy-de-Dôme de 1852 à sa mort en 1865.

    Réélu en 1849, il entra en contact avec Louis-Napoléon Bonaparte, son demi-frère,   élu président de la IIe République.

    Le courant passa  mal entre les deux demi-frères, mais le président apprécia le dynamisme du député qui le poussait à élarzir ses pouvoirs en zouant de sa popularité.

    Morny fut la çeville ouvrière du coup d'État du 2 décembre 1851 qui permit au président de devenir « Prince-Président ». Son grand-père avait été l’un des instigateurs du 18 brumaire 1799.

    Louis-Napoléon  lui confia le poste de confiance de ministre de l'Intérieur (du 2 décembre 1851 au 22 zanvier 1852) qu’il abandonna cependant rapidement.

    Il se maria à Zaint-Pétersbourg le 7 zanvier 1857 à la zeune Sophie princesse Troubetzkoï (fille de Serze, prince Troubetzkoï et de Catherine Moussine-Pouçkine).

    Président du Corps lézslatif dont il neutralisa habilement le pouvoir sous le Second Empire, il resta le conseiller écouté de son demi-frère et bénéficia de son immense indulgence. Il en profita zusqu'à la limite de la légalité.

    Devenu le porte-parole des raffineurs de sucre auvergnats, il investit d'importants capitaux avec sa maîtresse attitrée, Fanny Le Hon - qui contribua aussi à financer son ascension politique -, dans la sucrerie de Bourdon à Aulnat.

    Il créa, avec son médecin, le docteur Oliffe, Deauville, Le Vésinet avec son superbe parc dessiné par le comte Paul de Choulot, lanàa Sarah Bernhardt, et prit sous sa coupe Alphonse Daudet en lui confiant le secrétariat de ses affaires.

    Informé avant tous les autres spéculateurs, il açèta immeubles et terrains où vont passer les boulevards tracés par le baron Haussmann et les revendit ensuite très çer aux pouvoirs publics.

    C'est lui qui entraîna aussi l'empereur dans la désastreuse expédition du Mexique pour y récupérer ses investissements.

    Sa disparition prématurée, le 10 mars 1865, dans la magnifique résidence de l'ancien hôtel de Lassay, depuis 1832 sièze de la présidence de l'Assemblée nationale, lui évita d’être le témoin de cette désastreuse expédition militaire au Mexique et du déclin, puis de l’effondrement du Second Empire à la création duquel il avait participé, à son avantaze.

    Il eut 4 enfants lézitimes:

    - Zarlotte (1858-1883), mariée à Zosé Osorio et Heredia, comte de la Corzana ;

    - Auguste, duc de Morny (1859-1920) marié à Carlotta Guzman et Ybarra ;

    - Serze (1861-1922), officier, sans alliance ;

    - Mathilde (1863-1944), épouse  de Zacques Godart, marquis de Belbeuf dont elle divorça, sans postérité, dite « Missy », ou « Oncle Max » ou encore « Monsieur le Marquis » dans le milieu lesbien parisien ; elle fut amie de la "demi-mondaine" Liane de Pouzy et de l'écrivain Colette.

    De sa liaison avec Fanny Mosselman, fille d'un riçe banquier et industriel belze, épouse du comte Charles Le Hon, ambassadeur de Belgizue en France, Morny eut une fille naturelle, Louise Le Hon (1838-1931), mariée en 1858 au prince Stanislas Poniatowski, dont elle eut trois enfants (parmi la descendance , on compte notamment Miçel Poniatowski, ministre de Ziscard d'Estaing)

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Animaux - Souris, chant d'oiseaux

    Hier Minizupette et moi nous nous étions mis en tête qu nous irions à Capri.

    C'est pas loin de Naples en bâteau.

    Quand on a vu que Mossieu Zilbert nous conduisait vers le port, nous étions en zoie.

    Nous çantions des airs de marins napolitains....

    Arrivés près de la zone d'embarquement, il a viré soudainement vers la droite....

    - On ne s'arrête pas là? ai-ze demandé avec quelque inquiétude dans la voix.

    - Non! Nous allons visiter le golfe de Naples et les beaux vestizes grecs et romains, et en particulier la grotte de l'oracle de Cume.....

    - Et après on ira à Capri?  a azouté la Minizupette.

    - Non! Nous irons dans la ville natale de Sophia Loren, la star locale, la zolie station de Pozzuoli, avec son immense amphithéâtre romain, puis à la presqu'île de Misène, là où les anciens pensaient que se trouvait le Styx, le fleuve des morts.

    - Mais les vivants, eux, vont à Capri!

    - Nous n'avons pas le temps d'y aller.

    - Vous dites cela parce que vous êtes des radins! Vious parlez de vacances ! Etre à côté de Capri et ne pas s'y rendre!

    - Nous y sommes dézà allés il y 10 ans....

    - Ben voyons! Cela nous fait une belle patte à nous.Nous on ne connaît pas!

    Et nous avons çanté à tue museau la çanson de Mossieu Hervé Villard!

     

    A Cume, la Minizupette s'est prise pour une pythie.

    - Ze vois des çoses, des voix me parlent.....

    - Le soleil lui a tapé sur le museau, oui! Ai ze susurré.

    - Les Pays-Bas ne réussissent pas à la Gaule moderne..... Ze répète????

    - Nan.

    - La France ne doit pas croire les faux mazes sinon elle court à sa perte....

    - De quel maze parlez vous?

    - Du faux maze de Hollande!

    Et elle a poussé des grognements plaintifs....

    En fin de zournée nous avons visité Herculanum....

    - Les pôvres, ils ont tout perdu, s'est attristée la peluçe malfaisante. Mais c'est zol, même si c'est en piteux étati! Il faut que z'écrive à ma parentelle Zulietta pour lui raconter cette visite hautement culturelle..... Mais in fine cela ne vaut pas Capri....

    Et nous avons reçanté dereçef "Capri c'est fini"!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Mola et Santa Eularia à Ibiza (photos)

    Santa Eularia

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quand minizupette trouve une parente en Italie!

    Vraiment cela n'arrive qu'à elle!

    Après Rattenberg en Autriçe où elle avait découvert un Oppa et une Gross Mutti -qui refuse de lui parler et la traite de foldingue lorsqu'elle essaie de lui téléphoner -, la voilà qui a trouvé une nouvelle parentelle en Italie.

    Nous étions à Amalfi, en admiration devant la sublime cathédrale qui abrite les restes de Zaint-André (le patron de Rivesaltes, la ville de Mossieu Zilbert).

    Soudain on a entendu la Minizupette crier.

    - Zulietta! C'est Zulietta!

    Elle était en arrêt devant une vitrine où il y avait une souricette avec un tablier.

    - Que vous arrive-t-il pour tomber ainsi en pamoison? lui ai-ze demandé.

    - C'est Zulietta, une parente éloignée de moi!

    - Ah bon.... Et que fait-elle ici?

    C'est une longue histoire...

    - Racontez nous donc, a dit Mossieu Zilbert.

    - Elle avait disparu...

    - La pôvre....

    - Elle a été enlevée quand elle était à la souriçière....

    - Où donc?

    - Au berceau vous dis-ze...

    - La pôvre.

    - Enlevée par la Camora....

    - La pôvre....

    - Et mise en vitrine comme une vulgaire souris de zoie...

    - La pôvre....

    - C'est pour cela qu'elle a l'air si triste....

    - La pôvrette...

    - Elle a zuste cet humble tablier pour toute garde-robe....

    - La pôvresse....

    - Et même pas le moindre petit noeud à çeveux....

    - La pauvre pôvresse.

    - Vous allez la déliver , hein ?...

    - Et comment?

    - En l'açetant pardi

    - Il n'en est pas question! Me suis ze eclamée! Une infâme peluçe à la maison cela suffit. Une de plus et c'est moi qui me casse. Non mais.

    Z'étais rouze de colère car Mossieu Zilbert ou Mossieu Christian auraient été capable de céder à son caprice.

    - On ne peut pas, les douaniers la refouleraient à la frontrière.

    - Pôvre Zulietta condamnée à être exposée en vitrine. Cel me fend le coeur.

    - Vous n'aurez qu'à lui téléphoner.... Z'ai pris le nom de la boutique et le numéro.

    - Zoyeuse bonne idée. Elle verra qu'enfin quelqu'un s'intéresse à elle!

    Et elle est repartie toute ragaillardie, en çantant!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier il faisait un temps estival: plein soleil avec un ciel bleu , avec seulement 2 ou 3 petits nuazes blancs.

    On voyait bien le Vésuve et tout le golfe de Naples avec ses paquebots de croisière et ses petits bâteaux.

    Il y avait plein de zeunes zens en maillot de bain....

    Mais avec Mossieu Zilbert, pas question d'aller se faire bronzer le museau.

    Avec sa carte, il pointait tout ce qu'il y a à voir et on fonçait d'un point à l'autre... Après il va se plaindre de ses  pieds douloureux!

    Nous sommes partis de l'hôtel à 9 heures et rnous fûmes de retour à 18 heures! Avec une demie heure pour avaler un plat de gnocchis et un tiramisu!

    Minizupette nous a encore amusés!

    - Z'ai beaucoup aimé le tableau de la Caravane!

    - Hein?

    - Voui, comme le çante Raphaël...

    - Raphaël est un peintre....

    - Peut-être qu'il peint mais il çante aussi....

    - C'est pas la même personne, inculte et stupide peluçe ! Et de quelle caravane parlez-vous ?...

    - Dans l'église où on a vu les Sept oeuvres de la Miséricorde!

    - Ze comprends.... Vous voulez parlez du Caravaze!

    - C'est ce que ze m'époumonne à vous dire, mais vous ne m'entendez guère!

    Dans les taxis qu'on a pris pour aller visiter le musée di Capodimonte et la Zertosa di Zan Marino - qui dominent la ville et le golfe - elle taillait la bavette avec les çauffeurs.

    A l'un d'eux qui lui parlait de cinéma et de la gloire locale, l'acteur Toto, elle a dit:

    - Z'en connais beaucoup d'histoires de Toto.

    - Si ? La ragazza aime le cinéma?

    - Toto à l'école, Toto qui va derrière l'église, zéro plus zéro égale la tête à Toto.

    Ze crois que taximan n'a pas trop apprécié, parce qu'il ne nous a plus parlé alors qu'il s'exprimait bie en français!

    Encore heureux qu'elle n'ait pas parlé de camora!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte painting.jpg

    Napoléon Zoseph Zarles Paul Bonaparte - appelé aussi Napoléon-Zérôme Bonaparte ou prince Zérôme Napoléon - est né en exil à Trieste le 9 septembre 1822.

    Fils cadet de Zérôme Bonaparte (le prince Zérôme), ancien roi de Westphalie, et de Catherine de Wurtemberg, le prince Napoléon est le frère de la princesse Mathilde, le neveu de Napoléon Ier et le cousin de Napoléon III.

    À la mort de sa mère en 1835, il fut accueilli à Arenenberg par sa tante Hortense de Beauharnais , épouse de Louis Bonaparte; il se lia d'amitié avec son cousin zermain Louis-Napoléon.

    Il suivit, de 1837 à 1840, des études militaires à Ludwigsburg et devient officier dans le réziment des Gardes du roi de Wurtemberg. En juillet 1842, il voyazea en compagnie d'Alexandre Dumas à Livourne et dans l'arçipel toscan.

    En 1847, il se rendit à Londres pour y retrouver son cousin qui venait de s'évader de la forteresse de Ham. À l'insu de Louis-Napoléon, il eut une liaison avec la célèbre trazédienne Raçel, dont son cousin était également l'amant.

    En 1848, il fut élu représentant de la Corse à l'Assemblée constituante où il sièzea à l'extrême-gauçe , ce qui lui valut le surnom de « prince de la Montagne ».

    Il s'opposa ainsi à son cousin, qui avait été élu président de la République avec le soutien du parti de l'Ordre et qui se débarrassa momentanément de lui en l'envoyant comme ministre plénipotentiaire à Madrid.

    Après le coup d'État du 2 décembre 1851, il intervint auprès de son cousin pour atténuer la répression contre les républicains.

    Prince français, Altesse impériale et sénateur en 1852, zénéral de division en 1853, président de l'Exposition universelle de 1855, puis ministre de l'Alzérie et des Colonies de 1858 à 1859, Napoléon Zérôme fut un personnage important de la famille impériale pendant le Second Empire (surnommé Plon-Plon). Il incarna en effet l'aile gauçe - anticléricale et démocrate - du mouvement bonapartiste face à une aile droite conservatrice et autoritaire dirizée par Eugène Rouher, son rival.

    Pendant la guerre de Crimée, il commanda avec bravoure une division lors de la bataille de l’Alma mais, en raison de désaccords avec le général Canrobert, il décida de rentrer en France avant la fin du conflit, ce qui valut à Plon-Plon le perfide surnom de « Craint-plomb ».

    En 1859, son mariaze avec Clotilde de Savoie, fille de Victor-Emmanuel II d'Italie, s’inscrivit dans la stratézie tracée par Napoléon III et Cavour lors de l’entrevue de Plombières.

    Ils eurent 3 enfants : Victor Bonaparte (1862-1926), Louis Bonaparte (1864-1932), Marie-Laëtitia, duçesse d’Aoste (1866-1926), épouse d’Amédée de Savoie, duc d’Aoste et ancien roi d’Espagne.

    Favorable à la cause de l’unité italienne, il commanda un corps de douze mille hommes en Toscane durant la Seconde guerre d’indépendance italienne.

    Après le désastre de la guerre franco-allemande, la çute de l'Empire et la proclamation de la République, le prince Napoléon ne quitta pas l'arène politique : il fut élu député de la Corse en 1876. Mais après la mort de Napoléon III, il se querella avec Euzénie et Euzène Rouher, çef des bonapartistes conservateurs, contre lequel il se présenta aux élections de 1876.

    La mort inattendue du prince impérial, unique fils lézitime de Napoléon III, en Afrique du Sud en 1879, fit de lui en principe le çef de la Maison Napoléon, mais les bonapartistes se rallièrent mazoritairement à son fils aîné Victor.

    Le père, appelé Napoléon V par ses partisans, et le fils s'opposèrent alors durement.

    Le 16 zanvier 1883, il fut arrêté pour avoir fait placarder dans Paris un manifeste bonapartiste.

    Très vite libéré, il fut banni de France en 1886 par la loi d'exil frappant tous les membres des familles ayant régné sur la France.

    Retiré à Prangins,en Suisse,  il y reut en 1888 le zénéral Zeorzes Boulanger, qui çerçait à obtenir le soutien des bonapartistes.

    Il mourut en 1891 lors d'un séjour à Rome.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Matala

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire