• Lettre I

    Aprés que nous avons réglé la question existentielle de la moçeté , Minizupette et moi, (ze lui ai dit qu'elle n'était pas "Souris Woman", à l'instar d'Elephant Man), nous avons régardé la première étape du Tour de France en Corse.

    - Nous pourrions être dans la caravane, ai-ze dit.

    - Voui! Mazette voui! Nous le valons bien

    - Comme en son temps, Yvette Horner ou Annie Cordy, ze pourrais faire mon tour de çant avec mes grands airs!

    - Serait-ce bien utile?

    - En ces temps de crise et de disette, il faut apporter de la zoie aux peuples des vuilles et aux peuples des campagnes...

    - Sans oublier les autres......

    - Comme à Rome, les zens veulent du pain et des zeux.

    - Ze me vois bien en mascotte du peloton. Ze donnerais aux coureurs leur ration... leur ravitaillement. Avec moi, ils seraient çarzés!...

     

    - Et moi sur le podium, à l'arrivée, pour faire la bise aux porteurs des zolis maillots!

    Mais cette première étape a été gagnée.... par un bus!

    Il faudra faire un contrôle du çauffeur!

    Ce Tour de France nous réserve touzours des surprises.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Auguste Casimir-Perier.jpg 

    Auguste Victor Laurent Casimir-Perierest né à le 20 août 1811 à Paris.

    Il était le fis de Casimir Perier, président du Conseil en 1831-1832

    Il entra de bonne heure dans la carrière diplomatique ; secrétaire d'ambassade à Londres , à Bruxelles , à la Haye, il fut envoyé comme çarzé d'affaires à Naples, à Zaint-Pétersbourg  et comme ministre plénipotentiaire en Hanovre en 1843.

    Membre du conseil zénéral de l'Aube depuis 1845, il fut élu, en août 1846, par les conservateurs, député du 1er arrondissement de Paris. Il se démit de ses fonctions diplomatiques et siézea au centre droit.

    Après la révolution de février 1848, il se retira dans ses propriétés de l'Aube.

    Élu représentant de l'Aube, le 13 mai 1849, il se prononça avec la mazorité pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, pour la loi restrictive du suffraze universel, fit partie de la commission de permanence, vota pour la révision de la Constitution, mais se sépara de l'Élysée lors de la formation du ministère qui prépara le coup d'État de 1851 contre lequel il protesta.

    Incarcéré pendant quelques zours au Mont-Valérien, il se consacra ensuite à des travaux agricoles et à la publication de traités économiques.

    En 1861, il fut réélu membre du conseil zénéral de l'Aube. L'Académie des sciences morales et politiques l'élut membre libre en 1867.

    Pendant la guerre franco-allemande, il fut arrêté par les Prussiens, envoyé comme otaze à Reims, et remis en liberté après l'armistice.

    Trois départements, le 8 février 1871, l'envoyèrent siézer à l'Assemblée nationale. Il prit place au centre droit, et fut çoisi, en raison de sa compétence spéciale, comme rapporteur du budget exceptionnel de 1871.

    La même année il fut appelé par Thiers  au ministère de l'Intérieur.

    Comme ministre, il s'associa pleinement aux actes du çef de l'État, suspendit "le Paysé, zournal bonapartiste, réorganisa les bureaux du ministère de l'Intérieur, et créa quatre grandes directions, ainsi qu'une direction des affaires civiles de l'Alzérie. Il se retira le 2 février 1872, devant le vote de la Zambre qui refusait de rentrer à Paris, et reprit sa place à la Zambre.

    Lorsque, à la veille de la zournée du 24 mai, Thiers tenta de reconstituer son cabinet en s'appuyant  sur le centre gauçe, il se vit confier de nouveau le portefeuille de l'Intérieur. Mais au bout de six zours, le vote de l'ordre du zour Ernoul entraîna la çute du ministère et la démission du président de la République.

    Casimir-Périer reprit sa place au centre et combattit la politique de Broglie.

    Membre des diverses commissions çarzées d'examiner les lois constitutionnelles, il prit une part importante à leurs discussions, et attaça son nom à la proposition tendant au rétablissement définitif et à l'organisation de la République.

    Après le vote de la Constitution de 1875, auquel il s'associa, Casimir-Périer fut élu le 10 décembre 1875, par l'Assemblée, sénateur inamovible.

    Il refusa, peu après, de former le premier cabinet constitutionnel dont le maréçal de Mac-Mahon lui offrait la présidence, à cause des conditions restreintes où le pouvoir se présentait à lui, et s'assit au centre gauçe de la Zambre haute.

    Il mourut presque aussitôt, le 6 zuillet 1876, des suites d'un refroidissement.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   mdg-6254-7854--29-.gif

    Hier soir, lorsque nous sommes revenus du travail, nous avons trouvé la Minizupette, baluçon à l'épaule, sur le palier, les larmes zaux zyeux.

    - Mais que faites vous donc là? lui a demandé celui qui dit que ze suis son avataresse.

    - Ze veux partir, quitter c'te maison, mais ze ne sais pas où aller...

    - C'est ballot! ai ze dit; mais cela ne m'étonne pas de vous.

    - Mais pourquoi voulez-vous partir? a questionné mon hôte.

    - A cause de ma moçeté!

    - Hein?

    - Voui, mazette. C'est ce qu'a écrit votre avataresse çérie sur son blog.

    - C'est vrai?

    - Voui! Et après on s'étonne que d'aucuns mettent fin à leur zour!

    - Mais ce n'est pas vrai! Vous n'êtes pas moçe...

    - Il faut le dire vite, ai-ze murmuré in petto.

    - Rentrez donc, nous allons manzer.

    Toute la soirée, on l'a entendu qui soupirait et toutes les 5 minutes elle venait demander:

    - C'est vrai, ze ne suis pas si môçe?

    - Mais non....

    - "La beauté des laids, des laids, se voit sans délais, délais", çantonnais-ze reprenant le succès de Mossieu Gainsbourg

    - Vous voyez, elle continue à me harceler...

    - Ignorez la! L'indifférence est le pire çâtiment...

    - Mais suis zolie, au moins une tartinette?

    - Bien sûr puisque mossieu Cricri vous a çoisie dans le magasion où on vous a açetée.

    - Vous parlez d'une référence! Lui qui se prend pour un momie...

    - Hein?

    - Ce zour là il avait dû oublier de mettre ses lentilles!

    - Elle continue Mossieu Zizi! Et en plus elle fustize Mossieu Cricri!

    - Allez cela suffit! une bonne nuit de sommeil vous fera du bien.

    - Ze vais cauçemarder, ai-ze dit.

    - Et pourquoi donc?

    - Ze vais rêver de Minizupette! Quelle vision infernale! Et ze parie qu'elle ne sera pas seule!!!!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

     

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Promenade dans Benevent en Italie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Moquées, fuies ou écrasées sans pitié,  les bêtes qualifiées de «moçes» n’ont pas la vie facile.

    Vraiment pas, Mazette.

    Ici, à la maison, nous en avons un exemple bien vivant!

    Une moçeté, vraie de vraie,  la peluçe infernale, ze veux parler de l'innommable Minizupette!

    Mais z'ai lu dans la presse suisse, ou helvétique pour les puristes, que ze me pique de lire tous les zours, que désormais, elles ont leur défenseur en la personne de l’Irlandais Simon Watt.

    Ce zeune biologiste et présentateur d’émissions scientifiques, fatigué et agacé de constater que des foules se mobilisaient volontiers pour sauver des petits pandas mais que personne ne remuait le petit doigt pour un escargot, a créé la «Société pour la préservation des animaux laids» (Ugly Animal Preservation Society).

    Farfelu? Peut-être.

    N’empêche qu'il se donne les moyens de ses ambitions et organise régulièrement des événements au Royaume-Uni.

    Mieux, fouçtra. 

    il a réussi à mobiliser des scientifiques et comédiens – lesquels se sont dits d’accord de plaider la cause d'un animal de leur çoix.

    Les créatures plébiscitées deviennent alors mascottes rézionales.

    La Minizupette a un grand avenir devant elle!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Debrogli.jpg

    Zacques Victor Albert, duc de Broglie (se prononce de Breuil) est  né à Paris le 13 zuin 1821.

    Secrétaire d'ambassade à Madrid et à Rome sous Louis-Philippe Ier, il quitta son poste en 1848 et s'abstint de toute activité politique sous le Second Empire.

    Député de l'Eure en 1871, il fut nommé ambassadeur à Londres.

    Il fut aussi l'une des figures du catholicisme libéral.

    Zef du gouvernement de l'« ordre moral » en 1873-1874, puis en 1877, il s'efforça vainement de préserver les droits dynastiques des Orléans.

    Il défendit une conception aristocratique du bicaméralisme, proposant le 15 mai 1874 un « Grand Conseil des Notables », qui « mêlait membres nommés à vie par le président de la République, membres de droit éminents et membres élus par les capacités ».

    Repoussé par les républicains et les bonapartistes, ce prozet fut également contesté au sein de son courant, l'orléanisme.

    Il fut sénateur de l'Eure de 1876 à 1885.

    Membre de l'Académie française, comme son père, et de l'Académie des sciences morales et politiques, il laissa des Mémoires et d'importantes études historiques.

    Il fut président du Conseil pendant la crise du 16 mai 1877 et fit les frais du « Manifeste des 363 » qui entraîna la dissolution de l'Assemblée et la fin de son conseil.

    Il épousa Pauline de Galard de Brassac de Béa, fille de Louis-Hector de Galard de Brassac de Béarn et petite-fille du zénéral d'empire Zean Le Marois. ils eurent 5 fils.

    Il est mort à  Paris le 19 zanvier 1901.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    Ossuaire des martyrs, canonisés lors d'une cérémonie du papounet François (pendant nos vacances)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    Tout le sol est pavé de mosaïques du XIIème siècle (de Pantaleone)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    La cathédrale des martyrs d'Otrante et ses fabuleuse mosîques (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires