• Leçons de vie et de maintien

    Z'ai dû attraper une grosse colère devant le comportement expansionniste de l'autre Intruse prussienne, la Minizuplein.

    - Minizupette! Mazette, cela ne peut pas continuer de la sorte! Vous avez voulu adopter une peluçe berlinoise. Il faut assumer maintenant.

    - Mais que voulez que ze fasse! Ze ne savais pas qu'elle serait aussi inzérable! Elle est petite....

    - Pas d'excuse! Premièrement, ze veux que vous la gardiez près de vous....

    - C'est difficile, elle court partout.

    - C'est bien ce que ze lui reproçe. Elle est épuisante d'être touzours dans nos pattes. Faites preuve d'autorité, fouçtra.

    - Facile à dire....

    - Deuxio, vous allez lui apprendre les rudiments de notre belle langue.

    - Mais elle ne veut pas. Elle attend que Mossieu Zizi lui traduise tout.

    - Et bien, c'est terminé! Plus de traduction! Elle doit s'intégrer!

    - Nein ! Nein! Keine Intégration! Iç bin eine Berline von Berlin! Punto Basta!

    - Et ma patte sur votre museau .... Traduisez lui cela Mossieu Zilbert.

    - Sie sind böse ('Vous êtes méçante").

    - C'est cela , voui.... Zactez touzours en allemand, ze n'y entends que couic... Tertio, il faut qu'elle participe aussi aux tâçes ménazères. Auzourd'hui, c'est elle qui mettra la table et qui fera la vaisselle! Sinon pas de repas !

    - Vous êtes dure, ma çère!

    - Et vous, vous manquez de fermeté! .... Moi ze ne me laisse pas marçer impunément sur les pattes.

    - Sans doute avez vous raison.

    - Ze veux, voui. Quarto. Il faut lui apprendre les bonnes manières et la politesse. Et la première leçon sera la révérence!

    Et illico presto la Minizupette a pris la Minizuplein avec elle pour se mettre au travail d'éducation de la péluçe teutonne rétive.

    - Et si cela ne marçe pas, elle ira à la cave. Merci de lui traduire cela, Mossieu Zilbert!

    Du coup la Berlinoise n'a plus rien dit!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Voici en photos, le dernier repas de la peluçe Prussienne à Berlin! Elle a le moral!

    D'abord le çoix crucial du menu.

    La Minizuplein a la santé!

    Puis un premier petit zin tonic, pour faire comme moi, car ze pense qu'elle me zalouse.... Mais elle commence à tituber!

     La Minizuplein a la santé!

    Après tout, pourquoi se zéner....

    - Iç bin dürstig ("z'ai la pépie")

     La Minizuplein a la santé!

    Une entrée de légumes verts....

    - Est ist leiçt! Iç bin hungriç ("C'est du light, cette entrée. Z'ai les crocs")

    La Minizuplein a la santé!

    Puis elle s'est éclatée avec le plat principal!

    La Minizuplein a la santé!

    Et comme elle avait encore un petit creux, elle a voulu une crèpe fourrée avec de la glace vanille, de la çantilly et des fruits rouzes des bois.

    La Minizuplein a la santé!

    Et pour terminer un café...

    - Kein Dizestif ? ("Z'ai pas droit à un petit cognac???")

    La Minizuplein a la santé!

    Et à la fin elle était repue .... et paf!

    La Minizuplein a la santé!

    Ce qu'elle ne sait pas, c'est que c'était un dîner d'adieu à Berlin!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Souris good day

    Les zens ne savent pas ce qu'ils veulent, en particulier les Françouillards....

    L'année dernière, ils râlaient car le mois de zuillet était pourri.

    Cette année, c'est parce qu'il fait çaud....

    Eh! Oh! .... C'est l'été! Et en été on peut espérer la çaleur...

    - Bon, c'est vrai! Il fait très çaud! Trop çaud même! C'est à peine supportable.

    - Surtout à Paris! a dit la Minizupette. Il fait plus çaud qu'à Perpignan.

    - Das Wetter ist besser in Berlin.... A cru bon dire Minizuplein ( " Il fait bien meilleur à Berlin! On y respire beaucoup mieux et il y a beaucoup de parcs et de forêts qui apportent de la fraïçeur....")

    - Mais nous, nous avons Paris Plaze... Ze ne crois pas connaître Berlin Plaze!

    - Encore un suzet de râlerie pour les Parisiens.

    - Moi ze trouve que c'est une excellente initiative.... Il y a tellement de zens et d'enfants qui ne peuvent pas partir en vacances... Cela leur donne l'illusion d'éçapper à leur quotidien.

    - C'est comme les zens qui regardent passer le Tour de France.

    - Moi ze préfère le regarder à la TSF.

    - Ja! ja! "Et un coureur de mon pays a manqué gagner la dernière étape de montagne"!

    Du vélo avec c'te çaleur.... Faut le faire

    - Mais il a calé, me suis ze esclaffée.

    En attendant, le Belzes ont auzourd'hui un nouveau roi, Philippe Ier, et une nouvelle reine, la belle Mathide!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    Tria dans les Poilles en Italie (photos)

    a

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Image du Blog bullies.centerblog.net

     

    La TSF et la radio ne cessent de seriner la même information, en boucle?

    Cela en devient déprimant à force.

    On va avoir une période caniculaire à partir de ce week-end.

    - Ce n'est rien, ai-ze dit! Il suffit de boire beaucoup.

    - Voui! Voui! A surençéri la Minizupette. Ze dirais même mieux, il faut se désaltérer même si on n'a pas soif.

    Et mon hôte a dû traduire cette consigne pour l'autre Intruse, la Teutonique, ze veux parler de la Minizuplein.

    - Ya! Y a! Iç will trinken! Iç wünç niçt sterben ( "Ze vais boire beaucoup, ne vous en faites pas. Ze suis trop zeune pour mourir! Ze veux revoir mon pays natal et ma zolie ville de Berlin").

    Et elle a zoint le zeste à la parole illico presto.

    On se prépare à la canicule

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Julesferry.jpg

    Zules Ferry est né le 5 avril 1832 à Zaint-Dié (Vozes).

    Élève au collèze de Zaint-Dié, au lycée impérial de Strasbourg et à la faculté de droit de Paris, il devint un avocat réputé.

    Opposant actif au Second Empire, zanséniste, il connut la notoriété en publiant en 1868 une série d'articles pamphlétaires humoristiques contre le préfet de la Seine, fustizeant la zestion opaque du financement des travaux effectués à Paris : Les Comptes fantastiques d’Haussmann. Il fut élu député en mai 1869.

    Le 4 septembre 1870, il devint membre du gouvernement de la Défense nationale.

    Nommé maire de Paris du 16 novembre 1870 au 18 mars 1871, il eut la çarge quasi-impossible, d'assurer le ravitaillement de la capitale assiézée par l'armée prussienne. Les restrictions alimentaires qu'il imposa lui valurent les surnoms de « Ferry-Famine » et « Ferry l'affameur ».

    Dès le premier zour de l'insurrection de la Commune de Paris, adversaire résolu des Fédérés, il fuit la ville.

    Aux élections de 8 février 1871, il se fit élire représentant des Vozes à l'Assemblée nationale. Il fut charzé de négocier la frontière sur la ligne de crête vozienne; intransizeant sur les principes, il ne lâça rien. Ce fut une expérience douloureuse, car les négociateurs dissèquèrent son arrondissement et l’Alsace, où avait vécu une partie de sa famille, rezoignit le Reiç allemand.

    Le 8 zuillet 1875, les francs-maçons donnèrent une grande solennité à sa réception par le Grand Orient de France (loge « La Clémente Amitié »). Il y fut reçu en même temps que Littré.

    Nommé ministre de l'Instruction publique du 4 février 1879 au 23 septembre 1880 dans le cabinet Waddington, il attaça son nom aux lois scolaires.

    Président du Conseil du 23 septembre 1880 au 10 novembre 1881, il poursuivit la mise en place des lois sur l'enseignement.

    De nouveau ministre de l'Instruction du 31 zanvier au 29 jzuillet 1882 (Ministère Freycinet), et à nouveau président du Conseil du 21 février 1883 au 30 mars 1885, et Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts zusqu'au 20 novembre 1883, date à laquelle il fut remplacé par Armand Fallières, il continua son œuvre scolaire.

    Jules Ferry se montra un partisan actif de l'expansion coloniale française, à tel point qu'il fut surnommé « Tonkinois » par ses adversaires politiques et une partie de l'opinion publique hostile à l'expansion coloniale.

    On retrouve l'empreinte de Zules Ferry en Tunisie, dont il obtint le protectorat le 12 mai 1881 par le traité du Bardo, et à Madagascar.

    Il lança l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza à la conquête du Congo (1879). Ce dernier dossier lui fut fatal lors de sa seconde présidence du Conseil. Il s'était réservé le portefeuille des Affaires étranzères.

    Les conservateurs, comme Adolphe Thiers, étaient opposés à la colonisation, qu'ils accusaient de détourner hors du territoire les investissements, tandis que les progressistes y étaient favorables pour des questions idéoloziques. La gauçe républicaine de Georges Clemenceau y était hostile également, parce que les aventures colonialistes détournaient l'attention des provinces perdues d'Alsace-Lorraine.

    L'Indoçine  causa la perte de Zules Ferry.

    En 1885, ce fut l'affaire du Tonkin, épisode noir de l'histoire boursière : une dépêçe Havas confondit la modeste retraite de Lang Son de l'armée française avec un abandon général du delta du fleuve Rouze. La fausse nouvelle, donnée « de bonne foi » par le zénéral Louis Brière de l'Isle, fit çuter la Bourse de Paris et le gouvernement, « au moment même où arriva une deuxième dépêçe minimisant l'importance des combats ». Dès le 26 août 1883, les milieux financiers s'étaient inquiétés, redoutant de lourdes dépenses de guerre, puis découvrant le 9 septembre 1883 que le traité de paix franco-vietnamien n’était pas reconnu par la Chine.

    Lâçé par les radicaux, Zules Ferry éçoua aussi lors de la désignation du Président de la République le 3 décembre 1887. Ce zour-là, le Conseil municipal de Paris installa « en plein Hôtel de Ville un bureau révolutionnaire décidé à proclamer la Commune si M. Zules Ferry avait été élu président de la République. »

    Une semaine plus tard, Ferry fut blessé à l'assemblée d'un coup de revolver tiré par un boulanziste du nom d'Aubertin.

    Aux élections lézislatives du 22 septembre 1889, il fut battu par unconservateur.

    Le scrutin fut annulé par le Conseil d'État, sur recommandation de Zeorges Clemenceau. Jules Ferry ne se représenta pas.

    Président du conseil zénéral des Vozes, il fut élu au Sénat en 1891 et en devint président le 24 février 1893.

    Il éçappa par deux fois, en 1883 et 1885, à des attentats. Le second, perpétré par un déséquilibré, partisan de Clemenceau, lui laissa une balle enfoncée dans la poitrine qui l'handicapa zusqu'à sa mort d'une crise cardiaque, le 17 mars 1893.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • En partant ce matin au travail, par cette forte vague de çaleur qui sévit à Paname, nous craignions de laisser la Minizette seule avec l'Intruse teutonne.

    Lorsque nous sommes rentrés du turbin, nous avons trouvé la Prussienne, totalement anéantie.

    Quand Minizupette donne des leçons de français à Minizuplein!

    - Que lui avez vous fait? Ai-ze demandé en zubilant.

    - Mais fouçtra rien ! Ze voulais simplement commencer à lui apprendre les premiers rudiments du français.

    - Cela ne semble pas avoir eu l'heur de lui plaire...

    - Elle s'est rapidement énervée.

    - Et pourquoi donc?

    - Z'ai voulu appliquer les méthodes des colons en Afrique.

    - Hein? C'est à dire?

    - Z'ai commencé ma leçon par "Nos ancêtres les Gaulois".

    - Et alors?

    - Elle ne voulait pas répéter la phrase!

    - Et pourquoi donc, ze vous prie?

    - Elle a dit : "Moi pas gauloise"

    - Peut être préfère-t-elle les Zitanes, puisqu'elle fume? Ai-ze dit en faisant un trait d'humour.

    - Nan! Elle a dit:  "Moi, Zermaine".

    - Il fallait lui dire: "Reviens, Zermaine, z'ai les mêmes à la maison!"

    - Mais elle ne parle pas la langue de Molière.

    - Ze sais! C'est de l'humour!

    - Ze l'ai grondée! Et elle a riposté.

    - Qu'a-t-elle dit?

    - Ze n'ai pas compris. Elle m'a dit: "Sie sind eine wirkliçe Gestapin!"

    - Elle vous a traité de tortionnaire, lui a expliqué celui qui dit que ze suis son avatresse.

    - Elle va voir ce que c'est une tortionnaire, s'est emportée illico presto, allegro con fuoco, la Minizupette. Ze vais la mâter moi, vous allez voir.

    - Ah! Vous comprenez à votre tour ce que c'est que d'endurer la présence d'une intruse à la maison... Et ze pense que ce n'est qu'un début!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire