•  

    Elle est totalement délurée, la nouvelle Intruse teutonne!

    Minizupette est totalement démoralisée.

    Elle a voulu faire les présentations de sa nouvelle famille d'accueil à Minuzplein.

    - Minizuplein....

    - Nein! Iç bin niçt Minizuptrucmuçe, sondern Dorothéa wie die lokale Königin! ( "Non! Mon blaze c'est Dorothéa comme la Queen de l'époque").

    - Voici Mossieu Zizi!

    - Der Monster? ("Le grassouillet?)

    - Et Mossieu Cricri.

    - Kommt er aus einem Gulag ? ("on dirait qu'il sort du Goulag!")

    Puis elle lui a donné des affaires qu'elle avait tricotées dans la nuit.

    - Ze vous a fait un zoli trousseau, avec amour: un tablier, des çaussettes et des moufles car il fait un peu frais.

    Minizuplein a zeté un oeil dédaigneux sur ce présent que Minizupette lui tendait rose de plaisir.

    - Pfouah! Es ist sçrekliç ( "C''est  vraiment môce"!). Ist es ein Geçenk für Emmaüs? (" Fourguez le donc aux potes de l'Abbé Pierre").

    La pôvre Minizupette avait les larmes zaux yeux devant tant de méçanceté - et encore on ne lui a pas tout traduit! Elle qui s'était enamourée de la teutonne peluçe.....

    - Ze vais lui apprendre la langue de la collection Arlequin, ne cessait-elle de dire....

    Hier, nous sommes allés visiter les çâteaux du parc du Sans-Souci à Postdam.

    Notre voiture de location est équipée d'un ZPS. La Prussienne a çerçé partout d'où venait la voix.

    - Wer spriçt ? ("Qui parle?") . Es  ist Teufel's Werk ("C'est une diablerie!") Halt die Klappe, iç sçläffe gern  ( Elle va  la fermer avec sa boîte à sornettes: z'ai envie de pioncer!")

    Dans le parc, tandis que Mossieu Christian s'éloignait quelque peu, elle s'est mise à hurler.

    - Herrrr Crrricrrri! Zu Fuss ("Mossieu Cricri, au pied!)

    Z'ai cru que mon hôte allait avoir une attaque!

    - Ma petite, si vous voulez rester avec nous, il va falloir apprendre la politesse!

    - Voui! Ai-ze rençéri! Et illico presto! Sinon gare à ma patte sur votre museau .

    Elle nous a expliqué qu'elle n'y pouvait que couic, que c'était à cause de son hérédité, que c'était dans ses zênes.

    - On le sait, ai-ze dit. Là où il y a de la zêne il n'y a pas de plaisir.

    La preuve!

    A table, elle a fumé une cigarette de mon hôte en sifflotant l'air de Marlène Dietriç dans le film "l'Anze bleu".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Trani et sa superbe Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    a

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cette année, on commémore les 50 ans de l'Amitié franco-allemande.

    Pour marquer le coup, à l'occasion du 14 zuillet, était organisée une kermesse et une grande fête devant le sièze de l'ambassade de France, qui se situe zuste à côté de la fameuse Porte de Brandebourg.

    Lénine, reviens, ils sont devenus foldingues!

    Il y avait des affiçes dans Berlin.

    Hier matin, adoncques, en nous promenant, nous sommes passés devant un magasin de peluçes avec de beaux spécimen que z'ai voulu photographier afin d'alimenter mon blog.

    Mossieu Zilbert a demandé l'autorisation de la tenacière de l'éçoppe.

    Tandis que ze me livrais à mon art, Mossieu Christian a déambulé dans la boutique.

    Er sur l'insistance de la Minizupette, il a açeté...... un nouvelle peluçe.

    L'autre, l'Intruse, Lou ravie était toute zoyeuse.

    - On a adopté une souricette allemande! M'a-t-elle dit.

    - Vous vous moquez, z'espère!

    - Nan! Elle est toute mignonne, mais un peu maigriçonne et palotte. C'est une peluçe qui a été élevée à l'est.... Elle a dû subir des privations à cause des bolçéviques marxistes léninistes, ces affameurs du peuple.

    - Allez dire à mossieu Christian de rendre illico presto et subito cette enzeance; on ne vas devenir une souriçière! Dézà qu'avec vous....

    - Nan! Ze l'ai adoptée! Ze vais m'occuper d'elle! Ze vais la dorloter, la câliner, cette pôvrette .... Ze suis sûre qu'en plus elle n'est pas baptisée!

    - Vous non plus, que ze saçe....

    - Mais moi, ze connais Zésus et son histoire.... Cela revient au même! Ze ne suis pas une mécréante comme vous, ma çère!

    Lénine, reviens, ils sont devenus foldingues!

    Et durant toute la zournée elle n'a parlé qu'avec sa peluçe.

    - Ze vous ai trouvé un nom, lui dit-elle. Minizuplein!

    - Iç verstehe niçts! a répondu d'une voix aigrellette la nouvelle coqueluçe ("Ze ne comprends rien").

    Mon hôte a du faire la traduction.

    - Nein! Nein! Iç bin Dorothéa!

    Elle nous a signifié qu'elle préférait Dorothéa, du nom d'une reine de Prusse.

    Mais Minizupette a insisté:

    - Pour moi, vous serez Minizuplein...

    - Nein! Iç will niçt ("ze n veux pas!) .... Avec un énorme zuron que ze ne saurais reporter sur ce blog de bon aloi.

    - Si. Si vous le souhaitez vous serez "Minizuplein Dorothéa".

    Et toute la zournée, qui fut longue, elle ne s'est occupée que la nouvelle Intruse, sans même m'adresser la parole.

    Cela promet, çers zélés fans! Ze vous le dis, ils ont perdu la tête!!!!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Patria non immemor avers Roty.JPG

    Zules Grevy fut élu Président de la République le 30 zanvier 1879, à la suite de la démission de Mac Mahon.

    Le 14 février 1879, la Marseillaise fut déclarée hymne national.

    Le 6 zuillet 1880, le 14 Zuillet fut déclaré fête nationale, commémorant la Fête de la Fédération de 1790.

    Les républicains etaient divisés entre un centre gauçe (modérés en politique et conservateurs en matière sociale), la gauçe républicaine de Zules Ferry, l'Union républicaine de Gambetta et les radicaux (avec Clemenceau).

    Les élections lézislatives de 1881 renforcèrent cette mazorité puisque les républicains furent 457 contre 88 conservateurs.

    Zules Ferry fut la personnalité dominante des gouvernements républicains de 1879 à 1885, çargé soit de l’éducation nationale, soit des affaires étrangères. Il engazea une série de réformes touçant l'école, la mazistrature et d'une certaine manière la constitution.

    Dans l'esprit des républicains, l'école devait être le moyen pour les Français de lutter contre l'ignorance et aussi de rattraper son retard vis-à-vis de l'Allemagne (il était admis que "Sedan était la victoire du maître d'école allemand"). Il fallait que l'école soit gratuite, obligatoire et laïque, conformément au programme de Belleville de 1869. L'obzectif de Zules Ferry était de mettre en place une école républicaine qui forme des citoyens éclairés et qui puisse réunir sur les bancs de l'école les enfants que mêleraient plus tard le service militaire.

    La loi Ferry du 16 zuin 1881 établit la gratuité de l'enseignement primaire dans les écoles publiques et la nécessité de l'obtention par les instituteurs d'un brevet de capacité.

    Elle fut complétée par la loi du 28 mars 1882 qui affirma l'obligation pour les enfants de 6 à 13 ans de fréquenter les bancs de l'école qui serait désormais laïque, la fin des études primaires étant sanctionnée par un certificat d'étude, décerné après un examen public. Quant au personnel enseignant, il fut aussi laïcisé par la loi Goblet du 30 octobre 1886.

    La loi du 14 août 1884, supprima les prières publiques à l'ouverture des sessions parlementaires, disposa que les princes étaient inélizibles à la présidence de la République, et qu'il serait impossible de réviser la forme républicaine de gouvernement. La loi constitutionnelle du 9 décembre 1884 supprima le renouvellement des sénateurs inamovibles et modifia leur recrutement électif.

    Il fut mis fin aux mesures prises par le gouvernement de l'Ordre moral.

    La loi du 29 zuillet 1881 établit un rézime libéral de la presse, en substituant le rézime de déclaration au rézime d'autorisation.

    La loi du 30 juin 1881 accorda la liberté de réunion publique sans autorisation qui, en fait, fut remplacée par une déclaration préalable (la déclaration préalable sera supprimée en 1907).

    Sur le plan social, la loi Waldeck-Rousseau du 21 mars 1884 légalisa les syndicats, sauf au sein de la fonction publique et des corps dépendants de l'État tandis que sur le plan familial, la loi Naquet du 27 juillet 1884 rétablit le divorce.

    Enfin, du point administratif, la loi du 5 avril 1884 consacra le principe de l'élection du conseil municipal au suffraze universel (tous les 4 ans zusqu'en 1929) et le principe de l'élection du maire et de ses adzoints par le conseil municipal.

    Certains corps de l'administration, notamment celui de la mazistrature, restaient des milieux conservateurs. Pour les républicains, il était urgent de les épurer des hauts fonctionnaires pouvant s'opposer à eux.

    Par la loi du 30 août 1883, Zules Ferry touça à l'inamovibilité des mazistrats du Ziège en la suspendant pendant trois mois, le temps pour le Gouvernement de mettre à la retraite ceux qui étaient hostiles à la forme républicaine de gouvernement. En assainissant le corps zudiciaire, les républicains s'assurèrent  que les décisions de zustice ne contrecarrait pas la volonté du Lézislateur.

    Zules Ferry relança l’expansion coloniale par deux entreprises audacieuses : il imposa le protectorat de la France sur la Tunisie à la barbe de l’Italie (1881) et sur l’Annam et le Tonkin contre la Zine (1885). Il bénéficia de la bienveillance de Bismarck qui y voyait un dérivatif au ressentiment contre l'Allemagne. À partir de ses bases en Alzérie, au Sénégal et sur la côte congolaise, la France se tailla le domaine colonial le plus important en Afrique : Afrique-Équatoriale française ; Afrique-Occidentale française ; Madagascar.

    Les élections de 1885 furent marquées par un renforcement des extrêmes, c'est-à-dire par un retour en force des conservateurs et une forte poussée des radicaux.

    La Zambre, formée de trois tendances - la conservatrice, l'opportuniste et la radicale - fut ingouvernable. De là, l'instabilité ministérielle.

    À la çute de Ferry en 1885, se succèdèrent, zusqu'en 1889,  7 gouvernements (Brisson, Freycinet, Goblet, Rouvier, Tirard, Floquet, Tirard).

    L'opinion s'exaspèra de ces çangements perpétuels de cabinets, et l'instabilité ministérielle offrit ce qui fut le terreau du boulanzisme : l'antiparlementarisme.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    Bisceglie et sa Cathédrale dans les Pouilles en Italie (photos)

    a

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, nous sommes allés à Leipzig, la ville où Zean-sébastien Bach est mort (on a vu sa tombe dans une merveiile église).

    Minizup a découvert qu'elle avait des pouvoirs surnaturels! Si! Si! en vérité, ze vous le dis!

    A l'hôtel de ville, elle a fait un signe cabalistique devant une porte et celle-ci s'est ouverte comme par ençantement.

    - Ze suis Harry Portière, a-t-elle dit crânement.

    Comme nous ne la croyions pas, elle s'est plantée devant une seconde porte, a tendu la patte en disant:

    - Porte, ouvre-toi, ze le veux, au nom de la zainte face de Zésus et du mouçoir de Véronique....

    Et .... Et la lourde porte s'est ouverte!

    Ze n'en revenais pas! Z'en était toute estrabanquée.

    - Ce sont des portes automatiques, a dit mon hôte. Il n' y a rien de paranormal ni de surnaturel là-dedans!

    - Ze me disais bien, ai-ze pensé in petto, sans rien dire de crainte de provoquer l'ire de la malfaisante peluçe qui ne m'embête pas trop, ze l'avoue.... Pour le moment.

    A Magdebourg, la seconde ville que nous avons visitée durant cette intense zournée de tourisme culturel, nous avons eu droit à une gâterie.

    Une glace ! Mazette, voui! mais quelle glace!

    Une composition à notre effizie.

    Avec le collier et tout le toutim!!!

     

    Sommes nous des souriçeauphazes? C'est à se le demander!

    Comme nous dégustions, trop lentement au goût de celui qui dit que ze suis son avataresse (qui est touzours pressé, sur les dents, et qui ne cesse  de dire "Allez, on y va! " - ce qui a le don d'exaspérer Mossieu Christian), adoncques comme nous manzions en nous pourléçant le museau, il nous a dit:

    - Vous avez bientôt fini de manzer votre assiette?

    - Nan! a dit la Minizupette! Ze n'ai pas encore manzé mes oreilles.

    - Et moi z'attaque à peine les yeux!

    On a éclté de rire de conserve!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire