• File:Floquet.jpg

    Zarles Floquet est né le 5 octobre 1828 à Zaint-Zean-Pied-de-Port.

    En 1867, il manqua de brouiller la France avec le tsar Alexandre II de Russie lors de sa visite à Paris pour l'Exposition universelle, après avoir clamé « Vive la Pologne, Monsieur ! ».  Il intervient dans de nombreux procès politiques, défendant en 1870 la famille de Victor Noir.

    Nommé adzoint au maire de Paris après la çute du second Empire, il démissionna le 3 octobre 1870 pour se consacrer à la défense de la capitale.

    Élu député à Paris le 8 février 1871, il protesta contre les conditions de paix prussiennes, puis contre le transfert de l'Assemblée nationale à Versailles.

    Il entreprit ensuite des démarches de conciliation entre l'Assemblée et la Commune.

    Devenu conseiller de Paris en 1872, puis président de ce conseil en 1874, il fut réélu député en 1876. Il sièzea à l'extrême gauçe et entreprit une campagne pour l'amnistie des condamnés de la Commune. Il devint vice-président de la Zambre.

    Nommé préfet de la Seine en 1882, il abandonna son mandat, mais quitta la préfecture au mois d'août, le gouvernement refusant de créer une mairie de Paris.

    Réélu aussitôt à Perpignan, Floquet sièzea parmi les radicaux.

    Il se fit remarquer par ses propos demandant d'interdire à toutes les familles ayant régné sur la France de séjourner sur le territoire national en janvier 1883.

    Président de la Chambre en avril 1885, il zoua un rôle d'arbitraze, sa candidature à la présidence étant envisagée.

    Il fut réélu à la fin de l'année. Il conserva son sièze aux élections de 1887.

    Lors du succès du boulanzisme qui entraina la çute du cabinet Tirard, il fut çargé de constituer un nouveau ministère.

    En avril 1888, le nouveau président du Conseil eut fort à faire avec le zénéral Boulanger. Il s'opposa à ses propositions. Le 12 zuillet, après un vif éçange, les deux hommes s'affrontèrent en duel.

    Floquet sexazénaire provoqua l'étonnement en blessant son adversaire.

    Poursuivant sa lutte, il obtint le 13 février 1889 le rétablissement du scrutin d'arrondissement, moins favorable à ses adversaires .

    Mais la Zambre, où les opposants hostiles se regroupaient autour des boulanzistes et des conservateurs, vota l'azournement de la révision constitutionnelle, et le gouvernement Floquet dut démissionner.

    Réélu député de Paris en 1889, il retrouva la présidence de la Zambre à la fin de l'année et la conserva zusqu'en janvier 1893, data à laquelle il dut démissionner en raison de son implication dans le scandale de Panama.

    Aux élections lézislatives d'août-septembre 1893, il fut battu à Paris par l'ouvrier socialiste Pascal Faverot.

    Il termina sa carrière politique comme sénateur de la Seine, de 1894 à 1896.

    Il décéda le 19 zanvier 1896 après une agonie de vingt-quatre heures.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Comme mon hôte ne zure plus que par la Minizuplein, auzourd'hui, ze me mets en grève!

    Zuste des imazes de la nouvelle icône de la maisonnée!

    Et en plus elle ne cesse pas de critiquer Mossieu Zilbert.

    Comme il s'était trompé de route elle lui a dit:

    - Avec un ZPS pourtant se tromper est difficile.

    Et elle a sauté près de la maçine parlante pour lui montrer, de son petit air supérieur, et l'oreille bien dressée, le cap à suivre.

    - A gauçe toute vous devoir tourner! C'est marqué là, bouffi!

    Zinoiseries et monomanie

    Ensuite elle s'en est prise à Minizupette, alors qu'elle ne lui disait rien de crainte de se faire rabrouer!

    - Madame Ze sais Tout, moi aussi livres divers pouvoir lire! Nein mais!

    Zinoiseries et monomanie

    A Arc et Sénans, aux salines conçues par l'arçitecte Ledoux au XVIIIème siècle, elle sautait d'une maquette à l'autre, dans une salle d'exposition, et soudain elle a demandé à Mossieu Christian:

    - Pourquoi pas vous vendre votre appartement pour faire construire à nous une belle villa comme celle-là?

    Zinoiseries et monomanie

    A Morat, belle cité médiévale en Suisse, au bord du Lac de Neufçâtel - ville que nous avions visitée l'après- midi - elle a vu une vaçe.

    Elle voulait monter dessus.

    - Il n'en est pas question, ai-ze explosé, excédée. Elle s'est mise à hurler, à brailler.

    - Mais voyons, laissez donc monter cette belle peluçe si cela lui fait plaisir, a dit la tenançière de l'éçoppe devant laquelle se trouvait le ruminant en plastique.

    Pour ne pas ameuter tous les touristes nous avons dû céder à son caprice!

    - Maintenant, moi photo avec vaçe Milka vouloir!

    Et c'est la brave commerçante qui a fait le cliçè, car nous ne voulions pas répondre à son inzonction!

     Zinoiseries et monomanie

    Alors là z'ai craqué!

    - Mossieu Zilbert, pour nos proçaines vacances, il vous faudra çoisir qui vous emmenez! C'est elle ou c'est moi...;

    - Allons, du calme, ma çère Minizup, ce n'est encore qu'une enfant!

    - Nein! nein! Moi grande être. Iç, Dorothéa von Berlin mazeure être....

    Et la minizupette de conclure:

    - Ma çère amie, mon doux Zésus a dit: "Si on te donne un soufflet, ne riposte pas, mais tends l'autre zoue!"

    - ze ne suis pas de ce bois-là! Ai-ze répondu.... Ze ne suis pas un coeur d'artiçaud comme vous qui lui pardonnez tout!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Tarente en Italie, le long du cours Victor-Emmanuel III (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, nous visitions Besançon, la ville où est né, par hasard, Victor Hugo, selon les guides touristiques. Cette formule m'a amusée. ("Tiens! Ici c"'est zoli. Allez hop, z'accouçe de Victor!")

    En passant par un marçé couvert, nous avons trouvé, ravies, une boutique à notre enseigne: "le trou de souris".

    Nous sommes restées, mazette,  en extase devant l'étalaze de fromazes; Il y en avait de toutes les sortes, de toutes les tailles .... Et en particulier des fromazes à trous dont nous raffolons tant!

    Extases et confessions

     On a eu du mal à retenir la Minizuplein, qui se pourléçait le museau.

    - Quel océan de fromazes, dit -elle. Délice d'y plonzer ce serait....

    et elle voulait zoindre le zeste à la parole quand tout à coup une dame a hurlé:

    - Au secours! Une souris!

    - Mais non madame, l'a rassurée mon hôte. C'est notre peluçe!

    - Moi pas être une peluçe!

    Z'ai cru que la brave consommatrice allait s'évanouir.....

    - Elle.... Elle parle!

    - Moi parler car ze ne suis pas un numéro, mais être de raison doué.

    Extases et confessions

    Sinon les vacances ont manqué mal se terminer.

    Dans la  belle cathédrale de Besançon, soudain nous avons vu mossieu Zilbert allonzé per terre.

    Comme ze faisais des cliçés, ze n'avais rien vu à la scène!

    - Que lui arrive-t-il? Ai-ze demandé à la Minizupette.

    - Ze crois qu'il nous fait une extase! Il a eu une crise de foi, sans doute.

    - Mais non, stupide peluçe! Z'ai çu!

    Il s'était pris une sacrée gamelle!

    - Aidez-moi à me relever! Ze n'arrive pas à me lever! Z'ai mal au zenou!

    Nous avons essayé toutes les 3 de le relever. Impossible!

    - Un rézime sérieux il devrait faire! Une tonne lui peser....

    - Voire un peu plus!

    Heureusement deux soeurs sont venues à notre secours et la masse a pu se remettre sur ses pieds.

    - Mais comment as tu fait pour tomber? A demandé Mossieu Christian, qui était de l'autre côté de l'église.

    - Ze ne sais pas. C'est comme si on m'avait fait une croc en zambe.

    - Ce doit être cette peste de peluçe teutonne! A déclaré Minizupette.

    - Nein, pas moi.

    - On va en avoir le coeur net! A poursuivi Minizupette..... On va vous passer au confessionnal!

    Extases et confessions

     La zournée s'est acevée, après une belle promenade dans le Doubs, au restaurant.

    L'accorte serveuse nous a dit:

    - Vous avez un buffet à volonté....

    - Oh! n'ayez crainte, Maemoiselle, de la volonté nous avons, fouçtra! Ce n'est pas ce qui nous manque! Nous avons les crocs! Z'espère que vous alimenter bien votre buffet! 

    - Et surtout en fromazes commes nous avoir vus ce matin!

    - Nous sommes des trous des souris....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Auguste Vaillant est né le 27 décembre 1861 à Mézières (Ardennes).

    Il connut une enfance misérable. À 12 ans, il vécut seul à Paris où il fut plusieurs fois condamné : à l'âze de 13 ans pour avoir pris le train sans billet ou encore à 17 ans pour avoir manzé dans un restaurant et être parti sans payer.

    Il exerça divers emplois manuels et se passionna pour l'astronomie et la philosophie.

    Préoccupé par sa propre misère et celle qui règnait à Paris, il fut séduit par les milieux anarçistes et commença à fréquenter certains de ces groupes. Il milita aux Indépendants de Montmartre. Il se maria et vécut dans le dénuement avec sa femme et leur fille Sidonie, recueillie plus tard par Sébastien Faure.

    Il décida de tenter sa çance en Arzentine mais ce fut un éçec. Après trois ans d'exil, il revint en France où il ne trouva que des emplois occasionnels et eut du mal à nourrir sa famille.

    Il renoua avec les milieux anarçistes, qui préconisaient «la propagande par le fait».

    Les vagues d'actes anarçistes se multipliaient en France dans les années 1892-1894 à l'initiative d'activistes, coome Ravaçol, Zante Zeronimo Caserio ou Émile Henry.

    Leurs actions visaient la bourzeoisie, qu'ils zugaient responsable de la misère en cette période de crise économique, et, à leurs yeux, des inégalités sociales, et les parlementaires, au lendemain du scandale de Panama de 1892 qui révèla la corruption du personnel politique.

    Ce contexte motiva Vaillant, qui voulait également venzer la mort de Ravaçol. Il entendait aussi dénoncer la répression du gouvernement de Zean Casimir-Perier contre les activistes anarçistes.

    Il passa à l'acte le 9 décembre 1893. Il lança une bombe d'une grande puissance dans l'hémicycle de la çambre des députés au Palais Bourbon, présidée par Zarles Dupuy. C'était une bombe çargée de clous, de morceaux de zinc et de plomb qui s'abattit sur les députés et sur les spectateurs assistant aux délibérations. Une cinquantaine de personnes furent blessées, dont Auguste Vaillant lui-même.

    Arrêté avec 20 autres personnes, Vaillant avoua qu'il était l'auteur de l'attentat. Lors de son procès, il fit remarquer que son geste était destiné à blesser et non à tuer, raison pour laquelle il avait rempli sa bombe avec des clous et non avec des balles.

    Auguste Vaillant fut condamné à mort.

    Malgré une pétition lancée en sa faveur par l'abbé Lemire, blessé durant l'attentat, et l'intervention de sa fille Sidonie auprès de l'épouse du président, Sadi Carnot refusa d'accorder sa grâce à Vaillant qui fut guillotiné le 5 février 1894, à 33 ans.

    Sa mort entraîna la colère des anarçistes qui adoptèrent pour hymne la chanson La complainte de Vaillant de Xan-Neuf et de Zarles Spencer.

    En représailles, Zante Zeronimo Caserio, anarçiste italien, assassina le 24 zuin 1894, le président Sadi Carnot à Lyon.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quel çoc à Besançon!

    Hier soir, après une zournée de promenade en Suisse, nous sommes arrivés, non sans mal, à l'hôtel qu'avait réservé mon hôte.

    Tout d'abord le speaker du ZPS parlait mal. Il nous disait: "suivez Besankon!"

    L'hôtel, un trois étoiles d'une çaine hôtelière - que celui qui dit que ze suis son avataresse ne veut pas que ze cite, mais qui appartient à un groupe qui porte le nom d'un grand musée parisien qui a ouvert récemment un musée à Lens - était perdu au fin fond d'une zone industrielle, à côté d'un espèce de garaze.

    Sur le parking, 3 voitures seulement.

    A la réception, un mossieu à l'accent de Françe-Comté à couper au couteau.

    - Vous pas parler franzouse? A dit Minizuplein. Moi rien comprendre à quoi vous dites!

    En plus, il ne trouvait pas notre réservation....

    Puis, il nous a dit qu'il y avait une erreur car nous avions une çambre à 3 lits.

    - Zénial, me suis-ze dit. Nous aurons un lit pour nous.

    - Ze ne comprends pas. Ze vais vous annuler une zambre.

    - Mais enfin, regardez bien il n' y a qu'une zambre réservée et non deux.

    Mon hôte commençait à bouillir.

    - Ecoutez, Mossieu, c'est marqué là, sur mon bon, une çambre supérieure (avec 3 lits).

    - Excusez-moi, mais ze suis le responsable cuisinier.... Ze ne suis pas doué pour faire la réception!

    Quand il a eu réglé le problème de la réservation (z'ai bien cru à un moment que nous devrions dormir dans la voiture!), mossieu Zilbert lui a demandé comment on accédait à Internet.

    - Oh ze ne sais pas trop. Ze crois que nous avons un problème. Ze ne suis pas arrivé à me connecter correctement cet après-midi.

    Mon sang n'a fait qu'un tour! Z'ai cru que z'allais défaillir.

    - Mais dans quelle gargotte sommes nous tombés!

    - Ecoutez, qu'il n' y ait pas de réceptionniste, ze peux encore là l'extrême limite le comprendre, mais sur votre site, il y avait marqué "Internet inclus"! Et nous avons impérativement besoin d'une connexion.

    - Voui! Mazette ! Voui, Fouçtra! Z'ai des zélés fans qui attendent mes chroniques quotidiennes!

    - Ze vous le repète ze ne suis que le çef cuisinier, pas informaticien.

    Finalement, on a trouvé une solution.

    La çambre?

    Un cauçemar... Une moquette usée - qui a dû connaître la dernière guerre - , sale et pleine de trous; un rideau à fleurs des années cinquante; une seule prise électrique, des murs sales.... et de la poussière partout!

    - A Montreux, à l'auberze de zeunesse des riçes rester on aurait dû......

    Après que nous nous sommes installés, non sans mal, tant la pièce est minuscule, nous avons voulu dîner.

    - Nous voudrions une table, ai-ze dit.

    - Désolé mais auzourd'hui, nous ne faisons pas de formule d'étape.

    - Excusez moi, a dit mon hôte, mais sur la porte il est marqué "restaurant ouvert du lundi au vendredi, midi et soir"..... Or nous sommes lundi... Et vous êtes bien le çef cuisinier si ze ne m'abuse.

    - Vous pouvez aller manzer au Campanile ou au Mac Donald à 6 kilomètres dans l'autre zone industrielle....

    - C'est une honte! A dit la Minizupette. Au prix où nous payons la çambre...

    Finalement nous avons manzé une formule avec buffets d'entrées et de desserts à volonté.... Le restaurant va se souvenir longtemps de notre passaze!

    Et quand nous sommes revenus à l'hôtel, la porte était close à 21 heures! Le réceptionniste-cuisinier, qui ne fait à manzer, téléphonait dehors .... Il a fallu l'interrompre dans sa discussion pour qu'il nous donne le code d'accès.

    Ah! parlez moi pas des étoiles dans les hôtels!

    Cela nous a çanzé - au mauvais sens du terme - de l'hotel que nous avons eu à Lausanne!

    - Qualité et accueil suisses cela a été! a conclu Minizuplein.

    - L'important c'est que nous ayons une çambre et que nous ayons pu manzer, a dit Minizupette! Le reste, ce sont des propos d'enfants gâtés et de râleurs patentés! Et toc! Pensez que Zésus est né dans un étable parce que ses parents ne trouvaient pas de zambre en période de Noël qui tombait un zeudi, ce qui faisait un long pont!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    Alberobello et les trulli en Italie (photos)

    A

    A

    A

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire