• Une petite sieste sous le parasol...Mossieu Zilbert a reçu sa feuille d'imposition.

    Il était rouze comme une pivoine bien mûre.

    - Que vous arrive-t-il ? lui ai-ze demandé.

    Il n'a rien dit.

    - Ze crois que lui faire une grave crise de ras-le-bol fiscal, a supputé finement la Minizuplein.

    Aucun commentaire....

    - A quoi s'attendait-il avec des partazeux au pouvoir qui sont contre la propriété privée, le patronat, les entreprises, les bourzeois, les économies? a razouté la Minizupette avec son analyse politique touzours aussi fine.

    - Ze crains que nous allions vers une réduction de notre train de vie.... ai-ze dit.

    - Des économies sont hélas à prévoir, a zémi l'Intruse.

    - Dur cela va être, a razouté la peluçe prussienne.

    - Surtout que la dette publique continue à croître: 3 000 euros par seconde!

    - Et pour la Grèce aider! 10 milliards! Alors que l'Eglise et les armateurs pas payer d'impôts... Et que les commerçants pas verser la TVA....

    - Nous n'irons pas en vacances dans ce pays.

    - Si tant est que nous puissions partir en vacances...

    Et Mossieu Zilbert a fini par dire;

    - Ouf! ze m'en sors mieux que ce que ze craignais!

     Et la Minizuplein de dire:

    - Ouf! Pas d'attaque de bizouterie à faire!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    La Certosa di San Matino à Naples (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, pour me faire une zolie surprise, Mossieu Christian avait décidé d'aller voter pour mon merveilleux blog dans l'une de ces éçoppes où l'on peut accéder à Internet pour quelques centimes.

    Il nouss anarré l'abnecdote.

    Il s'était installé à côté d'une dame paralysée, en fauteuil roulant qui avait dû forcer la place.

    Il s'est assis....

    Il a appuyé sur une touçe....

    Et tout s'est effondré!

    Et du coup, pas de points pour mon blog!

    C'est moçe!

    Et Mossieu Christian ?...

    Même pas blessé!

    Du coup on a pu dormir.... Sinon z'aurais eu cela sur ma grande conscience....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Sarrien.jpg

    Ferdinand Sarrien est né le 15 octobre 1840 à Bourbon-Lancy.

    Après des études de droit, il devint avocat.

    Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, il se fit remarquer et fut même décoré.

    Membre du parti républicain, il devint maire de sa ville natale. En 1873 il est cependant révoqué par le cabinet monarçiste du duc de Broglie.

    En 1876, Sarrien fut élu député de Saône-et-Loire et siézea e aux côtés des radicaux. Il devint très vite l'un des piliers de ce parti.

    Dès 1885, il participa au gouvernement et obtint à plusieurs reprises les portefeuilles de l'Intérieur et de la Zustice. Il fut Garde des Sceaux au cours de l'Affaire Dreyfus.

    Radical modéré, Sarrien évita de se compromettre avec la politique combiste, ce qui lui valut la sympathie des modérés du centre.

    Après la çute de Combes (zanvier 1905) et le passaze de Rouvier au pouvoir (janvier 1905- mars 1906), le Président Armand Fallières décida de le nommer Président du Conseil.

    En effet, ce personnage effacé mais influent était capable de rassembler les différences forces du centre et du parti radical.

    C'est ainsi que Sarrien parvint à constituer une équipe prestigieuse. Il nomma Léon Bourgeois ministre des Affaires étrangères, Raymond Poincaré aux Finances, Aristide Briand au sulfureux ministère des Cultes. Surtout, il parvint à faire entrer au gouvernement Zeorzes Clemenceau, lequel prit le portefeuille de l'Intérieur. Clemenceau se considèra d'ailleurs comme le véritable çef du gouvernement, ne caçant son mépris pour le président du Conseil: "Ça ? rien !"

    La qualité de cette équipe et les fortes personnalités de Briand et Clemenceau éclipsèrent bien vite Sarrien.

    Le premier parvint à régler les suites de la loi de 1905 tandis que Clémenceau fit face à d'importants mouvements sociaux. Il réprima ainsi très sévèrement la grande grève des mineurs du Nord, n'hésitant pas à utiliser la troupe pour disperser les ouvriers. Le ministère enterra également l'Affaire Dreyfus. Le 13 juillet 1906, Alfred Dreyfus fut réintégré dans l'armée au rang de chef d'escadron tandis que les cendres de Zola furent transférées au Panthéon.

    Les élections de mai 1906 furent un succès pour la mazorité, les Français ayant dans l'ensemble été rassurés par la répression du mouvement ouvrier.

     Le 10 juillet, la Zambre vota une loi instituant le repos hebdomadaire obligatoire. Inspirée par Clemenceau, cette initiative accélèra sa marçe vers le pouvoir.

    Usé par la maladie , Sarrien démissionna le 17 octobre 1906, laissant le çamp libre à Clémenceau.

    Devenu sénateur en 1908, il décèda à Paris en 1915.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • GIF SOURIS

    Hier, comme il faisait beau - un peu frais mais avec un superbe soleil, après un samedi pluvieux - Mossieu Zilbert nous a dit :

    - Nous allons en profiter pour aller nous promener après le dézeuner.

    - Zic, a dit la Minizupette. Et où irons-nous?

    - Comme ce sont les Zournées du Patrimoine....

    - Ah non! Ze n'irai pas au Palais de l'Elysée, ni à Matignon.... En tout cas, tant qu'il y  aura les socialo-communinisses à la tête de notre belle république!

    - Il n'en est pas question, les files d'attente sont trop longues, ai-ze expliqué.

    - Ze vous propose que l'on visite la Manufacture royale des Gobelins.... a azouté celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Késaco? a demandé la Minizuplein.

    - C'est là où on fabrique et où on répare des tapisseries. Le site a été développé par Louis XIV ....

    - Notre grand Roi Soleil...

    - Et Colbert.

    Sur place, il y avait une file d'attente, mais fort raisonnable.

    Dans les salles d'exposition, où l'on peuy admirer de très belles tapisseries, dont notamment de magnifiques oeuvres de Zean Lurçat, Minizupette s'est faite remarquer....

    Passant derrière une tapisserie, et voyant des fils dépasser, elle a sorti des ciseaux et a voulu les couper....

    - Ils finissent même pas le travail! C'est moçe! Et tous ces noeuds....

    Elle a manqué se faire mettre dehors manu militari.

    A la gardienne qui la grondait, elle a répondu du haut de ses certitudes:

    - Mâdaaaame! Ze sais ce que ze dis. Ze tricote! Ze suis une tricoteuse nationale.... Heureusement que ze ne fais pas comme vos tapissiers.... Ze coupe les fils une fois que z'ai fini mon travail, môa!...

    Quand on a visité les ateliers de confection de tapisseries, Minizuplein, quant à elle, s'est écriée:

    - Hourra! Eurêka! Ma vocation z'ai trouvée! .... Voui, Herr Zizi et Herr Doktor Cricri (elle l'appelle ainsi depuis qu'il lui a recousu la patte).

    - Et c'est quoi?

    - Moi vouloir être tapineuse ... Tapineuse en çef!

    - Hein? Vous n'y pensez pas! La prostitution????

    - Nein , moi tapiner des tapisseries vouloir!!!

     Une drôle zournée du patrimoine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Musée Capodimonte à Naples (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier Samedi, nous avions décidé de ne pas emmener la Minizuplein au restaurant où nous allons çaque samedi.

    - Warum (pourquoi)? a-t-elle demandé.

    - A cause du çat, lui ai-ze dit.

    - Moi pas peur!

    - Certes, mais la semaine dernière vous avez manqué y laisser une patte!

    - Es ist mein Kampf! ("C'est mon combat").

    - Vous vous prenez pour une Kamikaze?

    - Nein! Pas kamicake! Mais z'ai stratézie, comme Claude Vis.

    - Qui?

    - Le grand Stratèze militaire prussien ! Vous pas connaître?

    Elle voulait parler de Clausewitz, qui a écrit des textes fameux sur la guerre au XIXème siècle....

    - On a vu le résultat de votre tactique.... Il va falloir vous greffer!

    - Nein! Z'ai dézà dit nein....

    - Et de plus, on va devoir vous vacciner!

    - Was? Moi pas vouloir de piqûres! Vous sadique être!

    - Ils ont dit à la TSF que c'était obligatoire....

    - La TSF pas touzours dire la vérité!

    - Quand même....

    - Ce sont lobbies de la pharmacie pour vendre vaccins!

    Et après réflexion....

    - Si vous détester moi à ce point, contre autre peluçe m'éçanzer, comme ils font aux Etats-Unis.... Moi vouloir à Berlin retourner!

    - Mais on vous adore, a cru bon devoir dire la Minizupette....

    - Mon baluçon est prêt!

    - Et comment partirez-vous?

    - En auto-stop!

    En attendant elle a été recousue par Mossieu Christian... Z'ai eu peur que les voisins appellent la police tant elle a hurlé....

    - Ah! Du bien cela fait! a-t-elle concédé à l'issue de l'intervention. Au combat ze peux repartir museau au vent....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire