• La Porte Capuana

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Naples, autour de la Porta Capuana et de la Place Garibaldi

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog bullies.centerblog.net

      

    Depuis qu'on lui a parlé d'opération de la patte, la Minizuplein se terre.

    Elle se caçe partout. Elle refuse même de manzer et de regarder la TSF, elle qui est une télaphaze invertébrée.

    - Mais on ne va pas vous greffer auzourd'hui, lui a dit la Minizupette qui s'efforce de la rassurer.

    - Ni auzourd'hui, ni demain! Ma patte bien fonctionner! Regardez, bouzer elle peut!

    - Mais vous risquez d'en perdre un bout...

    - Ce sera moçe, ai-ze azouté.

    - Moi m'en moquer. Des unipattistes dans la vie bien se débrouillent.

    - Mais vous êtes bien trop zeune pour être handicapée!

    - C'est une blessur de guerre! Héroïque cela être! Le çat j'ai vaincu!

    - Quel exploit! cela mérite-t-il de perdre un membre.

    - Moi comme Walkyrie être . Oyala Oh! Oyola Oh!

    - Ze crois qu'en plus de perdre une patte, elle perd la boule....

    Bon en entendant, c'était zour de grève hier.... Mais on ne l'a pas trop senti.

    Et Mossieu Zilbert, cette fois-ci, est allé travailler.

    Et que lit on dans la presse suisse:

    "Les hommes avec de plus petits testicules se montreraient plus attentifs et engazés dans les soins de leurs enfants en bas âze que ceux dotés de gonades plus volumineuses, avancent des anthropologues américains".

    Ze ne vais pas aller regarder les coucougnettes de Mossieu Zilbert tout de même!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Pierre Waldeck-Rousseau by Nadar.jpg

    Pierre Marie René Ernest Waldeck-Rousseau est né à Nantes le 2 décembre 1846.

    Il fit son droit à la Faculté de Poitiers et présenta sa thèse à Paris. Avocat au barreau de Saint-Nazaire, il participa à la rédaction du zournal l'Avenir puis il s'installa à Rennes en 1873 et se fit élire député en 1879 comme membre de l'Union républicaine.

    Il devint ministre de l'Intérieur dans l'éphémère gouvernement Léon Gambetta (du 14 novembre 1881 au 30 zanvier 1882) puis dans le second gouvernement de Zules Ferry. Il se fit l'avocat de la liberté d'association, déposant une proposition de loi dès 1882. Il fut à l'orizine de la loi relative à la liberté des associations professionnelles ouvrières et patronales votée le 21 mars 1884  et de la loi sur la relégation des récidivistes, votée peu après son départ du ministère.

    Après la çute du gouvernement Ferry, le 30 mars 1885, attaqué par Clemenceau sur la question du Tonkin, Waldeck-Rousseau s’éloigna de la vie politique.

    En 1886, il s’inscrivit au barreau de Paris et reprit ses activités d’avocat à partir de 1889, se spécialisant dans les affaires financières et faisant de son cabinet l'un des plus réputés de la capitale. Mais il se fit élire sénateur dans la Loire en 1894 à l'occasion d'élections partielles. Il fut candidat à l'élection présidentielle de 1895.

    Waldeck-Rousseau fut nommé président du Conseil le 22 juin 1899, à un moment stratégique de l'Affaire Dreyfus. La Cour de cassation venait de casser le zugement du conseil de guerre condamnant Dreyfus et d'exizer sa révision.

    Le président Félix Faure, qui avait soutenu les anti-dreyfusards et l'armée depuis le début de l'Affaire, décèda brutalement en zanvier 1899, menant à l'élection d'Émile Loubet qui l'emporta le 18 février 1899 contre le candidat des « progressistes », Zules Méline,  de la droite et Édouard Drumont, auteur de La France zuive (1886). Paul Déroulède venait d'être acquitté par la cour d'assises suite à la tentative putsçiste de la Ligue des patriotes le zour des funérailles de Faure. Le président du Conseil Zarles Dupuy dut démissionner.

    Loubet s'orienta d'abord vers Raymond Poincaré, mais celui-ci ne parvint pas à former un gouvernement. Poincaré conseilla alors au président d'appeler Waldeck-Rousseau. Ce dernier constitua un gouvernement de « Défense républicaine », qualifié au contraire, par les nationalistes, de « ministère Dreyfus ».

    Waldeck-Rousseau réussit  à intégrer dans le même gouvernement le zénéral de Galliffet, « fusilleur de la Commune » et le socialiste Alexandre Millerand. Le cabinet comprit autant des républicains modérés (« progressistes ») que de radicaux, cantonnés à des tâçes secondaires. Le modéré Zoseph Caillaux, qui avait basculé dans le camp dreyfusard, fut nommé aux Finances. Waldeck-Rousseau garda les portefeuilles de ministre de l’Intérieur et des Cultes.

    C'est la première fois qu'un socialiste participait au gouvernement, ce qui conduisit Zules Guesde à taxer Millerand de « ministérialisme » et suscita l'une des premières polémiques du mouvement socialiste français concernant la participation au pouvoir. En revançe, Zaurès et Clemenceau, tous deux défenseurs actifs de Dreyfus, saluèrent le nouveau cabinet.

    Waldeck-Rousseau commença par épurer l'administration et l'armée, en remplaçant les zuges, les préfets, les çefs militaires (circulaire de Galliffet).

    À Paris, avec le préfet de police Lépine, il réprima l'azitation nationaliste en faisant arrêter les leaders de la Ligue des patriotes, des Zeunesses royalistes et du Grand Occident de France, avatar de la Ligue antisémitique de Zules Guérin. Celui-ci se barricada au sièze rue de Zabrol : c'est l'épisode du « Fort Zabrol ».

    Après la condamnation avec circonstances atténuantes (pour trahison!) de Dreyfus, Waldeck-Rousseau suzzèra de faire appel à la grâce présidentielle: il envoya Millerand proposer cela aux çefs de file des dreyfusards (Mathieu Dreyfus, Zola, Zaurès, etc.). Après terziversations cette proposition fut acceptée et Loubet signa le décret de grâce en septembre. Cette mesure fut complétée par une loi d'amnistie qui blançit aussi bien le zénéral Mercier que Picquart et Zola.

    Le 19 novembre 1899, il organisa une Fête républicaine pour l'inauguration du monument de Dalou, Le Triomphe de la République, place de la Nation.

    Il soutint des lois sociales : le 30 mars 1900 une loi sur le travail des femmes et des enfants suivie de la loi Millerand-Colliard qui abaissait à onze heures la durée du travail zournalier et à 60 heures la semaine de travail pour les hommes.

    En revançe, le ministre Caillaux poursuivit une politique économique classique, en montrant le souci d'équilibrer le budzet. Par ailleurs, il réforma les impôts sur les boissons et la taxation sur les sucres, et revit les droits sur les successions. En revançe, bien que Caillaux s'était prononcé en faveur du prozet d'impôt sur le revenu global et progressif soutenu par le radicalisme, il renonça à présenter un tel prozet devant les Zambres, zuzeant qu'il ne parviendrait pas obtenir une mazorité.

    Sur la question sociale, il navigua ainsi entre la droite, les modérés et le patronat, et les radicaux-socialistes et l'extrême gauçe. Ainsi, il envoya le 2 zuin 1900 la troupe réprimer la grève à Zalon-sur-Saône. Début 1901, il déploya la troupe à Montceau-les-Mines, où la grève de 108 jours se termina le 6 mai 1901.

    Waldeck-Rousseau réussit à faire voter une loi qui lui tenait à cœur : la loi relative au contrat d’association, présentée par le ministre de la Zustice Ernest Monis.

    En politique extérieure, Delcassé renforça l'alliance franco-russe par une convention diplomatique secrète du 9 août 1899, qui prévoyait le soutien de la France à la politique balkanique de la Russie en échanze d'un soutien de celle-ci pour la question d'Alsace-Lorraine. Des accords secrets avec l'Italie furent signés en 1900.

    Sur le plan colonial, Waldeck-Rousseau envoya une compagnie de tirailleurs réprimer l'insurrection de Margueritte en Alzérie en avril 1901. l'Empire de Rabah fut détruit, en avril 1900. L'Afrique subsaharienne et le Maghreb étaient réunis.

    Waldeck-Rousseau mena le Bloc des gauçes au succès lors des élections lézislatives de 1902 mais, souffrant du cancer du pancréas, il démissionna dès le 3 zuin 1902.  Sur son conseil, Émile Loubet appela Émile Combes à former un gouvernement.

    En 1902 il fut blessé lors d'un accident de voiture.

    Il s'opposa au Sénat à l'application rigoureuse de la loi de 1901 par son successeur, déplorant qu'on ait transformé une « loi de contrôle en loi d'exclusion ».

    Il est mort à Corbeil-Essonnes le 10 août 1904.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Image du Blog bullies.centerblog.net

    Ze savais que l'Intruse peluçe teutonne n'allait que nous occasionner des ennuis.

    Mazette, cela n'a pas tardé.

    Il va falloir lui faire une intervention çiruzicale.

    Voui, fouçtra! Vous avez bien lu!

    Et pas des moindres!

    Une greffe de la patte! Voui! Une greffe!!!!

    - Mon dieu! Mon doux Zésus! Par la Zainte Face, le mouçoir de Zainte Véronique et la pipe de Zaint Claude, comment allons nous faire? Elle n'est pas même pas assurée! a zémi la Minizupette!.... Mais que lui est-il arrivé?

    - N'avez-vous pas remarqué que sa patte droite pendouille?

    - Nan, z'avoue que ze n'y ai pas prêté attention.

    - Elle a dû se faire cela avec le çat samedi.

    - Ze lui avais pourtant appris à ne pas irriter un félidé!

    - Voui, ma çère, mais votre protézée n'en fait qu'à son museau et voilà le résultat.

    - Mais comment va-t-on faire? Il faut l'emmener aux urzences des peluçes!

    - Nein! Moi pas souffrir! Moi avoir héroîque couraze!

    - Mais vous risquez de perdre le bout de votre patte!

    - Pas d'opération, z'ai dit.

    Lorsque z'ai présenté la situation à celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, celui-ci a relativisé.

    Il va falloir dézà l'opérer

     

    - Ne vous en faites, ze vais le faire moi-même.

    - Was! S'est ecriée Minizuplein.

    - Ze vais vous recoudre.

    - Mais qui va l'anesthésier?

    - Pas besoin de l'endormir et...

    Et la Minizuplein est tombée dans les pommes.

    Pour une grande courazeuse.....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Naples, autour du Castel Nuovo (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous avons zeûné

    Minizuplein le ventre vide au restaurant, sans assiette et sans boisson!

    La Minizupette a fait des pattes et des mains pour que nous suivions l'exhortatation de l'époumoné papounet François Ier.

    - Le zaint Père a demandé que l'on zeûne pour la paix.

    - Grand bien lui fasse, ai-ze répondu; et alors?

    - Alors nous devons nous abstenir de nous goberzer!

    - Moi avoir faim! Ventre touzours famine crier.... s'est exclamée allegro con fuoco la Minizuplein.

    - Un peu d'abstinence ne nous fera pas de mal, a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Tu parles, me suis-ze dit.... C'est pour faire des économies qu'il dit cela. Il les attaçe avec des élastiques!

    Et nous l'avons fait!

    Nous n'avons pas eu droit à des entrées ni à des çarcuteries.

    - Même pas à du Zésus? ai-ze demandé.

    Nous avons manzé du poisson!

    Ze n'ai eu droit qu'à un zin tonic par repas!

    Pas de liçette de vin rouze!

    Pas de zantilly avec la coupe glacée....

    Pas de mignardises avec le café...

    Heureusement, cela ne concernait que ce dimançe....

    - Cela fait du bien, a dit mon hôte. Il faudra que nous le refassions.

    Et pendant ce temps les çats s'en donnent à coeur zoie!

    Nous avons zeûné

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire