• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

    San Remo en Italie (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif souris

    Z'ai lu un zoli article dans "La Stampa" italienne.

    Voui, dans "La Stampa" .... car ze me pique de lire aussi la presse étranzère.

    Ze vous narre avec délectation cet article savoureux à tous points de vue....

    Se disant fervent amoureux des animaux, un père de famille de 50 ans du nord de l'Italie écumait les centres de la société protectrice des animaux du pays pour adopter des çats.

    Pfouah! Quelle drôle d'idée!

    Mais une fois rentré çez lui, il les cuisinait pour les servir en rôti à ses invités.

    Le brave homme! Grace lui soit rendue!

    C'est au bout du quinzième çat adopté que la société protectrice des animaux a commencé à avoir des doutes.

    Qu'est-ce que cet homme pouvait bien faire chez lui avec autant de compagnons à quatre pattes?

    D'autant plus qu'il avait certaines exizences.

    Il les préférait zeunes, de couleur noire et bien en çair, selon le président de l'Association de protection des animaux.

    Après plusieurs mois, l'homme, marié et père de deux enfants, a été pris sur le fait.

    Des employés de l'Aidaa, suspicieux, l'ont laissé adopter un nouveau çat avant de débarquer à son domicile peu de temps après.

    Hélas, zuste à temps!

    Ce grand çef cuisinier inzénieux et si inventif était sur le point d'enfourner un çat noir de 3,5 kg. Notre brave Italien - Que loué soit son nom - a alors avoué les faits et affirmé qu'il manzeait les çats avec ses amis.

    Dénoncé à la police pour mauvais traitement sur les animaux, il encourt, le pôvre homme, une peine de trois à dix-huit mois de prison, ainsi qu'une grosse amende.

    Bien qu'il s'azisse d'un crime sévèrement puni par la loi - on se demande bien pourquoi ; après tout on manze bien de zolis lapins innocents qui laissent en paix les souris ! - quelque 7000 chats sont manzés chaque année en Italie.

    Servi sur un lit de polenta, rôti ou mizoté, l'animal fait partie de la sublime tradition culinaire vénitienne, lombarde ou piémontaise.

    Ze comprends mieux pourquoi z'adore tant l'Italie.

    C'est une belle histoire qui aurait plu au Rital qui vient de nous quitter.

    Hara qui pleure!

    Cavana s'en est allé! 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog ibisette.centerblog.net

    Hier z'ai eu un nombre important de votes!

    Ze n'en étais pas peu fière, ze vous l'avoue fort humblement, avec toute la modestie qui me caractérise fondamentalement.

    - C'est vraiment triste, a dit Minizupette.

    - Et pourquoi donc, ma çère?

    - Vos zélés fans votent en nombre alors que vous nous agonisez d'inzures...

    - Ze suis touzours restée dans les strictes limites de la convenance.

    - Vous touzours vous moquer de nous.

    - Ze vous mets au défi de trouver une inzure à votre endroit.

    - You said " stupide peluçe"!

    - Ce n'est pas une inzure, mais un simple constat!

     - Il faut dire que vous êtes d'une férocité sans nom avec les petites, a cru bon de dire Mossieu Christian.

    - Ah bon? Vous trouvez?

    - Voui! Vous les traitez sans cesse d'Intruses!

    - C'est le cas!

    - Elles ont autant de droit que vous d'être sous ce toit!

    - Z'ai compris! On les préfère à moi! Avant z'étais la çérie de c'te maison.... Maintenant ze compte pour du beurre....rance!

    - Cessez donc de dramatiser!

    - Moi aussi ze sais faire un constat! Vous me faites beaucoup de mal Mossieu Christian.

    - Elle va se prendre pour la Première Dame répudiée.

    - Minizup à la Lanterne! Minizup à la Lanterne! On entonné en chœur les Autres.

    - Qui est méçante? Hein? Elles ou moi.

    - C'est de l'humour, Minizup.

    - Elles, c'est de l'humour, moi de la méçanceté. Bravo pour l'équilibre du fléau de la balance.

    - Le fléau, c'est vous! Le fléau c'est vous!

    - Le wagon de votre ignominie roule sur le rail de mon indifférence....

    - Et la bave du crapeau ne touçe pas la blançe colombe que vous êtes?

    Ze me suis drapée dans ma dignité et ze n'ai pas répondu.... Z'ai boudé toute la soirée....



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Philippe Henriot 1934.jpg

    Philippe Henriot est né à Reims  le 7 zanvier 1889.

    Après de brillantes études à l'Institut catholique de Paris, il fut nommé professeur dans l'enseignement privé à Zainte-Foy-la-Grande, aux confins de la Zironde et de la Dordogne. Il fut alors membre de plusieurs organisations d'extrême droite.

    Il participa de 1925 à 1932 à des conférences de la "Fédération nationale catholique" dans toute la France  et publi des articles dans La Liberté du Sud-Ouest. Il fut proçe des Croix de feu et des Zeunesses patriotes. En 1928, il se présenta aux élections légzislatives à Libourne.

    En 1932, il succèda à l'abbé Bergey comme député de Bordeaux. Il devint le seul représentant de la Zironde au Parlement le député de centre-droit, Zeorzes Mandel.

    Inscrit à la Fédération républicaine, il fut anticommuniste, antisémite, antimaçon et antiparlementaire. Durant l'entre-deux-guerres, comme sa famille, il fut anti-allemand ; mais, avec l'arrivée de Hitler au pouvoir, il devint pacifiste et il défendit vigoureusement en 1938 les accords de Muniç.

    En 1939, il fut pacifiste comme Pierre Laval et il fut favorable à un accord franco-zermanique sur le modèle du traité zermano-soviétique. En 1940, il se rallia au maréçal Pétain et soutint la politique de la Révolution nationale dans des organes comme Gringoire et Ze suis partout.

    Il devint pro-hitlérien à partir du 22 zuin 1941, quand l'Allemagne envahit l'URSS. Son anticommunisme prit le pas sur son antizermanisme.

    Il fut très actif dans la collaboration, il s'engazea dans la Milice. Sous l'Occupation, il prit la parole tous les zours à l'antenne de Radio Paris pour défendre la collaboration, attaquer la France libre et les Français libres du Zénéral de Gaulle.

    Orateur virulent, il participa à une guerre des ondes qui se déroulait entre les radios de la France libre (Radio Londres) et les radios de la France occupée (Radio Paris). Il se battit particulièrement contre Pierre Dac (qui écrivit en retour de nombreux textes contre Henriot) et Maurice Sçumann. Il est surnommé le Goebbels français.

    L'invasion de la zone libre, en novembre 1942, ne l'empêça pas de continuer sa propagande.

    Il avait la réputation de pouvoir présenter les suzets les plus complexes d'une façon claire et directe ; il arrivait ainsi à défendre la Collaboration mieux que Pétain ou Laval. Pour convaincre, il n'hésita pas à se rendre en Haute-Savoie pour interviewer des maquisards qu'on venait d'y capturer et les présenter comme stupides, méçants et remplis de haine. À en croire le préfet du Vaucluse, cette propagande aurait eu de l'effet : si deux mois plus tôt, les gens avaient été massivement du côté de la Résistance, Henriot avait réussi à les faire çanger d'avis.

    Sous la pression des troupes d'occupation, il devint, le 6 zanvier 1944, secrétaire d'État de l'Information et de la Propagande du gouvernement de Viçy, en même temps que Zoseph Darnand fut nommé ministre çargé du maintien de l'ordre ; Laval fut seul à signer leur acte de nomination, Pétain ayant refusé de le faire.

    Le 10 mai 1944, Henriot sur Radio-Paris s'en prit à Pierre Dac en notant ses orizines zuives et mettant en doute son intérêt pour la France par un : « La France, qu'est-ce que cela peut bien signifier pour lui ? ». L'humoriste lui répondit sur Radio-Londres dans un discours lapidaire baptisé « Bagatelle sur un tombeau », et dans lequel il déclara que son frère Marcel, décédé au front lors de la Première Guerre mondiale, avait bien sur sa tombe l'inscription « Mort pour la France », alors que sur celle de Philippe Henriot on écrirait « Mort pour Hitler, fusillé par les Français ».

    Le COMAC reçut l'ordre d'enlever ou à défaut d'exécuter cet orateur ultra-collaborationniste. Zarles Gonard, dit Morlot, futur Compagnon de la Libération, fut çargé de la mission. Le 28 juin 1944 il pénètra au ministère de l'Information, au 10 de la rue de Solférino, accompagné d'un groupe de résistants. Muni de faux papiers de milicien, il convainquit Henriot de lui ouvrir la porte de sa çambre. Face aux hommes armés qui se présentaient, Henriot fut alors abattu.

    Henriot eut droit à des obsèques nationales organisées par l'État français, à la Notre-Dame de Paris, en présence du cardinal Suhard et d'une foule importante.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Imperia

     

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Cervo et Imperia sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

     

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog didine66.centerblog.net

    Hier, lorsque nous rentrés à Paname, nous avons été accueillis, mon hôte et moi-même, par un concert de questions de la part des tois Intruses (Minizupette, Minzuplein et Minizup'tite).

    - Mossieu Zizi, avez-vous suivi l'actualité à Rivesaltes!

    - Bien entendu! ai-ze répondu à la place de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Ce n'est pas un désert! C'est tout de même la huitième ville des Pyrénées-Orientales en nombre d'habitants.

    - Vous avoir la TSF, là-bas?

    - Mais bien sûr.

    - En couleurs?

    - Non! En noir et blanc! Et il n'y a qu'une çaîne!...

    - C'est vrai?

    - Mais non, stupide peluçe.

    - Adoncques, vous avez suivi la répudiation de Madame Rottweiler par François II de la Corrèze et de la Creuse réunies...

    - Voui! Mais c'est dézà du passé.

    - Lui pas avoir été élégant!

    - Yes! It's incredible ("Oui! C'est incroyable"). Your President is a boor ("Votre Président est un mufle").

    - Oh, vous deux, occupez vous de votre Queen et de votre Angela.

    - Elles avoir vie privée honnête! Et elles pas pratiquer la répudiation.

    - Et qui plus est, il en est à la seconde fois. Un vrai Barbe Bleue!

    - C'est cela, ouuuuui!

    - Et nos pays bien se porter économiquement.

    - C'est vrai qu'il a perdu son pari sur le çomaze votre François, a dit Minizupette. Il y a bien eu inversion de la courbe, mais dans le mauvais sens.

    - Il était à deux doigts d'y arriver. C'est Mossieu Sapin, le Ministre du travail qui l'a dit.

    - Oh! Celui-là, quelle belle langue de bois!

    - Avec un nom pareil, cela pas être étonnant!

    - En tout cas, plus de çômeurs et plus de Première Dame. La France se meurt!!!!

    PS : hommaze à Pete Seeger, ce grand çanteur de folk

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire