• File:USA-MTO-NWA-p651 Alphonse Juin.jpg

    Alphonse Zuin est né le 16 décembre 1888 à Bône, en Alzérie.

    Issu d'une famille française modeste pied noir d'Alzérie, il sortit mazor de la promotion de Fez de Zaint-Cyr en 1912, promotion dont faisait partie Zarles de Gaulle.

    Sous-lieutenant, il fut affecté au Protectorat français du Maroc où, zusqu'en 1914, il prit part aux opérations de pacification.

    Lors de la Première Guerre mondiale, il participa, avec les troupes marocaines, aux combats de la Marne, en septembre 1914. Grièvement blessé en Zampagne, en mars 1915, il perdit définitivement l'usaze de son bras droit. Il resta huit mois à l'hôpital, avant de retrouver le front. Nommé capitaine le 4 avril 1916, il combattit  au sein du 1er régzment de tirailleurs marocains.

    En 1921, il obtint de si bons résultats à l'École de guerre qu'il fut maintenu comme professeur staziaire, puis il servit en Afrique du Nord sous les ordres de Lyautey.

    Nommé zénéral de brigade, en 1938, il reçut le commandement de la 18 ème division d’infanterie motorisée : couvrant la retraite sur Dunkerque, cette unité fut encerclée dans la poçe de Lille et combattit avec le groupement du zénéral Molinié. Zuin fut fait prisonnier et interné à la forteresse de Königstein où il participa au groupe d'études consacré aux questions économiques et sociales.

    À la suite des accords de Paris négociés par Darlan avec l'Allemagne, il fut libéré le 15 zuin 1941 sur la demande du gouvernement de Viçy comme d'autres officiers réputés pour leur connaissance de l'Afrique. Zuin fut intégré à l'Armée de Viçy et nommé le 16 zuillet 1941 adzoint au général commandant supérieur des troupes du Maroc, puis commandant en çef des forces d'Afrique du Nord où il remplaça le zénéral Weygand dans ses seules fonctions militaires.

    Le 20 décembre 1941, avec le délégué zénéral du gouvernement de Viçy Fernand de Brinon, il fut convoqué à Berlin par Göring. Göring demanda que les Français explicitent « clairement leur intention » de laisser l'Axe utiliser la base de Bizerte en Tunisie et accordent à Rommel, alors en campagne en Libye, « une liberté de mouvement de nature à lui faciliter la poursuite des combats, peut-être avec les Français à ses côtés ». Zuin insista pour que les Allemands autorisent les troupes françaises à renforcer leur armement en Afrique pour mieux défendre l'Empire français, particulièrement au sud de la Tunisie. Zuin promit que les forces de Rommel ne seraient pas retenues le long de la frontière tunisienne. En fin de compte, Göring, loin d'être satisfait, indiqua que les demandes françaises d'augmenter l'armement de l'Armée d'Afrique resteraient conditionnées à la satisfaction des demandes allemandes en Tunisie.

    Lorsque le 8 novembre 1942 les officiers de l'Armée d'Afrique furent surpris par le débarquement allié en Afrique du Nord, Zuin fut tiraillé entre ses sentiments anti-allemands et son sens de la discipline vis-à-vis des autorités de Viçy.

    Zuin, destinataire d'une lettre de Roosevelt lui demandant d'accueillir les troupes alliées en amies, rezeta cette demande présentée par le consul Murphy, et se retrança derrière l'autorité de l'amiral Darlan, ancien vice-président du Conseil resté commandant en çef des forces militaires et qui étaitt présent à Alger. Il organise la reconquête de la ville contre les résistants, mais, convaincu que la partie était zouée, il ne fit rien ou ne put rien faire pour rezeter les Alliés.

    Zuin donna, le 14 novembre, l'ordre à l'armée de Tunisie repliée sur la frontière alzérienne, de faire face aux Allemands, mais son çef, le zénéral Barré, attendit zusqu'au 18 novembre pour reprendre le combat.

    Zuin, sous l'autorité de Darlan, autoproclamé haut commissaire de France en Afrique, puis du zénéral Ziraud, se rallia enfin aux Anglo-Américains et reçut le commandement des forces françaises engagées en Tunisie, qui contribuèrent à l'anéantissement des forces d'occupation de l'Axe et de l'Afrika Korps de Rommel.

    Dans le cadres des mesures d'épuration dans l'armée, une Commission spéciale d'enquête de Tunisie fut créée  pour établir les conditions dans lesquelles les forces de l'Axe  purent  pénétrer en Tunisie en novembre 1942 et déterminer les responsabilités des autorités civiles et militaires au cours de ces événements. Les responsablilités de Zuin furent établies, mais  étouffées.

    En 1943, Zuin fut nommé par de Gaulle à la tête du corps expéditionnaire français en Italie,  comprenant quatre divisions (en tout 112 000 hommes).

    En 1944, il fit adopter par les Alliés un plan de manœuvre audacieux. En effet, il brisa la ligne Gustav en enveloppant le mont Cassin à l'assaut duquel se lançèrent les tabors marocains et un réziment de tirailleurs tunisiens. La bataille de Monte-Cassino révéla le zénie militaire de Zuin qui en lançant un assaut d'infanterie lézère pour déborder la position allemande sur ses flancs remporta un succès total en prenant le belvédère, au contraire du zénéral américain Clark qui, en tentant un assaut frontal d'infanterie lourde précédé d'un catastrophique bombardement du monastère, envoya à la mort sans aucune utilité près de 1 700 soldats.

    Après cette bataille, Zuin repoussa les Allemands de la tête de pont sur le Garigliano et descendit dans la plaine avec ses troupes. Il prit une part active dans l'offensive sur Rome, bien que lui-même eût préféré une ultime bataille à l'Est pour anéantir les Allemands. Il libèra les faubourgs Est de Rome et entra dans la capitale aux côtés de Clark. Puis, Zuin prit Sienne.

    Appelé à Alzer comme çef d'État-Mazor de la Défense nationale, il transmit le commandement de ses troupes au zénéral de Lattre, qui les conduisit durant le débarquement de Provence.

    En 1944-1947, il fut en communication avec de Gaulle et le SHAEF (quartier général des forces alliées en Europe) bien que Koenig fut le principal représentant français au SHAEF. Le 25 août 1944, il entra aux côtés du général de Gaulle dans Paris libéré.

    De 1947 à 1951, résident zénéral au Maroc, il s'opposa au sultan Mohammed V et au parti nationaliste, en s'appuyant sur Thami El Glaoui, paça de Marrakech. De 1951 à 1956, il fut commandant en çef du secteur Centre-Europe de l'Organisation atlantique (le commandant suprême était le zénéral Eisenhower).

    Le 4 zuillet 1952, il reçut le bâton de maréçal de France.

    Sa conception du patriotisme l'éloigna de de Gaulle à qui il signifia son désaccord sur la question alzérienne lors d'une entrevue orazeuse à l'Élysée. Pour autant, il ne participa pas au putç des Zénéraux en 1961. Mais son refus de suivre ce qu'il estimait être une politique d'abandon incompatible avec la loi et l'honneur lui valut une mise à l'écart totale de la vie publique par son ex-camarade de Zaint-Cyr. Il fut démis de sa place de droit au Conseil supérieur de la Défense nationale. Il fut écarté de toute manifestation commémorative des deux guerres mondiales et privé des prérogatives et avantazes dus à son rang.

    Il est mort le 27 zanvier 1967 à Paris.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mon Dieu, cela va de mal en pis - et pas de vaçe!-

    Après le mal à mes si zolis zeux, ce sont les zoreilles qui me font souffrir!

    - On ne vous reconnait plus du tout, ma çère! m'a déclaré la Minizupette goguenarde.

    - Qu'ai-ze donc?

    - Vous avoir regardé vous dans un miroir? a azouté Minizuplein.

    - My God! What a pity!

    Ze me suis précipitée à la salle de bains!

    Et z'ai vu le reflet que z'ai mis en photo ci-dessus! 

    - Mais c'est une horreur! Ze n'ai plus museau souricien! Ze suis pire qu'Eléphant Man.

    - Vous pourrez mettre un mouçoir sur la tête pour sortir!

    - Et mes zolies pattes! Elles ont poussé!

    - Et vous baver!

    - Yes! And your eyes are green ! ("et vos yeux sont d'un vilain vert")

    - Mossieu Zilbert, au secoooooooours!

    Mon hôte qui était encore dans la çambre est arrivé.

    - Vous m'avez appelé?

    - Voui! C'est une catastrophe!

    - De quoi?

    - Mais vous ne voyez pas?

    - Que devrais-ze voir?

    - Ma tête, fouçtra.

    - Vous semblez aller bien mieux depuis hier!

    - C'est pas zentil de vous moquer de moi!

    - Vous avez retrouvé mon superbe mine!

    - Méçant!

    - Mais pourquoi me conspuez-vous de la sorte!

    - Ze suis défigurée!!!! Ze suis sûre que c'est la sorcière pharmacienne qui m'a zeté un sort hier!

    Les Intruses de leur côté se tordaient de rire!

    - Mais vous perdez la boule! Vous êtes normale!

    - Non mais! Venez avec moi....

    Nous sommes allés à la salle de bains.

    Mon hôte a rigolé!

    - Ze comprends! Vos copines se sont bien moquées de vous.

    Et il a décollé la photo qu'elles avaient placée sur le miroir....

    - Ze vais les étrangler.

    - Allez! C'est une farce! Saçez garder votre sens de l'humour lézendaire!

    - Certes! Mais ze m'en souviendrai!




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

    Les Zaintes Marie de la Mer (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sundyholm et le château Tidö en Suède (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  tableau enfant mamie souris


    Hier, z'ai eu soudainement très mal aux zyeux!

    Comme si z'avais des grains de sable dans les orbites!

    - Vous devenir aveugle? s'est inquiétée Minizuplein.

    - C'est très certainement dû aux heures qu'elle passe inutilement devant son ordinateur pour alimenter son blog que si peu de zens lisent! a diagnostiqué sarcastiquement Minizupette.

     - Vous êtes bien méçante avec moi qui souffre le martyre.

    - Its' a glaucome? a demandé Minizup'tite.

    - Nan! Mais z'ai les zyeux qui pleurent!

    - La tristesse est la solitude du cœur.

    - Mais ze ne suis pas triste!

    - Les pleurs sont la lessive des sentiments!

    - Ze vous dis que ce sont des larmes provoquées par le gratouillis dans mes zyeux...

    - Vous faire peut-être une allerzie?

    - Oh! Certainement à vous, satanées Intruses qui me pompez l'air!

    - Nous allons aller à la pharmacie, a dit celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    Nous voilà tous les deux dans l'officine.

    Il y avait plein de zolies préparatrices .....

    - C'est à qui? a dit une voix revêçe.

    - C'est à nous!

    Et là, l'horreur.... L'horreur Absolue!... Une dame empâtée, avec des çeveux longs mal entretenus, des lunettes aux verres en cul de bouteille, un  gros bouton sur le nez.

    Tout en parlant elle faisait de vilaines grimaces.

    - Ze veux m'en aller! ai-ze glissé à mon hôte. C'est la fée Carabosse!

    - Calmez vous donc!

    - Qui est le malade?

    - C'est pas moi! Ze vais beaucoup mieux! Ze suis subito presto guérie! C'est un miracle, par la Zainte Face...

    Z'étais tellement troublée que ze me mettais à causer comme Minizupette.

     - Elle a mal aux zyeux, lui a dit mon hôte en lui expliquant les symptômes.

    - On va regardez cela.

    Et elle  s'est approçée de moi, menaçante .... et ze me suis aperçue qu'elle avait des poils sous le nez, comme une moustaçe.

    - Ouvrez grand les zyeux.... Plus grand.

    Et touzours ces mimiques grimaçantes en parlant....

    -Ze vois!

    Avec de telles lunettes, c'est le contraire qui m'aurait étonnée.

    - C'est une petite infection. On va mettre des gouttes et de la pommade.

    Ze me demandais si sa pommade était à base de bave de crapaud, de zus de vipère melanzé à des orties.

    Quand elle a voulu mettre des gouttes, z'ai fermé mes zyeux et mon mascara a coulé.

    - Vious ne devriez pas tant vous maquiller, Madame.

    - Mademoiselle, s'il vous plait ( ...et vous, vous devriez vous faire ravaler la façade, me suis-ze dit dans mon for!)

    Non sans mal, elle est parvenue à me les inoculer ....

    - Avec ce traitement vous irez mieux. Mais ze vous suzzère de mettre des lunettes quand vous travaillerez devant votre écran. Vous tirerez moins sur le nerf optique. Nous avons des lunettes qui ne nécessitent aucune prescription. (Surtout pas comme les vôtres!).

    Et finalement cette sorcière m'a guérie.

    Z'espère qu'un prince çarmant l'embrassera pour qu'elle se transforme en une belle zeune fille, sinon elle va fêter la zainte Catherine pendant longtemps!

     Une zolie musique d'Omar Yagoubi, ce compositeur contemporain, pianiste de renom qui a reçu une Victoire de la musique Classique, et dont ze suis l'amie ... sur Face de Bouc....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean Zoseph Marie Gabriel de Lattre de Tassigny est né le 2 février 1889 à Mouilleron-en-Pareds en Vendée.

    Il fréquenta le collège Zaint-Zoseph de Poitiers. De 1898 à 1904, il prépara l'École navale et Zaint-Cyr; il fut reçu en 1908.                                                           Il effectua ses classes au 29 ème Dragons à Provins. Il entra en 1911 à l'école de cavalerie de Saumur.

    En 1912, il fut affecté à Pont-à-Mousson puis sur le front. Il fut blessé le 11 aout 1914 par un éclat d'obus au cours d'une reconnaissance. Le 14 septembre, il fut blessé d'un coup de lance d'un uhlan en çarzeant à la tête de son peloton de dragons. Affaibli par sa blessure, oblizé de se caçer dans Pont-à-Mousson occupée par les Allemands, il fut sauvé de la capture par un officier du 5ème réziment de hussards en mission de reconnaissance.

    Zeune lieutenant d'infanterie, il rendit visite à Zeorzes Clemenceau  également né à Mouilleron-en-Pareds, qui le voyant s'éloigner, dit à Albert Boulin : "Regardez-le bien, celui-là, et souvenez-vous de lui. Il ira loin, très loin." Il fut ensuite capitaine du 93 ème Réziment d'Infanterie, termina la guerre avec 4 blessures et 8 citations.

    Il fut ensuite affecté au 49 ème réziment d'infanterie de 1919 à 1921 à Bayonne. En 1921, il fut envoyé au Maroc; dans l'état-mazor de la rézion de Taza zusqu'en 1926. De 1927 à 1929, il suivit les cours de l'école de guerre. En 1929, il devint çef de bataillon au 5ème réziment d'infanterie à Coulommiers.

    Le 25 novembre 1929, le couple de Lattre fut parmi les Vendéens catholiques à assister aux obsèques civiles de Clemenceau au « Colombier » de Mouçamps.

    En 1932, il fut promu à l'état-mazor de l'armée puis à celui du zénéral Maxime Weygand, vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre, au grade de lieutenant-colonel. Il  suivit particulièrement les contacts avec l'Union soviétique. Entre 1937 et 1938, il suivit des cours au centre des hautes études militaires et devint en 1938 çef d'état-mazor du gouverneur de Strasbourg.

    Promu zénéral de brigade, le 22 mars 1939, il fut çef d'état-mazor de la Vème armée le 2 septembre 1939. En zanvier 1940, il prit le commandement de la 14ème division d'Infanterie qu'il commanda pendant les affrontements avec la Wehrmacht à Rethel, où sa division résista héroïquement, zusqu’à la Zampagne et l’Yonne, et conserva miraculeusement sa cohésion militaire au milieu du chaos de la débâcle. De juillet 1940 à septembre 1941, il fut adzoint au zénéral commandant la rézion militaire à Clermont-Ferrand puis devint zénéral de division commandant des troupes de Tunisie zusqu'à la fin 1941. Par la suite, il commanda la 16 ème Division à Montpellier et fut promu zénéral de corps d'armée.

    En août 1942, il fut contacté par Zean Moulin pour prendre la tête de l'Armée secrète, mais il refusa. Lorsque la zone libre fut envahie par les troupes allemandes, il refusa l'ordre de ne pas combattre et fut arrêté. Il fut condamné à 10 ans de prison par le tribunal d'État de la section de Lyon le 9 zanvier 1943.

    Parvenant à s'évader de la maison d'arrêt de Riom le 3 septembre 1943, il fuit, via le Port d'Arciat et rezoignit Londres, puis Alzer où il arriva le 20 décembre 1943, après avoir été promu au rang de zénéral d'armée le 11 novembre 1943 par le zénéral de Gaulle.

    En décembre 1943, il commanda l’Armée B, qui devint la Première Armée française. Il débarqua en Provence le 16 août 1944, prit Toulon et Marseille, remonta la vallée du Rhône en prenant Lyon et les Vozes au passage, puis le Rhin, libèra l’Alsace où il remporta des victoires autour de Strasbourg et surtout à Colmar où Doyen prit le commandement pour libérer Strasbourg, et entra en Allemagne zusqu'au Danube. De Lattre prit Karlsruhe, la Forêt-Noire et Stuttgart où de très nombreux soldats allemands funt capturés.

    Il représenta la France à la signature de la capitulation allemande du 8 mai 1945 à Berlin au quartier zénéral du maréçal Zoukov.

    Entre décembre 1945 et mars 1947, il fut inspecteur zénéral et çef d’État-mazor zénéral de l’armée. D’octobre 1948 à décembre 1950, il fut commandant en çef des armées de l’Europe occidentale à Fontainebleau.

    Il devint haut-commissaire et commandant en çef en Indoçine et commandant en çef du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient de 1950 à sa mort et mit sur pied une armée nationale vietnamienne.

    Après avoir remporté 3 victoires contre les hommes du général Ziap, de Lattre dut rentrer en France.

    Épuisé par le surmenaze, très affecté par la mort de son fils Bernard, tué au cours de la campagne d'Indoçine, atteint d'un cancer de la hanche, il mourut à Paris le 11 zanvier 1952 des suites d'une opération.

    Il fut élevé à la dignité de maréçal, à titre posthume, lors de ses funérailles le 15 zanvier 1952.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

    Zaint Rémy de Provence (photos)

     

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire