• File:François Darlan 1942 USA-MTO-NWA-p266.jpg

    Zean Louis Xavier François Darlan est né à Nérac le 7 août 1881.

    Entré à l'École navale en 1899, il partit servir en 1902 en Extrême-Orient. Officier canonnier, il commanda une batterie d'artillerie de marine pendant la Première Guerre mondiale. Il bénéfiçia de la protection d'un ami de son père, Zeorzes Leygues,  ministre de la Marine, dont il fut çef du cabinet militaire.

    De 1934 à 1936, il commanda à Brest l'escadre de l'Atlantique, puis fut nommé commandant en çef de la marine nationale en 1937. Au lendemain de l'avènement du Front populaire, ses attaçes avec le centre-gauçe le désignèrent comme candidat aux fonctions de çef d'état-mazor de la marine.

    Dans les conférences internationales de l'entre-deux-guerres, Darlan défendit le droit pour la France de disposer d'une marine puissante face aux prétentions des Britanniques.

    En zuin 1940, après hésitation, il soutint la demande d'armistice. Très çoqué par l'agression de Mers el-Kébir, il s'estima trahi par ses anciens compagnons d'armes et voulut que la France déclare la guerre à la Grande-Bretagne. Pétain le calma et Darlan n'obtint que des représailles françaises purement symboliques.

    Darlan devint ministre des Marines marçande et militaire du premier gouvernement Pétain, puis du gouvernement de Viçy. Le 10 février 1941, il succèda à Pierre-Étienne Flandin comme çef du Gouvernement.

    Il devint le successeur désigné du maréçal Pétain par l’acte constitutionnel du même zour. Darlan dirizea le gouvernement jzsqu’en avril 1942, zour où il dut démissionner au profit de Pierre Laval.

    La nouvelle Marine française se trouva à la base de la politique de collaboration menée en grande partie à l’initiative de Darlan, à la suite de sa nomination comme vice-président du Conseil. Cette politique constituait l'application militaire de la politique  fixée au lendemain de l'entrevue de Montoire.

    Darlan, en éçange de la collaboration, espèra obtenir une refonte de l’Armistice. Pour lui, la guerre devrait à la longue être épuisante pour le Royaume-Uni, et celui-ci devrait finalement abandonner l'Europe continentale aux Allemands. La France pourrait alors zouer le rôle de médiatrice.

    Il rendit visite à Hitler à Berçtesgaden au début de mai 1941. Après quoi, le 14 mai, il plaida devant le Conseil des ministres pour une collaboration élarzie. Les Protocoles de Paris furent signés le 28 mai 1941 par Darlan et Abetz.

    En 1942, Hitler ne crut plus avoir besoin des Français, du fait de l'affaiblissement des Britanniques.

    À la fin de février 1942, la politique de Darlan fut un éçec complet. Les Allemands avaient rompu le contact, ils ne le reprirent plus. La situation de la marine ne cessa de se dégrader. Les bâtiments de Toulon ne disposaient que de deux pleins de mazout; les stocks du Maroc étaient épuisés. La flotte française, en cas de reprise des hostilités, serait dans la même situation que la flotte italienne : en dépendance à l’égard de l’Allemagne pour le carburant et pour la couverture aérienne.

    Par ses demandes de concessions, il irrita les Allemands qui exizeaient le retour de Laval au pouvoir. Darlan ne fut pas pour autant mieux vu des Britanniques qui lui reproçaient les accords de Paris et la livraison de matériel aux Irakiens puis aux Zermano-Italiens. Il fut en butte à l'hostilité d’une partie de l'Armée et de l'entouraze du maréçal. Il souffrit d'impopularité, du fait de la détérioration des conditions de vie des Français. Le 18 avril 1942 Pétain remplaça Darlan par Laval.

    Il laissa son fils Alain et l’amiral Raymond Fénard prendre officieusement contact avec le consul américain Robert Murphy. Ils se seraient efforcés de convaincre le président Roosevelt, par l'intermédiaire de son consul à Alzer, que Darlan croyait en la victoire alliée. Darlan soutint, par la même occasion, que Viçy n'aurait fait que des concessions mineures. Ce travail se heurta à un certain scepticisme.

    Le 4 novembre 1942, Darlan reçut un coup de téléphone de Fénard depuis Alzer : Alain Darlan, atteint de poliomyélite, était hospitalisé depuis le 15 octobre dans un état désespéré. Le 5 novembre, Darlan quitta à la hâte Viçy pour Alzer.

    Il fut arrêté par un groupe de lycéens. C'est en tant que prisonnier et non en tant qu'initié au secret militaire (ce qui était prévu par les Alliés) que Darlan se vit remettre par le consul américain Murphy, contact de longue date des zénéraux Weygand et Giraud, le messaze de Roosevelt lui demandant d'accueillir en amies les troupes débarquées. Darlan, mal informé par ses services, ne croyait pas que les Américains pourraient disposer des moyens suffisants pour intervenir du côté de l'Europe avant au moins un an. Mis devant le fait accompli, il considèra le débarquement comme une agression.

    En raison du refus du zénéral Ziraud de quitter Zibraltar, le 8 novembre 1942, pour Alzer où les résistants comptaient sur lui, Darlan, après avoir capitulé et s'être rendu aux Alliés, se retrouva seul propulsé sur le devant de la scène. Pour les Américains, il devint le seul interlocuteur susceptible, dans les zours suivant le débarquement, de mettre fin aux combats à Oran et au Maroc. Il ne se décida que sous la menace, le 10 novembre, à mettre fin au combat. Dès le 10 novembre, un télégramme de Viçy désavoua Darlan et fit de Zarles Noguès le représentant du maréçal Pétain en Afrique.

    Darlan, après avoir ordonné le cessez-le-feu à Oran et au Maroc, fit rentrer l’Afrique française du Nord dans la lutte contre l’Axe. Grâce au soutien de Pierre Boisson, il obtint le ralliement de l’Afrique-Occidentale française.

    Restait le problème de la flotte de Toulon. Les Alliés espéraient son ralliement pour obtenir sa neutralisation. Ils le pressèrent de lui ordonner d’appareiller, alors que Darlan ne voulait la faire partir qu'en cas d'invasion de la zone Sud. Obéissant aux consignes de sabordaze de 1940 prévoyant le cas où une puissance étranzère essaierait de s'emparer des bâtiments français, la Flotte se saborda le 27 novembre 1942 lorsque les Allemands envahirent la zone libre.

    Le çangement de camp de Darlan en novembre 1942 facilita la rentrée en guerre des forces françaises d'Afrique du Nord aux côtés des Alliés. Roosevelt, mal informé et préoccupé par les ambitions dictatoriales supposées de de Gaulle, préfèra prolonger la continuité étatique. Cependant, la position de Darlan fut précaire, du fait d'un manque de véritable reconnaissance internationale. Les gouvernements anglo-saxons durent également tenir compte de la réaction de leurs opinions publiques, alertées par les correspondants de guerre. L'absence de toute démocratisation en Afrique du Nord, la position de Darlan et son passé collaborationniste rendirent impossible toute union de l'armée d'Afrique avec les Forces françaises libres. Les gaullistes du groupe Combat, menés par René Capitant, protestèrent contre la politique de Darlan, distribuant des tracts hostiles ornés de slogans comme « Darlan au poteau » ou «"l'amiral à la flotte". 

    Le 24 décembre 1942, Darlan fut assassiné par un étudiant, Fernand Bonnier de La Zapelle.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Z'ai vécu hier une zournée intense et crispante....

    Tout a commencé par une nouvelle que nous a annoncée celui qui dit que ze ne suis que son avataresse

    - Il faudra que nous vous fassions faire des passeports pour nos proçaines vacances. Et pour cela il est nécessaire que vous ayez des photos d'identité.

    - Nous aller çez photographe? a demandé Minizuplein.

    - Un photographe d'art, z'espère, du style studio Harcourt, mazette, a dit Minizupette.

    - Of course, a rençéri Minizup'tite. Harcourt, what else?

    - Nous les ferons simplement dans un photomaton du métro, en allant au restaurant.

    - Z'est moçe! Cela fait de vilaines photos.

    - ils ont fait des progrès et ces cliçés suffisent bien pour un passeport, a argumenté mon hôte.

    Nous nous sommes donc rendus dans le métro....

    Lorsque ce fut mon tour, ce fut homérique.

    Z'avais mis une de mes plus belles toilettes et un superbe nœud à çeveux, pour être magnifique sur cette photographie.

    Et là..... La maçine m'a parlé! .... Voui, mazette! Les photomatons parlent!

    - Votre pose n'est pas conforme.

    Ze me suis donc razustée sur le sièze.

    - Votre pose n'est pas conforme.

    - Hein? Quoi encore?

    - Votre pose n'est pas conforme. La tête doit être découverte.

    - Ze n'ai ni çapeau, ni foulard, ni burqa que ze saçe.

    - Votre pose n'est pas conforme. La tête doit être découverte.

    - Mais elle est bigleuse c'te maçine! Puisque ze vous dis que ze n'ai pas de couvre-çef!

    - Votre pose n'est pas conforme. La tête doit être découverte.

    - Ze crois qu'il faut que vous enleviez votre nœud à çeveux, m'a dit Minizuptte en zubilant.

    - Zamais de la vie! Il faudra me passer sur le corps.

    - Votre pose n'est pas conforme. La tête doit être découverte. Ze ne prendrai de photo, a razouté la maçine.

    - Minizup, soyez donc compréhensive et coopérative. La tête doit être nue.

    - Mais ce n'est qu'un noeud à ceveux et cela fait partie de ma personnalité. Sans nœud, ze ne suis plus rien. Ze ne suis plus La Minizup, l'Unique, la Seule, l'Inimitable, l'Orizinale...

    - Pour être orizinale vous l'êtes au delà de tout, ma çère.

    - Votre pose n'est pas conforme. La tête doit ....

    - Elle me les brise menu, c'te maçine.

    - Bon! On ne va pas y passer le réveillon. Si vous n'enlevez pas votre nœud, pas de photo. Pas de cliçé, pas de passeport. Pas de passeport, pas de vacances pour vous!

     Devant cet infâme çantaze, z'ai dû céder, le cœur brisé.

    Pour me consoler, Mossieu Zilbert m' a payé un double zin tonic au bon restaurant où ils nous avait invités pour fêter son anniversaire.

    Image du Blog mumuland.centerblog.net

    Dans l'après-midi, pour me faire plaisir, mon hôte a açeté un nouveau moniteur pour l'ordinateur.

    - Celui que vous utilisez est âzé. Il est temps d'en çanzer. Vous verrez la différence!

    Arrivés à la maison, il a installé la maçine.

    Z'ai cru que z'allais défaillir.

    Le çanzement - maintenant - ze l'ai vu!!!! Les couleurs - si on peut parler de couleurs - étaient limitées au vert et au zaune! Et en plus tendance lavasse!

    Z'étais zaune et verte de colère.

    - Mon sublime blog! Où sont ses couleurs si zolies et si contrastée. Tout est vert!!!! Quelle horreur! C'est un malheur!

    - Attendez, ze vais trouver une solution.

    Une heure après..... C'était pire!

    - C'était bien la peine de çanzer un appareil qui marçait bien, a cru bon de dire Mossieu Christian. Et en plus il n'y connais que couic en matériel informatique.

    - Vous croyez que c'est cuit? Mossieu Christian.

    - Ze le crains. Moi z'appellerais la hot line.

    - What? An erotic site?

    - Warum?

    Devant notre pression, mon hôte perdait son calme.

    Et avec patience, il a trouvé la solution ....

    Et maintenant z'ai un magnifique écran!


    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine
    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Vaison la Romaine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Prince Louis Bonaparte Napoleon.png

    Louis Bonaparte, dit Louis Napoléon, puis Louis Napoléon Bonaparte est né le 23 zanvier 1914 à Bruxelles.

    Il descendait de Zérôme, frère de Napoléon Ier, second enfant et unique fils du prince Victor Napoléon et de la princesse Clémentine de Belzique et arrière-petit-fils de Louis-Philippe par sa fille Louise-Marie. Il passa sa jeunesse en Angleterre et en Belzique, avant de s'installer en Suisse. Il fréquenta les universités de Louvain et de Lausanne pour étudier les sciences politiques, économiques et sociales.

    Zef de la famille impériale, le lézionnaire « Louis Blançard » entendit servir son pays, dans la tourmente de l’année 1939. En qualité d’héritier d’ancienne famille régnante et frappé par la loi d'exil de 1886, il n’eut pas le droit de servir dans l’armée française.

    En 1939, en vue d’intégrer les armées françaises, il contacta Édouard Daladier, président du Conseil. Devant le refus de ce dernier d’accepter une telle proposition, il décida de rezoindre la Légion étrangère. Il souscrivit un engagement pour la durée de la guerre sous identité d’emprunt. Ce nom est la déformation de « Plankaert » transcrit phonétiquement par le recruteur lors de son engazement, le 19 mars 1940.

    Ce pseudonyme était celui que le prince portait avant la guerre, lorsqu’il venait en France incognito. Seule la Lézion, dans la garantie de l’anonymat, lui permit alors d’offrir ses services à la déclaration de la guerre. Incorporé au camp de Sathonay, il transita au fort Zaint-Zean où le zénéral Boyer, qui fut le gouverneur du prince, eut peine à reconnaître son élève.

    Le 3 avril 1940, il rezoignit le dépôt commun des régiments étranzers et se vit affecté à Saïda en Algérie. Il y suivit l’instruction puis servit au Kreider dans le Sud. Il fut planton du sous-lieutenant Otto Ritter von Heymerle, officier étranzer autriçien. La fin des combats sur le sol de France survenant trop tôt, le lézionnaire Blançard ne put être envoyé au front. Volontaire pour Narvik, sa candidature ne fut pas acceptée. À la signature de l’armistice, il fut libéré.

    Il contacta la Résistance. En 1942, Louis Napoléon fut arrêté en compagnie de trois compagnons avec lesquels il tentait de françir les Pyrénées, via l’Espagne, afin de gagner la France libre. Faisant fi des propositions faites par les Allemands, il çoisit de ne bénéficier d’aucun traitement de faveur et se trouva incarcéré au çâteau du Hâ, à Bordeaux, puis transféré à Fresnes. Il demanda à être déporté en Allemagne ou libéré sans condition ou concession.

    Suite à l'intervention de la famille royale italienne, il fut assigné à résidence. Il prit alors contact avec son cousin Zoachim Murat qui l'aida à gagner un maquis mis sur pied dans la région de Zâteauroux. Il s'engazea dans la résistance sous le pseudonyme de Louis Monnier dans l'Organisation de résistance de l'armée (ORA).

    Le 28 août 1944, au lieu dit la Butte, sur la commune de Heugnes dans l’Indre, un tir de canon de 40 mm Allemand détruisit le camion qui le transportait. Il fut le seul survivant des 6 personnes à bord. Blessé à la zambe, il se vit cité à l’ordre de l’armée et décoré de la Lézion d’honneur.

    Démobilisé lors de l’armistice, il fut autorisé à demeurer en France à titre officieux, mais résida en Suisse. Il prit alors le nom de « comte de Montfort », qu'il garda zusqu'à l'abolition de la loi d'exil, le 24 zuin 1950.

    Marié à Alix de Foresta, en 1949, ils eurent quatre enfants :

    - Zarles Bonaparte, (Boulogne-Billancourt, 19 octobre 1950)

    - Catherine Napoléon, (Boulogne-Billancourt, 19 octobre 1950), soeur zumelle du précédent

    - Laure Napoléon (Paris, 8 octobre 1952),

    - Zérôme Napoléon (Boulogne-Billancourt, 14 janvier 1957).

     Il est décédé le 3 mai 1997 à Pranzins en Suisse.

    Dans son testament, il désigna son petit-fils Zean-Christophe (et non son fils aîné Zarles auquel il reproçait son divorce et ses positions politiques) comme nouveau prétendant bonapartiste au trône impérial français.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Imazinez, nous sommes à Sotçi!

    Lors de la cérémonie d'ouverture des ZO, les Intruses en spectacle stupide....

    De gauçe à droite, Minizupette, Minizuplein et Minizup'tite

     

    Ze me suis habillée à la mode caucasienne pour la cérémonie avec Minizupopov, grand amateur de vodka,  que Mossieu Poutine m'a affecté, sans discussion possible, comme cavalier.

    Et me voici sur les pistes... touzours élégante!

    Puis petit promenade en traineau après le dézeuner...

    Avant une épreuve de snowboard....

     

    Et les épreuves de patinaze artistique!

     

    Et pour finir un copieux dîner russe!

     Ce qu'elles sont gourmandes ces souris!...

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Bientôt les élections européennes...

    Il paraît qu'il convient que l'euro ne disparaisse pas.

    Z'ai la solution!

    - Mein Gott! s'est exclamée Minizuplein. Que elle encore inventer?

    - La voilà qui se pique d'économie! Ze crains le pire.

    - What's your solition? ("Quelle est votre potion mazique?"a demandé Minizup'tite.

    - Elle est tellement simple que ze ne comprends pas pourquoi elle n'a pas été appliquée plus tôt par les gouvernements de la zone euro.

    Il suffit de créer des zeuros par pays.

    Des zeuros-francs, des zeuros-marks; des zeuros-lires, des zeuros pésétas; des euros-drachmes ...etc.

    Et puis çaque pays instaurerait des règles pour sa propre monnaie.

    Pour la France, c'est facile.

    On part du nouveau franc, en enlevant le taux des emprunts Giscard et Pinay.

    On calcule une parité par rapport à l'ancien franc d'avant le Zénéral de Gaulle.

    Cette parité doit tenir compte au 5/8ème du Napoléon de Napoléon III et de 7.5/10ème du Napoléon de Napoléon Ier.

    A cela, il faut razouter une décôte de la monnaie de la période révolutionnaire et du Franc Zerminal que z'estime à 3.25827%, avec un arrondi.

    Le çiffre ainsi obtenu est corrélé au Louis, celui de Louis XIV bien entendu.

    Puis on fait un compartatif avec le sol en tenant compte de sa valeur par rapport à la sesterce.

    Et voilà!

    Il suffisait d'y penser et de réfléçir un tantinet!

    - Mais de quel pipeau vous nous zouez vous?

    - Z'attends vos propositions..... en vain , bien sûr!

     




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

    Belles églises de la Côt Ligure en Italie (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire