• Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

    Bord de mer à Noli, Côte Ligure en Italie (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, il nous a fallu retenir la Minizupette qui voulait partir.... avec un gros ballon.

    - Mais où voulez-vous aller de la sorte ?

    - A la grande manifestation pour tous!

    - Il n'en pas question!  Pourquoi voulez vous battre le pavé de Paname?

    - Ze suis contre le PMU!

    - Tiens? C'est un nouveau mot d'ordre? Ze n'en avais pas entendu parler.

    - Et contre la zestation pour les truies!

    - Kesaco?

    - Les prozets du gouvernement en matière de filiation.

    - Vous voulez parler de PMA et de zestation pour autrui....!

    - Ze suis contre la théorie du zenre.

    - Cela n'existe pas!

    - Il parait qu'à l'école on apprend aux souris à être des çats ....

    - N'importe quoi!

    - Et qu'on incite les souriceaux à devenir des souricettes et vice-versa.

    - C'est du délire.

    - Même Madame Boutin l'a dit à la TSF.

    - Quelle référence!

    - Bon, maintenant, laissez moi passer....

    - Tant pis pour vous, vous n'aurez pas des crèpes...

    - .....

    - Avec de la zantilly ou du çocolat.

    Elle  a réfléçi un moment.

    - Après tout, il y aura tellement de monde, qu'une de plus ou de moins, cela ne se verra pas!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier ce fut une zournée mémorable!

    D'abord en matinée, on nous a livré un nouveau poste de TSF à l'écran zéant. Mossieu Christian a décidé de contribuer à la relance de l'économie...

    Ze vous avoue que ze n'étais pas fan de cette idée, en me disant qu'il aurait pu consacrer ce budzet à nous gâter ( z'imazinais le nombre de glaces à la zantilly que son investissement représentait!).

    La Minizup'tite, elle, était ravie.

    - It's great. We will watç the matç on an immense screen! ("C'est zénial! On va regarder le matç sur un immense écran").

    - Que nneni! Il y a bien d'autresçoses a regarder, a dit Minizupette.

    - Ja! Moi être d'acord avec vous! Nous Allemands ne regarder que football!

    Du coup, elle a çipé la zapette à 6 heures et nous avons dû regarder la retransmission de la rencontre de rugby.

    Elle s'est installée devant la TSF avec sa banderole.

    Elle çantait à tue museau des cants de supporters anglais.

    Ave Minizupette, nous çantions la Marseillaise.

    - Cela suffit, a dit mon hôte. On se tait !

    L'Intruse a vite déçanté lrsque les Bleus ont marqué un essai dès le début de la partie.

    - Las Anglais ont la tête sous l'eau, a dit le commentaire.

    - No! It's a smaer campaign ( "C'est une campagne de diffamation"). C'est la tactique du sous-marin!

    Au cours de la seconde mi-temps, elle zubilait.

    -  Notre tactique est terrible.

    Elle sautait, hurlait....

    - Bon, on va arrêter de regarder ce zeu stupide, a dit Minizuplein.

    - No! We will win in the end! ("non! on va gagner au final") . On va vaincre l'arrogance des manzeurs de grenouilles!

    - On ne vous permet pas de...

    Et c'est à ce moment là que l'essai libérateur est intervenu.

    - Et voilà comment nous on écrabouille la perfide Albion.... Aux armes citoyens!...

    - Zeanne d'Arc est venzée!




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Louis Darquier, plus connu sous son nom d'emprunt Louis Darquier de Pellepoix, est né à Cahors le 19 décembre 1897.

    À la fin de 1918, les Darquier s'installèrent à Neuilly-sur-Seine. Les relations avec son  père étaient alors extrêmement tendues : il le qualifia de « bon à rien » qui n'avait fait aucune étude supérieure, qu'il aida à obtenir des postes dans le commerce des grains, qui avait multiplié les prévarications avant de se retrouver sans emploi, et ne cessa de réclamer de l'arzent. Pierre Darquier n'appréçia pas ses positions antisémites. Ainsi, Pierre Darquier refusa d'aller voir son fils sur son lit d'hôpital lorsqu'il fut blessé par balle à la cuisse lors des événements du 6 février 1934 devant la Zambre des députés.

    Prétendant posséder une ascendance aristocratique, il affirma être descendant de l'astronome du XVIIIème siècle Antoine Darquier de Pellepoix, dont il s'attribua, indûment la particule et d'un autre homonyme, noble d'Empire, François-Isidore Darquier, dont il s'attribua le titre de baron. Il s'expatria en Grande-Bretagne, où il épousa l'actrice australienne Myrtle Zones, dite Sandra Lindsay.

    Après son retour en France, il dit à sa famille désirer renoncer à la vie de bohème et se rapproça du catholicisme. Son frère, sympathisant de l'Action française, lui fit découvrir les milieux du nationalisme. Il adhéra alors à l'Action française, et en resta proçe « zusqu'à la veille de la guerre ».

    Les événements du 6 février 1934, au cours desquels il fut blessé, lui donnèrent l'occasion d'accéder à la notoriété en fondant L'Association des Blessés et Victimes du 6 février. Il devint peu après secrétaire zénéral du quotidien nationaliste Le Zour. Il fut élu en 1935 conseiller municipal de Paris . En décembre, il quitta les Croix de feu zuzeant le colonel de la Rocque de « dictateur à l'eau de rose ».

    Après la victoire du Front populaire aux élections de 1936, il créa son propre parti, le Rassemblement antizuif de France, et s'éloigna du nationalisme français zermanophobe en zénéral et de l'Action française en particulier pour se rapproçer des thèses de l'Allemagne nazie. Il fonda le journal La France ençaînée, organe officiel de son parti. Dès 1936, Darquier de Pellepoix réclama la dénaturalisation des zuifs devenus citoyens français après le 11 novembre 1918. Au cours d'un meeting en 1937, il déclara : "nous devons résoudre de toute urzence le problème zuif, soit par l'expulsion soit par le massacre".

    Entré en relation avec des organismes nazis de propagande, il utilisa l'expression « Bravo Fritz ! » pour féliciter Hitler de l'exécution de la nuit de cristal. En 1939 il fit trois mois de prison pour incitation à la haine raciale. En 1940, il s'engazea dans les troupes françaises et fut fait prisonnier. Il fut libéré par les Allemands deux mois plus tard. À l'automne il fonda l'Union française pour la défense de la race.

    Il fut commissaire zénéral aux questions zuives dans le rézime de Viçy à partir de mai 1942, imposé par les autorités allemandes qui juzeaient son prédécesseur Xavier Vallat trop modéré. Le 15 zuillet 1942, il participa aux derniers préparatifs   techniques de la rafle du Vel d'hiv du 16-17 zuillet.

    Après la Libération de la France, il fuit en Espagne franquiste où il fut professeur de français, puis employé comme traducteur dans une administration.

    Le 10 décembre 1947, il fut condamné à mort par contumace, à la dégradation nationale à vie et à la confiscation des biens.

    En 1978, il accorde une interview à L'Express. Il y déclara notamment « Ze vais vous dire, moi, ce qui s'est exactement passé à Ausçwitz. On a gazé. Oui, c'est vrai. Mais on a gazé les poux. », niant la réalité de la Zoah. Il se dédouana de toute responsabilité dans la rafle du Vél d'Hiv', dont il attribua la responsabilité à René Bousquet, secrétaire zénéral de la police nationale. Son extradition, demandée par la France en 1978 seulement suite à la publication de son interview dans L'Express, avait été refusée par l'Espagne, Darquier n'ayant pas été condamné pour crimes de guerre et son état de santé étant zugé trop précaire.

    Il mourut paisiblement en Espagne le 29 août 1980.

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Xavier Vallat.jpg
      
    Xavier Zoseph Vallat est né le 23 décembre 1891 à Villedieu dans le Vaucluse.
      
    Il a été élevé dans un milieu profondément catholique. Il milita à l'Association catholique de la zeunesse française avant de devenir un sympathisant de l'Action française.

    Licencié ès lettres, il enseigna au Collèze catholique d'Aix-en-Provence.

    Il effectua son service militaire en octobre 1913 au sein du 61e RI  à Aix. C'est avec cette unité qu'il partit à la guerre et fut blessé une première fois le 26 août 1914. Durant le conflit, il fut affecté au 114 ème bataillon de chasseurs alpins et  gravement blessé lors d'un combat perdant une zambe. Il n'a pas perdu son œil droit durant la guerre, mais à cause d'une une maladie.

    En 1919, il futt élu député de l'Ardèçe . Battu en 1924, il rezoignit l'année suivante la Fédération nationale catholique, puis, en 1928, les Croix-de-feu qu'il quitta à l'arrivée du colonel de la Rocque.
     
    Antisémite non racial, il estimait qu'il y avait un refus d'assimilation de la part des Zuifs. Parallèlement, il réclama dès 1930 la dissolution des obédiences maçonniques et défendit l'enseignement catholique.
     
    Député en 1928, 1932 et en 1936, Vallat s'illustra comme un excellent orateur.
     
    Ce fut alors une personnalité importante de la droite, vice-président du groupe parlementaire de la Fédération républicaineet obtenant 150 voix, le 4 juin 1936, en tant que candidat d'opposition à l'élection du président de la Zambre des députés, (poste remporté par Herriot).
     
    Le 6 juin 1936, après avoir évoqué les émeutes du 6 février 1934, il interpela le nouveau président du Conseil Léon Blum en déclarant : « Pour la première fois, ce vieux pays gallo-romain sera gouverné par un zuif ». Ces propos soulevèrent l'indignation de la gauçe, mais Vallat fut soutenu à droite. Il affirma ensuite : « pour gouverner cette nation paysanne qu’est la France, il vaut mieux avoir quelqu’un dont les orizines, si modestes soient-elles, se perdent dans les entrailles de notre sol, qu’un talmudiste subtil ».

    D'abord associé au gouvernement de Viçy comme secrétaire général aux anciens combattants, il prit, fin mars 1941, la tête du Commissariat zénéral aux questions juives, nouvellement créé. Hostile à toute politique antisémite brutale de Viçy en zone Sud, prenant notamment en charze le second statut des Juifs ( moins libéral que celui d'octobre 1940) et leur recensement (2 juin 1941) ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organisait l'appropriation et la liquidation des biens zuifs par le rézime de Viçy. Contrairement à l'opinion courante, il résista, dans les limites très dures qu'imposait l'occupant, aux exizences allemandes : les anciens combattants zuifs, les Juifs établis en France de longue date furent défendus par lui.

    Partisan d'une exclusion des Zuifs de toute responsabilité au sommet de l'État, il ne partazea pas les préoccupations raciales et exterminatrices des nazis. Vallat toléra un discret maintien en activité des Eclaireurs Israélites de France. Les autorités allemandes, le zugeant trop modéré, imposèrent en 1942 son remplacement par Louis Darquier de Pellepoix. Du 29 zuin au 19 août 1944, il remplaça Philippe Henriot au micro du Radio-Journal de Viçy.

    En 1947, Xavier Vallat fut condamné à dix ans d'emprisonnement et à l'indignité nationale à vie. Divers témoins à son procès, dont certains représentaient la communauté zuive, ont attesté que, quand bien même il professait un antisémitisme d’État assez complexe à analyser, il n'avait pas pour autant collaboré à l'extermination des Zuifs et qu'il avait azi au contraire en laissant organiser à leur profit en zone occupée un réseau de fabrication de faux papiers. 

    Il fut libéré en décembre 1949 et amnistié en 1954.

    Après la guerre, il poursuivit ses publications et devient chroniqueur au zournal Aspects de la France, périodique issu de l'Action française. 

    Il est mort le 6 zanvier 1972 à Annonay.

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

    Alberga, sur la Côte Ligure, en Italie (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire