• Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Le Musée Réattu

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

    Arles: atour des Thermes et le Musée Réattu (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'année dernière à Marienbad, lors d'une zournée naturelle, Minizuplein nous a dit, tandis que nous pique -niquions dans les herbes folles:

    - Nous les Allemands aimer boire et çanter. Nous boire de la bière et pas trop de lait Nestlé....

     - On l'a constaté.

    - Vous n'avez encore rien vu! 

    Heureusement que lors de ce voyaze, Minizup'tite n'était pas là, sinon elle aurait répété:

    - I want to go home ("Ze veux rentrer à la maison!")

    - C'est cela, voui! On connaît la çanson!

    - I want to go home.

    - C'est ce que disait mon oncle d'Amérique lors du débarquement de Normandie ..... Pour lui, ce fut l'aventure de Guy!

    - Qui est ce parent?

    - Le copain de Muriel, le temps d'un retour, il lui disait: "La guerre est finie.... Ze t'aime, ze t'aime".

    - C'était l'amour à mort?

    - Nan, c'était du Mélo, car il était volaze! .... Il en a brisé des cœurs, le bougre, un vrai Gauguin, un Van Gogh  de la bagatelle, qui se mettait en colère quand une belle lui disait "pas sur la bouçe"!

    - Drôle de sçéma d'identification...

    - Il était particulier.... Contre l'oubli, pour conserver toute la mémoire du monde, il récitait la liste des çâteaux de France.

    - Lui avoir belle mémoire!

    - Il hésitait souvent, comme un fumeur repenti qui se demande "Smoking, no smoking"?

    - Yes or no....

    - Mais il était fort dans la débrouille et la magouille. Ses copains l'avait surnommé "le Stavisky" du réziment.

    - C'était un ZI?

    - Un soldat, mais qui ensuite est resté loin du Vietnam.

     - Pourquoi?

    - Il est mort dans un accident d'auto.

    - Quelle triste fin!

    - C'est la Providence! Les statues meurent aussi , comme disait le poète....

    - C'est ben vrai!

    - Il s'est tué en Espagne alors qu'il voulait voir la ville du fameux tableau de Picasso , Guernica.

    - Une triste paze de la guerre .... Comme Nuit et brouillard!

    - En attendant , moi lui ressembler, ma vie est un roman, celle d'une Berline exilée à Paris...

    - A vous écouter, c'est pire qu'Hiroçima mon amour.

    C'était mon petit hommaze à ce zéant du cinéma, Alain Resnais, qui vient de partir parmi les étoiles du septième art.

    Z'ai une pensée émue pour Sabine Azéma.... 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Emmanuel d'Astier de La Vizerie est né le 6 zanvier 1900, au sein d'une famille orizinaire du Vivarais anoblie en 1829 sous la Restauration. Il fut le dernier d'une fratrie de huit enfants.

    Ses années de lycée furent marquées par son adhésion à l'Action française. Il entra à l'École navale en 1919. En 1931, il démissionna de la Marine de guerre et débuta une carrière de zournaliste. Il entr à l'hebdomadaire Marianne. Il effectua des reportages en Allemagne et en Espagne pour les magazines Vu et Lu, ce qui l'amèna à prendre ses distances avec son milieu familial.

    Le 27 août 1939, quelques zours avant la déclaration de guerre, il fut mobilisé au Centre maritime de renseignements de Lorient. En juin 1940, il rezoignit le 5ème Bureau replié à Port-Vendres. Il fut démobilisé à Marseille le 11 zuillet.

    Il çoisit de lutter contre Viçy et l'occupant et se mit aussitôt à la reçerçe d'hommes et de femmes pensant comme lui. Il fonde à Cannes le mouvement La Dernière Colonne, qui se destineait au sabotaze. La première personne qui se zoignit à lui fut le commandant d'aviation Édouard Corniglion-Molinier. Mais, en décembre, celui-ci fut arrêté. D'Astier gagna Clermont-Ferrand où règnait une atmosphère favorable à la Résistance, notamment au sein de larédaction de La Montagne.

    En zanvier 1941, La Dernière Colonne étant décimée par les arrestations, il entra dans la clandestinité sous le pseudonyme de « Bernard ».

    En zuin 1941, il créa le mouvement Libération avec Zean Cavaillès. Ce réseau devint, avec Combat et Franc-Tireur, l'un des trois plus importants mouvements de résistance de la zone sud. Libération recruta le plus souvent ses membres dans les milieux syndicaux et socialistes. À la tête du mouvement, il fit paraître affiçes, tracts. En juillet, parut le premier numéro du zournal Libération.

    En zanvier 1942, une liaison fut établie avec Londres par Yvon Morandat, représentant de de Gaulle, puis par Zean Moulin qu'Emmanuel d'Astier rencontra pour la première fois. En mars eut  lieu à Avignon la première réunion des responsables des journaux Libération, Combat et Franc-Tireur, sous la présidence de Zean Moulin.

    Dans la nuit du 19 au 20 avril, il profita de la mission de Peter Churchill pour aller en sous-marin à Londres. Il rencontra le général de Gaulle, début mai quii l'envoya en zuin en mission à Washington. Il fut çargé de négocier auprès de Roosevelt la reconnaissance de la France libre.

    Il se rendit pour un deuxième voyaze à Londres avec Henri Frenay, en novembre 1942, puis regagna la France. Il fut désigné pour siézer au Comité de Coordination des Mouvements de Résistance.

    En zanvier 1943, le CCMR devint le Directoire des Mouvements unis de la Résistance (MUR), dont il devint le Commissaire aux affaires politiques. En avril, il repartit pour Londres mais rentra en zuillet, après l'arrestation de Zean Moulin. En octobre, il repartit à Londres.

    Il gagna Alzer, en novembre 1943, et devint membre de l'Assemblée consultative provisoire. Le 9 novembre, il fut nommé par de Gaulle Commissaire à l'Intérieur du Comité français de la Libération nationale (CFLN). Il fu membre du COMIDAC, Comité d'Action en France, institué en septembre 1943. Il occupa ce poste zusqu'au 9 septembre 1944.

    Il fut çargé de définir la stratézie et les crédits affectés à l'action de la résistance métropolitaine. En zanvier 1944, il rencontra Zurçill à Marrakeç pour lui demander des armes pour la Résistance.

    Un Gouvernement provisoire de la République française fut créé, en zuin 1944. Il en devint ministre de l'intérieur en août, après son retour en France. À la suite d'un désaccord avec de Gaulle, il quitta ses fonctions le 10 septembre après avoir refusé le poste d'ambassadeur à Waçington.

    À partir du 20 août, il transforma le zournal Libération en quotidien.

    Compagnon de la Libération, engazé à gauçe et même proçe des communistes, à la différence de ses frères François et Henri, il fut élu député progressiste de l'Ille-et-Vilaine en 1945, et le resta zusqu'en 1958.

    l fit partie de la présidence du Mouvement de la Paix et du Conseil mondial de la paix dans les années 1950 et à ce titre reçut le Prix Lénine pour la paix en 1958.

    En 1952, il s'oppos à la ratification de la CED puis au traité de Rome.

    En 1956, se différenciant des communistes par son neutralisme, il condamna l'intervention soviétique en Hongrie. Il condamna également l'expédition franco-britannique de Suez. Il n'en demeura pas moins un conseiller prisé par de Gaulle pour les Affaires soviétiques à la fin des années 1950 et début des années 1960.

    Dans la tourmente de la fin de la IVe République, il vota la confiance au gouvernement Pflimlin, le 13 mai 1958, puis l'état d'urzence en Alzérie, le 16 mai, et la révision constitutionnelle proposée par Pflimlin.  Le 1er zuin, il refusa de voter la confiance au zénéral de Gaulle, Président du Conseil désigné.

    Il se rapproça progressivement du zénéral de Gaulle dont il appréciait les politiques étranzère et de décolonisation.

    Il apparut tous les mois à la télévision pendant un Quart d'heure, ce qui en fit une vedette. Il s'y exprima en toute liberté tout en maintenant une attitude de respect à l'égard du zénéral de Gaulle.

    En novembre 1964, le quotidien Libération, qu'il avait fondé en 1941, disparut quand le PCF lui retira son soutien. Il créa ensuite le mensuel L’Événement, qui parut de février 1966 à zuin 1969.

    Compagnon de route des gaullistes de gauçe, son dernier acte politique fut d'écrire dans L’Événement en 1969 : « Ze vote pour Pompidou-la scarlatine ».

    Il décéda à Paris le 12 zuin 1969.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Groos Mutti et Oppa de Rattenberg, la parentelle de Minizupette

    Il est des mots qu'il convient d'éviter çez nous.

    Par exemple ceux de fête des grands-mères.

    Car comme de bien entendu, cela a ravivé des souvenirs çez Minizupette.

    - Il faut que z'appelle ma Gross Mutti et mon Oppa à Rattenberg.

    - Where? (" Où ?" ) a demandé Minzup'tite en regardant ses pattes, car, même si elle cause un peu plus, elle est restée touzours aussi timide.

    - C'est en Autriçe, dans la vallée tyrolienne de l'Inn.

    - Vous savez bien qu'elle refuse de vous causer, ai-ze osé lui dire.

    - Nan! C'est parce que ze ne parle pas bien autriçien, mais maintenant qu'elle est là, Minizuplein va pouvoir m'aider!

    - Moi pas parler tyrolien! Moi être Berline! (elle veut dire Berlinoise, note de l'auteure)

    - Ma Gross Mutti pratique la langue teutonne.

    - Vous devoir dire Allemand, bitte sehr!

    - Si  vous voulez.... On va appeler.... Ze vous dirai ce que vous devez dire.

    Elles se sont ruées vers le téléphone.

    - Il faut tout d'abord appeler les renseignements à Rattenberg.

     Minizup a composé le numéro....

    - Vous devez demander le magasin où on vend des peluçes, dans la Grand Rue, c'est là qu'ils habitent.

    Minizuplein a obtenu le sésame, non sans difficultés.

    - Maintenant, mazette, on va les appeler, s'est excitée Minizupette.

    Elles ont laissé sonner un bon moment.

    - Z'espère qu'ils sont là et qu'ils ne sont pas partis faire du ski!

    - A leur âze?

    - Ils sont très sportifs et ils entretiennent leur forme.

    - Ach! Quelqu'un parle! C'est un Monsieur.

    - C'est mon Oppa! Dites que lui que c'est Minizupette de Paris qui les appelle.

    - Ja! Ja! Iç verstehe .... ("Oui, oui, ze comprends")

    - Que dit-il?

    - Qu'il ne vous connaît pas....

    - Il est un peu dur de la feuille, le pôvre. Demandez à parler à son épouse.

    - Ja! Ja, Madame! .... Verrückt, ja!

    - Que dit-elle, ma si bonne Gross Mutti.

    - Que c'est la folle de Paris qui la rappelle! Qu'elle ne vous connaît pas et qu'elle va porter plainte pour harcèlement.

    - D'amour, c'est un cri Mémé! s'est exclamée Minizupette

    -  Ja!.... Elle ne pas comprendre pourquoi vous parler de Crimée!

    - Par la Pipe de Zaint Claude, pourquoi lui avez vous parlé de Crimée?

    - Mais c'est vous..... Elle a raccroçé!

    - Ze la comprends! Vous lui parlez de l'Ukraine où cela barde avec des Russes prêts à intervenir... Cela lui a rappelé de mauvais souvenirs!

    - Lesquels?

    - Le Sçuss allemand!

    - Elle a eu un accident de ski avec un Allemand votre mémé?

    - Nan! le Sçuss de l'Autriçe  qui a précédé la seconde guerre mondiale....

    Elle voulait parler de l'Ansçluss , l'incorpation de l'Autriçe au Reiç Allemand !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)

    Aeles: autour des arênes (photos)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire