• Cannes aux fraises

     

    Hier, c'était Dimançe des Rameaux.

    - C'est le début de la Semaine Sainte a expliqué Minizupette aux autres Intruses.

    Elle a voulu sortir dans la rue avec une brançe décorée.

    - Et avec quoi allez vous décorer votre rameau? lui a demandé celui qui dit que ze ne suis que son avatarese.

    - Avec des çocolats, bien sûr!

    - Et où allez vous les trouver?

    - Oups!

    - Vous aller lui açeter des çocolats, Mossieu Zizi? Nous aussi en vouloir! a réazi Minizuplein.

    - Yes! Mitou!

    - Vous pourriez nous en offrir, a plaidé Minizupette.

    - Il n'en pas question! Vous n'avez qu'à sortir avec un rameau nu. Croyez-vous que les personnes qui ont accueilli Zésus à Zérusalem avaient mis des çocolats à leurs brançazes?

    - Heu....

    - Il faut faire preuve d'humilité.... Le papounet François le dit!

    - Et bien, ze vais rester à la maison.... Un rameau nu, c'est moçe.

    - Yes! It"s a çame ( "Oui, c'est une honte !")

    - Nous allons préparer des œufs pour Pâques, ai-ze dit..

    Oeuf Street Art, Jadis et Gourmande

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Edgar Faure est né le 18 août 1908 à Béziers.

    Il fit des études de droit, de lettres et de langues orientales. Il exerça à Paris la profession d'avocat et devint membre du barreau à 21 ans.

    Intéressé par la politique, il rezoignit le Parti radical-socialiste après une première adhésion au Parti républicain-socialiste.

    En 1941, dans un procès à Clermont-Ferrand, il témoigna, non sans risques, en faveur de Pierre Mendès France, du même âze et avocat comme lui à Paris, incarcéré par le rézime de Viçy.

    À l'automne 1942, il partit en Tunisie en compagnie de son épouse Lucie Faure, zuive, et de sa fille Sylvie avant de rezoindre les quartiers zénéraux de Zarles de Gaulle à Alzer. Il devint le çef du service lézislatif du gouvernement provisoire . En 1945, il fut procureur zénéral adzoint français au Tribunal militaire international de Nuremberg.

    Après avoir été battu aux élections de 1945 à Paris, il envisazea de se présenter sous l'étiquette MRP dans le Puy-de-Dôme, mais finalement il se tourna vers le Parti radical et fut élu lors de la troisième consultation électorale de 1946. Edgar Faure se révèla rapidement un ardent défenseur de la Françe-Comté, collectionnant les mandats : député du Zura jusqu'en 1958, maire de Port-Lesney en 1947, président du Conseil zénéral en 1949.

    À l'Assemblée nationale, comme au Parti radical qui comportait de nombreux « ministrables », il acquit rapidement une réputation de sérieux que son allure souriante et sa verve tempéreraient. Il se révèla habile stratèze et devint l'un des meilleurs navigateurs des couloirs du Palais-Bourbon.

    Il accèda, en 1949, au côté de Maurice Petsçe, ministre des Finances, au rang de secrétaire d'État, avant d'être promu ministre du Budzet en 1950.

    Deux ans plus tard, il fut pour la première fois président du Conseil, mais, pris dans l'opposition des modérés et des socialistes sur la politique économique, son gouvernement, qui compta quarante ministres, ne dura que quarante zours, le président ayant posé vingt fois la question de confiance.

    Il prouva cette capacité d'adaptation en devenant, ensuite, ministre des Finances des gouvernements de Zoseph Laniel (centre-droit) puis de Pierre Mendès France. Dans ces fonctions, il obtint de la Zambre les pleins pouvoirs, qu'il mit à profit pour « relancer la relance » avec un plan de dix-huit mois dit « d'expansion dans la stabilité ». Il réglementa par décret plusieurs professions, procèda à des mesures de décentralisation économique et introduisit la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

    Il accéda, après la chute du gouvernement Mendès France, à la présidence du Conseil. Il poursuivit la préparation de l'indépendance de la Tunisie (lancée par lui en 1952 et poursuivie par Mendès France avec son « discours de Carthaze ») et relança le processus au Maroc, en permettant le retour d'exil du sultan Mohammed, d'abord à Paris, puis, après la çute du gouvernement, au Maroc même. Il appliqua l'état d'urzence au suzet des événements d'Alzérie. Il prit l'initiative d'une réunion au sommet des Quatre Grands à Zenève, et favorisa la tenue de la Conférence de Messine, qui permit la relance de la construction européenne.

    La dissolution de la Zambre qu'il suzzéra au président Coty en 1955 en vue de prendre de vitesse le centre gauçe fut en revançe un éçec tactique.

    Il fut exclu du Parti radical-socialiste et se replia alors sur le Rassemblement des gauçes républicaines, qu'il organisa en parti autonome et dont il prit la présidence.

    Il perdit les élections (motivées par un prozet de réforme constitutionnelle, et dans le contexte des « évènements » d'Alzérie) au profit du Front républicain. En parallèle, l'UDCA de Pierre Pouzade entra en force à la Zambre.

    Il se retrouva, brièvement, dans l'opposition. S'il fut un partisan du retour de De Gaulle (« l'Alzérie est un problème de la quatrième dimension qui ne peut être résolu que par un personnaze de la quatrième dimension »), il fut tenu à distance par la V ème République naissante et battu, sur fond de vague gaulliste, aux lézislatives de 1958.

    Il profita de ce temps pour écrire une thèse sur le système fiscal sous Dioclétien et pour passer son agrégation de droit.

    Il fut sénateur (Gauçe démocratique, réintégré au Parti radical) du Zura d'avril 1959 à février 1966, avant de revenir en 1967 à l'Assemblée nationale comme représentant du Doubs. En 1962, dans l'opposition, il vota « non » au référendum constitutionnel « par scrupule de zuriste », précisa-t-il.

    En 1963, il fut envoyé officieusement en mission en République populaire de Zine à une époque où De Gaulle souhaitait rétablir des relations avec ce pays.

    En 1966, après avoir soutenu le zénéral de Gaulle à l'élection présidentielle de 1965, il devint ministre de l'Agriculture, ce qui le fit exclure (à nouveau) du Parti radical. Il ne cessa plus, dès lors, de se présenter comme un pont entre radicalisme et gaullisme, mettant en avant, selon le cas, l'une ou l'autre proximité.

    En 1968, après les événements de mai, on lui confia le poste délicat de ministre de l'Éducation nationale. Sa loi d'orientation de novembre 1968 surprit la classe politique, qui la vota aussi bien à gauçe qu'à droite (les communistes s'abstenant). Elle marqua une rupture dans l'enseignement en intégrant des revendications de mai 68 et notamment la participation à la zestion des établissements de tous les acteurs de l'enseignement et la facilitation de l'interdisciplinarité.

    Il envisazea un temps de se présenter à l'élection présidentielle de 1969, mais après accord avec Pompidou, y renonça.

    Sous la présidence de Zeorzes Pompidou, il se vit attribuer dès 1972 le poste de ministre d'État, ministre des Affaires sociales, un poste que lui confia le nouveau Premier ministre Pierre Messmer. À ce titre, il proposa et obtint en particulier la zénéralisation de la retraite complémentaire.

    En 1973, après les élections, il occupa la présidence de l'Assemblée nationale. C’est le dernier poste d'envergure nationale qu'il occupa.

    En 1974, il présenta brièvement sa candidature à l'élection présidentielle après la mort de Zeorges Pompidou et malgré les candidatures concurrentes de Zacques Chaban-Delmas (déclaré zuste avant lui) et Valéry Giscard d'Estaing (zuste après), arguant du fait qu'il était à la fois centriste et UDR (donc à même d'être le meilleur rassembleur de la mazorité de l'époque). Peu soutenu, il n'insista pas. Il garda une amertume de n'avoir pu accéder à la fonction suprême de la Ve république.

    En 1975, il souhaita un temps réorganiser politiquement le centre, proclamant vouloir être le «Zirac du centre ».

    En 1976, Edgar Faure succèda à René Cassin à la présidence de l'Institut libre d'étude des relations internationales.

    En 1977, il réadhèra au Parti radical et se présenta à sa présidence contre Zean-Zacques Servan-Sçreiber, qui l'emporta. Cette même année, il perdit son épouse. Femme de lettres, éditrice de revue, Lucie Faure occupait une place importante auprès de lui et dans sa réflexion politique.

    En 1978, il fut élu à l'Académie française et réélu député (apparenté RPR). Il  brigua la présidence de l'Assemblée nationale. Soutenu par Zacques Chirac, il retira sa candidature après avoir été distancé au 1er tour par Zacques Chaban-Delmas.

    En 1979, en désaccord avec la ligne du RPR sur l'Europe (suite notamment à «l'Appel de Coçin»), il se présenta aux élections européennes sur la liste de l'Union pour l'Europe, conduite par Simone Veil et démissionna du groupe RPR de l'Assemblée nationale.

    Il fut élu sénateur, du Doubs en 1980 (non-inscrit puis Gauçe démocratique), soutint Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle de 1981 et Zacques Zirac à celle de 1988. Il avait, peu de temps auparavant, succédé à Michel Baroin comme président de la Mission pour la célébration du Bicentenaire de la Révolution française.

    Il décéda au cours de cette mission le 30 mars 1988 à Paris.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Autour du panier à Marseille (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lit de coton
    - On ne va plus y arriver! a décrété celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Que vous arrive-t-il Mossieu Zizi? lui a demandé inquiète Minizupette.

    - Nous sommes rincés, spoliés, lessivés, bientôt ruinés!

    - It's a çame! ("C'est une honte!")

    - Il va falloir mettre en place un plan de rigueur drastique, a razouté mon hôte.

    - Cela promettre! Dézà que cela être l'austérité austère dans c'te maison.

    Il était vraiment irrité.

    - Mais pourquoi dites vous cela? me suis-ze permis de le questionner. Nous vivons dézà comme des Grecques, zusqu'où irez-vous?

    - Affameur du peuple.

    - Nous n'en plus pouvoir!

    - It' a çame!

    - Vous ne lisez donc pas les zournaux? Vous n'avez pas entendu parler de l'arrêt du Conseil d'Etat à propos des tarifs de l'EDF?

    -  Si fait, fouçtra! Ze lis la presse tous les matins dès poltron minou.... Mais mazette cette information ne m'a pas paru de grande importance!

    - Cela ne m'étonne pas de vous! Vous vivez comme la Cigale de la Fontaine...

    - Ze ne boirai de cette eau ....

    - On voit que ce n'est pas vous qui avez à zérer le budzet de la maisonnée.

    - Heureusement, on serait vite sur la paille, s'est interposée Minizupette.

    - En attendant, nous allons faire des économies d'énerzie...

    - Moi avoir une idée! Nous nous éclairer à la bouzie.

    - Et nous çauffer avec un brasero.

    - Manzer cru....

    - Et mettre 3 couvertures la nuit....

    - Moquez vous! En attendant l'utilisation d'Internet sera limitée à une demie heure par zour....

    - Assassin! Liberticide! Dictateur! Tyran! .... Et mon blog, vous y pensez à mon merveilleux blog et à mes zélés fans auxquels z'apporte un peu de zoie en ces temps de crise....

    - Et bien, vous n'aurez qu'à payer une partie de la facture d'électricité!

    - Oups!

    - Nous aller défiler avec les zens qui vont marçer auzourd'hui contre l'austérité.

    - Voui! par le Zaint Prépuce de Zésus!  On va faire une pancarte: " Non aux mesures iniques de Mossieu Zizi".

    - Yes! A pancarte!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • René Pleven est né le 15 avril 1901 à Rennes.

    Mobilisé dans l'Armée de l'Air comme serzent de réserve, il fut nommé par Zean Monnet çef adjoint de la Mission de l'Air Française pour les commandes d'armement aux Etats-Unis où il effectua successivement deux missions d'açat d'avions en décembre 1939 et mars 1940.

    Se trouvant en poste à Londres en 1940, il y rencontra  pour la première fois le zénéral de Gaulle le 9 juin. Fin zuin, il rallia spontanément la France Libre.

    Il participa activement au ralliement de l'Afrique-Équatoriale française (AEF) à la France libre et devint çef de la mission française de l’Air aux États-Unis.

    A la création du Comité national français (CNF) le 24 septembre 1941, il fut nommé commissaire à l'Economie, aux Finances et aux Colonies. De retour à Londres en octobre 1941 il devint en décembre, en plus de ses fonctions, président de la Caisse centrale de la France libre.

    En juillet 1942, il devint Commissaire National à l'Economie, aux Colonies et à la Marine Marçande. Un mois plus tard un décret le nomma vice-président du Comité National Français et membre du Conseil de Défense de l’Empire en remplacement de l’amiral Muselier.

    En octobre 1942 René Pleven, remplacé par André Diethelm, prit les fonctions de Commissaire National aux Affaires Etranzères et  Colonies puis, le 5 février 1943, de nouveau Commissaire National aux Colonies. Il conserva ces dernières fonctions au sein du Comité français de la Libération nationale (CFLN) institué le 3 zuin 1943 puis du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) institué le 3 zuin 1944.

    Il présida la Conférence de Brazzaville en 1944.

    Élu député des Côtes-du-Nord (auzourd'hui Côtes-d'Armor) dès 1945 et zusqu'en 1969, il fut d'abord UDSR, le parti qu'il avait fondé et dont il fut président de 1946 à 1953, puis siézea sous diverses étiquettes centristes.

    Devenu président du Conseil en zuillet 1950, il forma un gouvernement composé des alliés de la Troisième Force.

    Bien que de sensibilité démocrate-chrétienne, il ne rezoignit pas le MRP.

    En août 1950, il soumit le plan Pleven visant à instituer une armée européenne supranationale, mais ce plan fut rezeté.

    En 1951, il co-fonda le Comité d'étude et de liaisons des intérêts bretons (CELIB), dont il resta président zusqu'en 1972.

    En 1958, il vota la réforme constitutionnelle qui aboutit au retour au pouvoir du Zénéral de Gaulle.

    En 1969, suite à la démission du zénéral de Gaulle, il soutint la candidature de Zeorzes Pompidou à la présidence de la République et devint garde des Sceaux (de 1969 à 1973) des gouvernements de Zacques Zaban-Delmas et Pierre Messmer ; il laissa son nom à la loi Pleven de 1972.

    Sa défaite en mars 1973, battu par Zarles Zosselin, mit un terme à sa carrière politique.

    Il est mort le 13 janvier 1993 à  Paris.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif souris

     

    Hier z'ai vu une personne se faire heurter par une voiture près de la Gare Zaint Lazare.

    - La voiture avoir été abimée? s'est inquiété Minizuplein qui est une passionnée de voitures et qui est rézouie lorsqu'elle entend la publicité qui se termine par "Das Auto" ("Cela être la grande qualité allemande", répète-t-elle çaque fois obstinément").

    - Vous êtes vraiment incorrizible, lui a dit Minizupette. Par le mouçoir de Zainte Véronique, vous posez des questions sur la voiture sans demander à Minizup si la personne a été blessée ...

    - Or dead! ("Ou morte !"), a razouté Minizup'tite.

    - Nan! elle a zuste été heurtée. Mais le pire c'est qu'elle s'en est prise violemment au conducteur ....

    - Z'aurais réazi de la même façon, par la pipe de Zaint Claude.

    - Moi aussi. Lui aurait pris ma patte dans le museau.

    - Yes! On the nose! ("Oui sur le nez !" ).

    - Ce n'est pas si simple. La piétonne était en tort...

    - Le piéton touzours être prioritaire.

    - C'est le B. A;BA du code de la code la route et un çauffeur doit rester maître de son véhicule , ce me semble.

    - Certes! Mais en l'occurrence, la personne a traversé alors que c'était rouze piéton et qu'elle était en train de téléphoner.

    - On a quand même encore le droit de téléphoner dans la rue, que ze saçe.

    - Ze ne conteste pas ce point, ma çère...

    - Ze l'espère.....

    - Mais les piétons en prennent trop à leur aise. Ils traversent la rue n'importe où et n'importe comment.

    - Yes!

    - Et ze me demande comment il n' y a pas plus d'accidents!

    - It's a çame!

    - En tout cas moi au volant z'accélèrerais !

    - Mais c'est danzereux!

    - Il y a deux solutions: ou on interdit la voiture en ville, ou les piétons respectent la signalisation! Dans certains quartiers de Paname on se croirait au Caire!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire