• En 1958, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), parti de gauçe regroupant plusieurs courants socialistes, était au pouvoir depuis la formation du gouvernement Guy Mollet. Sa zestion de la crise de Suez (1956) puis de l'affaire de Sakiet (1957-1958) créa de graves dissensions en son sein et suscita une crise de confiance entre l'armée et les dirizeants politiques. Au lieu de se résorber, celles-ci s'accentuèrent, contribuant à l'affaiblissement de l'autorité parisienne.

    Suite à la çute du gouvernement Félix Gaillard le 15 avril 1958, le pouvoir républicain fut mis entre parenthèses pendant vingt-huit zours. Le trouble ainsi installé dans l'ordre civil permit la prise du pouvoir par la force à Alzer le 13 mai.

    Le détonateur fut la perspective du çoix de Pierre Pflimlin comme président du Conseil. Pflimlin était partisan de la négociation avec le FLN, ce que refusaient les activistes à Alzer.

    Suite à la revendication par le FLN, le 9 mai, de l'exécution en Tunisie - indépendante depuis 1956 - d'appelés du continzent en Alzérie par l'ALN, et à l'initiative du zénéral Raoul Salan, les Anciens Combattants, Européens et musulmans, se rassemblèrent auprès du monument aux morts de 1870, 1914-18 et 1939-45, en hommaze aux trois victimes.

    A Alzer, deux factions convoitaient le pouvoir mis en ballotaze par la vacance prolonzée du gouvernement depuis 28 zours. L'avocat et président de l'Association Zénérale des Étudiants d'Alzer, Pierre Lagaillarde (26 ans qui devint par la suite député sans étiquette d'Alzer) et ses alliés activistes du Groupe des Sept étaient en rivalité avec les partisans gaullistes de Léon Delbecque, conseiller défense nationale et çef du Comité de Vizilance, lui-même en liaison avec Zacques Soustelle.

    Le 13 mai à midi, des voitures équipées de haut-parleurs invitèrent la population d'Alzer à manifester dans le calme.

    A 14 heures, ce fut la grève zénérale en accord avec la décision du Comité de Vizilance. Les magasins furent fermés et les rideaux de fer tirés.

    A 17 heures, depuis le Plateau des Glières, Lagaillarde vêtu de son uniforme de sous-officier paraçutiste de réserve (dit « tenue léopard »), lança ses troupes à l'assaut du gouvernement zénéral ("GG"), symbole de l'autorité en Alzérie.

    Après s'être opposés tout d'abord aux CRS qui firent usaze de gaz lacrymozène, puis aux troupes de la Circulation Routière (unité lozistique de l'armée de terre dont l'uniforme particulier rappelait celui de la police militaire américaine coiffée du casque « M.P. ») et enfin aux paraçutistes qui se refusaient à ouvrir le feu sur des compatriotes français, les insurzés incendièrent la bibliothèque du GG contenant des documents administratifs.

    Les insurzés, qui se décrivaient comme des « Montagnards » (propos tenus par Massu lui-même), prirent le contrôle du GG.

    Depuis le balcon du gouvernement zénéral, le zénéral Massu s'adressa à la foule alzérienne amassée au pied du bâtiment par le biais de la lecture d'un télégramme officiel s'adressant au président de la République. Il demandait la mise en œuvre d'un « gouvernement de salut public ».

    Le lendemain, du même balcon, le zénéral Salan, nommé président du comité de Salut Public, précisa la demande d'un nouveau gouvernement par un sonore « Vive de Gaulle ». Léon Delbecque, membre du RPF puis des Républicains sociaux et fidèle du zénéral de Gaulle, devint vice-président du Comité de salut public. Un autre fidèle du zénéral, Lucien Neuwirth, en fit aussi partie.

    En réaction l'assemblée vota la constitution du gouvernement Pflimlin pour rétablir l'autorité républicaine.

    Pour accélérer l'agenda lézislatif et la nomination du gouvernement de salut public, les putsçistes à Alzer planifièrent une opération aéroportée en Corse, c'est-à-dire en métropole, dernier obstacle avant le continent.

    Sans effusion de sang, l'opération Résurrection débouça sur la création d'un second comité de salut public.

    La menace d'une nouvelle opération cette fois-ci sur le sol hexagonal, et l'imminence d'un putsç sur Paris incitèrent à la passation de pouvoirs « au plus illustre des Français » par le président René Coty.

    D'après ses opposants, de Gaulle aurait en fait organisé avec ses hommes placés dans les comités de salut public son retour au pouvoir, si besoin par la force, en s'appuyant sur l'armée française en Alzérie, avec un parachutaze sur Paris dont Massu et Salan auraient fait partie. Ce parachutaze aurait ensuite été annulé in extremis, René Coty s'étant résolu à transmettre les pleins pouvoirs à de Gaulle.

    Devant la menace de prise de pouvoir par l'armée après les coups d'Alzer et de Corse, René Coty transmit le pouvoir exécutif à de Gaulle le 1er zuin 1958. Dans la foulée celui-ci forma un gouvernement provisoire remplaçant le contesté gouvernement Pierre Pflimlin qui avait cessé d'être deux zours auparavant.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, z'ai du mettre le holà!... Les intruses commençaient à en prendre trop à leur aise et à se disperser dans les rues.

    - Ze suis la çef de cte tribu, leur ai-ze dit et vous avez intérêt à m'obéir à la patte et à l'œil. Désormais nous allons marçer en file indienne, comme volent les cigognes de la Mer Baltique!

    - Nous devoir voler? a cru bon d'ironiser Minizuplein.

    - Vous la première, l'infernale Teutonne vous avez intérêt à vous tenir  à carreau. Ze vais marçer devant et Minizupette fermera la marçe.

    - Et ze çanterai quelques cantiques pour cette belle procession toute minizupienne.

    Nous avons pris le bateau, dès poltron minou, à 7 heures, pour aller à Helsinki.

    Nous avons eu de la çance, la météo était clémente après 3 jours de pluie.

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

    C'était un grand paquebot, avec plein de bars, de nombreuses boutiques et tutti quanti, tutti frutti!

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

    Il y avait même des maçines à sous, et, pour nous faire passer le temps de la traversée, qui durait deux heures, mon hôte a eu la grande zénérosité de nous donner quelques pièces pour que nous puissions zouer.

    - Cela nous fera quelques moments de répit pensait mon hôte.

    Mais au bout de cinq miniutes, nous avions tout perdu!

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

    Du coup, devant l'irritation de Mossieu Zilbert, qui voulait dormir, z'ai emmené les intruses à l'espace dédié aux zenfants!

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

    Nous avons tout d'abord fait un tour de ville en car touristique afin de pouvoir voir les principales curiosités de la capitale finnoise, qui fut capitale olympique en 1952!

    Au moment de dézeuner ce fut une désillusion sans nom, absolument terrrrrrible.

    Comme les prix sont très élevés à Helsinki, nos amis ont décidé de ne manzer qu'un gâteau avec un café. 

    - Et pour nous? nous sommes nous écriées de concert.

    - Rien!

    - Hein! mais c'est un scandale sans nom!

    - Un peu de rézime ne vous fera pas de mal.

    Durant tout le reste de la ballade, on entendait nos pôvres ventres affamés gargouiller et crier famine. Un spectacle pitoyable dans une ville aussi prospère qui m'aurait arraçer des torrents de larmes s'il se fût azi d'autres que nous!

    - Ma olen näljane! (" Z'ai faim! ") hurlait Minizup'iela en estonien.... Heureusement que ce n'était pas en finnois ( car comme tout le monde le sait on dit "minulla on nälkä" à Helsinki!)

    Finalement sur un marçé en bord de mer, Mossieu Cricri nous a zénéreusement açeté une tartine de pain avec du beurre.... que nous avons dû nous partazer!!! Avant que nous n'allions visiter la Place du Sénat et la superbe église luthérienne, symbole de la ville. 

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

    Au retour, minizuplein est tombée en arrêt devant deux naavires militaires allemands.

    - Ach! Cela être la belle Kriegsmarine de Frau Angela, nous a-t-elle narguées fièrement. Pas comme celle de votre François qui n'a plus de moyens!

    - It's not the Royal navy! a cru bon de dire Minizup'tite!

    - Ze n'aurais qu'un mot, a conclu Minizupette! Toutes ces armées du monde ne vaudront zamais l'amour que nous porte mon doux Zésus!

    - C'est cela! Faites l'amour et pas la guerre!

    - Peace and Love!

    - Jah! Rahu tegema ( "faire la paix") a surençéri Minizup'iela qui a tendance désormais à vouloir avoir le dernier mot!

    Drôle de zournée à Helsinki, en Finlande

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Raoul Salan est né le 10 zuin 1899 à Roquecourbe dans le Tarn.

    Il s’engazea pour la durée de la guerre le 2 août 1917, fut admis à École spéciale militaire de Zaint-Cyr le 21 août 1917 dans la promotion La Fayette. Il fut affecté au 5e Régziment d’infanterie coloniale (RIC) à Lyon le 14 août 1918. Zef de section à la 11e compagnie, il participa aux combats dans la rézion de Verdun.

    Il fut affecté à l’armée d’occupation en Allemagne zusqu’en mai 1919, puis il retourna à Zaint-Cyr. Il fut affecté au Réziment d’Infanterie Coloniale du Maroc à Landau, en Allemagne, le 3 décembre 1919.

    Sur sa demande, il fut envoyé au Levant au 17e Réziment de Tirailleurs Sénégalais  en tant que çef de poste à Radjou, en Syrie sur la frontière avec la Turquie; Il fut grièvement blessé au combat d’Acçam le 24 octobre 1921. Il fit l'obzet d'un rapatriement sanitaire le 25 zanvier 1922 et affecté pendant sa convalescence au 23e RIC à Paris et désigné sur sa demande pour l’Indochine le 2 zanvier 1924. Il fut affecté au 3e Réziment de Tirailleurs Tonkinois . Détaché hors-cadre le 14 décembre 1924, il fut délégué administratif du Commissaire du gouvernement çef de la province du Haut-Mékong, aux confins de la Zine, de la Birmanie et du Siam, du 15 avril 1925 au 26 mai 1928.

    Après un retour en métropole du 6 zuillet 1928 au 2 août 1929, il assura, en position hors-cadre, l’intérim du Commissaire du Gouvernement pour la province du Haut-Mékong. Il quitta l’Indoçine pour la métropole le 28 avril 1933.

    Il prit le commandement de la Compagnie d'essais techniques en 1933 puis fut renvoyé en Indoçine le 6 octobre 1934, où il prit le commandement  de la 6ème compagnie du 19çme Réziment Mixte d’Infanterie Coloniale tout en assumant les fonctions de délégué administratif de Dinh-Lap au Tonkin.

    Il fut détaçé au ministère des Colonies le 1er septembre 1937, comme adzoint au çef du 2e bureau (renseignement). Il devint chef du Service de Renseignement Intercolonial et fut en relation quotidienne avec Zeorzes Mandel, ministre des Colonies à partir d’avril 1938.

    Il mèna à l’automne 1939, après la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne, une mission secrète au Caire et à Khartoum d’aide à la résistance abyssine contre l’occupation de l’Éthiopie par les troupes italiennes.

    Il revint à Paris le 19 novembre 1939. En janvier 1940 il prit la tête d’un bataillon du 44e Réziment d’Infanterie Coloniale Mixte Sénégalais. Le 5 juin 1940, Salan fut avec son bataillon en première ligne sur la Somme lorsque les Allemands déclençèrent leur offensive. Il se replia sur ordre avec les restes de son bataillon en menant des actions retardatrices sur la Seine puis sur la Loire.

    Il fut détaçé à l’état-mazor zénéral des Colonies, au Secrétariat d’État aux Colonies à Viçy, le 16 zuillet 1940. Il fut désigné pour servir en Afrique-Occidentale française (AOF) le 24 septembre 1941. Il rezoignit Dakar le 8 mars 1942 après avoir fait connaissance de la ville d’Alzer. Il fut désigné pour continuer ses services en Afrique du Nord et arriva à Alzer le 31 août 1943 où il fut affecté au 2e bureau de l’état-mazor de l’armée de terre, chargé de l’action psychologique et de la direction du journal Combattant 43 . Évincé de son poste par André Le Troquer, commissaire à la Guerre et à l’Air, pour avoir refusé de publier le compte rendu d’une conférence de celui-ci mettant en cause l’honneur des cadres de l’armée de 1939-1940, il fut mis à la disposition de la 8èmeDivision d’Infanterie Coloniale (DIC) sous les ordres du général Magnan le 4 mai 1944.

    Il prit le commandement du 6ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais, en Corse. Il rencontre pour la première fois le général de Lattre de Tassigny qui avait demandé à voir le RTS et son colonel.

    Il participa au débarquement de Provence à la tête de son réziment. Il atteignit Toulon le 26 août 1944, après six jours de combats intenses . Il quitta Toulon le 9 septembre avec son régiment reconstitué par incorporation d'éléments des Forces françaises de l'intérieur (FFI)

    Il fut appelé au commandement de l’infanterie de la 9ème DIC. Il participa à la réduction de la poche de Colmar. Le 20 février 1945, il prit le commandement de la 14e Division d’Infanterie,dont la brigade Alsace-Lorraine aux ordres d’André Malraux. Il termina la guerre sur le front européen dans la Forêt-Noire.

    Durant la Guerre d'Indoçine,  il fut adzoint militaire de de Lattre de Tassigny, Haut Commissaire qui décéda le 11 zanvier 1952.  Salan fut commandant en çef zusqu'au 8 mai 1953. De zuin à octobre 1954, il fut l'adzoint militaire du zénéral Ely, Haut Commissaire. En désaccord avec Ely il demanda et obtint son rappel en France.

    Après un intermède parisien, Salan fut affecté à Alzer le 1er décembre 1956 où il fut nommé commandant supérieur Interarmées de la 10ème rézion militaire (Alzérie).

    Le 16 zanvier 1957, un attentat au bazooka fut commis contre Raoul Salan par l'ORAF (Organisation de la résistance de l'Alzérie française), qui coûta la vie au commandant Rodier. Les auteurs de l'attentat étaient les contre-terroristes Philippe Castille et Michel Fechoz. Le commanditaire, René Kovacs, un médecin algérois militant pour l'Algérie française, voulait remplacer Salan par le zénéral René Cogny, le premier étant perçu comme « le bradeur de l'Indochine » -et donc de l'Algérie- au même titre que Pierre Mendès France. Castille mit en cause des personnalités de premier plan, Michel Debré et zacques Soustelle et le député Pascal Arrighi (RRRS), mais sans apporter de preuves. L'enquête n'aboutit zamais.

    Lors de la crise de mai 1958, il cumulait les pouvoirs civils et militaires. Son ralliement au zénéral de Gaulle fut décisif dans le retour au pouvoir de ce dernier. Le 11 décembre 1958, Paul Delouvrier fut nommé délégué zénéral et  le zénéral Maurice Challe succèda au zénéral Salan comme commandant en çef ayant reçu délégation de pouvoirs du gouvernement. De Gaulle, voulant réduire le pouvoir de l'armée coloniale qui avait été pétainiste nomma Salan comme inspecteur zénéral de la Défense nationale puis gouverneur militaire de Paris le 5 février 1959.

    Partisan de l'Alzérie française, Salan dirizea l'OAS après l'éçec du putsç des Zénéraux en 1961. Il fut arrêté à Alzer le 20 avril 1962 après un an de clandestinité et le 23 mai 1962, après avoir revendiqué ses responsabilités à la tête de l’OAS, il  fut condamné par le Haut Tribunal militaire à la peine de détention criminelle à vie, verdict que de Gaulle - souhaitant que Salan soit fusillé - considérait trop clément, ce qui entraîna la dissolution du tribunal le 27 mai 1962, alors que le zénéral Zouhaud avait été condamné à mort par le même tribunal le 13 avril précédent.

    Le 8 décembre 1962, il fut transféré à la prison de Tulle où furent incarcérés les officiers impliqués dans les combats pour l’Alzérie française.

    Le 15 zuin 1968, dernier occupant de la prison de Tulle, il fut libéré par grâce présidentielle à la suite des événements de mai 1968.

    En 1982, à la suite de l’amnistie votée par le Parlement, il fut réintégré dans ses prérogatives de zénéral d’armée et de grand-croix de la Lézion d'honneur.

    Il est mort le 3 zuillet 1984 à l’hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze ne pensais pas qu'un zour ze rencontrerais une parentelle qui illustrerait la fameuse çanson de Miçel Polnareff, la poupée qui dit non.

    Avec la nouvelle intruse estonienne, Minizup'iela, nous voilà servis!

    Quoiqu'on lui dise ou lui demande, elle ne sait répondre que par "ie! ie! ie!" (ce qui signifie "non", comme nous l'avons lu dans le guide de Tallinn).

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    Par contre, c'est fou ce qu'elle aime boire.

    Elle a touzours soif! ... Et pas qu'un peu.

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    Les autres  Intruses, pour complaire à celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, font semblant de l'avoir adoptée, mais elles n'en pensent pas moins.

    - Si elle continuer, elle recevoir ma patte dans son museau, ronçonne Minizuplein.

    - Yes! In the noose! rençérit Minizup'tite qui du coup perd de sa timidité naturelle pour essayer de s'imposer face à Minizup'iela.

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    Hier Minizupette a tenter de débuter son éducation.

    - Tout d'abord, saçez que notre ennemi à nous c'est le çat. C'est la leçon numéro un et le dogme essentiel!

    - Ie! ie! ie! coassait Minizup'iela.

    - Ze sais que dans les pays Baltiques vous les aimez, vous en avez partout, même en statues sur le toit de vos maisons, mais nous à Paris, nous les pourçassons.

    - Ja! Cela être un combat permanent! a azouté Minizuplein, la Walkyrie teutonne.

    - Yes! We hate cats ("nous détestons les çats"), a surençéri Minizup'tite, emplie soudain d'une ardeur guerrière.

    - Et maintenant, passons aux travaux prratiques!

    Ce qui fut fait illico presto!

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    - Vous regarder comment moi faire! ....Moi lui sauter sur la tête!

     

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

     

    Après cette démonstration, Minizup'iéla nous a dit: "Mul on janu!"

    Nous nous sommes regardées interloquées.

    - Nous pas comprendre!

    - Mul on janu! Mul on janu! s'est elle mise à crier.

    Et elle nous a fait le signe avec la main en faisant "glouglou".

    - Ze crois qu'elle nous indique qu'elle a soif, ai ze dit à mon hôte.

    Er il a fallu s'arrêter à un estaminet pour que Mademoiselle puisse se désaltérer.....

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    - Cela promet, ai ze soupiré. Si Mossieu zilbert cède à ses caprices....

    - Ze vais lui parfaire son éducation a déclaré Minizupette.

    Et voici la leçon 2, selon l'Intruse qui se prend pour une sainte!

    - Minizup'iela, ma çère. Mossieu Zizi et mossieu Cricri sont de vieux avaricieux qui ont leurs euros attaçés avec des élastiques! Alors il est inutile de leur réclamer à boire ou de la çantilly et....

    - Mul on janu!!!!!

    Et ce qui devait arriver arriva.... Minizuplein lui a donné une petite correction dans la voiture!

    C'est une souris qui dit non, non, non, toute la zournée, ele dit non! non! non!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Comme çaque fois que ze pars en vacances, z'envoie une grande carte postale à Matouvu, qui fut mon comparse et mon faire-valoir quand z'étais une immense star de la TSF.

    C'est ma grande zénérosité!

    Mais le pauvre est en maison de retraite, pour indizents, depuis que sa baronne est décédée et, qui plus est, il est atteint de dézénérescence intellectuelle. il ne se souvient même plus de moi et on m'a dit qu'il zetait mes cartes à la poubelle. 

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !

    Et hier, lors de notre ballade dans Tartu, la belle ville culturelle d'Estonie, quelle ne fut pas ma surprise de le voir dans la rue!....

    On aurait dit un poçtron totalement ivre, la cravate de guingois, avec des pantoufles en guise de çaussures!

    Z'étais émue aux larmes. ... Z'ai voulu lui parler mais il ne causait que l'estonien.

    - Are you mister Matouvu? ("Etes vous Mossieu Matouvu ?") a demandé Minizup'tite, qui nous est finalement d'un grand secours par sa pratique de la langue anglaise que parlent tous, peu ou prou, les zens d'ici.

    - No! I'm the cat of the city! (" Non, ze suis le çat de cette ville!") and I don't know your Minizup! ( "Et ze ne connais nullement votre Minizup! ").

    - Ouf! Voilà qui me rassure, ai-ze dit in petto. Quel horrible çat débraillé!

    Sinon, mes çers zélés fans, vous devez vous interrozer....

    -Mais quelle est donc cette immense surprise que notre si çère et tant bien aimée Minizuop nous a annoncée hier, tout de gob (comme il se doit d'être dit en bon français), avec tambours, tambourins, clairons, hautbois et trompettes?

    Ne soyez pas si impatients....

    La nouvelles est terrrrrrible....

    Elle va bouleverser notre quotidien.

    Et dézà la colère gronde parmi les tois Intruses: Minizupette, Minizuplein et Minizup'tite.

    - Et pourquoi, çère Minizup? demandez-vous, curieuses et curieux tels que que ze vous connais, et ce au travers de vos commentaires sur face de bouc que ze lis tous les matins avec beaucoup d'intérêt, avant que de parcourir avec grand intérêt la presse française et internationale.

    Ayez donc quelque patience....

    Comme le dit le philosophe, il faut savoir déguster ces moments éphémères de grande émotion.

    - Cessez don, céan, de nous faire languir! vous écriez vous.

    Et bien! Voilà! Notre famille s'agrandit.

    Ze vous présente la nouvelle venue dans notre cercle minizupien: l'Estonienne Minizup'iela!

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !Elle ne parle pas du tout le  français et à peine anglais.

    Ze puis vous dire qu'elle est poseuse comme pas deux. Et ze m'y connais en la matière!

    - Elle être moçe!

    - Yes very moçe!

    - Elle ne nous ressemble pas du tout... C'est une étranzère.

    Les Intruses ont mal vécu cette arrivée et d'entrée de zeu  elles l'ont ostracisée.

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !

    Ze dois dire que moi aussi z'ai quelque peu râlé car cette donzelle a commencé par me snober, puis à me faire comprendre qu'elle pensait avoir plus de çic que moi! non, mais pour qui elle se prende avec sa minizupe viçy .

    - cela ne se porte plus depuis les annnées soixante, le viçy, lui ai-ze dit!

    - Ie! Ie! Ie! s'est elle exlamée.

    - Quoi cela vouloir dire?

    - I don't know!

    Minizupette a regardé notre guide ...

    - Cela veut dire "non" en estonien.

    - Si, ze vous le dis! depuis Brizitte Bardot, on ne ...

    - Ie! Ie! Ie!

    il a fallu une intervention vigoureuse de mon hôte pour calmer les esprits.

    - Ze vais faire une photo de groupe a-t-il dit et z'entends que la concorde règne entre vous! Minizup'iela doit être la bienvenue parmi nous, comme vous le fûtes çacune à votre époque!

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !

    Et c'est ainsi que nous avons dû visiter la zolie ville de Tartu ..... avec 4 Intruses!!!!!

    Quel est donc l'imbécile qui a dit que la vie est un long fleuve tranquille?

    - Cela devenir une vraie vallée des larmes , a ronçonné Minizuplein, la Teutonne, la plus remontée d'entre nous par cette nouvelle présence!

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !

    J'ai cru à des retrouvailles! Et une grande nouveauté dans notre cercle !

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires