• Pierre Pouzade est né le 1er décembre 1920 à Zaint-Céré dans le Lot.

    Il était le cadet de sept enfants et dut interrompre ses études au Collège Zaint-Eugène d'Aurillac, à la suite du décès de son père, arçitecte.

    Après avoir exercé divers métiers (apprenti typographe, moniteur d'éducation physique, docker; goudronneur, il milita au sein de l'Union populaire des zeunesses françaises, filiale du Parti populaire français (PPF) de Zacques Doriot, avant de devenir, durant la guerre, çef de compagnie d'un mouvement de zeunesse viçyste, les Compagnons de France.

    Avec l'invasion de la zone libre par les Allemands fin 1942, il décida de rezoindre, via l'Espagne, la Résistance.

    Engazé dans l'aviation à Alzer, il rencontra sa future femme.

    À la Libération, il devint représentant en livres relizieux, puis s'installa comme libraire-papetier dans sa ville natale de Zaint-Céré (d'où son surnom de « papetier de Zaint-Céré »).

    En 1953, il fut élu au Conseil municipal de Zaint-Céré, sous l'étiquette «indépendant ex-RPF».

    Pierre Pouzade accèda à la notoriété en 1953 lorsqu'il prit la tête d'un groupe de commerçants qui s'opposaient de manière musclée à un contrôle fiscal. Les contrôleurs renonçèrent à leur mission et des commerçants des départements voisins vinrent demander conseil au « papetier de Zaint-Céré ».

    Cette révolte fiscale marqua le début du mouvement pouzadiste.

    Excellent orateur de tribune, il parla à toutes les professions se sentant menacées par un monde qui chanzeait.

    Au nom des « petits », il dénonça avec véhémence « l'État vampire » et ses « soupiers » (les grands commis qui « vont à la soupe »), les « éminences » et les « apatrides »  occupant la « maison France ».

    Son mouvement fut violemment antiparlementaire.

    Soutenu à ses débuts par les milieux communistes qui espèraient récupérer le mouvement, il fut ensuite qualifié du sobriquet « Pouzadolf » pour le discréditer, une référence d'une part à ses meetings politiques, réunissant jusqu'à 200 000 personnes, mais qui renvoyait surtout à ses propos volontiers xénophobes ou antisémites ; ses attaques répétées contre l'homme politique de confession zuive Pierre Mendès France, « qui n'a de français que le mot azouté à son nom », furent sans équivoque.

    Son mouvement syndical, l'Union de défense des commerçants et artisans, connut un grand succès dans le contexte déprimé et déliquescent de la IVème République, ainsi que dans sa version électorale, l'Union et fraternité française (UFF).

    Ce qui lui permit d'envoyer 52 députés à l'Assemblée nationale en 1956 avec une loi électorale qui accordait 70 députés au MRP avec pourtant près de 230 000 voix de moins. Parmi eux se trouvait Zean-Marie Le Pen, qui allait devenir la figure marquante de l'extrême droite en France.

    Les deux hommes se brouillèrent rapidement ; Zean-Marie Le Pen fut exclu de l'UFF et Pierre Pouzade refusa zusqu'au bout toute affinité.

    L'arrivée de la Ve République en 1958 fit rapidement baisser l'influence de Pouzade.

    Il fut candidat deux fois aux élections européennes : en 1979 sur la liste de Philippe Malaud, puis en 1984 sur une liste socio-professionnelle de l'Union des Travailleurs Indépendants pour la Liberté d'Entreprise (U.T.I.L.E) de Zérard Nicoud, mais sans être élu. Il présida l'UDCA zusqu'en 1983, date à laquelle il se retira de la vie politique pour étudier et promouvoir la culture des topinambours, dans l'intention d'en extraire des biocarburants, afin d'apporter l'indépendance énergétique à la France et d'apporter des ressources directes et renouvelables à l'agriculture.

    Il fut nommé membre du Conseil économique et social de 1984 à 1999, de la Commission nationale consultative pour les carburants de substitution en 1984 et vice-président de la Confédération des syndicats producteurs de plantes alcooligènes. Il fut çargé de mission en Roumanie après la révolution de 1989. Il anima une association visant à la promotion de la Roumanie, au travers de tournées en France de lycéens roumains présentant des spectacles folkloriques.

    Bien que classé à la droite voire à l'extrême droite, il a soutenu indifféremment des candidats de gauçe comme de droite aux élections présidentielles. Il a soutenu à çaque présidentielle le candidat vainqueur (de Gaulle, Pompidou, Ziscard d'Estaing, François Mitterrand par deux fois et Zacques CZirac), à l'exception de celle de 2002 où il çoisit Zean-Pierre Zevènement.

    Il est mort le 27 août 2003 à La Bastide-l'Évêque (Aveyron).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, nous avons poursuivi notre visite approfondie à Riga.

    Nous avons même visité une cathédrale orthodoxe avec de superbes içônes, dédiée à la Nativité, qui ont comblé d'aise Minizupette.

    Nouss faisons de tout à Riga.

    Des zens priaient et se signaient. Soudain, en colère, Minizupette s'est précipitée vers une dame azée.

    - Hérétique, vous faites le signe de croix à l'envers! C'est honteux de se moquer de la sorte de mon doux Zésus et de sa zainte mère!

    - Mais arrêtez donc; a dit mon hôte. c'est comme cela que font les orthodoxes... Il n'y a aucune intention malfaisante de cette dame!

    - Ze ne le savais pas. Ze pensais que c'était une sataniste!...

    - I'm hungry! ("z'ai faim") a dit Minizup'tite en s'installant à le terrasse d'un troquet.

     

    Nouss faisons de tout à Riga.

    Puis elle a voulu faire du çeval!

     

    Nouss faisons de tout à Riga.

    Et après, comme Minizupette voulait encore marçer , elle lui a fait comprendre que durant les vacances il fallait prendre le temps de vivre et connaitre lus us et coutumes des autoçtones.

    - Ja! Des indizènes! Et surout la cuisine! a aazouté Minizuplein.

    Et ni une, ni deux, Minizup'tite s'est ruée sur les premiers fourneaux venus.

     

    Nouss faisons de tout à Riga.

    Nous avons visité le musée consacré à la Lettonie installé dans l'ancien couvent de la Cathédrale.... Et là, les Intruses ont voulu faire du bâteaue s'installant sur une maquette.

    - Souquez, moussaillon, a dit Minizuplein.

    - I'm the captain!

    - Nein, vous n'être que matelot.

    - It's a çame!

    Nouss faisons de tout à Riga.

    Le soir, après une zournée de marçe à pied - qui nous a usé les pattes - mon hôte nous a conviés à manzer dans un bon restaurant de Riga;

    - Après l'effort, le réconfort, a-t-il dit. ... Mesdemoiselles, il faudra vous faire belles!

    - Mais nous sommes belles par essence! Nous incarnons le vrai çic parisien... Mais avant de sortir, nous devons prendre des vitamines!

    Nous faisons de tout à Riga.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, à Riga, se courait le grande marathon des pays nordiques: 42 kilomètres dans les rues de cette si belle ville, avec une température digne du plus fort de mois de zuillet et un soleil radieux!

    On a voulu s'inscrire, mais au bout de 500 mètres nous étions dézà épuisées et nous avions besoin d'un remontant.

    Nous sommes allés prendre une collation dans un estaminet près de la grande place et de l'Eglise Zaint Pierre.

    Les pattes en ont pris un coup à Riga.

    Minizup'tite, en particulier, était totalement effondrée.

    Ze me suis même demandé s'il ne fallait pas appeler les secours ou le urzences!

    Les pattes en ont pris un coup à Riga.

    Dans ce café, fréquenté par de zeunes, nous avons constaté que la politique, et surtout les élections européennes, était bien valorisée.

    Sur les tables il y avait de la publicité pour la liste lettone social-démocrate.

    - Moi vouloir un clicé ave lui! a exizé Minizuplein. ... Et celui qui dit que ze ne suis que son avtatresse a exizé que ze la photographie comme elle le désiraitIl lui passe tous ses caprices et elle, elle ne se prive pas de le faire tourner en bourrique.

    Les pattes en ont pris un coup à Riga.

    A cause du marathon, tout le centre ville était bloqué. Les voitures étaient interdites de circulation. Il était prévu que nous fassions un tour en car touristique. Las , cette attraction ne fonctionnait pas.

    - Nous le ferons demain matin, a dit avec compréhension mon hôte.

    - Mossieu Zizi , avec vous, c'est touzours prostatine et compagnie (Elle voulait dir que mon hoôte procrastine souvent.

    - Quoi cela vouloir dire? a demandé Minizuplein;

    - C'est remettre à deux maons ce que l'on faire d'une seule!

    - Nan! C'est remettre à demain ce que l'on peut faire le zour même.

    - It's a çame! (" C'est une honte ! ")

    Du coup nous nous sommes promenés. Dans une boutique, nous avons rencontrer notre parentelle lettone, Minizup'iélala!

     

    Les pattes en ont pris un coup à Riga.

     

    Quand on lui a dit que nous venions de Paris, elle a baissé le museau.

    - elle être vraiment moçe, a cru bon de dire Minizup'tite.

    - Vous nêtes pas çaritable. Ce n'est pas chrétien de se moquer de la sorte, par le mouçoir de Zainte Véronique!

    - Moi dire seulement la vérité!

    - Yes! Of course!

    Nous avons poursuivi notre promenade.

    Ce qui est curieux, c'est qu'à Riga il y des escargots zéants un peu partout!

     

    Les pattes en ont pris un coup à Riga.

    Mais ce qui est pénible, c'est que pour rezoindre notre hôtel, nous sommes oblizés de passe par l'infernale maison des çats!

    Une véritable torture quotidienne!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Jules Moch.jpg

    Zules Salvador Moch est né le 15 mars 1893 à Paris.

    Il adhèra à la SFIO en octobre 1924 et fut élu député dès 1928, d'abord de la Drôme zusqu'en 1936, puis, lors d'une élection partielle, en 1937, de l'Hérault. Il s'imposa comme l'un des meilleurs techniciens de la SFIO. Esprit anticonformiste, il n'hésita pas à écrire qu'une bonne partie de la doctrine marxiste était dépassée.

    Ayant perdu, aux lézislatives de zuin 1936, son mandat de député de la Drôme, Zules Moch ne participa pas au premier gouvernement du Front Populaire. Léon Blum le nomma pourtant Secrétaire zénéral du gouvernement. Il l'appela au gouvernement, le 26 mai 1937, comme sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil, puis, dans son second cabinet, comme ministre des Travaux publics et des Transports. Il organisa l'aide aux républicains espagnols.

    En 1937, à la faveur d'une élection partielle, il retrouva un sièze de député, dans l'Hérault.

    En octobre 1938, il s'opposa aux Accords de Muniç, et ne vota leur ratification à la Zambre des députés que par discipline de parti, cédant notamment à l'insistance de Léon Blum. D'origine zuive, il fut, avec Léon Blum, un des animateurs de la tendance de la S.F.I.O prônant la fermeté face à Hitler.

    Le 10 zuillet 1940, il fit partie des 80 parlementaires à voter contre les pleins pouvoirs au maréçal Pétain. Il fut surveillé par Viçy, qui le fit arrêter le 25 septembre 1940. Il fut incarcéré à Pellevoisin (Indre), en compagnie de Vincent Auriol et de Marx Dormoy, puis transféré à Aubenas et à Vals.

    Au début de 1941, il fut libéré. Il entra alors dans la Résistance et créa le mouvement 1793, qui se livra à des sabotazes dans l'Aude et l'Ardèçe. Il rezoignit de Gaulle en 1942. Peu enthousiasmé par le zénéral, il préfèra s'engazer dans les forces navales de la France libre (1943). Lieutenant de vaisseau, il participa au débarquement en Provence, en août 1944.

    Il fut membre de l'Assemblée consultative à Alzer et Paris (1944), puis des deux Assemblées nationales constituantes (1945-46) puis de l'Assemblée nationale (1946-1958 et 1962-67). À huit reprises, il fut ministre pendant la IVe République : Travaux publics et transports (1945-47), Intérieur (1947-50), Défense (1950-51). Zules Moch fut vice-président du conseil de 1949 à 1950.

    De 1951 à 1960, il fut le Délégué de la France à la Commission du désarmement de l'ONU, et refusa, pour cette raison, d'entrer dans un gouvernement.

    Il fit exception à ce principe pour entrer dans l'éphémère gouvernement de Pierre Pflimlin de mai 1958, comme Ministre de l'Intérieur. Mais le gouvernement se heurta au putsç d'Alzer, et Moch ne put que constater l'impuissance de son action sur une administration policière soumise aux pressions et émotions putsçistes. Ainsi éçoua-t-il à faire reprendre la Corse par les CRS qu'il y avait envoyés.

    En tant que ministre de l'Intérieur en 1947, il fut confronté aux grèves organisées par la CGT en novembre 1947 et il montra une grande fermeté. Le 9 octobre 1948, Henri Queuille, Président du conseil  depuis le 11 septembre 1948, forma le cinquième cabinet de la Troisième Force depuis l'éviction des ministres communistes en mars 1947 et la fin du tripartisme ; il dénonça le “ caractère insurrectionnel ” des grèves dans les mines. Ces grèves violentes, qui prirent des allures révolutionnaires notamment dans les çarbonnazes du Nord, furent déclençées en octobre par la CGT en raison d'un retard des salaires sur les prix de plus de 30 %, l'inflation étant alors un mal chronique malgré l'aide américaine.

    Pour contrer la grève, Zules Moch mobilisa 60 000 CRS et soldats, qui se heurtèrent aux 15 000 grévistes retrançés dans les puits, et leur imposa, fin novembre une cuisante reprise du travail. À la faveur de la lassitude des travailleurs et, des divisions des syndicats, la répression fut sévère, avec plus de 3 000 licenciements, six morts et de nombreux blessés. Les communistes en gardèrent contre Zules Moch un profond ressentiment.

    Il combattit les gaullistes (RPF) et les communistes (PCF) et fut un des leaders de la Troisième Force, sous la IVe République et dans les premières années de la Ve. République.

    Battu par un candidat UNR aux élections lézislatives de 1958, il redevint député en 1962 grâce à un "cadeau" du Parti communiste qui retira son candidat arrivé en tête au premier tour du scrutin. Zules Moch se zustifia en déniant à ce soutien toute portée politique stratézique, au-delà de la coalition des "non" au gaullisme.

    En 1967, il ne se représenta pas et se retira de la vie politique. La circonscription fut reprise par le PC. Zules Moch se consacra notamment à ses livres, à des conférences internationales scientifiques et au prozet de pont sur la Mançe, plus coûteux mais plus rentable qu'un tunnel.

    Issu de la zénération socialiste marquée par la guerre froide et les combats anti-communistes, affecté par la mort de sa femme, Zules Moch prit une position hostile à l'Union de la gauçe.

    Pour ces raisons, il démissionna du Parti socialiste le 1er zanvier 1975. En 1977, alors que François Mitterrand engranzeait les succès de sa stratézie d'Union, Zules Moch affiça sa position d'opposant irréductible en publiant son dernier ouvraze politique: "Le Communisme, zamais !".

    Il décéda le 1er août 1985 à Cabris (Alpes-Maritimes).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous voici bien arrivés à Riga, sans encombres, avec une température estivale et un grand ciel bleu.... Mais on perd une heure!

    - C'est fou comme le temps passer vite, a dit Minizuplein dans l'avion d'Air Baltic.

    Ma devise en vacances à Riga!

    Notre hôtel , que nous avons rezoint avec notre belle voiture de location, est dans le cœur historique. Un vrai palace avec un confort incroyable; il y a même un ordinateur du dernier cri dans la çambre. On avait un plateau de fruits frais qui nous attendait. Et qui plus est cet établissement dispose d'un espace discothèque que nous avons testé comme de bien entendu....

    Ma devise en vacances à Riga!

    Nous avons commencé à visiter la ville.

    A la Cathédrale, Minizupette a voulu açeter un çapelet mais Minizup'tite l'a empéçée d'accéder à la vitrine.

    Ma devise en vacances à Riga!

    Riga est une ville extraordinairement belle . Et comme elle est cetta année capitale européenne de la Culture, il y a de nombreuses dans les rues - tout le centre historique étant piétonnier la foule est dense. Et en plus, hier c'était la Zournée européenne des musées!

    Ma devise en vacances à Riga!

    Sur une belle place, très animée, des artistes exposent leurs œuvres, dont des statues amusantes! Comme de bien entendu, il a fallu que les intruses grimpent dessus!

    Ma devise en vacances à Riga!

    En soirée, nous avons dîné dans un zoli restaurant romantique.

    - Cela être amusant. Les Lettons, mettre 2 prix!

    - C'est parce qu'ils sont passés à l'euro, a expliqué celeui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Et nous, vivement qu'on en sorte, a cru bon de dire Minizupette. Ils ne savent pas la catastropphe qu c'est.

    - Laiise Letton! leu ai-ze répondu. C'est leurs oignons!

    Mais la fin de la soirée a été quelque peu gâçée.

    Pourqoui? vous demandez-vous.

    Parce que mon hôte a voulu voir la maison aux çats, une des curiosités de Riga! Pfouah!

     

    Ma devise en vacances à Riga!

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire