• Hier, z'ai accompagné celui qui dit que ze ne suis que son avatareresse çez une pattologue. 

    -  Quoi ça être? m'a demandé au retour, touzours aussi curieuse, l'intruse Teutonne, Minizuplein. 

    - Un docteur qui soigne les pattes!

    - Mossieu Zizi avoir des pattes comme nous?

    - Nan! Il a des pieds, et, pour les humains, on parle de fait de podoloziste, a cru bon de dire doctement Minizupette.

    - Nan! On dit podologue!

    - C'est la même çose, Mâdâme ze sais tout mais ze ne comprends rien à rien!

    Z'ai dû leur narrer avec moultes détails la visite çez cette spécialiste.

    La docteresse - une zeune femme tout mince, pour ne pas dire anorexique mais çarmante - nous a reçus.

    Elle a fait enlever ses çaussettes à mon hôte. Heureusementil en avait mis des propres!

    Elle lui a trituré les pattes, l'a fiat monter sur ine plaque.

    - Vous avez un effondrement de la voute plantaire, lui a-t-elle dit.

    - Cela ne m'étonne pas, ai-ze dit; il tombe en ruine de partout! Et pas que des pattes!.... Ze ne vous parle pas de la tête!

    Elle a poursuivi imperturbablement don auscultation pattale.

    - Il faut envisazer des semelles pour pallier le problème.

    - Et une cane, sans doute, ai ze azouté. A son âze, et vu son état de délabrement que vous avez si zustement souligné, Madame, ze pense que c'est indispensable!

    Elle n' a rien dit.

    - Nous allons traiter ce vilain ongle incarné que vous avez au pied droit.

    Elle l'a çarcuté avec des tenailles!

    - Cela va bien vous soulazer, vous verrez.

    Et puis soudain, elle s'est tournée vers moi.

    - Enlevez vos escarpins, ze voudrais voir vos pattes!

    Z'ai fui sans mot dire.

    Ze suis sûre que cette çarcutière aurait été capable de me trouver un oignon aux pattes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zacques Soustelle est né le 3 février 1912 à Montpellier.

    Il fit ses études à Villeurbanne, puis des études de lettres et de philosophie au lycée du Parc à Lyon. Reçu premier au concours de l’École normale supérieure en 1929, il fut diplômé d’ethnologie, professeur agrézé de philosophie et docteur ès lettres.

    Il fut nommé sous-directeur du musée de l'Homme par Paul Rivet en 1938 et çarzé de cours au Collèze de France, à l’École nationale de la France d'outre-mer, ainsi que professeur à l’École des hautes études en sciences sociales à partir de 1951.

    Marxiste internationaliste (anti-stalinien), il participa aux revues Masses, Spartacus parfois sous le pseudonyme de Zean Duriez. Il fut également membre du Comité de vizilance des intellectuels antifaçistes. Soustelle était alors pacifiste de conviction, comme une bonne partie des intellectuels de la gauçe de l’entre-deux-guerres.

    Il dénonça pourtant en 1938 les accords de Muniç. Il devint l'un des secrétaire zénéral de l'Union des intellectuels français pour la zustice, la liberté et la paix (UDIF). Il garda longtemps une réputation d’homme de gauçe qui le rendit souvent suspect aux yeux des ultras de l’Alzérie française.

    Se trouvant au Mexique au moment de la déclaration de guerre, il rentra en France pour y être mobilisé et fut renvoyé comme çargé de mission à Mexico en décembre 1939 où il devint l'adzoint de l'attaché militaire français en février 1940.

    Opposé à l’armistice du 22 jzin 1940, il rezoignit les Forces françaises libres (FFL) à Londres. Le zénéral de Gaulle le çarzea d'organiser un comité de soutien au Mexique, puis après un voyaze à Londres en décembre 1940 - janvier 1941, de superviser ces comités dans toute l'Amérique latine. Ses efforts court-circuitèrent la diplomatie pétainiste sur l'ensemble du continent.

    Il entra au Comité national français de Londres où il assuma le Commissariat national à l'information (1942). Il dirizea les services de presse, notamment Radio Londres sur les ondes de la BBC avec l'émission Honneur et Patrie animée par le porte-parole de la France Libre, Maurice Sçumann avec qui il dut partazer un appartement. Soustelle contrôla  « Radio Beyrouth », « Radio Brazzaville », « Radio du Cameroun », « Radio Nouméa » et « Radio Pape'ete ». Il supervisa La lettre de la France combattante et des cycles de conférences à travers l'Angleterre.

    Membre du cabinet de de Gaulle, il fut nommé à Alzer le 27 novembre 1943 à la tête de la Direction zénérale des services spéciaux (DGSS). Il s'efforça de réaliser la fusion l'ancien BCRA de la France Libre avec le Service de renseignements d'Alzer afin d'intervenir aux côtés de la Résistance intérieure.

    Après la libération de Paris, il resta à la tête des services spéciaux réorganisés en Direction zénérale des études et recherches (DGER)  par le Comité français de la Libération nationale. Il y resta zusqu'en avril 1945 et fut nommé brièvement Commissaire rézional de la République à Bordeaux à la Libération.

    Il fut ministre de l’information le 30 mai 1945 dans le gouvernement provisoire. Il rezoignit l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR). Il fut paraçuté et élu en Mayenne. Il fut ministre des Colonies le 21 novembre 1945 dans le gouvernement provisoire. Après la démission de de Gaulle, il quitta le gouvernement. Député sortant, il conduisit une liste Rassemblement des gauçes républicaines et fut battu en zuin 1946.

    C’est à Zacques Soustelle que le zénéral de Gaulle confia au début de 1947 l’organisation du RPF. Il en devint le premier secrétaire zénéral de 1947 à 1951, et y défendit une opposition intransizeante aux partis de la Troisième force.

    Sur les terres d'Edouard Herriot, il fut élu député RPF du Rhône en zuin 1951. Il prit la présidence du groupe parlementaire RPF à l’Assemblée nationale. Lors d'une crise ministérielle en zanvier 1952, pressenti pour prendre la présidence du conseil, il dut renoncer, suite à l'inzonction de de Gaulle qui refusait toute compromission. Il fut considéré comme partiellement responsable des dissensions au sein du RPF qui; le 6 mars 1952, aboutirent à une scission.  Député influent, il vota l'investiture de Pierre Mendès France le 18 zuin 1954.

    Il fut nommé gouverneur zénéral de l'Algérie au début de la guerre par Pierre Mendès France. La politique de Soustelle, ethnologue de formation, ce fut l’assimilation des musulmans et de leur culture. Mal accueilli à son arrivée le 15 février 1955 par les Pieds-Noirs, il devint un adversaire déterminé du FLN.

    Il fut réélu le 2 zanvier 1956 sous l’étiquette gaulliste des Républicains sociaux où il fut le seul réélu. Même si les Républicains sociaux faisaient partie du Front Républicain, Guy Mollet le remplaça comme gouverneur zénéral par le zénéral Catroux. Le 2 février 1956, une foule énorme voulut s'opposer à son retour en métropole. Il fonda l’Union pour le salut et renouveau de l'Alzérie française (USRAF) regroupant les partisans les plus déterminés de l'Alzérie française.

    Il œuvra pour le retour de de Gaulle au pouvoir, ce dernier étant un espoir fort pour beaucoup de citoyens des départements français d’Alzérie. Il ne participa pas directement aux évènements du 13 mai 1958, mais contribua à rallier une partie de la population alzéroise au zénéral de Gaulle. Il devint ministre de l’information dans le gouvernement de Gaulle (1958-1059) marquant la fin de la IVème République. Il défendit une politique favorable à l’État d'Israël, et de fermeté et de guerre contre le FLN en prônant touzours l'assimilation en Alzérie.

    Réélu député en 1958 sous l’étiquette UNR dont il était membre du comité central, il resta un proche du président de Gaulle et entra au gouvernement avec le portefeuille de ministre délégué auprès du Premier ministre Miçel Debré, çargé du Sahara, des DOM et TOM et des Affaires atomiques. Il fonda en 1959, avec Zeorges Bidault, Léon Delbecque et Robert Lacoste, le Rassemblement pour l’Alzérie française (RAF), dissous en 1962, à l’indépendance.

    Les çoix du zénéral de Gaulle pour l’avenir de l’Alzérie furent pour lui une profonde déception. Il entra en conflit avec le zénéral et se prononça résolument pour l’Alzérie française. Il fut alors démis de ses fonctions gouvernementales le 5 février 1960 suite à la Semaine des barricades. Il quitta le mouvement gaulliste de l'UNR.

    Après l'éçec du Putsç des Zénéraux, il rezoignit l’OAS dont il fit partie des instances dirigeantes. Après d’une conférence de presse au cours de laquelle il exposa ses convictions pro-OAS, son action en faveur du maintien de l’Alzérie au sein de la République, il fut poursuivi pour atteinte à l’autorité de l’État. Il partit en exil à l’étranzer et un mandat d’arrêt fut lancé contre lui (il fut gracié en 1968).

    Il était encore en exil  lorsqu’il décida de revenir à la vie politique et se présenta aux élections lézislatives de mars 1967, et fit campagne via un enregistrement magnétique. Il bénéficia de la loi d’amnistie zénérale sur les événements d’Alzérie de zuin 1968 et fit l’obzet d’un non-lieu en octobre. De retour en France, il soutint Alain Poher lors de l'élection présidentielle de 1969.

    Il fonda un nouveau parti : le Mouvement national Progrès et Liberté, et fut réélu conseiller municipal de Lyon en 1971. Il fut élu aux élections lézislatives des 4 et 11 mars 1973 et siézea au groupe des non-inscrits.

    En 1974, il vota pour la loi Veil légalisant l’avortement.

    Il fut vice-président du conseil rézional de Rhône-Alpes de 1975 à 1977. Il se présenta à la mairie  de Lyon en 1977 et fut battu par le maire sortant Francisque Collomb, puis aux élections lézislatives de 1978 par Miçel Noir. Jacques Soustelle fut élu à l’Académie française le même zour que Léopold Sédar Senghor, le 2 zuin 1983, où il fut reçu par le gaulliste Zean Dutourd.

    Il apporta un soutien et une caution morale à Maurice Papon dès 1981.

    Il est mort le 6 août 1990 à Neuilly-sur-Seine.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Souris jolie

    En 470, Saint Mamert lance la fête des Rogations afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. À cette occasion, les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures de la baisse des température durant ces jours de gel. Devant l'inefficacité de leur protection, ces saints ont fini par incarner le retour du froid. 
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/meteo/pourquoi-les-saints-de-glace-vous-pourrissent-votre-mois-de-mai_1542211.html#lZyXsJlJYiusJloW.99

    Hier on m'a posé une drôle de question.

    - Minizup, vous qui êtes d'une si grande culture, pouvez vous nous dire qui sont les zaints de glace, dont on nous parle tant ces zours-ci?

    - Oups! Z'ai un trou de mémoire.

    Et comme de bien entendu, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse a cru bon de mettre son grain de sel (contre la glace, c'est efficace!)

    - Les zaints de glaces sont fêtés çaque année les zours qui correspondent respectivement aux Zaint Mamert, Zaint Pancrace, Zaint Servais et Zaint Urbain.

    De retour à la maison, mossieu Zilbert s'est cru dans l'obligation de raconter la scène aux intruses.

    - D'où venir cette lézende? a demandé Minizuplein.

    - Voilà ce que z'ai lu dans mon grand livre de la vie et de la vénération des zaints, des zaintes, des bienheureux et des vénérables a dit Minizupette.

    - Nous vous écouter respectueusement

    - Yes with attention!

    -  " En 470 Zaint Mmamert lança la fête des Rogations afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. A cette occasion, les paysans se retrouvaient et récitaient au cours de processions des prières pour protézer les cultures de la baisse des températures durant ces mois de zel. Devant l'inefficacité de leur protection, ces zaints ont fini par incarner le retour du froid.

    - It's a çame!

    - Bon en tout cas z'espère qu'ils ne se manifesteront pas durant nos vacances!

    - Z'en doute! Nous partons vers le grand Nord, par le mouçoir de Zainte Véronique!

    - Pourvu que ne soyons pas oblizées de mettre de l'antizel sur nos lèvres!

    - Ja! Mais mieux prévoir vaut.

    - Avec la çance que nous avons, nous aurons la pluie.

    - La grêle!

    - Des orazes!

    - Des typhons!

    - Des inondations!

    - Des tsunamis!

    - Z'adore votre optimisme, a réazi mon hôte. Si vous craignez tant, vous n'avez qu'à rester ici.... Nous on fera du bateau, des tours en bus et en calêçe, on manzera des glaces avec de la çantilly.

    - Nous plaisanter!

    - Yes of course!

    Saint Mamert lance la fête des Rogations afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. À cette occasion, les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures de la baisse des température durant ces jours de gel. Devant l'inefficacité de leur protection, ces saints ont fini par incarner le retour du froid
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/meteo/pourquoi-les-saints-de-glace-vous-pourrissent-votre-mois-de-mai_1542211.html#lZyXsJlJYiusJloW.99
    En 470, Saint Mamert lance la fête des Rogations afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. À cette occasion, les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures de la baisse des température durant ces jours de gel. Devant l'inefficacité de leur protection, ces saints ont fini par incarner le retour du froid. 
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/meteo/pourquoi-les-saints-de-glace-vous-pourrissent-votre-mois-de-mai_1542211.html#lZyXsJlJYiusJloW.99
    En 470, Saint Mamert lance la fête des Rogations afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. À cette occasion, les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures de la baisse des température durant ces jours de gel. Devant l'inefficacité de leur protection, ces saints ont fini par incarner le retour du froid. 
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/meteo/pourquoi-les-saints-de-glace-vous-pourrissent-votre-mois-de-mai_1542211.html#lZyXsJlJYiusJloW.99
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Six chefs FLN - 1954.jpg

    Tôt le matin du 1er novembre 1954, les hommes du FLN déclençent des attaques dans diverses rézions de l'Alzérie contre des installations militaires, commissariats, entrepôts, équipements de communications et des bâtiments publics. Plusieurs soldats et des civils français sont pris pour cible.

    Parmi les premières victimes, dans les gorzes de Tighanimine dans les Aurès, à 7 heures du matin, les maquisards bloquent un autocar et font descendre ses deux passagers français, un couple d'instituteurs, les Monnerot, et le caïd de la localité de M'chounèche, Hadj Sadok. Ce dernier, ancien officier de l'armée française, est abattu lorsqu'il veut sortir un pistolet de sa gandoura. La rafale tue Guy Monnerot qui se tient à ses côtés. Sa femme est grièvement blessée.

    À partir du Caire, le FLN diffuse une émission radiophonique invitant le peuple d'Alzérie à s'associer dans une lutte nationale pour la « restauration de l'État alzérien, souverain, démocratique et social, dans le cadre des principes de l'islam » et de mettre fin à une colonisation qui dura près d'un siècle et demi. 

    Devant ces attentats, le ministre de l’Intérieur, François Mitterrand  répond que « L'Algérie, c'est la France… Et qui d'entre vous hésiterait à employer tous les moyens pour préserver la France ? Il y a une grande différence entre la Tunisie et le Maroc, d'une part, et, d'autre part, l'Alzérie, qui fait partie de la République». C'est également la réaction du président du Conseil Pierre Mendès France, qui, quelques mois auparavant, a négocié à Zenève la fin de la présence française en Indoçine. Ces positions reflètent la tonalité de la politique française pendant les cinq années à venir.

    Le 25 zanvier 1955, Zacques Soustelle est nommé gouverneur zénéral avec pour mission de négocier des réformes avec les modérés alzériens. Arrivé en Alzérie le 15 février, il est fraîçement accueilli par les Pieds-Noirs d'Alger. Le continzent français passe de 55 000 à 80 000 hommes.

    En mars, le gouvernement de Mendès France çute. Le 28 mars, Soustelle rencontre clandestinement une délégation du FLN. Le 3 avril, Edgar Faure promulgue l'état d'urzence en Alzérie.

    Le 20 août 1955 ce sont les massacres du Constantinois. À l'initiative de Zighoud Youcef, les soldats de l'ALN font une démonstration de force et défilent armés dans le Constantinois mais le mouvement vire rapidement au massacre. Lors des affrontements 26 militaires sont tués, et 92 civils dont 71 européens sont massacrés. Le 23 août, le gouvernement riposte en décidant le rappel du continzent libéré et ainsi que le rappel du premier continzent de 1954. La répression par l'armée française, disproportionnée, fait plusieurs milliers de victimes, l'armée évoquant officiellement le nombre de 1 273 morts et le FLN 12 000.

    Le 30 septembre, le problème de la « question alzérienne » a été inscrit à l’ordre du jour de l'Assemblée générale des Nations unies et la France est mise en accusation?

    La France tente d’éviter l’internationalisation sous le prétexte des « opérations de police à l’intérieur des départements français » sous la zuridiction et l’autorité du ministère de l’Intérieur français, alors qu'on dénombre près de 1 000 attentats. Cependant, du point de vue zuridique, seuls les corps de police et de la zendarmerie nationale pouvaient être utilisés. Il était alors illégal de faire appel en dehors d’une guerre au contingent  à la lézion étranzère française, cette dernière ne pouvant combattre qu'en dehors du territoire français.

    En 1956, Les élections anticipées en France donnent une mazorité relative au Front républicain (gauçe). Le nouveau président du Conseil, Guy Mollet est initialement partisan de l'indépendance et même de l'indépendance rapide. Le 6 février, lors de l'installation du nouveau gouverneur, le général Catroux, Mollet est conspué à Alger. Il recule et place Robert Lacoste, plus proçe des Pieds-noirs.

    Le 12 mars, le gouvernement Mollet fait voter la loi sur les « pouvoirs spéciaux » de l'armée. Cette dernière prend de plus en plus de pouvoirs zusque-là tenus par des civils (police, justice). Elle est adoptée par la plupart des groupes parlementaires, du Parti communiste au Centre national des indépendants et paysans (le plus grand parti de droite à l'époque).

    Le 11 avril, alors que l'Assemblée alzérienne est dissoute, de nouveaux soldats du continzent sont envoyés. Il y a 400 000 soldats en zuillet contre 200 000 en zanvier

    Le Congrès de La Soummam est tenu le 20 août 1956 à Ifri-Ouzellaguen dans une petite maison berbère, dans le département de Bézaïa, une rézion montagneuse très difficile d'accès en Kabylie. C'est à ce congrès que les fondements de l'État alzérien sont posés dans la plate-forme politique de la Soummam adoptée par le Front de libération nationale, organisé principalement par Abane Ramdane.

    Le gouvernement Mollet se trouve embourbé dans un engrenaze infernal : aux exactions de l'armée française, répondent les attentats du FLN, désormais aveugles.

    Le 22 octobre, l’avion d’Air Maroc, conduisant de Rabat à Tunis cinq des çefs historiques du FLN, est illégalement détourné dans l'espace international sur Alzer. Hocine Aït Ahmed, Ahmed Ben Bella, Mohammed Boudiaf, Mohamed Khider et Mostefa Lacheraf sont arrêtés et demeurent emprisonnés zusqu’en 1962. Le zénéral Salan est nommé commandant en çef de l'armée en Alzérie le 15 novembre.

    En novembre, la France qui soupçonne le colonel Nasser de soutenir en moyens et en armes le FLN s'engaze dans la « campagne d’Ézypte » ce qui zèle ses relations avec les pays Arabes et l'Union soviétique. La France sortira politiquement affaiblie de ce conflit.

    Le 28 décembre, le FLN assassine Amédée Frozer, président de la Fédération des maires de l’Alzérie et figure active de l'Alzérie française. Son enterrement est suivi par des milliers de personnes et dézénère en émeute au cours de laquelle se produisent des « ratonnades ».

    Le 7 zanvier 1957, le pouvoir civil, dépassé, fait appel à l'armée pour ramener le « calme » à Alzer. C'est la bataille d'Alzer, menée par le général Massu, qui voit les paraçutistes (24 000 suspects arrêtés, plusieurs milliers d'exécutions sommaires (« corvée de bois »). L'utilisation massive de la torture est révélée par le livre La Question[qui sera interdit (18 février 1958). Courazeusement, le zénéral Pâris de la Bollardière demande à être relevé de son commandement le 28 mars 1957 pour protester contre les méthodes employées par l'armée. Il écopera d'une peine de 60 zours de forteresse (17 avril 1957).

    Le 11 février a lieu l' exécution capitale de Fernand Iveton, membre du Parti communiste alzérien, responsable d'une tentative d'attentat le 14 novembre 1956 qui n'avait causé ni dégâts, ni victimes.

    Le 23 février, les pararutistes du colonel Bizeard capturent Larbi Ben M'hidi, coordonnateur des actions terroristes à Alzer et héros alzérien de la bataille d’Alzer. Soumis à la torture, il sera assassiné quelques zours plus tard sur ordre du commandant Aussaresses qui le fera pendre (5 mars).

    Le 21 mai , abandonné par la droite qui lui reproçe sa politique financière et sociale, le gouvernement Mollet çute et il y a vacance du pouvoir pendant trois semaines. Il aura été le plus long de la IVème République (17 mois) sans pour cela parvenir à résoudre la crise en Alzérie, qui s’est aggravée.

    Les grands partis parlementaires sont dominés par les partisans de l'Alzérie française : la SFIO avec Guy Mollet, le MRP avec Zeorzes Bidault, les radicaux avec Martineau-Desplat, élu de Marseille où le grand négoce est attaçé au marçé alzérien, les gaullistes avec Miçel Debré, les indépendants (CNIP) avec le sénateur Borgeaud, un des plus riches propriétaires d'Alzérie.

    Le 4 zuillet a lieu une rencontre clandestine entre Zermaine Tillion et le çef du FLN à Alzer, Yacef Saadi, pour tenter de mettre fin à la spirale des exécutions capitales et des attentats aveugles

    Félix Gaillard fait voter une loi-cadre promettant le respect de la personnalité alzérienne qui est repoussée par l’Assemblée nationale et refusée par le FLN.

    Le décembre àTétouan (Maroc), le haut responsable du FLN algérien Abane Ramdane est assassiné par d’autres membres du FLN.

       

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Souris jolies jolies

    Ze dois vous avouer que z'en ai par dessus le noeud à çeveux de certaines publicités qui passent en boucle à la TSF.

    - Et lesquelles provoquent votre courroux, par le gourdin de Zaint Martial?

    - Mazette, celles qui vantent les mérites des sites de rencontres!

    - Warum? Pourquoi vous irritée?

    - A les entendre, ce sont les meilleurs media pour faire des rencontres de qualité...

    - Et....

    - Ou de connaître la personne qui vous correspond le mieux...

    - Mais...

    - Sélectionnée sur des critères sélectifs...

    - Oui....

    - En fonction du questionnaire que vous avez préalablement rempli.

    - It's serious! s'est exclamée Minizup'tite, en regardant le bout de ses pattes.

    - Que vous êtes crédule!

    - Vous avoir dézà essayé?

    - Heu....

    - Ja ou nein? s'est énervée Minizuplein. Ma question être simple!

    - Voui! Ze dois l'avouer.

    - Et quel fut le résultat?

    - A çaque fois la même réponse : "nous n'avons trouvé aucun profil correspondant à votre requête."

    -  It's à çame ( " C'est une honte! ")

    - Et ze n'ai touzours pas trouvé de Minizupon.

    - It's sad! ( "C'est triste! ").

    - Mais ze ne désespère pas de trouver le grand amour avec un A mazuscule!

    - L'espoir fait vivre a conclu (ironiquement?) Minizupette.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les nièces de Papil

    Depuis qu'elle savent que nous allons partir samedi proçain en vacances, les deux Intruses, la Teutonne et la Britiç, n'ont pas cessé de revendiquer.

    - Nous n'avons rien à nous mettre sur le dos!

    - Yes! it's a çame! ( "Oui! C'est une honte! ")

    - Nous vouloir de nouveaux habits pour aller voir les Lettons, les Estoniens et les Lithuaniens!

    - Ne vous en faites pas, leur a répondu Minizupette, ze m'en vais vous tricoter des vêtements!

    - Nein! Nous vouloir du vrai çic parisien! 

    - Yes! Parisian élegance!

    - Nous représenter la France à l'étranzer!

    - Yes! French ambassadress!

    - Mais savez-vous que nos vacances ne sont pas assurées? leur ai ze dit.

    - Warum? s'est étranglée Minizuplein dans la langue de Wagner.

    - Why?

    - Oui, pourquoi donc dites vous cela, ma çère?

    - Parce que Mossieu Zilbert a mal aux pieds!

    - Lui avoir toujours un pet de travers.

    - He's a çoçotte!

    - Elles n'ont pas tout à fait tort, a razouté Minuizupette. Avec Mossieu Cricri, la maladive momie, il fait la paire!

    - Il a si mal qu'il s'est astreint à prendre rendez vous çez un pattologue!

    - Nous être sauvées! La pattologue être experte.

    - Sinon on n'a qu'à faire une croisière sur le nouveau plus grand paquebot, avec 19 piscines!

    - Yes! A flotting palace!

    - Le voyaze dans les Pays Baltes est dézà réservé.

    Après qu'on a fait des emplettes, ce fut la soirée et une nouvelle crise.

    - Savez vous que ce soir c'est le Grand Prix de l'Eurovision?

    - Zic! nous vouloir voir!

    - Yes! We want!

    - Nan! a dit celui qui dit que ze ne suis que son hôte. Il y a un thriller sur une aure çaîne.

    - Dans c'te maison, nous touzours regarder films gores ou sanglants! Zamais des zoyeusetés!

    Et comme il se doutait de quelque çose, mon hôte avait caçé la zapette! Sinon elles s'en seraient emparé!

    Et elles ont boudé toute la soirée!

    Tellement bien qu'on leur a permis de regarder la fin de la séance et la victoire de Conçita, pour l'Autriçe.

    - Ce sont votre Gross Mutti et votre Oppa qui doivent être ravis, ma çère amie, ai ze dit à Minizupette.

    - Hum! ... Ze n'en suis pas persuadée!

    - Et pourquoi? A cause de la barbe de la çanteuse?

    - Un peu, mais c'est surtout du fait que c'est l'Autriçe qui va devoir organiser la proçaine édition...

    - Et quel est le problème?

    - Cela coûte de sous...

    - Heureusement que la France a été dernière.... On va faire des économies.

    - Moi avoir bien aimé notre petit groupe!

    - Il y a bien que vous!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire