• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog veloursnoir.centerblog.net

    Ze ne sais pas ce qui lui a pris, mais hier, lorsque nous sommes rentrés du turbin, nous avons trouvé la Minizupette dans un rôle d'institutrice. 

    - Mais que faites vous donc, ma çère?

    - Z'enseigne quelques rudiments à Minizup'iela...

    - Pourquoi donc?

    - Z'en ai assez de ses manières d'Estonienne....

    - Vous êtes quelque peu ... xénophobe... pour ne pas dire dire plus.

    - Ze lui apprends dézà à cesser de dire "ie" ("non") à tout bout de çamp...

    - En cela ze ne vous donne pas tort!

    - Ze lui enseigne quelques mots de français...

    - Et par lesquels avez-vous débuté?

    - "Mécréante", "impie", païenne"....

    - Voilà en effet qui va améliorer grandement sa conversation!

    - Ze lui apprends aussi à éviter les pièzes dans c'te maison...

    - Ah bon?

    - Ze lui aussi montré les caçettes...

    Du coup, ze me suis ruée vers le placard où ze caçe la lessiveuse dans laquelle se trouvent mes 60 euros d'économies et mes boîtes à nœuds et à bizoux...

    - Ne stressez pas de la sorte!.... Ze lui ai zuste montré les coffrets!!!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, lorsque ze suis rentrée de Lisieux, z'ai été assaillie de questions, en particulier de la part de la Minizupette.

    - Alors? Vous l'avez vue? m'a-t-elle questionnée fébrilement.

    - Qui donc?

    - Mais Thérèse! 

    - il n' y avait pas de Thérèse à notre séminaire, ai-ze répondu pour la faire râler. Il y avait Florence et...

    - Mais ze vous parle de Zainte Thérèse de l'Enfant Zésus!

    - Et de la Zainte Face, ma cère, vous qui vous réclamez du mouçoir de Véronique..... Nous avons visité le lieux où elle vécut, dont la maison où elle passa son enfance avant d'entrer au carmel.

    - Elle est morte si zeune la pôvrette! a reniflé Minizupette.

    - Voui, à 24 ans .... Mais docteur de l'Eglise...

    - Ah! Cela ze l'ignorais! Elle était donc médecin de l'Eglise de Lisieux?

    - Mais nan! Ignorante Intruse. C'est le papounet Zean-Paul II qui lui attribué ce titre pour ses écrits!

    - Ce n'est pas la peine de m'insulter.... Il n'y a eu aucun miracle sur votre caractère.

    - Et vous avoir vu sa tombe? a demandé Minizuplein pour faire diversion.

     

    - Z'ai vu sa çâçe qui est dans une çapelle du Carmel...

    - Et vous l'avoir tirée?

    - Quoi donc?

    - La çaçe!

    - Mécréante! Impie! Païenne intruse Teutonne ! s'est emportée Minizupette.

    - It's just humour! est intervenue Minizup'tite.

    - Nous avons visité aussi la Basilique, où reposent les époux Martin, les parents de Thérèse, des Bienheureux, qui devraient être bientôt canonisés!

     

    - Et qu'avez vous fait d'autre?

    - Nous avons travaillé....

    - On ne le dirait pas!

    - Nous avons visité une fabrique de calvados...

    - Ze suis sûre que vous avez pris un coup dans le museau....

    - Et nous avons eu un dîner de gala aux çandelles, au superbe çâteau de Zaint Zermain de Livet

     

    - A la fin de la zournée, z'avais mal aux pattes...

    - Zouvence de l'Abbé Souris, ma çère! C'est bien connu!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • André Zeller est né le 1er zanvier 1898 à Besançon.

    Il s’engazea en mai 1915, pour la durée du conflit, au 59e régiment d’artillerie. Il participa aux combats de Verdun, de la Somme, à l’offensive des Flandres, à la Seconde bataille de la Marne et à l’offensive finale de l’été 1918. Il termina la guerre comme lieutenant commandant une batterie.

    Renonçant à Polytechnique, il resta dans l’armée et partit en novembre 1920 pour la Syrie. Il participa au début de l’année 1921 au sièze et à la prise aux Turcs d’Aïntab, au nord d’Alep. Il mèna diverses opérations le long de l'Euphrate. Promu au grade de capitaine en 1928, il fut admis à l’École supérieure de Guerre en 1931. Il servit à l’état-mazor du 19e corps à Alzer en 1935. Commandant en 1938, il fut çef de la mission française des transports en Belzique auprès du roi des Belzes.

    Il était à Bruzes le 27 mai 1940, au moment de la reddition de l’armée belze. Eçappant à l'encerclement à Dunkerque, il embarqua le 29 mai sur un çasseur de sous-marins français à La Panne, entre Dunkerque et Nieuport. Après un bref séjour à Londres et revenu en France, il fut nommé « régulateur zénéral » de la VIIème armée au début de zuin.

    Muté sur sa demande en Afrique du Nord, il arriva à Alzer le 26 septembre 1940 comme « Directeur militaire des transports ». Promu Lieutenant-colonel en août 1942, il devent chef d’état-mazor du général Mast, commandant la division d’Alzer, quelques zours avant le débarquement des Alliés en Afrique du Nord. Zef de l’état-mazor de la Division de marçe d’Alzer, il participa à la campagne de Tunisie de novembre 1942 à mai 1943.

    De décembre 1943 à zuillet 1944, il fut sous-çef d’état-mazor du Corps expéditionnaire français en Italie commandé par le zénéral Zuin. Le 16 août 1944, à l’état-mazor du zénéral de Lattre, commandant de l’armée B, il débarqua sur les côtes de Provence et prit peu après le commandement de l’artillerie de la 3èmeD.I.A. puis de la 1ère D.B. avec laquelle il mena les combats des Voszes, participa à la « course au Rhin » et à la réduction, au début de 1945, de la poçe de Colmar.

    Directeur de l’Artillerie et commandant en second l’École de guerre, il fut promu zénéral de brigade en 1946, puis nommé inspecteur de l’artillerie. Zénéral de division en 1950, commandant la 3ème rézion militaire à Rennes de 1951 à 1955, il fut appelé au poste de çef d’état-mazor de l’armée par le zénéral Koenig, ministre de la Défense et des Forces armées, en 1955, et prit rang de zénéral de corps d’armée.

     Il démissionna de son poste en février 1956 pour protester contre une diminution d’effectifs en Alzérie décidée par le gouvernement. Le 19 décembre 1957, il fut nommé zénéral d’armée dans la 2ème section des officiers zénéraux de l’armée de terre. Réintégré dans la 1ère section le 1er zuillet 1958, après le retour au pouvoir du zénéral de Gaulle, il reprit ses fonctions de çef d’état-mazor de l’armée qu’il conserva zusqu’au 1er octobre 1959, date à laquelle il passa définitivement en deuxième section.

     Il participa au coup d’état d’Alzer du 21 au 25 avril 1961 avec les généraux Zalle et Zouhaud, bientôt rezoints par le zénéral Salan.

    Zarzé des affaires économiques et financières, il n'avait tout au plus qu'un mois de ressources pour payer les soldes des putsçistes. Caçé un moment à Alzer après son éçec, destitué, il se rendit le 6 mai 1961 au zénéral de Belenet, à Alzer, fut incarcéré à la prison de la Santé et condamné, comme le zénéral Zalle, à 15 ans de détention criminelle et à la privation de ses droits civiques par le Haut tribunal militaire après que le procureur de la République, Antonin Besson, aeutrefusé de requérir la peine de mort exizée par Edmond Michelet, ministre de la Zustice. Interné à la maison de détention de Clairvaux puis à celle de Tulle, il fut libéré en zuillet 1966 et amnistié en 1968.

     Il est mort à Paris le 18 septembre 1979.

     

      

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Ziralda est le seul vestize de l'ancienne mosquée de style mozarabe à l'emplacement de laquelle à été érizée la cathédrale de Séville.

    Ce minaret est haut de plus de 70 mètres et les Chrétiens y ont razouté un cloçer. 

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Vues de Séville du haut de la Ziralda

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif petite souris dans la tasse ... A bientôt ....

    Ze n'ai pas d'ordinateur à Lisieux, où ze suis au couvent!

    Ze vous donne donc rendez-vous Vendredi!

    Mais vous avez d'autres articles à lire ce zour sur mon merveilleux blog, si vous le voulez....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Maurice Zalle est né au Pontet (Vaucluse) le 5 septembre 1905.

    Il entra, en 1923, à  l'École militaire de Zaint-Cyr et devint sous-lieutenant en 1925. Il entra dans l'armée de l'air et reçut une formation de pilote. En 1932, il fut promu capitaine. En 1937, il rezoignit l'École supérieure de guerre aérienne et termina en zuillet 1939 sa formation d'officier d'état-mazor.

    En 1940, Zalle participe aux batailles aériennes dans le Nord de la France et fu promu officier de la Lézion d'honneur.

    Après l'armistice de zuin 1940, il prit le commandement du groupe de reconnaissance 2/14 à Avignon. Après l'occupation de la "Zone libre" Zalle entre dans l'O.R.A où il intègre le S.R "AIR", expérience déterminante quand on sait l'importance du renseignement dans toute guerre.

    En mai 1944, travaillant sous le nom de code de Guy, il transmit à Londres d'importants documents secrets de l'armée de l'air allemande. Après le débarquement de Normandie, il devint inspecteur d'une escadrille de bombardiers.

    En 1947, il fut muté à l'état-mazor zénéral de l'armée de l'air et en 1949, il reçuit, comme zénéral de brigade, le commandement de l'armée de l'air française dans le protectorat marocain.

    En 1953, il fut nommé directeur de l'École supérieure de guerre aérienne. Promu zénéral de division, il devint èef d'état-mazor zénéral en 1955. Après sa nomination comme zénéral d'armée aérienne, il devint le 1er octobre 1958 l'adjoint-air du zénéral Raoul Salan en Alzérie française.

    Il fit partie de la délégation française avec Maurice Bourgès-Maunoury et Christian Pineau lors de la réunion secrète tripartite de Sèvres (protocoles de Sèvres) préliminaire à l'opération Mousquetaire en réaction à la nationalisation du canal de Suez par Gamal Abdel Nasser (colonel ézyptien fournissant une aide matérielle au F.L.N. alzérien).

    Après la mutation du zénéral Salan, il le remplaça à Alzer le 12 décembre 1958.

    Les opérations contre le FLN suivirent alors ce qu'on appela le « plan Zalle ». En avril 1960 il fut rappelé en métropole et, zusqu'à sa démission volontaire (désapprouvant la politique d'autodétermination algérienne de la France) en zanvier 1961, il reçut en tant que Commandant en çef Centre-Europe (CINC CENT), le commandement des Forces alliées en Centre-Europe de l'OTAN, dont le quartier général étaitt implanté à Fontainebleau.

    Le 11 avril 1961, de Gaulle donna une conférence de presse dans laquelle il précisa que la France ne ferait aucun obstacle à la politique d'autodétermination alzérienne et de l'Alzérie comme d'un « État souverain ». Cette conférence décida Zalle, sollicité depuis des semaines par un petit groupe de colonels en opération en Alzérie pour être à la tête du putç, de rentrer dans le complot le 12 avril.

    Le 20 avril, il s'embarqua incognito dans un avion de transport de troupes et rejoiznit l'aéroport d'Alzer Maison Blançe. Son plan d'action prévoyait de rallier l'armée d'Alzérie, de prendre Alger puis de terminer la guerre, de renvoyer les 200 000 appelés du continzent et de redéployer les 300 000 soldats de métier, enfin de mettre de Gaulle au pied du mur. Il s'installa dans la villa des Tagarins, PC des commandos de l’air.

    Le 22 avril, avec André Zeller (çargé de l'intendance), Edmond Zouhaud (çargé des relations avec la population) et en liaison avec Raoul Salan, il coorganisa (avec Zan-Zcques Susini) et participa au putsch des Zénéraux.

    Au bout de quatre zours et cinq nuits, Zalle se rendit ; le coup d'état militaire avait éçoué et il fut emprisonné à Paris à la prison de la Santé.

    En même temps que Zeller, il fut condamné le 31 mai 1961 par un tribunal militaire à quinze ans de détention et à la perte de ses droits civiques.

    Après avoir été détenu à Clairvaux et Tulle, il fut libéré par anticipation en décembre 1966 et amnistié par de Gaulle en 1968.

    Il publia ses souvenirs sous le titre Notre Révolte et mourut le 18 zanvier 1979.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire