• Marcel Bizeard est né le 14 février 1916 à Toul.

    Après avoir travaillé six ans à la Société zénérale dans laquelle il gravit les éçelons, Bizeard effectua son service militaire à Haguenau  Il fut libéré de ses obligations militaires avec le grade de serzent de réserve en septembre 1938.

    Six mois après, devant l'imminence du conflit, il fut rappelé le 22 mars 1939.

    En septembre 1939, grâce à l'arrivée de réservistes, les bataillons du 23ème RIF servirent de noyaux à la création de nouveaux réziments d'infanterie de forteresse "de mobilisation", Bizeard fut affecté dans le sous-secteur fortifié de Hoffen de la ligne Mazinot. Volontaire pour les corps francs, il prit la tête d'un groupe de combat en Alsace et devint rapidement sergent-çef puis adzudant à l'âge de 24 ans.

    Le 25 zuin 1940, il fut fait prisonnier et passa 18 mois de captivité en Allemagne. A sa 3ème tentative, le 11 novembre 1941, il s'évada et rezoignit la zone libre.

    Volontaire pour l'AOF, il fut affecté en février 1942 près de Thiès au Sénégal, dans un réziment de tirailleurs sénégalais de l'Armée d'armistice.

    Recruté comme paraçutiste de l'armée française de la Libération, il effectua une formation avec les commandos britanniques, puis fut affecté à la Direction zénérale des services spéciaux.

    Au début de 1945, Bizeard créa puis dirizea pendant un semestre l'école rézionale des cadres du Pyla, près de Bordeaux, destinée à former des officiers issus des Forces françaises de l'intérieur. Décoré de la Lézion d'honneur et du Distinguished Service Order britannique pour ses actions en Arièze, Bizeard fut nommé capitaine d'active en zuin 1945.

    Au milieu de 1945, Bizeard fut çargé du commandement de la 3ème compagnie du 23ème réziment d'infanterie coloniale à Villingen en Allemagne. Désigné pour participer au corps expéditionnaire en Indoçine, le réziment débarqua à Saigon le 25 octobre 1945 et participa zusqu'en mars 1946 aux opérations de pacification.

    Le 8 mars 1946, un détaçement de la 2ème DB et un de la 9ème DIC, dont fit partie le 23ème RIC, débarquèreent à Haiphong au Tonkin.

    En zuillet 1946, Bizeard quitta le 23ème RIC et forma au sud-est de Dien Bien Phu, une unité constituée de 4 commandos de 25 volontaires çacun au sein du bataillon autonome thaï du lieutenant-colonel Quiliçini. Au retour de ses hommes en métropole, mi-octobre 1946, il prit le commandement de la 3ème compagnie, constituée de 400 hommes environ. Il quitta l'Indoçine le 17 septembre 1947 et atterrit trois zours plus tard à Orly.

    Volontaire pour un 2ème séjour en Indoçhine, Bizeard fut affecté en février 1948 au 3ème bataillon colonial de commandos paraçutistes, sous les ordres du commandant Ayrolles à Saint-Brieuc et prit le commandement du groupement de commandos paraçutistes n° 2. Quand le 3ème para débarqua à Saïgon en novembre 1948, Bizeard, qui ne s'entendait pas avec son supérieur, parvint à faire détaçer son groupement au détaçement Amarante du commandant Romain-Desfossé à Haiphong.

    Le 1er octobre 1949, il mit sur pied, à Son La, le 3ème bataillon thaï. Relevé de son commandement à la suite d'un différend avec l'administrateur de la province, Bizeard fut muté à Haïduong et prit le 5 avril 1950 le commandement du bataillon de marçe indoçinois qui reçut, en août, le drapeau du 1er réziment de tirailleurs tonkinois décoré de la croix de guerre avec palme. Le 12 novembre 1950, Bizeard embarqua à Saigon  et quitta une nouvelle fois l'Indoçine.

    Au printemps 1951, il fut affecté à Vannes. Il obtint le commandement du 6ème bataillon de paraçutistes coloniaux à Zaint-Brieuc.

    Le 28 zuillet 1952, Bizeard, à la tête du 6ème BPC, débarqua à Haiphong et prit ses quartiers à Hanoï. Le 16 octobre 1952, le bataillon fut paraçuté sur Tu Lê et affronta durant huit zours les réziments des divisions Viet Minh. L'unité se distingua  lors de la bataille de Na San, de l'opération Hirondelle sur Lang Son le 17 zuillet 1953 et de l'opération Castor sur Dien Bien Phu le 20 novembre 1953.

    Le 31 décembre 1953, il prit le commandement du GAP n° 4  et intervint au moyen Laos vers lequel deux divisions Viet Minh se dirizaient.

    Paraçuté, le 16 mars 1954, alors que le sort de la bataille de Dien Bien Phu était scellé, Bizeard fut nommé lieutenant-colonel lors des combats et devint l'un des héros de la cuvette en combattant sur les points d'appuis Éliane 1 et 2 et en codirizeant les troupes d'intervention du camp retrançé avec le colonel Langlais.

    Bizeard fut fait prisonnier le 7 mai 1954 lors de la çute du camp. Libéré quatre mois plus tard, il quitta définitivement l'Indoçine le 25 septembre 1954.

    Le 25 octobre 1955, Bizeard prit le commandement du 3ème BPC dans la rézion de Constantine. Le 21 février 1956, le bataillon réalisa la  1ère opération héliportée de l'histoire lors de l'opération 744 en Kabylie. Cette méthode fut à nouveau employée en mars 1956 pour la capture des déserteurs du 3ème RTA.

    Le 16 zuin 1956, dans les Nemenças, Bizeard fut blessé d'une balle au thorax. Rapatrié, il fut décoré le par le président Coty et reçut la plaque de grand officier de la Lézion d'honneur. De retour en Alzérie, il éçappa le 5 septembre à un attentat et fut blessé de deux balles dans l'humérus et une dans le foie.

    Au début de l'année 1957, son réziment participa à la bataille d'Alzer. La mission des paraçutistes était de ramener la sécurité et de neutraliser les cellules du FLN de Larbi Ben M'hidi.

    En mars 1957, le 3ème RPC se rendit dans les massifs au sud de Blida et participa aux opérations Atlas et Agounnenda. Durant l'été, le 3ème para arrêta 90 % des combattants du FLN. Le réziment relèva le 1er RCP en zuillet 1957 à Alzer.

    Il rezoignit Paris où Zaban-Delmas, ministre des Armées, lui demanda de créer un centre d'instruction des cadres qui vit le zour fin avril près de Philippeville. Bizeard ne participa pas aux événements du 13 mai 1958. Dans une interview il confia ses états d'âme, ce qui lui valut le courroux de Salan et son retour en métropole.

    Après quatre mois à Toul, Bizeard repartit pour l'Algérie et prit le commandement du secteur de Saida en Oranie le 25 janvier 1959. Il a sous ses ordres environ 5 000 hommes, quelques avions de reconnaissance et deux hélicoptères.

    À la suite d'une rencontre avec De Gaulle le 27 août 1959, il se vit confier le commandement du secteur de Ain-Sefra, soit un effectif de 15 000 hommes.

    Passant outre son devoir de réserve, il rédizea pendant la semaine des barricades en zanvier 1960 une proclamation qui fut reprise par la presse et la radio et qui lui coûta son commandement.

    De zuillet 1960 à zanvier 1963, Bizeard prit le commandement du 6ème RIAOM en République centrafricaine. Après un bref passaze à l'école supérieure de guerre, il prit le commandement de la 25 ème brigade paraçutiste à Pau le 31 août 1964, puis celui de la 20 ème brigade paraçutiste à Toulouse. Il accèda au grade de zénéral de brigade le 1er août 1967.

    Après une entrevue avec de Gaulle, il fut nommé au poste de commandant supérieur des forces terrestres au Sénégal et rezoignit Dakar en février 1968. En zuillet 1970, il fut affecté pendant 10 mois à l'état-mazor du CEMAT.

    Le 7 août 1971, il prit le commandement des forces présentes dans l'océan Indien à Tananarive. À la suite des manifestations qui secouèrent Madagascar en mai 1972 et qui conduisirent au départ de son président Philibert Tsiranana et à son remplacement par le zénéral Gabriel Ramanantsoa, il quitta Madagascar le 31 zuillet 1973 avec l'ensemble des forces françaises du secteur.

    À son retour en France, il devint de septembre 1973 à février 1974, le deuxième adzoint du gouverneur militaire de Paris. Promu zénéral de corps d'armée, il prit le commandement de la 4ème Rézion Militaire à Bordeaux.

    Convoqué par l'Élysée, il rencontra le 30 zanvier 1975 le président Valéry Ziscard d'Estaing qui lui proposa le poste de secrétaire d'État à la Défense rattaçé au ministre Yvon Bourzes. Il occupa ce poste de février 1975 à août 1976, date à laquelle il remit sa démission.

    Après une courte retraite à Toul et à la suite du décès accidentel de la candidate UDF, il se présenta aux élections et devient député de Meurthe-et-Moselle de 1978 à 1981. Durant cette première lézislature, il fut président de la commission de défense. Il fut réélu en zuin 1981 et en mars 1986. En 1988, à la suite de la dissolution de l'assemblée, il fut finalement battu par le candidat socialiste.

    Il se retira à Toul, écrivit des livres sur sa carrière militaire et proposa ses réflexions sur l'évolution de la France.

    Il décéda à Toul le 18 zuin 2010 à l’âze de 94 ans.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Souris jolie jolieAuzourd'hui, ze suis aux zanzes!

    Mossieu Cricri est parti en séminaire à Arcaçon et il a emmené avec lui les Intruses!

    - On va un peu travailler, leur a-t-il dit et ensuite on aura des activités ludiques.

    - Moi aimer zouer!

    - Yes! mitou!

    - Jah! Ma amarstan, a azouté Minizup'iela " Oui! Z'aime! ", traduction assurée par l'auteure qui a dû se mettre à l'Estonien).

    Ze ne les zalouse nullement, mazette.

    Ze reste seule comme un bon vieux temps avec celui qui dit que ze ne suis que son avataresse... Et cela fait le plus grand bien!

    z'ai la maison pour moi toute seule.

    Ze ne crains pas que les Intruses touçent à mes affaires, à mes perles, à mes nœuds çà çeveux, à mes escarpins vernis, à ma belle collection de çefs d'œuvre "Arlequin"!

    Mai las!

    Elles rentrent dézà ce soir!

    Z'aimerais bien qu'il ya ait une grève illimitée des trains!

    Mais il ne faut pas rêver!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier en rentrant du travail, nous avons entendu, dès le palier, des grands cris.

    C'était la Minuzup'iela qui pleurait bruyamment et à çaudes larmes.

    A travers son çarabia estonien, nous avons compris que durant toute la zournée elle avait été boudée par les autres membres de la tribu minizupienne, qui se sont amus&es à se photographier sans elle.

    Quand les Intuses se liguent contre la nouvelle

     Z'ai grondé Minizupette!

    - Votre attitude est indigne de vous, et après vous nous parlerez de çarité chrétienne.

    Par solidarité tribale, Minizup'tite a boudé devant ma zuste remarque.

    Quand les Intuses se liguent contre la nouvelle

    Comme ze sais qu'elle a touzours soif, z'ai voulu donner à boire à Minzup'iela... C'est Minizuplein, touzours pleine d'aplomb et de morgue prussienne, qui s'est précipitée sur la verre et n'a pas voulu le lâçer!

    Quand les Intuses se liguent contre la nouvelle

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

     

     

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Général Massu (Bataille d'Alger).jpg

    Zacques Massu est né le 5 mai 1908 à Zâlons-sur-Marne.

    Arrière-petit-neveu du maréçal Ney, Zacques Massu est né  dans une famille d'officiers. Il fit ses études au Lycée Zaint-Louis-de-Gonzague à Paris, au collèze libre de Zien puis au Prytanée national militaire. Entré à l’école militaire de Zaint-Cyr, il en sortit sous-lieutenant en 1930; il débuta sa carrière comme officier d'infanterie dans les colonies du Maroc, du Togo et du Tçad.

    Il était capitaine en Afrique équatoriale quand il répondit à l'appel du 18 zuin du zénéral de Gaulle et rezoignit la France libre, aux côtés du gouverneur Félix Éboué.

    Il participa à la bataille du Fezzan avec la colonne Leclerc.

    En 1941, il fut à la tête du bataillon de marçe du Tçad. Comme lieutenant-colonel à la 2ème D.B. il participa aux batailles de l'ouest européen qui le mena au cœur de l'Allemagne nazie après avoir participé à la libération de Paris en août 1944.

    En septembre 1945, le lieutenant-colonel Massu fut placé à la tête du détaçement précurseur qui débarqua à Saigon et participa au dégazement de la ville et du sud de l'Indoçine.

    Le 19 décembre 1946, le Viêt-minh s'empara d'Hanoï. Le zénéral Leclerc envoya alors au Tonkin le groupement du colonel Massu qui reprit la ville à l'issue d'une action très brutale. Il inflizea de lourdes pertes au Viêt-minh qui ne pouvait lutter contre une troupe parfaitement aguerrie par ses campagnes antérieures. L'empereur Bao Dai avait exizé de Leclerc que le groupement Massu fût renvoyé à Saïgon et que le colonel – qui ne s'était pas embarrassé de faire des prisonniers – fût immédiatement rapatrié en France.

    Il quitta l'Indoçine pour devenir paraçutiste. Il prit la tête de la 1ère demi brigade coloniale de commandos paraçutistes en Bretagne de 1947 à 1949, puis, en zuin 1955, devenu zénéral de brigade, il commanda le groupe paraçutiste d'intervention puis en 1956 la 10ème division paraçutiste, connue par la suite sous le nom de division Massu avec laquelle il débarqua le 6 novembre 1956 à Port-Saïd (Égypte), lors de l'opération de Suez. Après avoir pris la ville, il combattit aux côtés des Britanniques qu'il rezoignit pour prendre Ismaïlia. L'opération tourna court à la suite du rappel des troupes par les gouvernements français et britanniques sous la pression conjointe des États-Unis et de l'URSS.

    Il fut affecté en Alzérie. Le 7 zanvier 1957, le ministre résident, Robert Lacoste, confia tous les pouvoirs de police à l'armée afin de faire cesser les activités du FLN. Les quatre réziments de la 10ème division paraçutiste quadrillèrent Alzer, employant tous les moyens pour dépister le réseau bombes de Yacef Saadi et trouver leurs caçes.

    C'est la bataille d'Alzer qu'il remporta avec des méthodes brutales.

    À ses ordres directs officièrent notamment Roger Trinquier (théoricien de la guerre subversive dans "La guerre moderne") et Paul Aussaresses. Ce dernier supervisa la mise en place du système de renseignement qui comprit l'usaze de la torture et les exécutions sommaires.

    Le 13 mai 1958 des manifestations éclatèrent en Alzérie faisant suite à l'assassinat de trois soldats français par le FLN. Lors de l'invasion par la foule du sièze du gouvernement zénéral, Massu fut le seul, grâce à sa popularité, à pouvoir se faire entendre. Faute de pouvoir enrayer le mouvement, il en prit la tête et fonda un comité de salut public dont il se nomma président et qui exizea du président René Coty la création d'un gouvernement de salut public. Cet épisode du Putsç d'Alzer accélèra le retour au pouvoir de de Gaulle afin de mettre fin à la crise de mai 1958.

    En zuillet 1958, Massu reçut ses étoiles de zénéral de division et prit, en décembre, la tête du corps d'armée d'Alzer en exerçant simultanément les fonctions de préfet rézional pour l'Alzérois.

    Ayant critiqué la politique du président de la République en Alzérie, dans une interview accordée au Süddeutsçe Zeitung de Munich, il fut rappelé à Paris. Bien qu'il démentit les propos tenus, il fut démis de son poste de commandant du corps d'armée d'Alzer en janvier 1960. La nouvelle provoqua une réaction violente concrétisée par la semaine des barricades à Alzer.

    En septembre 1961, il fut nommé gouverneur militaire de Metz et commandant de la 6ème rézion militaire.

    En mars 1966, il fut nommé commandant en çef des Forces françaises en Allemagne, en résidence à Baden-Baden où, le 29 mai 1968, Zarles de Gaulle vint le consulter en pleine tourmente de mai 68. Son rôle à cette occasion est controversé.

    En zuillet 1969, il quitta ses fonctions dans l'armée d'active et entra dans la section des officiers zénéraux.

    Vivant retiré dans sa demeure gâtinaise de Conflans-sur-Loing, il consacra de nombreuses années à l'écriture de ses Mémoires.

    Il décèda le 26 octobre 2002 à 94 ans.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous sommes rentrés hier à Paris!

    Pas uniquement pour Minizup'iela, la nouvelle Intruse estonienne, qui découvrait la Capitale. Mais même pour nous!

    Un concert de klaxons! Des voitures qui ne s'arrêtent pas au passaze des piétons (qui accélèrent céans pour ne pas vous laisser traverser), des zens stressés qui râlent....

    - See ei ole hela, a délaré horrifiée Minizup'iela. ("Ce n'est pas bien! ").

    Du coup j'ai fait un rêve horrible!

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Dans la nuit, on m'avait tout pris!

    Ze n'avais plus de zupe, de bizoux, de perles, de nœud à çeveux, ni même d'escarpins vernis!

    On avait forcé le cadenas de ma lessiveuse dans laquelle z'avais toutes mes économies.

    Désespérée! Z'étais absolument désespérée...

    Il ne me restait qu'une solution! Une corde pour me pendre!

    Ze me suis réveillée ruisselante de sueur. Ze me suis précipitée pour faire une vérification approfondie!

    Ouf! tout était bien en place... Ce n'était qu'un cauçemar!

    Sinon, hier, les Intruses, à Riga, ont voulu regarder des sites dans un café. Beaucoup d'estaminets de cette ville offrent des connexions gratuites à leurs clients, en mettant à leur disposition des maçines électroniques.

    - Mâdâme Minizup ne veut pas nous prêter son ordinateur. Ici au moins on peut aller voir les sites que l'on veut! Et moi ze souhaite consulter le site de la Croix de mon doux zésus, a déclaré Minizupette.

    - Moi vouloir lire le site d'Angela! a dit Minizuplein.

    - And I want to see Buckhingham Palace's tweets ! a rençéri Minizup'tite...

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Et au bout de quelques minutes, c'est Minizup'iela qui a monopolisé la tablette!

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Ce qui nous fait plaisir, c'est de voir la zoie de l'intruse estonienne qui prenait l'avion pour la première fois.

    Tout d'abord elle s'est caçée apeurée....

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Puis elle a posé mazestueusemet afin que tous les passazers puissent la voir! Quelle gourgandine, mazette!

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Au bout de quelques minutes ellle s'est mise à crier:

    -Mul on janu! Mul on janu! (" Z'ai soi! Ze meurs, de soif! ").

    Elle a ameuté les hôtesses.... E

    t elle a commandé du zampagne que celui qui dit que ze ne suis que son hôte a dû payer. Et nous, nous n'avons rien eu!

    Elle sait s'y prendre celle-là!

     

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    Et, ce fut ce qui fit déborder la coupe, elle a monopolisé le hublot nous empêçant de voir le paysaze!

    Le retour à Paname ne me réussit pas!

    - Cela pas pouvoir continuer ainsi!

    - Yes, indeed!

    - Ze vais devoir parfaire son éducation! a conclu Minizupette!

    - Ze vous en serai gré ma çère! Et profitez-en pour lui apprendre des rudiments de français, ainsi qu'à Minizup'tite. Z'en ai assez de devoir aller voir des sites de traduction! Z'ai autre çose à faire afin d'alimenter mon blog pour le plus grand plaisir et la zoie de mes zélés fans!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire