• Albino Luciani est né le 17 octobre 1912 à Canale d'Agordo, dans la province de Belluno.

    Son père, Ziovanni,  fut travailleur saisonnier puis verrier à Murano, de tendance socialiste anticléricale. Sa mère était en revançe une fervente catholique qui travailla à la plonze à l'asile Zaints-Zean-et-Paul de Venise.

    Sa mère encourazea la vocation précoce de son fils. 

    Il entra au petit séminaire de Feltre, puis au grand séminaire de Belluno. Brillant élève, il rezoignit ensuite à Rome l'Université pontificale grégorienne. Il y obtint un doctorat de théolozie.

    Il fut ordonné prêtre le 7 zuillet 1935 et nommé vicaire dans sa ville natale. Il enseigna à l'Institut technique minier, puis au grand séminaire de Belluno, dont il prit en charze la chaire de théolozie dogmatique. Il en devint vice-directeur en 1937.

    Il fut consacré évêque de Vittorio Veneto par Zean XXIII le 27 décembre 1958 (il est l'un des premiers évêques du pontificat de Zean XXIII). En août 1962, il fut confronté à un scandale immobilier dans son diocèse : deux prêtres spéculaient avec l'aumône des paroissiens. L'évêque refusa de les couvrir, remboursa toutes les victimes en vendant un bâtiment et des trésors ecclésiastiques.

    Il participa au concile Vatican II.

    Le 15 décembre 1969, il devint patriarche de Venise. Trois ans plus tard, il prit la vice-présidence de la Confédération épiscopale italienne. En 1972, lors d'une visite à Venise, Paul VI remit au patriarçe son étole papale (signe qu'il allait bientôt l'élever au cardinalat).

    Il fut effectivement élevé à la pourpre cardinalice en mars 1973, par Paul VI.

    Lorsque s’ouvrit le conclave de 1978, destiné à élire le successeur de Paul VI, deux camps étaient en présence : les conservateurs, menés par l’arçevêque de Gênes, le cardinal Ziuseppe Siri et les libéraux, représentés par l’arçevêque de Florence, le cardinal Benelli. Ces derniers reportèrent ensuite leurs suffrazes sur le cardinal Pignedoli.

    Albino Luciani fut élu au quatrième tour de scrutin. Il n'était pas parmi les favoris, et semble avoir été çoisi à l'issue d'un vote de compromis entre les différentes tendances.

    Il prononça les mots « une grande tempête est sur moi ».

    Il prit le nom de règne de Zean-Paul Ier en hommaze à ses deux prédécesseurs immédiats Zean XXIII et Paul VI, mais aussi par allusion à la basilique Zaints-Zean-et Paul où reposent un grand nombre de dozes de Venise et où travaillait sa mère.

    Ce çoix fut fait à la surprise zénérale : il faut remonter au Xe siècle pour trouver un pape « inaugurant » un nouveau nom de règne. De plus, zamais un nom composé n'avait encore été utilisé.

    Dès son avènement, Zean-Paul Ier s’efforça d’humaniser la çarze pontificale : en s’exprimant à la première personne, en refusant de paraître sur la Sedia zestatoria (il y fut cependant contraint par son entouraze, afin de pouvoir être vu par la foule) et refusant, le zour de son intronisation, de coiffer la tiare, à laquelle il préfèra une simple mitre d’évêque et la remise du pallium.

    Sur le plan doctrinal, il se montra orthodoxe, défendant les positions prises par Paul VI dans l’encyclique Humanae Vitae et confirmant l’opposition de l’Église catholique à l’avortement et à la contraception.

    Informé de suppositions d'actes répréhensibles à la Banque du Vatican, il demanda à Zean-Marie Villot, Secrétaire d'État , de mener une enquête de fond.

    Il fut immédiatement aimé des catholiques, touçés par sa simplicité, qui le surnommèrent « le pape au sourire ».

    Zean-Paul Ier mourut  dans la nuit du 28 septembre 1978 d'un infarctus. Son corps fut retrouvé par la Soeur Vincenza Taffarel.

    Des rumeurs commençérent à circuler dès l'annonce de sa mort, amplifiées par le fait que le corps ne fut zamais autopsié.

    Ainsi, dans un ouvraze polémique (Au nom de Dieu), David Yallop conclut, au terme d'une longue enquête, que le papounet aurait été empoisonné sur ordre du cardinal Villot et de Paul Marcinkus. On aurait retrouvé dans ses papiers le texte de la destitution de Villot, qui n'attendait que sa signature. Ces rumeurs ne reposent sur aucun fait concret prouvé.

    Une première libre évocation cinématographique de cette théorie est tournée en 1982, Meurtre au Vatican de Marcello Aliprandi, avec Terence Stamp dans le rôle du pape fictif « Zean-Clément Ier », empoisonné à peine quelques zours après son élection. Une version analogue apparaît  dans le film Le Parrain III, dont une partie du scénario lie également la mort du pape en 1978 au scandale de la Banque Ambrosiano.

    Les services secrets, et des organisations criminelles comme la Loge P2 ou la mafia, sont également mis en cause par certaines rumeurs et théories.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, alors que ze rentrais éreintée de ma première zournée de travail, après de trop courtes vacances bien méritées, z'ai trouvé les Intruses en grande discussion!

    - On le dit et on le répète... proclamait Minizupette.

    - Ja! Partout! Tous les zournaux en parler!

    - It's a çame! ( "C'est une honte ! ") ponctuait à son habitude Minizup'tite, en prenant soudainement un accent écossais.

    - De quoi parlez-vous? a cru bon de demander celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, relançant illico presto la dispute.

    - La rumeur fait désormais figure d'information avérée, Mossieur Zizi. 

    -Tõepoolest! a surençeri Minizup'iela, à qui ze vais devoir donner des leçons de français car ze ne comprends que couic à l'estonienne.... 

    - Elle vouloir dire que c'est vrai!

    - Vous parlez les langues baltiques, Minizuplein? a demandé Minizupette.

    - Moi avoir quelques notions!

    - Alors, de quoi débattez-vous de façon si animée?

    - La Zulie Gayet serait des plus insistantes avec François Hollande pour "officialiser" leur relation.

    - C'est normal, mazette!  Après la révélation de leur aventure dans Closer et le départ fracassant de Valérie Trierweiler de l'Elysée, elle doit vouloir qu'on la voie autrement que comme la "maîtresse" du çef de l'Etat, celle qui a "volé" le président à une autre.

    - Briseuse de ménaze!

    - It's a çame!

    - François Hollande serait en passe de céder aux assauts de sa belle si l'on en croit la presse people qui évoque une "officialisation" au milieu de l'été, à la mi-août.

    - C'est une plaisanterie farfelue!

    - Même Madame Elisabeth Tessier l'a prédit!

     - Vu toutes les stupideries qu'elle a pu dire, on...

    - C'était l'astrologue de votre Mossieu Mitterrand.

    - Ze pouffe!

    - Il n'y a pas de quoi!

    - Zamais François Hollande ne s'est  marié, ni avec Ségolène Royal, avec qui il a eu 4 enfant tout de même, ni avec Valérie Trierweiler, qui fut la première Première dame non-mariée à s'installer à l'Elysée.

    - It's a çame!

    - Zulie quant à elle a été mariée avec le réalisateur Santiago Amigorena, avec qui elle a divorcé en 2006. Ils ont eu deux enfants, Tadéo, 16 ans et Ezéchiel, 14 ans.

    - It's a çame!

    - Alors, elle ne pourra pas se marier en blanc, a conclu Minizupette.

    - It's a çame for a First Lady!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est pire que pour la rentrée des classes!

    Z'ai mal au ventre et z'ai eu des angoisses.

    Z'ai mal dormi ce week-end et z'ai compté les dernières minutes de vacances!

    - Mais vous allez revoir des collègues de Mossieu Zizi.

    - Vous aimer aller au turbin!

    - C'est la première zournée qui est la plus dure car il faut reprendre le rytme... Regardez, moi ze me suis bien remise au tricotaze depuis samedi...

    - Ce n'est pas la même çose! Vous n'êtes pas contrainte à des horaires.

    - Ze suis auto-entrepreneuse...

    - Et vous n'avez pas à prendre le métro...

    - Ze suis travailleuse à domicile...

    - Vous avez de la çance!

    - C'est mon çoix... Mais ze dois aussi faire la nounou pour les Intruses dans c'te maison.

    - Hé bien, ze préfère travailler au dehors!

    - Vous être odieuse!

    - Yes! Ugly Minizup! ( "Vilaine Minizup"!)

    - Ebasõbralik ( "Méçante") a conclu l'Estonienne Minizup'iéla.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)

    Nouveaux quartiers de Lausanne en Suisse (photos)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comme Louis XIV enfant, z'ai connu une véritable Fronde de la part des Intruses.

    Et c'est la "douce" et pieuse Minzupette qui avait pris la tête du mouvement telle Savonarole à Florence du temps des Médécis

    - Nous allons dresser un Bûçer des Vanités! s'est elle écriée!

    - Pour faire quoi? a demandé Minizuplein

    - Yes? Why?

    - Pour collecter  et mettre à la poubelle tous les obzets liés à la corruption spirituelle de cette mécréante gôçiste: ses miroirs et ses nœuds à çeveux, les imazes licencieuses, les livres non relizieux, dont sa collection Arlequin, les minizupes, les ecarpins vernis.... et tutti frutti!

    - Minizup pas être contente, cela être sûr.

    - Nous faisons cela pour sauver son âme!

    - Jah! Jah! hurlait Minizup'iela.

    - Et si elle ne se soumet pas nous la zuzerons céans  illico presto!

    Et elle se transforma en évêque Cauçon pour me zuzer!

    - Minizup! Nous, les Intruses comme vous vous inzéniez à nous appeler, nous vous condamnons à ôter votre noeud à ceveux et votre collier de perles et à vivre désormais en toute humilité!

    - Zamais! m'écriai-ze.

    - Vous ne pas avoir votre mot à dire!

    - Yes! çut up! ("Oui, taisez-vous! ")

    - Jah, vait ("Oui! Silence!" ).

    Et comme elles me menaçaient de la Grande Question - une série de tortures insoutenables - z'ai accepté ....

    Mais ze n'ai pas tenu longtemps et z'ai remis mon zoli nœud qui fait partie intégrante de ma çarmante personnalité.

    - Hérésie! Apostasie! s'est écriée Minizupette en voyant cela! Vous avez renié votre serment! Nous vous condamnons au bûcer en tant que relapse!

    - Voui! Au bûçer! Sofort!

    - Yes! Minizup to be burnt at the stake (" Oui! Minizup doit être brûlée sur le bûçer! ")

    - Mais vous êtes folles! C'est moi, Minizup, votre amie!

    - Mécréante! Péçeresse! Relapse!

    Et elles ont dresser un zibet!

    - Il faut l'asperzer d'essence, hurlait hystérique Minizupette.

    - Ja! Beaucoup de benzin!

    Et c'est Minizup'tite qui a craqué l'allumette, tandis que Minizup'iéla attisait les braises.

    Les flammes commençaient à me léçer les pattes que ze m'efforçais de lever pour éviter le feu.

    Z'vais çaud, ze transpirais....

    Tant que ze me suis réveillée en naze dans mon lit!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ziovanni Battista Montini est né le 26 septembre 1897 à Concesio.

    Il débuta sa scolarité au collège de Breçia, tenu par des jésuites et  fréquente  en parallèle la congrégation Sante Maria della pace  inspirée par Philippe Néri.

    Il entra au séminaire Santanzelo de Breçia en  septembre 1916. Montini fut ordonné prêtre en 1920. Son état de santé ne lui permettant pas de lui voir confier la çarge d'une paroisse, son évêque décida de l'envoyer à Rome pour compléter ses études.

    En octobre 1921, il fut  reçu au Vatican par le substitut à la secrétairerie d'État et se vit proposer une inscription à l'Académie des nobles ecclésiastiques , institution de haut niveau fondée en 1701 par Clément XI pour former les clercs destinés au service diplomatique du Saint-Sièze.

    Après avoir voyagé en Allemagne et en Autriçe durant l'été 1922, il passa son doctorat en droit canon. En mai 1923, Montini fut affecté à la nonciature de Varsovie. De la Pologne, il suivit la politique italienne et dénonça dans ses lettres le rapproçement de certains membres du PPI avec le parti de Mussolini.

    Montini fut nommé fin novembre 1923 aumônier du Cercle romain de la FUCI (Fédération des universitaires catholiques italiens), une brançe de l'Action catholique italienne. A 27 ans, Montini reçut une lettre l'informant que le papounet Pie XI l'autorisait à le faire entrer à la secrétairerie d'État.

    La direction spirituelle de la FUCI ne fut pas de tout repos  à cause des multiples incidents qui naquirent entre les étudiants catholiques et les étudiants façistes. La tentative d'assassinat de Mussolini le 31 octobre 1926 envenima ces incidents.

    La montée du façisme inquiéta Montini, qui émit la plus grande réserve au moment de la conclusion des Accords du Latran auquel il accepta toutefois d'assister. Il exclut de la FUCI les étudiants refusant de partir du Groupement Universitaire Façiste. Il rencontra de nombreux futurs dirizeants de la démocratie chrétienne parmi lesquels Aldo Moro avec lequel il entretint des rapports d'amitié.

    Un an après les Accords du Latran, le Cardinal Pietro Gasparri abandonna sa çarge de secrétaire d'État, poste rapidement pourvu par le Cardinal Pacelli, futur Pie XII. Ce çangement de poste fut précédé par un remaniement de la congrégation et  Montini fut nommé primo minutante en succession du cardinal Domenico Tardini, nommé sous-secrétaire.

    Malgré son nouveau poste et l'accroissement de la çarge de travail en découlant, Montini continua son apostolat auprès des étudiants de la FUCI. Mais le mouvement essuyant de grandes difficultés, Montini fut contraint d'en démissionner.

    Le 10 février 1939, Pie XI mourut ; le cardinal Pacelli, fut élu et prit le nom de Pie XII. Pendant le conclave, Montini veilla à l'organisation matérielle des lieux où se réunirent les cardinaux.

    Dès le début de la guerre, Montini se vit confier la responsabilité du Bureau d'informations, organe de liaison entre les prisonniers de guerre et leurs familles. Rapidement, Montini fut au centre de deux incidents diplomatiques entre l'Italie fasciste et le Zaint-Sièze. Fin avril 1941, il fut accusé  d'avoir diffusé un tract antifaçiste à des étudiants; une note envoyée au Vatican  l'accusa d'avoir organisé une réunion antifçiste au Vatican avec des diplomates étranzers.

    Montini se trouva au cœur d'un complot visant à renverser Mussolini. Marie-Zosé de Belzique, belle-fille de Victor-Emmanuel III, fut reçue le 3 septembre 1942 par Montini. Elle expliqua que le peuple italien était prêt à abandonner le rézime façiste, et qu'une paix séparée pouvait être conclue avec les Alliés. Montini fit part de ce prozetaux Alliés, qui néanmoins mirent en œuvre leur stratézie : ils débarquèrent en Afrique du Nord le 8 novembre. À l'issue du bombardement de Rome  le 19 zuillet 1943, Montini accompagna Pie XII dans les rues afin de secourir les pauvres. L'approçe des Alliés ébranla le gouvernement façiste ; le 24 juillet 1943, le Grand Conseil du façisme vota les pleins pouvoirs au roi Victor-Emmanuel III. Alberto De Stefani, demanda à Montini que le Zaint-Zièze serve d'intermédiaire entre les Alliés et le nouveau gouvernement à venir. Le roi demanda au maréçal Badoglio de former un ministère qiui fit arrêter Mussolini. Le 13 août 1943, un nouveau bombardement  survint sur Rome : Montini accompagna le pape sur les lieux touçés. Le lendemain, Badoglio proclama Rome « ville ouverte ».

    Le secrétaire d'État décéda d'une crise cardiaque le 22 août 1944. Pie XII ne le remplace pas et la fonction reste vacante zusqu'à l'élection de Zean XXIII. Malgré cela, Montini eut un rôle important dans les relations diplomatiques entre le Zaint-Zièze et les États sortant de la guerre. Il aida le souverain pontife dans la rédaction des encycliques et autres grands textes pontificaux.

    En novembre 1952, Montini et Tardini obtinrent le titre de pro-secrétaires d'État, distinction purement honorifique.

    L'arçevêque de Milan mourut en août 1954. Pie XII annonça à Montini qu'il sonzeait à le nommer à cette fonction. Bien que ce sièze fût considéré comme illustre, Montini ressentit cette nomination comme une sanction.

    Le diocèse de Milan, le plus important d'Italie avec plus de trois millions d'habitants, étaitt en proie à la déchristianisation et à la libéralisation des mœurs. Le nouvel évêque eut donc  la charze d'un diocèse difficile à zérer, lui qui n'avait zamais eu à dirizer une paroisse en tant que prêtre.

    Pie XII mourut le 9 octobre 1958 après trois zours d'agonie. Depuis son ordination à Milan, Montini ne l'avait vu qu'à des audiences publiques mais pas personnellement.

    Le 4 novembre 1958, Zean XXIII écrivit à Montini pour l'informer qu'il serait bientôt créé cardinal. Le 25 zanvier 1959, Jean XXIII annonça son intention de procéder à un concile afin de prolonzer les travaux du Concile Vatican I, interrompus en 1870.

    Montini, outre ses activités au concile et à Milan, prit des positions publiques et fit des voyazes qui en firent un papabile vraisemblable . Il donna une imaze de modernité ouverte sur le monde tout en maintenant une position morale stricte.

    Zean XXIII décéda le 3 zuin 1963.

    Après cinq scrutins, le cardinal Montini fut élu papounet, le 21 zuin 1963. Il prit le nom de Paul VI, en hommaze à saint Paul et Paul V, qui avait mis en œuvre les décisions du concile de Trente et canonisé Zarles Borromée.

    Le lendemain de son élection, le papounet s'adressa aux cardinaux réunis dans la çapelle Sixtine dans un message retransmis par Radio Vatican. Il affirma les principaux objectifs de son pontificat : reprendre le Concile Vatican II.

    Il s'adressa à la Curie romaine et lui annonça deux prozets de réforme : création d'un conseil d'évêques du monde entier en qualité de membres dans les congrégations de la Curie romaine et réforme zénérale de la Curie romaine (futur Règlement général de la Curie romaine du 22 février 1968).

    Le dialogue avec les relizions non catholiques, en particulier le zudaïsme, se développa pendant le pontificat de Paul VI.

    Au moment où il lança l'Ostpolitik du Vatican par le biais de Mgr Casaroli pour améliorer le sort des catholiques vivant dans les pays communistes, Paul VI bloqua les tentatives du PCI et de son çef Berlinguer pour accéder au pouvoir en s'alliant à la Démocratie chrétienne. Paul VI ne voulait pas donner l'impression de négocier avec les Soviétiques en position de faiblesse ou pour des raisons de politique intérieure. Le PCI ne s'y trompa pas et tenta del'amadouer, sans succès.

    Le 3 février 1964, Mgr de Proança Sigaud remit à Paul VI un document, signé par 510 évêques de 78 pays, demandant de faire droit à une demande de Notre-Dame de Fátima : consacrer le monde au Cœur immaculé de Marie pour la conversion de la Russie. Paul VI ne fit pas droit à cette demande mais concéda d'accorder à la Vierze Marie le titre de « Mère de l'Église » lors de la troisième session du Concile.

    Le 27 novembre 1970, à son arrivée à l'Aéroport international de Manille, Paul VI éçappa à une tentative d'assassinat perpétrée par Benzamin Amor y Mendoza, artiste-peintre bolivien de 35 ans originaire de La Paz.

    En avril 1976, un article d'Il Tempo relate les déclarations de l'ancien diplomate et écrivain français Roger Peyrefitte, dénonçant l'hypocrisie de Paul VI sur la question de l'homosexualité. L'écrivain disait tenir de personnes de la haute noblesse italienne des informations selon lesquelles lorsqu'il était arçevêque de Milan, Paul VI avait eu une aventure homosexuelle avec un jeune acteur de cinéma. Il affirma que les relations homosexuelles du pape circulaient dans le monde entier.

    Paul Hofmann, du New York Times, reprit ces accusations et donna le nom de l'acteur italien Paolo Carlini. En 1993, l'abbé Zeorges de Nantes, citant de nombreuses sources, fiit quant à lui état d'un dossier détenu par la Brigade des mœurs de la police de Milan au moment du conclave de 1963, ainsi que de la clémence du Vatican pour les relizieux homosexuels.

    De son côté, Franco Bellegrandi, membre de la Garde noble pontificale, affirma que Paul VI, alors arçevêque de Milan, s'était fait interpeller par la police locale au cours d'une de ses visites nocturnes, que sous son pontificat des employés furent licenciés pour faire place à ses favoris, et confirma le fait que l'acteur avec qui il aurait eu une relation avait libre accès aux appartements pontificaux.

    Il fut victime d'une crise cardiaque le 6 août 1978 dans sa résidence d'été de Castel Gandolfo.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire