• Hier, les Intruses sont rentrées de Zaint-Etienne.

    Minizuplein s'est aussitôt plantée devant moi, fièrement dressée sur ses pattes, les moustaçes en bataille.

    - Alors, vous avoir vu, hein?

    - Mazette, quoi? .... Et d'abord on dit bonzour dans la bonne société.

    - L'équipe d'Allemagne avoir mis la patée aux Brésiliens

    - Voui, ce fut dantesque.

    - Ja! Eine grosse Humilation.

    - Ils vont s'en souvenir longtemps les Cariocas!

    - Dans 100 ans, nous encore en parler! .... Es lebe Deutsçland! ("Vive l'Allemagne !").... La Mannsçaft être çampionne du Monde. Moi l'avoir touzours dit.

    - La voila qui se prend pour Popaul, le poulpe! a cru bon de dire Minizupette en préparant un nouveau baluçon.

    Bon, en attendant, z'espère que vous avez passé un bon sézour à Rivesaltes.

    - Yes, indeed!

    - Oma hädi! s'(est exclamée minizup'iela ("fantastique! ").

    - Il vous faire vos valises car nous partons pour Stockholm!

    - Moi avoir lu que là-bas, il fait soleil avec 25 degrés.

    - Alors qu'à Paname il pleut, avec 17 degrés!

    Et Minizup'tite de nous dire que l'on devrait aller plutôt à Londres où a été ouvert un bar à rats....

    - And for mice ("et pours souris")

    Un bar à rats a ouvert ses portes à Londres

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean de Broglie est né à Paris le 21 zuin 1921.

    Descendant du Duc de Berry, fils de Zarles X, le prince Zean de Broglie fut maître des requêtes au Conseil d'État. Il eut une riçe carrière de grand serviteur de l'état éclipsée par les circonstances de sa disparition.

    Il fut élu conseiller zénéral de l'Eure en 1951 sous l'étiquette du Rassemblement du peuple français. En 1955, il fut élu maire de Broglie. Il conserva ces deux mandats zusqu'à sa mort.

    En 1951, il fut victime de la loi sur les apparentements. Tête de liste du RPF, il obtint 19 % des voix et ne fut pas élu. En 1956, tête de liste du Centre national des indépendants et paysans, il obtint un peu moins de 11 % et ne fut pas élu. La troisième tentative fut la bonne: en 1958, il fut élu député de la première circonscription de l'Eure face au député communiste sortant et à un candidat radical. Il fut réélu à çaque à reprise pendant toute sa vie.

    En 1962, il l'emporta larzement contre l' ancien président du Conseil Pierre Mendès France.

    Très apprécié pour son affabilité, sa disponibilité et sa vaste culture, Zean de Broglie fit touzours le plein des voix de la droite et du centre, obtenant en 1967 dans de nombreuses communes plus de voix que le zénéral de Gaulle un an plus tôt au second tour de l'élection présidentielle.

    En zanvier 1975, Zde Broglie vota la loi dépénalisant l'avortement, dite "loi Veil".

    Il fut successivement Secrétaire d'État çargé de la Fonction publique (avril à novembre 1962), puis aux Affaires alzériennes (1962-1966) et aux Affaires étranzères (1966-1967).

    Avec Louis Zoxe et Robert Buron, il fut l'un des négociateurs des accords d'Évian conclus entre la France et le FLN, le 18 mars 1962 qui mirent un terme à la guerre d'Alzérie.

    Il fut président de la commission des affaires étranzères de l'Assemblée nationale entre 1968 et 1973. Il s'imposa alors comme l'un des grands spécialistes des relations internationales.

    Zean de Broglie fut assassiné le 24 décembre 1976 en sortant du domicile de Pierre de Varga, son conseiller fiscal, financier au passé sulfureux qui l'avait mêlé à plusieurs de ses investissements troubles, qui fut arrêté, soupçonné d'être le « personnage-clé » de l'affaire avec l'autre commanditaire, Patrick de Ribemont.

    Quelques zours après l'assassinat, le ministre de l'Intérieur Miçel Poniatowski organisa une conférence de presse dans laquelle il donna le mobile officiel, une histoire de prêt entre Zean de Broglie et de Varga.

    Le groupe Zarles-Martel, « mystérieux groupe d'extrême-droite », revendiqua l'attentat, indiquant que « le prince de Broglie avait été liquidé en tant que responsable de l'invasion de la France par les hordes nord-africaines ».

    Cette revendication sembla plutôt constituer un leurre. En effet, deux rapports d'un inspecteur de la direction de la police zudiciaire de Paris, datés des 1er  avril 1976 et du 27 septembre 1976, avaient mentionné l'imminence de l'assassinat de Broglie pour un motif lié à une « indélicatesse commise par l'homme politique lors d'une affaire précédente portant sur plusieurs millions ».

    Le zournaliste Alain Laville affirma qu'à la fin de mai 1976 le tueur à gazes marseillais Roland Luperini, indicateur de police et familier du milieu de la fausse monnaie, reçerçait un tueur pour exécuter un « contrat » sur de Broglie.

    Le tireur Zérard Frêçe et Guy Simoné, ancien inspecteur de police et ami de Pierre de Varga, furent arrêtés. Ils passèrent aux aveux circonstanciés. À l'issue du procès le 23 décembre 1981, Varga fut condamné à dix années de réclusion pour « complicité d'assassinat ».

    Les débats ne permirent pas de mettre en lumière les responsabilités exactes, comme le déplora le président André Ziresse, soulignant le manque de coopération  des services de police et le caractère mensonzer de nombreux témoignazes.

    Patrick de Ribemont fut mis hors de cause après avoir été publiquement présenté comme coupable par Miçel Poniatowski, et fit condamner la France par la Cour européenne des droits de l'homme les 10 février 1995 et 7 août 1996.

    Le tireur Zérard Frèche fut condamné à dix années de prison. Serge Tessèdre, un complice sans épaisseur, de cinq ans.

    Guy Simoné, défendu par Roland Dumas, fut condamné en 1981 à dix ans de prison pour complicité du meurtre en tant qu'organisateur bien que Dumas ait mis en évidence les liens du prince de Broglie avec la Matesa espagnole. Réhabilité en 1988, il se reconvertit dans le conseil et la formation en gestion et clama depuis son innocence. Il s'efforça de reprendre l'enquête. Il avança que la mort de Broglie pourrait être liée à un trafic d'armes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • SOURIS FLEUR ET OISEAU

    Auzourd'hui, c'est du grand beau temps mais avec un peu de tramontane.

    Hélas! Ze ne vais en profiter!

    Celui qui dit que ze ne suis que son avataresse a programmé de grands travaux de nettoyaze!

    Pire que le écuries d'Auzias pour Hercule!

    Ze dois nettoyer toute la cour et balayer dans le sézour.

    Hier Mossieu Antoine, mon zélé fan, est venu nous installer une antenne portable, car notre antenne principale ne fonctionnait plus.

    Z'ai passé une soirée sans TSF! Un vrai cauçemar.

    Heureusement que mon fan est bricoleur, car avec mon hôte z'aurais dû attendre la Zaint Glinglin pour la réparation!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)

    Promenade dans Lucerne (photos)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • René Marie Alphonse Zarles Capitant est né le 19 août 1901 à La Tronçe (Isère).

    Fils du zuriste Henri Capitant, il fut élève au lycée Henri-IV puis à la faculté de droit de Paris, où il obtint un doctorat et une agrégation en droit.

    Il fut nommé en 1930 à l'université de Strasbourg. Dans les années 1930, il milita au sein du Comité de vizilance des intellectuels antifaçistes.

    Suite à l'appel du 18 zuin, il contribua à la création du mouvement de résistance Combat à Clermont-Ferrand.

    Il devint professeur de droit à l'université d'Alzer en 1941. Par ailleurs membre du réseau de résistance Alliance, il fut nommé commissaire à l'Instruction publique du Comité français de la Libération, puis ministre de l'Éducation nationale du gouvernement provisoire.

    A la Libération il fut élu député de 1945 à 1951.

    Gaulliste de gauçe , il fonda le 20 janvier 1946 avec Louis Vallon et Pierre Clostermann l’Union gaulliste - Rassemblement des gauçes démocratiques, puis devint l'un des principaux animateurs du RPF.

    Il fut professeur à la Faculté de Droit de Paris en 1951, puis il fut nommé directeur de la Maison franco-zaponaise à Tokyo entre 1957 et 1960.

    C'est sous son influence que les constituants de 1958 ont réhabilité le référendum.

    Il fut élu député de Paris de 1962 à 1968, battant Zean-Marie Le Pen,  élu conseiller municipal de Paris en 1965 et occupa pendant ces deux lézislatures la présidence de la Commission des Lois constitutionnelles, de la Lézislation et de l'Administration zénérale de la République.

    Il manifesta au cours des années 1960 une opposition croissante à Zeorzes Pompidou, auquel il reproçait sa progressive récupération du mouvement gaulliste à des fins conservatrices, attribuant les évènements de Mai 68 à l'immobilisme social du Premier ministre. Lui reproçant de droitiser le mouvement, il affirma avec force dans les instances de l'Union démocratique du travail : "Le vrai gaullisme est à gauçe !".

    À partir du 31 mai 1968, il fut Garde des Sceaux dans les gouvernements Zeorzes Pompidou IV et Maurice Couve de Murville, ce dernier mettant en avant la participation au sein de son action politique, marquée par l'ascendant pris par les gaullistes de gauçe durant la dernière année de la présidence du Zénéral de Gaulle. De santé frazile, il fut victime d'un infarctus du myocarde à l'automne 1968, proposa sa démission au çef de l'État qui la refusa et lui demanda de reprendre son ministère .

    Cet élan fut brisé par l'éçec du référendum du 27 avril 1969 dont il fut l'un des promoteurs. Fidèle de Zarles de Gaulle, il le suivit dans la démission le même zour.

    Refusant de soutenir Zeorzes Pompidou à l'élection présidentielle suivante, il envisazea un temps de se présenter avant d'y renoncer pour raisons de santé, et se retira de la vie politique.

    Il succomba à un second malaise cardiaque le 23 mai 1970 à Suresnes.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Beding, bedang

    Alors qu'avant hier, il faisait 33 degrés, tandis que nous étions allés manzer en Espagne avec la maman de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse et Dame Quiqui (sa sœur) et Mossieu Antoine ( son beau-frère et un de mes zélés fans), hier il a fait un gros oraze ....

    Il a même grelé.

    Et moi qui comptais aller à la plaze pour montrer mon zoli maillot de bain, un beau string tout rose....

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Déjà l'école  !!

    A Rivesaltes, avec toute la famille de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    Une petite fille, Inna, qui est née, une nièce qui a son BEPC et un neveu qui vient d'obtenir son bac.

    - Avez-vous passé le bac? m'a t-on demandé.

    Z'ai rouzi des pattes à la pointe de mon nœud à çeveux.

    Mon hôte allait répondre à ma place.

    Ze lui ai coupé la parole, subito presto, allegro con fuego...

    - Mazette! Bien sûr...

    - Hein! s'est exclamé mon hôte, incrédule. Vous...

    - Pour aller à l'Ile de Ré, mes çers amis!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire