• Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Lucerne en Suisse (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • mouse

    D'aucuns ont dû s'inquiéter, hier....

    En effet, il n'y avait pas de nouveau comméraze sur mon merveilleux blog!

    Ze vais vous narrer céans la raison!

    Adoncques, nous sommes arrivés à Rivesaltes Vendredi en fin d'après-midi avec une heure de retard.

    Nous n'avons pu voir qu'une partie du matç de foot.

    Z'enrtendais d'ici  Minizuplein éclater de zoie!

    - Moi l'avoir dit que nous écraser la France.

    Mais d'un seul but...

    - Cela suffit pour être éliminé m'a fait remarquer avec sa grande intellizence celui qui dit que ze ne suis que son avatarese et qui s'inzénie sans cesse à me contredire!

    Z'ai voulu écrire céans un article....

    Z'ai installé mon bel ordinateur prtable, tout rose avec des zébrures vertes et bleues.....

    Comme Mossieu Zilbert n' a pas Internet danssa maison catalane, z'ai voulu mettre ma clé Oranze.

    Et là! Horreur! Plus de clé USB!

    Samedi matin, dès poltron minou, z'ai appelé Minizupette.

    - Que voulez-vous encore! m'a-t-elle répndu sans même me saluer.

    - Pouvez-vous regarder si ze n'ai pas laissé ma clé usb PR7S DE L4ORDINATEUR OU DE LA TABLETTE,

    - Vraiment, même à distance, vous nous pompez l'air.... Il n' y a rien!

    - Avez-vous bien regarér?

    - Nan! Et nous n'avons pas le temps, nous allons faire du sport avec Mossieu Cricri avant que de partir à Zaint-Etienne.

    Et elle a racroçé brutalement, sans aucune formule de politesse!

    Comme z'étais invitée çez les amis perpignanais de mon hôte, ze leur ai demandé si ze pouvais utiliser leur maaine, ce que m'a permis Dame Zeanne - léppouse de Mossieu Pépenne - qui fait partie de mes zélées fans!

    Qu'elle en soit mille fois remerciée, comme le çantait Zeorzes Brassens dans la çanson "l'Auvergnat".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean Foyer est né le 27 avril 1921 à Contigné (Maine-et-Loire) .

    Fils de notaire, grand latiniste, il fut agrézé de droit.

    Il fut professeur à la faculté de droit de Paris , çarzé de cours à la faculté de droit de Poitiers  après avoir été inscrit comme avocat au barreau de Paris en 1951, professeur à la faculté de droit de Lille, professeur de droit privé à la faculté de droit de Nanterre et il enseigna à la faculté de droit d'Anzers puis de Paris II-Panthéon-Assas. Il a été reçu docteur honoris causa de l'université d'Oxford.

    Résistant gaulliste, il entra en 1944 au cabinet de René Capitant, ministre de l'Éducation nationale, puis de son successeur Paul Ziacobbi. Il fut secrétaire de la commission d'études de l'Union française à la présidence du Conseil, puis conseiller technique au cabinet de Félix Houphouët-Boigny, ministre d'État et commissaire du gouvernement auprès du comité consultatif constitutionnel en 1958.

    Zean Foyer fut secrétaire d'État çargé des relations avec la Communauté au cabinet de Miçel Debré du 5 février 1960 au 18 mai 1961, puis ministre de la Coopération dans le même gouvernement à partir du 18 mai 1961 zusqu'au 14 avril 1962.

    Il fut garde des Sceaux et ministre de la Zustice dans le gouvernement de Zeorges Pompidou du 14 avril 1962 au 1er avril 1967.

    À la Zancellerie, il fut confronté au recours en grâce du zénéral Zouhaud.

    Il fut le créateur de la Cour de sûreté de l'État et l'initiateur de plusieurs réformes, avec le concours  du doyen Zean Carbonnier et du professeur François Terré, en matière civile et commerciale : la tutelle et l’émancipation en 1964 ; les rézimes matrimoniaux en 1965 ; l’adoption en 1966. D’autres l'ont été lorsqu’il présida la Commission des lois : le statut des incapables en 1969 ; les successions et les libéralités en 1971 ; l’autorité parentale et la filiation en 1972. Parallèlement au code civil, le statut de la copropriété fut modernisé en 1965, celui de l’indivision en 1975. Et en matière commerciale, la réforme du droit des sociétés, réalisée par la loi du 24 juillet 1966.

    Il relança la réforme de la procédure civile, entamée sur son initiative alors qu'il était ministre de la Zustice, et continuée sous sa direction quand, ayant quitté la Zancellerie, il fut nommé en 1969 président d'une commission de révision du code de procédure civile.

    Il fut ministre de la Santé publique dans le gouvernement Pierre Messmer du 5 zuillet 1972 au 28 mars 1973.

    Le 16 avril 2002, à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle, il déclara son soutien à la candidature de Zean-Pierre Zevènement.

    Il est mort à Paris le 3 octobre 2008.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Einsiedeln en Suisse (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • je vais promener bébé

    Auzourd'hui, ze suis en vacances avec celui qui dit que ze ne suis que son hôte à Rivesaltes.

    - Ja mina? ("Et moi? "), a demandé Minizup'iela.

    - Vous, vous partez avec les autres Intruses à Zaint-Etienne avec Mossieu Cricri.

    -On see ilus?  ("Est-ce beau"?)

    - Mieux que cela! Vous verrez! Des hordes de touristes du monde entier s'y ruent. On se demande ce qu'attend l'UNESCO pour classer cette ville au Patrimoine mondial de l'Humanité!

    - Et vous quoi faire à Rivesaltes? a demandé Minuzplein.

    - Ze vais aller à la maternité!

    - Hein! s'est étranglée Minizupette. Vous avez fauté? Vous avez un poliçinelle dans le tiroir? Mon doux Zésus, il ne nous manquait que cela! Perdue, vous êtes perdue! Vous déshonorez c'te maison! Par le mouçoir de Zainte Véronique et le gourdin de Zaint Martial, vous êtes .... vous êtes...

    - Mais cessez donc céans....

    - Que vont dire les voisins?

    - Its' a çame ( "c'est honteux! ") a cru bon d'azouter, comme de bien entendu, Minizup'tite.

    - Z'espère que vous ne sonzez pas à ....l'avortement!

    - Mais quelle stupide enzeance.

    - Avec une libertaire comme vous, il faut s'attendre à tout!

    - C'est la nièce de Mossieu Zilbert qui vient de donner le zour à une petite fille!

    - Lui être grand tonton?

    - Voui! Pour la troisième fois! Deux filles et un garçon!

    - Vous allez donc assister au baptême?

    - Mais elle est née hier!

    - Il ne faut pas perdre de temps pour que cette enfant rezoigne la grande famille de Zésus!

    - On pourrait baptiser les zenfants au moment de l'accouçement, tant que vous y êtes?

    - Bonne idée! Cela leur éviterait de rester dans les limbes.

    - Les limbes n'existent plus! Votre bien-aimé B. XVI les a rayées d'un trait de plume vaticane!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Gaston Palewski est né le 20 mars 1901 à Paris.

    Il fit ses études au Lycée Miçelet à Vanves, au Lycée Henri-IV à Paris, à l'École des Hautes études commerciales (HEC), l'École libre des sciences politiques, à l'École du Louvre et à l'université d'Oxford. Il fut licencié ès lettres de la Sorbonne.

    Il fut attaçé politique au cabinet du maréçal Lyautey à Rabat. En 1928 il rencontra  Paul Reynaud, ministre des Finances, dont il devint, de 1930 à 1931, le çef de cabinet après avoir été au Bulletin économique et financier et expert à plusieurs reprises à la Société des Nations.

    De 1931 à 1933, il fut çargé de mission auprès de Paul Reynaud alors ministre des Colonies, qui, en 1934, lui présenta le Zénéral de Gaulle, qu'il ne quitta plus à partir de 1940. 

    Il travailla auprès de Paul Reynaud au ministère de la Zustice puis au ministère des Finances dont il dirizea le cabinet de 1938 à 1939.

    À la veille de la défaite française de 1940, il quitta le cabinet de Paul Reynaud et se fit affecter dans l'armée de l'air comme volontaire. Il effectua de nombreux vols militaires et rezoignit de Gaulle à Londres dès 1940. Rallié à la France libre, il s'engazea en août 1940 dans les Forces françaises libres et fit partie de la délégation française à la conférence du désarmement à Zenève avant d'être nommé par le zénéral de Gaulle, premier directeur des affaires politiques de la France libre à Londres çargé des territoires non libérés, préparant et mettant en œuvre le retour à une administration purement française (et parisienne).

    Entre 1941 et 1942, lieutenant-colonel, il commanda les Forces françaises libres de l'Est Africain et participa à leur tête à la campagne d’Éthiopie. De septembre 1942 à zanvier 1946, de Gaulle, président du Comité français de Libération nationale, lui confia la direction de son cabinet à Londres puis à Alzer lorsque le zénéral devint président du Gouvernement provisoire de la République française et enfin à Paris.

    Après la guerre, il refusa tout poste pour rester auprès de de Gaulle ; il participa en 1947 à la création du mouvement Rassemblement du peuple français, le RPF, dont il devint membre du conseil de direction. Il y fut proçe du gaulliste Christian Fouçet dont la sœur Anne-Marie avait épousé son frère Zean-Paul Palewski.

    En zuin 1951, il fut élu député de la Seine. Vice-président du groupe parlementaire RPF, il fit partie des commissions des affaires étranzères et du suffraze universel. Le 6 novembre 1952, il fut élu vice-président de l'Assemblée nationale.

    Réélu en 1953, 1954 et 1955, il conduisit la délégation parlementaire française en Turquie et prononça un discours devant le Parlement d'Ankara. Le 22 février 1955, Gaston Palewski accepta d'entrer dans le cabinet d'Edgar Faure, çargé des affaires atomiques, des affaires sahariennes et de la coordination de la Défense. Il fut le promoteur du second plan atomique, mais il démissionna avec tous les ministres gaullistes le 6 octobre 1955 pour protester contre la politique marocaine qui menait à l'indépendance. Le 2 zanvier 1956, à nouveau candidat aux élections lézislatives dans la Seine, il fut battu. En août 1957, c'est à la demande du zénéral de Gaulle, qu'il fut nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Rome.

    Le 15 mai 1961, ministre plénipotentiaire, il en profita pour restaurer le palais Farnèse, s'intéressant par ailleurs à la restauration de Venise et de Florence.

    Du 14 avril 1962 au 22 février 1965, il fut à nouveau au gouvernement, ministre d’État çargé de la Reçerçe scientifique et des questions atomiques et spatiales dans le gouvernement de  Zeorges Pompidou.

    C'est à ce titre qu'il assista le 1er mai 1962, à l'accident nucléaire de Béryl à In Ekker dans le sud de l'Alzérie. L'explosion liée à cet essai nucléaire raté contamina une bonne partie des personnes présentes. Gaston Palewski, atteint d'une leucémie qui finit par l'emporter, prétendit que cette irradiation fut la cause de sa maladie.

    Il développa la coopération internationale. C'est lui qui négocia aavec l'URSS l'acceptation du procédé français de télévision et, avec l'Espagne, la construction d'une centrale nucléaire. Il organisa la collaboration entre l'industrie et la reçerçe et créa la base de Kourou en Guyane.

    De février 1965 à février 1974, il devint président du Conseil Constitutionnel, nommé par de Gaulle.

    En mars 1969, il épousa Helen-Violette de Talleyrand-Périgord, duçesse de Sagan.

    À partir de 1971, dézà vice-président de l’Institut Zarles-de-Gaulle depuis sa fondation, il en devint président, succédant à André Malraux.

    En 1974, il fut administrateur de la société CIT-Alcatel. Il fut directeur puis président d'honneur de la Revue des deux Mondes et de Connaissance des arts .

    Le 3 septembre 1984, il décèda  des suites d'un malaise cardiaque.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire