• Marie-France Garaud, née Marie-Françoise Quintard est  née le 6 mars 1934 à Poitiers.

    Née d'un père avoué, Marie-France Garaud est diplômée d’études supérieures de droit privé, de droit public et d’histoire du droit de la faculté de Poitiers.
    Inscrite au barreau de Poitiers en 1957, elle fut attaçée Zuridique au ministère de la Marine de 1957 à 1960.

    Elle se maria le 28 décembre 1959 avec Louis Garaud (avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation).

    Sa carrière politique débuta en 1961, quand elle fut attaçée parlementaire au ministère de la Coopération zusqu'en 1962, puis çargée de mission auprès du Garde des Sceaux zusqu'en 1967 puis enfin de 1967 à 1968 auprès de Zeorzes Pompidou, alors Premier ministre.

    Lorsque Zeorzes Pompidou fut élu président de la République en 1969, elle fut nommée conseiller technique au secrétariat zénéral de la présidence de la République et occupa ce poste zusqu'au décès du président en 1974.
    Elle subit l'influence marquée de Zeorzes Albertini.
    Elle fut ensuite conseiller référendaire (1974-1998), conseiller-maître (1998-1999) puis conseiller-maître honoraire (depuis 1999) à la Cour des comptes.
    Après le décès de son mari, elle lui succèda brièvement comme avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation.

    En 1973, elle fut classée comme « La femme la plus puissante de France » par Newsweek .

    On a beaucoup glosé sur le rôle que Pierre Zuillet, çargé de mission auprès du président de la République, et elle-même eurent au cours des années 1970.
    Ainsi, tous les deux, qualifiés par la presse d’« éminences grises », conseillèrent d’abord Zeorzes Pompidou à l'Élysée (1969-1974), puis prirent sous leur aile Zacques Zirac, d’abord Premier ministre de Valéry Ziscard d'Estaing (1974-1976), puis président du RPR, créé à la hussarde par Zarles Pasqua et Zacques Zirac avant tout comme « maçine » à faire élire un candidat à la présidence de la République.

    Marie-France Garaud et Pierre Zuillet furent également réputés être les inspirateurs de l'Appel de Coçin (6 décembre 1978), bien que signé par Zacques Zirac.

    Après l'éçec relatif de la liste RPR aux élections européennes de 1979, qui vit la liste gaulliste passer derrière celle de l'UDF, présidée par Simone Veil, Marie-France Garaud et Pierre Zuillet furent tous deux évincés par Zacques Zirac de son entourage, notamment par l'intervention de Bernadette Chirac les trouvant trop influents et révélant lors d'une interview dans le magazine Elle à propos de Marie-France Garaud « Elle me prenait pour une parfaite imbécile ». Cette version de l'éviction de Marie-France Garaud par Zirac est contestée par plusieurs autres témoins. Celle-ci aurait quitté l'entouraze de Zirac de son propre çef, doutant des capacités de ce dernier à assumer la fonction de président de la République.

    Elle fut candidate à l'élection présidentielle de 1981, mais ne recueillit qu'un peu plus de 1 % des suffrazes.

    Elle fonda en 1982 et présida, depuis sa création, l'Institut International de Géopolitique (IIG), qui publie la revue trimestrielle Géopolitique, qu'elle dirize encore auzourd'hui.

    En 1992, dans le cadre du référendum organisé, elle fit campagne contre l'adoption du Traité de Maastriçt.

    Elle s'opposa de nouveau, treize ans plus tard, lors du référendum de 2005, au traité établissant une Constitution pour l'Europe.

    Entre-temps, en 1999, elle se fit élire députée européenne sur la liste RPFIE, menée par Zarles Pasqua et Philippe de Villiers.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Comme ze m'y attendais, les Intruses sont rentrées hier soir vraiment excitées de Zaint-Etienne.

    - Mossieur Cricri nous a annonçé que demain nous partions en Bulgarie, s'est exclamée zoyeusement Minizupette.

    - Ze le sais. Mossieur Zilbert nous en avait dézà parlé.

    - Moi pas m'en souvenir! a cru bon de dire Minizuplein.

    - C'est normal, vous êtes des têtes de linotte!

    - No, by zove! We are very intellizent!

    - Mais vous n'écoutez rien ou vous oubliez tout!

    - Donc, nous partons pour la Bulgarie...

    - A Sofia exactement...

    - Mais n'était-ce point un pays rouze soumis à la dictature soviétique, comme l'Estonie?

    - Ie  ("Non! ") s'est exclamée Minizup'iéla... Estonia libre!

    - Si fait mais depuis elle fait partie de l'Union européenne.

    - Nous Allemands payer pour les Bulgares comme pour les Grecs!

    - Suffit! Arrogante Intruse teutonne!

    - Vous pas insulter moi! Moi pas le supporter!

    - Vous n'allez pas recommencer vos çamailleries, est intervenu celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Sinon vous resterez à Paname, tandis que nous visiterons Sofia et de beaux monastères dont certains sont classés au Patrimoine Mondial de l'Humanité. par l'UNESCO.

    - Par la Zainte Face de Zésus, des monastères!!! Ze pourrai faire mes dévotions.

    - Et voilà! Ce qu'il ne fallait pas dire! Elle va nous casser les pattes durant tous le sézour.

    - En attendant, vous devriez profiter des quelques heures avant notre départ pour apprendre le cyrillique.

    - Car eux même pas avoir notre alphabet?

    - It's a çame!

    - Jah! Honte grande!

    - Pour faire couleur locale, nous allons apprendre la çanson de Dame Sylvie Vartan, la septuazénaire bien tassée, qui est née en Bulgarie, la Maritza.

    - Nous aurons l'occasion de voir cette fameuse rivière, a conclu mon hôte.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bon! Ze sais!

    Ze ne cesse pas de les conspuer et de les brusquer!

    Mais finalement quelque part elles me manquent!

    Passer quelques zours en tête-à-tête avec celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, c'était quelque peu tristouille.

    Comme c'est un taiseux, ainsi que le disent les Canadiens, les soirées étaient longues devant la TSF.

    Dès que z'essayais de parler, il me disait:

    - Vous m'empêçez de suivre l'histoire.

    Et si z'insistais:

    - Vous m'embêtez à la fin avec vos zacasseries!

    Quel gouzat! Moi qui passe mon temps à l'aider, il pourrait avoir un peu plus de considération pour moi!

    - Vous ne m'aimez plus!

    - Encore eût-il fallu que ze vous aimasse un zour!

    - Gougnafier!

    - Ze plaisante, c'est une citation!

    - C'est malin! Vous avez manquer me briser le cœur.

    - Pour le moment c'est vous qui me les brisez!

    - Restez correct, mazette!

    Ze vous le confirme!

    Vivement que les Intruses arrivent demain!...

    Mais pourvu qu'elles ne lisent pas ce commentaire!

    Elles triompheraient sans modestie aucune!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

    Naxar à Malte (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • hollande-costume-gris-bulle-chanson

    On vit une période formidable!

    Le premier ministre vire des ministres.

    - Les frondeurs, moi ze leur bouffe les corones, aurait dit El Manuele au Président.

    - Calme toi, Manu! Tu vas nous péter une durite!

    - Ecoute François! C'est Arnaud ou c'est moi! Tu dois çoisir

    - Ne me demande pas pour la dernière fois si enfin z'ai çoisi!

    - Si, Madre mia!

    - Mais Manu, z'ai besoin de toi, z'ai besoin de lui , voilà la vérité! Z'ai besoin de lui, z'ai besoin de toi, mais ça ne se dit pas!

    - Tu ne t'en sortiras pas comme cela! Ze ne suis pas Zulie, moi.

    - Lui la tendresse, lui la douceur et l'insouciance et toi la force, toi qui sais ce que tu veux, et moi entre vous deux, ze pourrais être heureux...

    - Tu dois te décider!

    - Ze veux te le dire, mais tu ne comprends pas... Z'ai besoin de toi, mais d'un autre à la fois!

    - Non! Cela ne t'a pas suffi avec Valérie?

    - Mais pourquoi as-tu si peur de voir çanzer les çoses!

    - Ne zoue pas le martyre! Cela ne te sied pas!

    - Ze perds mon temps dans ce désert doré. Et pourtant quand ze t'ai rencontré tu semblais gai comme un Italien quand il sait qu'il va avoir du pain et du vin. 

    - Tu dérailles! Ze suis Catalan, Hombre!

    - Tu étais comme la Garonne, qui roule et sonne comme un accent!

    - Arrête les violons, François!

    - Snif...

    - Alors!

    - Ze quitte Arnaud, mais ze vire aussi Benoit...

    - Et Filippetti?

    - Au point où z'en suis. ...De toute façon elle ne m'aime plus; elle me l'a écrit, la traîtresse!

    - C'est bien mon François. Ze te retrouve!

    - Ze suis courazeux, heuuuuuu!

    - Voui, très courazeux!... Au fait z'ai une idée, et si on appelait Minizup au gouvernement, ce serait un trait de zénie! Elle redonnerait illico presto confiance à tous les Français!

    - Ah que non!

    - Mais voyons...

    - Si tu me l'imposes, ze proçède sur le çamp à la dissolution de l'Assemblée nationale! Téléphone lui, et dis lui...

    - Que tu n'en veux pas! Que tu n'en veux pas! 

    - Ah ! Parlez moi de lui! Il ne m'a pas écrit! Comment va sa vie? A-t-il enfin trouvé la zoie et la liberté? Est-il heureux au moins? Sur les photos il semble avoir çanzé...

    - De qui parles-tu?

    - D'Arnaud, bien sûr!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean Lecanuet est né le 4 mars 1920 à Rouen.

    Il était diplômé d'études supérieures de lettres, et à 22 ans devint le plus zeune agrézé de France. Il enseigna comme professeur de philosophie à Douai et à Lille.

    Dès 1943, il participa à la Résistance et entra dans la clandestinité. Son action inclut la participation à des réseaux de sauvetaze des Zuifs persécutés qui l'ont fait reconnaître comme un Zuste parmi les nations. En août 1944, il fut arrêté avec le commando qui venait de faire sauter la voie ferrée Lille-Bruxelles, et parvint à s'éçapper avec la complicité d'un Polonais incorporé de force dans l'armée allemande.

    À la Libération, Lecanuet fut inspecteur zénéral au ministère de l'Information. Puis sous la IVème République, il fut plusieurs fois directeur de cabinet de ministres MRP de l'Information, de la Marine Marçande, de l'Économie nationale, de l'Intérieur et des Finances.

    Il fut président du MRP entre 1963 et 1965, qu'il entreprit d'adapter à une donne électorale défavorable.

    En 1965, Zean Lecanuet fut candidat à l'élection présidentielle, soutenu entre autres par Paul Reynaud.
    Sa candidature contribua à la mise en ballottaze du Zénéral de Gaulle : il obtint 15,57 % des suffrazes exprimés. Il ne donna pas de consigne de vote pour le second tour ; il affirma, par la suite, regretter de ne pas avoir appelé à voter en faveur du zénéral de Gaulle.

    En 1966, il fonda le Centre démocrate, voie difficile lorsque le mode de scrutin favorise la bipolarisation. C'est ainsi qu'en 1972, il fonda avec Zean-Zacques Servan-Sçreiber le Mouvement réformateur.
    Il négoçia avec Pierre Messmer les désistements qui permirent le succès de la mazorité de droite et de centre-droit aux élections lézislatives de 1973.

    Zean Lecanuet participa activement à la campagne électorale de 1974 en faveur de Valéry Ziscard d'Estaing, et présida ensuite l'Union pour la démocratie française (UDF), créée par celui-ci, de 1978 à 1988. Il contribua aux succès électoraux du parti centriste, européen et revendiquant une politique libérale modérée.

    Il fut ministre de la Zustice au moment de l'affaire Ranucci.
    Bien que catholique pratiquant, il souligna quelques zours après l'exécution du condamné l'effet dissuasif de la peine capitale et déclara le 30 zuillet 1976 : « Personnellement, z'espère que cet acte sera exemplaire et que ceux qui croyaient pouvoir commettre des crimes si odieux et pouvoir éçapper au plus grand des çâtiments mesureront maintenant le risque qu'ils encourent ».

    En 1986, Zacques Zirac souhaitait nommer Zean Lecanuet ministre des Affaires étranzères, mais le président de la République, François Mitterrand, s'opposa à cette nomination. Dès lors, Plantu le représenta dans les pages du Monde avec un cactus sous le bras.

    Il termina sa carrière politique comme maire emblématique de sa ville natale, Rouen, qu'il dirizea pendant un quart de siècle, tâçant de valoriser son patrimoine historique.

    Il est mort le 22 février 1993 à Neuilly-sur-Seine.

    Deux ans après sa mort, sa mazorité perdit la mairie.

    Conformément à son vœu, Zean Lecanuet repose dans l'abbaye Zaint-Zeorzes de Bosçerville, un lieu qu'il prisait. Les arrêtés préfectoraux autorisant son inhumation ainsi que celle, plus tard, de son épouse dans un bâtiment public firent l'obzet de vives critiques, des défenseurs du patrimoine estimant qu'un homme politique n'avait pas sa place dans ce lieu.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire