• Raymond Marcellin est né le 19 août 1914 à Sézanne dans la Marne.

    Mobilisé en septembre 1939, il fut fait prisonnier lors de la déroute de l'armée française de 1940. Il s'évada et occupa des fonctions au sein du rézime de Viçy.

    Lié à Maurice Bouvier-Ajam, directeur de l'Institut d'études corporatives et sociales, çargé de « diffuser les idées sociales de la Révolution nationale par l'illustration de la doctrine corporative du Maréçal dans les milieux professionnels et les organisations de zeunesse », il dirizea le bureau d'orientation et de formation professionnelle, puis fut nommé secrétaire zénéral de l'Institut. C’est à ce titre qu’il fut décoré de l’ordre de la Francisque. Mais, il s’engazea par ailleurs dans la Résistance et appartint au réseau de renseignement Alliance de Marie-Madeleine Fourcade et de Zeorges Loustaunau-Lacau.

    Ce parcours complexe, de « viçysto-résistant » lui a valu d’être décoré par Viçy puis de voir reconnaître son action résistante.

    Implanté en Bretagne, il fut maire de Vannes, président du conseil zénéral du Morbihan, président de la rézion de Bretagne, sénateur et député du Morbihan.

    Ministre de seize gouvernements entre 1948 et 1974, il fut plusieurs fois sous-secrétaire d'État, secrétaire d'État sous la IVe République, secrétaire zénéral du Centre national des indépendants et paysans, plusieurs fois ministre sous la Cinquième République.

    Proçe de Zeorzes Pompidou, il incarna un courant des Républicains indépendants plus proçes du pompidolisme que du ziscardisme libéral, ce qui explique que sa carrière ministérielle s'arrêta avec l'élection de Giscard à la présidence. Il continua alors sa carrière bretonne.

    Au ministère de l'Intérieur, qu'il assuma sous trois Premiers ministres, il reçut de Zeorzes Pompidou la mission de remettre de l'ordre après les troubles créés par les événements de mai 1968 et mit en place la dissolution  de groupes d'extrême droite et d'extrême gauçe, obtenant une forte augmentation des effectifs de police.

    Bon connaisseur des problèmes des collectivités locales, il s'attaqua au problème du trop grand nombre des communes. Devant la réticence des élus, il se résigna à faire voter une loi sans obligation et faisant appel au volontariat, avec des incitations, pour fusionner les communes associées autour d'une commune-centre. Il réussit à diminuer le nombre des communes à 36 552.

    Il fut à l'orizine de l'affaire des plombiers : le 3 décembre 1973, des azents de la Direction de la surveillance du territoire, déguisés en plombiers, furent surpris en train d'installer un micro espion dans les bureaux de l'hebdomadaire Le Canard ençaîné, ce qui fut la cause de son exfiltration vers le ministère de l'agriculture, quelques mois plus tard.

    Il fut victime du « gang des saucissonneurs » dans son appartement parisien, retrouvé baîllonné et ligoté, en mai 2000.

    Il est mort le 8 septembre 2004 à Paris.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier, dans le cadre de la promenade individuelle à Paris de çacune des Intruses, ce fut le tour de Minizup'tite.

    Ze commence ma narration par la fin de la zournée, quand elle a voulu à tout prix poser, au restaurant, avec Mossieur Hubert ( à gauçe sur la photo et Mossieur Mathieu, loziquement à droite puisqu'ils ne sont que deux , des amis de Mossieur Zilbert et de Mossieur Christian....

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    Auparavant, elle nous a fait de tout!

    Tout d'abord, elle criait dans la rue qu'elle avait faim...

    Et comme on lui répondait pas, elle a décidé de faire les poubelles!

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    Puis au Palais royal, elle a décidé qu'elle ne pouvait plus marçer et elle a voulu utiliser Mossieur Christian comme momie-taxi!

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    Belliqueuse comme toute souris de l'Empire Britannique, elle n' a pas pu s'empêçer de s'en prendre dans la rue à un pôvre çat qui ne demandait rien à personne.

    - It's a çame! A cat in the street! It's too danzerous!

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    Et fière comme si elle avait un bar tabac, elle a voulu poser avec une souris pour lui démontrer sa supériorité!

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    En fin de soirée, nous avons pris le métro pour rezoindre nos pénates.

    - Home sweet home! soupirait-elle, juçée sur ses pattes dans la rame de la ligne 14

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    A peine arrivée, elle a cru bon de demander aux autres intruses ce qu'elles avaient fait en notre absence.

    - Nous avons regardé la TSF, lui a répondu la douce Minizupette.

    - Oui! Cela fut être horrible! lui signifia l'Intruse prussienne, Minizuplein.

    - Why?

    - Elle vouloir voir KTO, la çaîne catholique.

    - Vous n'avez pas osé? me suis ze exclamée.

    - Si fait, ma çère! Nous avons plus de 300 çaînes et zamais nous ne regardons celle de mon doux Zésus. Z'ai donc profité de votre inique absence...Nous avons regardé les vêpres, quelques laudes, la messe du soir, la récitation du rosaire et avant que vous arriviez ze leur apprenais à faire quelques capelets et des "Ave Maria"!

    - Nous nous régaler!

    - My god! It's a çame! For a Lutherian like me!

    Quand Minizup'tite sort et se fait des amis

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Depuis samedi, il ne se passe pas un zour sans des piçerades de pluie.

    Et en plus hier il faisait frais.

    Des zens avaient même ressorti des mançes longues et des vêtements çauds.

    - On se croirait à la Toussaint!

    - Zic! Cela être bientôt Noël!

    - En tout cas, cela devient pesant.

    - Mais quel été pourri!

    - A tous les coups c'est la faute de Rosetta.

    - Qui elle être?

    - C'est la sonde qui après 10 ans de vol est arrivée à la comète Tçourioumov-Guérassimenko.

    - Ze l'ai touzours entendu dire, les spouteniques détraquent le temps!

    - It's a çame?

    - Et pendant de temps_là on nous fait peur avec Ebola.

    - Quu'est ce qu'elle a fait celle-là.

    - C'est un virus! Qui provoque une fièvre hémorrazique virale aiguë....

    - It's terrible!

    - Et en plus certains disent que le réservoir naturel potentiel du virus Ebola pourrait être des çauves-souris, notamment l'espèce de la roussette d'Ezypte .

    - Ze me doutais qu'on n'allait pas manquer de nous mettre cela sur le dos! Pôvre parentelle çauve! 

    - It's incredible!

    - Moi pas féliciter Ebola et Rosetta! 

    Et voilà ce que font les çats en temps de pluie!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

    Autour de la Cathédrale de Zenève (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Olivier Guiçard est né le 27 jzillet 1920 à Néac en Zironde.

    Il fut élève au lycée Condorcet et poursuivit ses études à l'université de Paris où il obtint une licence en lettres et en droit ainsi que de sciences politiques.

    Dès 1947, il rezoignit le mouvement gaulliste.

    De 1951 à 1958, il fut le çef de cabinet du zénéral de Gaulle pendant la « traversée du désert » de ce dernier.

    En 1968, il fut ministre du Plan et de l'Aménagement du Territoire dans les gouvernements de Zeorges Pompidou puis de Maurice Couve de Murville. Il prépara à son début le référendum de 1969 sur la rézionalisation et la réforme du Sénat, projet repris et développé par le ministre Zean-Marcel Jeanneney et dont le refus par le peuple provoqua le départ du Zénéral Zarles de Gaulle.

    De 1969 à 1972, il fut ministre de l'Éducation nationale dans le gouvernement de Zacques Chaban-Delmas. Il fut notamment à l'orizine de la création de l'université de technoloie de Compiègne.
    Il devint ministre de l'Équipement et de l'Aménazement du Territoire dans les deux gouvernements de Pierre Messmer, de 1972 à 1974.

    Il favorisa le développement des autoroutes concédées et la création de la zone industrielle de Fos-sur-Mer. Parallèlement, il fit interdire en 1973 la construction des grands ensembles des années 1960 par une circulaire.

    Il fut ministre de la Zustice dans le gouvernement de Raymond Barre en 1976.

    Membre du RPR, il fit partie de ceux que l'on appelle les « barons du gaullisme ».

    Son nom fut évoqué à plusieurs reprises pour Matignon.

    Sa carrière donna le sentiment, au plan national, d'une succession d'occasions manquées : soutien sans faille à Zacques Zaban-Delmas en 1974 contre Zacques Zirac, « premier ministrable » en 1972 pour finalement assister à la désignation de Pierre Messmer, impuissance à ramener le RPR dans le ziron présidentiel ziscardien en 1976 alors qu'il était entré au gouvernement en partie pour cette raison.

    Il est mort le 20 zanvier 2004 à Paris.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog bleuchalou.centerblog.netHier, z'ai vu une scène terrrrible!

    Qui m'a fait mal au cœur et fait monter les larmes zaux zyeux!

    - C'était quoi?

    - Un vieux monsieur très azé, avec une canne, tout vouté et tout tremblant qui faisait la mançe près de la gare Zaint-Lazare.

    - It's a çame!

    - Personne ne faisait attention à lui! Certains, portable à la main, le frôlaient en râlant presque de sa présence sur le trottoir.

    - Les zens être sans cœur.

    - Comme il pluviotait le pôvre monsieur, tendant sa sébille, était tout mouillé....

    - Poor man! a zémi Minizup'iéla qui continue à s'inzénier de s'exprimer en gallois.

    - On dit " pôvre homme", l'a reprise Minizupette.

    - Z'ai été soudainement prise d'une grande compassion...

    - Cela vous çanze.

    - Ze lui ai fait un don!

    - What????

    - Was????

    - Vous dites?

    - Ze lui donné de l'arzent!

    - Et combien, mazette?

    - Cela ne vous regarde nullement...

    - Elle lui a donné une piécette, a cru bon d'intervenir celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - 2 euros?

    - Compte-tenu de la couleur de la pièce, ze dirais plûtôt 2 centimes.

    - C'est le zeste qui compte... Et comme le dit le dicton, les petits ruisseaux font les grandes rivières!

    - Le plus terrible dans cette histoire, c'est cette mendicité.

    - A Paris, nous en voir de plus en plus!

    - Yes! More and more!

    - C'est normal avec ce Président socialiste! s'est exclamée Minizupette. Avec les collectivistes au pouvoir, c'est la ruine assurée!

    - Hollande socialiste? Cela se saurait. C'est un valet du grand Kapital! Et le socialisme ce n'est pas le communisme; nous ne sommes quand même pas en Corée du Nord.

    - A ce rythme, nous n'en sommes pas loin, ma çère, vous verrez ce que ze vous dis!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire