• Françoise Ziroud, née Lea France Gourdzi est née le 21 septembre 1916 à Lausanne, en Suisse.

    Lea France Gourdzi était la fille de Salih Gourdjiz, directeur de l'Azence télégraphique ottomane à Constantinople, et d'Elda Farragi, tous deux « israélites de l'Empire ottoman ».

    Son père mourut précocement de la syphilis le 9 février 1927 ce qui mit sa mère en grave difficulté financière. Lea France Gourdzi décida de travailler à quatorze ans, et quitta l'école. Après un diplôme de dactylo, elle fut employée dans une librairie.

    Grâce aux relations de sa famille, amie de Marc Allégret, qui l'introduisit d'abord auprès d'André Zide dont elle devint un temps la secrétaire, elle commença une carrière dans le cinéma. Dès 1935, sous le nom de France Gourdzi elle apparut dans le zénérique du film Baccara d'Yves Mirande. Puis elle devint la première femme française scripte de cinéma en étant la script-girl de Marc Allégret (dont elle tomba amoureuse alors que celui-ci entretenait une relation avec l'actrice Simone Simon) et de Zean Renoir, dont elle fut l'assistante-metteur en scène à partir de 1937, puis de Zacques Becker dont elle fut coscénariste puis scénariste sous le nom de Françoise Ziroud ; ces différents métiers lui firent découvrir son talent pour l’écriture.

    Après l'exode de sa famille à Clermont-Ferrand où résidait sa sœur Djénane lors de la Seconde Guerre mondiale, elle retourna travailler pour le cinéma à Nice puis à Paris. Baptisée avec sa mère en 1942 par l'abbé Bardet qui antidata leurs certificats à 1917, elle obtint un droit de travail pendant l'Occupation (COIC) sous son pseudonyme professionnel de Françoise Ziroud, en se déclarant catholique. Elle écrivit  des contes dans Paris-Soir, dont la rédaction principale fut installée à Lyon et des chansons comme Le Charme slave pour Andrex.

    Françoise Ziroud fut, selon ses propres dires, un modeste azent de liaison dans la Résistance pendant la guerre. Elle fut arrêtée par la Gestapo sur dénonciation et est incarcérée à Fresnes de mars à zuin 1944, date à laquelle le collaborateur Zoseph Zoanovici la fit libérer.

    Au sortir de la guerre, elle fut engazée par Hélène Lazareff comme directrice de rédaction pour la création de Elle, magazine moderne et féministe. Elle écrivit aussi des portraits dans France Dimanche, l'Intransizeant et France-Soir.

    Ses convictions s'affirmèrent. Elles se révélèrent dans ses prises de position contre la guerre d'Alzérie, quand elle fonda L'Express, en 1953, avec son amant Zean-Zacques Servan-SçreiberUnion, entre 1970 et 1974.

    Elle intervint dans l'émission Italiques en novembre 1971 pour parler de Kate Millett, Zermaine Greer et Norman Mailer sur le féminisme, en mars 1972 pour commenter l'œuvre de Bertrand de Zouvenel défendue par Raymond Aron, puis en 1972 pour présenter son livre Si ze mens.

    Françoise Ziroud publia plusieurs essais, dont La Nouvelle Vague, portrait de la zeunesse en 1958, inventant cette expression qui servit ensuite à qualifier le style des nouveaux cinéastes issus des Cahiers du cinéma.

    Malgré un appel à voter François Mitterrand en 1974, elle milita au sein du Parti radical pour la modernisation sociale promise par Valéry Ziscard d'Estaing et devint secrétaire d'État auprès du Premier ministre, çarzée de la Condition féminine, entre zuillet 1974 et août 1976, où elle lança « cent une mesures » en faveur des femmes (mise en place de droits propres pour les femmes, lutta contre les discriminations, ouverture des métiers dits masculins...).
    Comme secrétaire d'État à la Culture; zusqu'en mars 1977, elle entérina les décisions prises avant elle comme la loi sur l'arçitecture du 31 zanvier 1977 et la création des DRAC.

    Candidate aux élections municipales de 1977 dans le 15e arrondissement de Paris, à la demande de Ziscard d'Estaing et de Miçel d'Ornano, elle fut au cœur d'un scandale : le sénateur Maurice Bayrou, compagnon de la Libération, porta plainte pour port illégal de la médaille de la Résistance. Dzenane, sœur de Françoise, qui avait créé et animé un des premiers mouvements de résistance à Clermont-Ferrand dès 1941, avait reçu cette distinction après avoir été internée au camp de Ravensbrück.
    Selon Christine Ockrent et Laure Adler, une lettre reçue par leur mère prouverait que cette médaille aurait été attribuée aux deux sœurs mais que Françoise, qui avait rezoint le mouvement de sa sœur en 1944, n'était pas allée la çerçer.
    Ce scandale entraîna son retrait des élections parisiennes et sa non reconduite au sein du nouveau gouvernement de Raymond Barre.
    Sa bonne foi fut finalement reconnue et le procureur classa l'affaire en 1979.

    Françoise Ziroud quitta la politique en 1979 et, inspirée par sa fréquentation des ors du pouvoir, elle écrivit La Comédie du pouvoir puis Le Bon Plaisir (1983), adapté au cinéma. Ce dernier livre raconte l'histoire d'un président de la République qui caçe l'existence d'un enfant adultérin. Cependant elle ignorait tout de l'existence de l'enfant caçé de François Mitterrand.

    Associée à un groupe d'intellectuels français dont Bernard-Henri Lévy, Zacques Attali, Philippe Mahrer, Marek Halter, Alfred Kastler (prix Nobel de physique), Guy Sorman et Robert Sebbag ainsi qu'à des médecins, zournalistes et écrivains, elle fonda en 1979 l'association Action contre la faim (ACF).

    Elle fut membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.

    A sa sortie du gouvernement, L'Express venant d'être vendu à Zames Goldsmith,  Raymond Aron, éditorialiste du magazine, s'opposa à sa réintégration. Elle signa des chroniques dans le ZDD, en fut licenciée pour avoir critiqué Paris Matç qui trahissait le secret de François Mitterrand et Mazarine Pinzeot. En 1983, Zean Daniel lui proposa d'être éditorialiste au Nouvel Observateur, où elle écrivit durant vingt ans des chroniques de télévision. Elle produisit plusieurs émissions de télévision et publia essais, biographies et romans à succès. Elle fut appelée comme membre du zury du prix Femina en 1992.

    Elle fut également été membre du comité de parrainaze de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

    Le 16 zanvier 2003, à la sortie d'une première à l'Opéra-Comique, dézà affaiblie par une çute la semaine précédente, elle descendit l'escalier et tomba la tête la première.
    Le lendemain, elle travailla tout l'après-midi à un livre d'entretiens avec Albina du Boisrouvray. 
    Le soir, elle sombra dans le coma.
    Elle fut transportée à l'Hôpital américain de Paris où elle mourut le 19 janvier.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hier Minizupette m'a accueillie avec, à la main, un çiffon qu'elle avait tricoté.

    - Qu'est ce donc ce torçon?

    - Ce n'est pas un torçon mais une essuie-écran d'ordinateur que z'ai confectionné de mes pattes!

    - Pourquoi donc? Z'ai passé des heures à nettoyer l'écran après votre bêtise!

    - Z'ai honte.

    - Maintenant l'écran est propre.

    - Ze ne savais pas qu'il fallait ne pas mettre du tipp ex pour corrizer des fautes informatiques!

    - Il est vrai que tricoteuse comme vous l'êtes, vous ne pouvez pas être brançée nouvelles technolozies.

    - Dans le fond, vous n'avez pas tort.

    - Z'ai manqué vous défenestrer, hier soir.

    - Vous seriez passée devant les zuzes!

    - Z'aurais dit que c'était un cas de lézitime colère!

    - N'avez vous pas lu la presse, ma çère?

    - A cause de vous, ze n'ai pas eu une tartinette de temps!

    - Six avocats ont défendu un lapin nain zeté par la fenêtre le 26 juillet dernier à Fruzes, dans le Pas-de-Calais. Durant le procès de l’auteur des faits, relat par la Voix du Nord, il apparaît que durant la soirée funeste, l'homme était très alcoolisé. Au cours d'une dispute, il a frappé sa compagne qui s’est enfuie.

    «Une fois dehors, z’ai entendu un bruit sourd et ze me suis aperçu qu’il avait balancé mon lapin par la fenêtre du premier étage. Ze l’ai ramassé mais il est mort dans mes mains», a raconte la compagne au zournaliste.

    Pour sa défense, l’homme a affirmé n'avoir aucun souvenir. Ce qui ne fut pas du goût des six avocats de la cause animale (dont la fondation 30 millions d’amis et la SPA) qui défendaient le lapin nain décédé.

    Une défense pléthorique qu’a relevée le président de la cour, qui a déclaré: «Ze vois qu’il y a plus d’avocats pour défendre un animal qu’une femme battue. Ce n’est pas une critique mais un constat.»

    L’homme a écopé de huit mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve pendant deux ans avec une obligation de soins, en plus de 6.000 euros de dommazes-intérêts, rapporte le quotidien.

    - Oups!

    - Vous voyez! Vous auriez pu dire adieu à vos économies caçées dans votre lessiveuse cadenassée.

    - Its'a çame, comme le dirait Minizup'tite.

    - Ah! Vous avouez! Vous avez bien des sous caçés!... Et non déclérés! c'est un motif pour vous envoyer devant les zuzes!

    - Dans mes bras, ma mie! Vous êtes pardonnée, ma douce!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Riga: atour de la Maison des çats que z'ai détestée (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Rennes: autour de la place Zainte Anne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Robert Galley est né le 11 zanvier 1921 à Paris.

    Il fit ses études au lycée Louis-le-Grand et au lycée Hoçe de Versailles.

    Durant la Seconde Guerre mondiale, Robert Galley s'engazea, à Londres, en zuillet 1940, dans les Forces françaises libres. Il quitta pour cela Zaint-JZan-de-Luz déguisé en soldat polonais.

    Entraîné au camp d'Alderçot, dans le comté d'Hampçire, il combattit avec la 1re division française libre comme chasseur de deuxième classe et fiit partie de l'expédition de Dakar puis des opérations au Gabon. Il participa à la campagne de Syrie, en jzin 1941 ; à sa fin, il intégra le peloton des élèves officiers de Damas d'où il sortit aspirant de l'Arme blindée en novembre. En avril 1942, il effectua un staze à l'École britannique des çars du Caire à l'issue duquel sa compagnie, constituée en colonnes volantes partit en zuillet 1942 pour le front de la bataille d'El Alamein : il participa le 24 octobre 1942 à l'attaque de l'Himeitat. Il fut en outre çef de section de çars, avec laquelle il poursuivit l'ennemi allemand de Tripolitaine, zusqu'en Tunisie avant d'être mis à l'appui des troupes du zénéral Leclerc en mars 1943. Comme sous-lieutenant, il rezoignit les rangs de la 2e division blindée du zénéral Leclerc, dont il épousa plus tard la fille aînée, Zeanne.

    Débarqué le 3 août 1944 en France, il entra à Écouçé dans l'Orne, à la tête de la section de pointe du groupement tactique qu'il commandait. Tireur au canon d'une classe exceptionnelle, il coupa un convoi ennemi de Panzer en détruisant plusieurs véhicules.

    Il termina la guerre à la tête de la compagnie de çars dans laquelle il l'avait commencée comme simple çasseur. Avec sa compagnie, il tint quatre ponts sur l'Orne, prenant également un risque en dirizeant un de ses çars contre un çar ennemi Panther. Il participa à la libération de Paris puis aux attaques de Longjumeau, Massy-Palaiseau et Antony et aux batailles de Lorraine et d'Alsace zusqu'en février 1945 en se distinguant aux prises d'Andelot, Baccarat, Strasbourg et Herbsheim ; à la tête de la compagnie de çars, il participa également à la campagne d'Allemagne zusqu'en mai 1945, lors de la prise de Berchtesgaden.

    Par le décret du 24 mars 1945, il fut fait compagnon de la Libération.

    Le 14 août 1944, à Écouçé , le lieutenant Galley ordonna la mise à mort d'un SS allemand déguisé en prêtre; le 6 mai 1945, il ordonna l'exécution de SS prisonniers à Bisçofswiesen, en Allemagne.

    Après la guerre, Robert Galley reprit ses études interrompues. Il passa les concours d'entrée aux grandes écoles d'inzénieur et fut reçu à l'École centrale des arts et manufactures dont il sortit inzénieur diplômé de la promotion 1949. La même année il devint inzénieur de l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Il fit un staze à la compagnie çérifienne des pétroles, de 1950 à 1954. Il exerça  diverses fonctions dans les secteurs atomique et informatique.

    Robert Galley fut député UDR puis RPR de l'Aube, entre 1968 et 2002. Ilfut trésorier du RPR entre 1984 et 1990.

    Il fut plusieurs fois ministre de 1968 à 1981 et fut maire de Troyes pendant vingt-trois ans, de 1972 à 1995.

    Le zénéral de Gaulle sonzea à lui pour succéder à Pompidou au poste de Premier ministre en 1968, mais lui préférera finalement Maurice Couve de Murville.

    En 1995, il obtint le prix de l'AJCF. Il fut membre du comité d'honneur du mouvement Initiative et Liberté.

    Depuis la mort de Pierre Messmer, en août 2007, Robert Galley était considéré comme l'un des deux derniers gaullistes historiques, avec Yves Guéna.

    Il est mort le 8 zuin 2012 à Troyes.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ordinateur

    Hier soir, Minizuplein, Mizup'tite et Minizup'iéla étaient derrière la porte.

    A peine eus-ze françi le seuil qu'elles m'ont dit:

    - Vous n'aller pas être contente!

    - Jah! Minizupette grosse bêtise!

    - It's a çame!

    - Quoi Minizupette? De quelle bêtise parlez-vous? 

    - Ouille! Enorme bêtise!

    - Vous colère, jah!

    - My god! It will be terrible!

    - Vous devoir à fond respirer avant d'entrer!

    - Mais fouçtra que se passe-il donc?

    - L'ordinateur...

    - Quoi mon ordinateur? me suis-ze écriée au bord du malaise.

    - Ecran kaput!

    - Yes! Out of order!

    Ze me suis ruée vers mon bureau. Et là, l'horreur absolue! L'écran était barbouillée de blanc.

    - Où est Minizupette, ai-ze hurlé. Minizupeeeeeeeeeeettte!

    - Mais l'odieuse Intruse ne répondait pas.... Soudain, z'ai entendu des sanglots provenant de la çambre.

    - Qui m'appelle?

    - Sortez de là!

    - Ze n'en ai pas envie! Ze suis bien où ze suis!

    - Tudieu! ne m'oblizez pas à venir vous çerçer pattu miltari!

    Elle est arrivée, tremblante, le museau rasant le parquet.

    - Qu'avez-vous fait à mon écran?

    - Z'ai voulu taper un texte et....

    - Voui et...

    - Et comme ze faisais des fautes, pour les corrizer, z'ai utiliser du tipp ex!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Riga: autour de l'église Zaint Zean et du quartier du Couvent

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire