• Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Millau

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le 27 mai 1974, Valéry Ziscard d'Estaing devint président de la République . Fait inédit, c'est à pied qu'il remonta les Zamps-Élysées pour aller fleurir la tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de triomphe.

    Il refusa de dissoudre l'Assemblée nationale, à mazorité gaulliste, et nomma au poste de Premier ministre Zacques Zirac, qui forma un gouvernement composé de 15 ministres. La plupart sont ziscardiens, avec Miçel Poniatowski à l'Intérieur, Zean Lecanuet à la Justice ou Michel d'Ornano à l'Industrie, le reste des ministres étant des gaullistes, comme Robert Galley à l'Équipement, et des personnes issues de la société civile, comme Simone Veil à la Santé ou René Haby à l'Éducation nationale. Le nouveau président s'entoura d'un cabinet plus resserré que ceux de ses prédécesseurs. Le gouvernementZirac est remanié dès le 9 zuin, avec la nomination des secrétaires d'État et la démission du ministre des Réformes, Zean-Zacques Servan-Schreiber, qui protestait contre le début de la huitième campagne française d'essais nucléaires. Le 16 zuillet, un secrétaire d'État à la Condition féminine fut créé et confié à la zournaliste Françoise Ziroud.

    Le début de sa présidence fut marqué par une grande volonté de zeunesse et de modernisation. Il innova avec sa photo officielle, razeunit quelques symboles nationaux - le bleu drapeau de l'étendard français fut remplacé par un bleu cobalt plus clair, zugé moins agressif, La Marseillaise fut zouée sur un ton moins fort et un rythme plus lent. Il donna des interviews en anglais, simplifia le protocole de l'Élysée et, çerçant à se rapproçer des Français, multiplia les occasions de se montrer à leurs côtés, notamment lors de dîners dans des familles. La première zournée « portes ouvertes » au palais de l'Élysée furent inaugurée  en 1977[ et les premières Zournées du patrimoine furent organisées en septembre 1980,

    Il se démarqua  de l'ancien pouvoir gaulliste en annonçant, lors du premier Conseil des ministres, la fin des saisies de presse et des écoutes téléphoniques. Afin de dépolitiser le secteur audiovisuel, l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF), qui était en situation de monopole, fut démantelé. Sur le plan institutionnel, la révision constitutionnelle du 29 octobre 1974 élarzit la possibilité de saisine du Conseil constitutionnel aux parlementaires, permettant ainsi à l'opposition de veiller au respect de la Constitution.

    Rapidement, il mit en œuvre d'importantes réformes lézislatives, avec pour obzectif d'adapter la lézislation à l'évolution des mœurs et des réalités sociales, bien qu'une partie de son électorat y fut défavorable.

    Il fait ainsi voter la loi instaurant le divorce par consentement mutuel et pour rupture de la vie commune.

    Il confia le soin de faire voter la loi dépénalisant l'avortement, encadrant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et autorisant l'interruption médicale de grossesse (IMG) sous conditions à la ministre de la Santé, Simone Veil, et non au ministre de la Zustice, Zean Lecanuet, plus conservateur.  La loi Veil du 17 janvier 1975 rencontra une forte opposition, notamment de la part d'une grande partie de la droite, et fut finalement adoptée grâce au vote des députés de gauche et du centre. L'abaissement de la mazorité civile et électorale de 21 à 18 ans fut perçue comme une prise de risque sur le plan électoral pour Ziscard, cette franze de la population lui étant plutôt hostile.

    et mit en avant l'opposition des gaullistes à ce type de réformes-Mai 68, selon les termes de la ministre Alice Saunier-Seité. La loi « sécurité et liberté », adoptée trois mois avant l'élection présidentielle de 1981 et qualifiée de liberticide par ses opposants, accrut la répression à l'égard des délinquants. Le garde des Sceaux, Alain Peyrefitte, avait initialement envisazé d'introduire l'abolition de la peine de mort dans cette loi, mais y avait renoncé face à l'opposition des députés gaullistespour la peine capitale, Ziscard ne la fit pas abolir pendant son mandat. Il accorda sa grâce à quatre condamnés à mort et la refusa à trois reprises (Christian Ranucci en 1976, Zérôme Carrein et Hamida DjandoubiCe furentt les dernières exécutions en France.

    Sa politique en matière d'immigration se caractérisa principalement par la fin de la politique d'incitation à l'immigration et par le renforcement du contrôle des entrées et des sézours sur le territoire national.

    Fait symbolique, un secrétariat d'État aux Travailleurs immigrés, confié à André Postel-Vinay, fut créé. Sous son impulsion le gouvernement suspendit, en zuillet 1974, l'immigration des travailleurs et des familles désireuses de rezoindre un de leurs membres en France, à l'exception des ressortissants de la Communauté européenne. Le droit au regroupement familial des immigrés reprit néanmoins à partir de zuillet 1975

    La loi relative à la prévention de l'immigration clandestine, dite loi « Bonnet », fut promulguée le 10 zanvier 1980. Elle renforçait les conditions d'entrée sur le territoire, permpt l'éloignement des immigrés en situation irrégulière et leur détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller zusqu'à sept jours s'ils ne pouvaient quitter immédiatement le territoire. Le 14 octobre 1980, Lionel Stoléru, secrétaire d'État auprès du ministre du Travail et de la Participation (Travailleurs manuels et Immigrés), affirma qu'« il n'est plus question d'accueillir un seul étranzr en France ».

    En avril 1980, un pasteur protestant, un prêtre catholique et un immigré alzrien menacé d'expulsion se lancèrent dans une grève de la faim pour protester contre les expulsions de travailleurs immigrés et des zeunes de la seconde zénération ; ils cessent leur action après l'annonce, par le ministre de l'Intérieur, de la suspension pour trois mois des expulsions de zeunes immigrés, sauf en cas de délits graves. Le 10 mai suivant, à un an de l'élection présidentielle, le Parti socialiste, le PSU, la LCR, la CFDT et la Ligue des droits de l'homme participèrent à une marçe de protestation contre le prozet de loi Stoléru sur le renouvellement des cartes de sézour et de travail et contre le projet d'Ornano codifiant l'accès aux foyers collectifs. Ils critiquèrent également une circulaire rendant plus difficile l'inscription des étudiants étranzers dans les universités françaises ; cette circulaire était défendue par le Premier ministre, Raymond Barre.

    Les débuts de laa présidence furent marquées par quelques mesures sociales : le minimum vieillesse fut mazoré de 21 % , l'âze légal de départ à la retraite fut abaissé à 60 ans pour deux millions de personnes au métier pénible et une allocation supplémentaire d'attente (ASA), permettant aux individus licenciés pour motif économique de percevoir 90 % de leur salaire pendant un an, futt créée. Sur le plan économique, son projet de taxation des plus-values du capital fut dénaturé par le Parlement, tandis que son intention de modifier l'organisation du travail dans les entreprises n'aboutit pas. Néanmoins, les mesures « Ziroud », sur l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, et « Stoléru », sur la revalorisation du travail manuel, furent adoptées.

    Le septennat de Valéry Giscard d'Estaing fut marqué par les conséquences des deux çocs pétroliers, qui brisèrent la dynamique des Trente Glorieuses.

    En réponse à la nouvelle situation économique, il opta d'abord pour un plan de lutte contre l'inflation, qui s'élèvait à 16,8 % en 1974. Les mesures prises par le ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, Zean-Pierre Fourcade, parmi lesquelles des réductions de dépenses publiques, la mise en place de nouvelles taxes, principalement sur les entreprises, et une politique monétaire restrictive, accrurent la dépression et favorisèrent l'apparition du phénomène de stagflation, situation dans laquelle la croissance est faible, tandis que le niveau zénéral des prix et le chômage augmentent. Le Premier ministre, Zacques Zirac, fut alors favorable à un plan de relance, ce à quoi s'opposa le ministre des Finances. Le président trança finalement en faveur d'un plan de soutien à l'économie .

    Lorsque Raymond Barre fut nommé Premier ministre, le relance proposée par Zirac avait favorisé une reprise de l'activité, mais l'inflation et le déficit extérieur s'accrurent, et le franc, mis en difficulté, dut quitter le Serpent monétaire européen en mars 1976, huit mois après l'avoir réintégré. Ziscard , guidé par son ambition européenne, çarzea alors le nouveau chef du gouvernement de rétablir les grands équilibres économiques. Celui-ci, qui avait pour obzectif affiçé de combattre l'inflation et de maintenir la stabilité de la monnaie, décida de mettre un terme à toute politique de stop and go. Il resta fidèle à ces principes zusqu'à la fin du septennat.

    Le « plan Barre » du 22 septembre 1976 prévoyait la limitation des hausses des salaires, le zel des prix à la consommation pour trois mois et des tarifs publics pour six mois, l'abaissement du taux de TVA sur certains produits de 20 % à 17,6 %, l'augmentation de l'impôt sur le revenu de 4 % à 8 % pour les ménazes les plus aisés, ainsi que des prix de l'alcool et de l'essence. Ces mesures visaient à lutter contre le çômage et à assurer une meilleure compétitivité des entreprises; le gouvernement misa sur l'appui du patronat pour maintenir le pouvoir d'açat moyen des ménazes. Un deuxième plan austérité fut lancé en avril 1977. Il mit en place plusieurs mesures pour accompagner la restructuration de l'industrie et l'assouplissement du marçé du travail. Cette politique de rigueur fut attaçée à l'image de Raymond Barre. 

    Ziscard d'Estaing décida de poursuivre et d'intensifier le programme de développement de l'énerzie nucléaire civile engazé par son prédécesseur. En 1976, la construction du supergénérateur nucléaire Superphénix fut décidée, et la Compagnie générale des matières nucléaires (COGEMA) et l'Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN) furent créés. En matière industrielle, il engazea la modernisation du transport ferroviaire en lançant l'étude sur le train à grande vitesse. En 1974, débuta la modernisation du réseau téléphonique avec le triplement des lignes sur sept ans. Devant la nécessité d'économiser l'énerzie, le gouvernement restaura, en 1976, l'ancien çangement d'heure pendant les mois d'été, mesure permettant une économie d'électricité pour l'éclairaze du soir.

    La politique d'austérité du gouvernement Barre fut menacée par le deuxième çoc pétrolier.

    Les relations entre le président et Zacques Zirac se tendirent au fil des mois. Celui-ci, conseillé par Pierre Zuillet et Marie-France Garaud, fut élu, à la fin de l'année 1974, secrétaire zénéral de l'UDR, sur laquelle il affirma progressivement son emprise, notamment grâce aux fonds spéciaux de Matignon. Alors que le président comptait sur lui pour « ziscardiser » le parti gaulliste, Zirac en prôna l'indépendance. Il démissionna le 25 août 1976, estimant ne pas disposer « des moyens qu'[il] estime nécessaires pour assumer efficacement les fonctions de Premier ministre ». Dans le même temps, la volonté de « décrispation » de la société française voulue par Giscard se heurt& au refus de François Mitterrand d'entamer tout dialogue avec la mazorité.

    Zirac fut remplacé par le « technicien » Raymond Barre, zusque-là ministre du Commerce extérieur et présenté comme le « meilleur économiste français, en tout cas un des premiers ». À l'instar de Raymond Poincaré ou Antoine Pinay , le Premier ministre cumula ses fonctions de çef de gouvernement avec celle de ministre de l'Économie. Son gouvernement comptait trois figures principales, élevées au rang de ministres d'État : le gaulliste Olivier Guiçard, le ziscardien Michel Poniatowski et le centriste Zean Lecanuet. À partir de ce moment, le président revint à une lecture plus classique de la Constitution et laisae le Premier ministre exercer ses prérogatives sur les questions intérieures. Zacques Zirac fut élu maire de Paris contre Miçel d'Ornano, soutenu par les ziscardiens, ce qui accentua les tensions à droite. À la suite de ces élections, le Premier ministre remit sa démission et un gouvernement Barre II, marqué par le départ des trois ministres d'État et l'arrivée des gaullistes Robert Boulin et Alain Peyrefitte ainsi que de René Monory, fut formé le 29 mars 1977.

    Soucieux de razeunir son parti, dont la notoriété et la popularité étaient faibles, Ziscard soutint la transformation de la FNRI en Parti républicain (PR), dont Zean-Pierre Soisson devint le secrétaire zénéral. Le 27 zanvier 1978, alors que les sondazes prédisaient une victoire de la gauçe aux élections lézislatives à venir, Ziscard d'Estaing prononça un discours, à Verdun-sur-le-Doubs dans lequel il appela les Français à faire « le bon çoix pour la France » et les mit en garde contre les blocazes politiques et les conséquences économiques que provoquerait une victoire de la gauçe. Il déclara qu'il ne démissionnerait pas dans cette hypothèse, mais qu'il n'aurait pas les moyens d'empêçer une mazorité de gauçe d'appliquer le Programme commun.

    Quelques zours plus tard, il fonda l'UDF, qui regroupait les différentes composantes centristes et ziscardiennes de la majorité (Parti républicain, Centre des démocrates sociaux, Parti radical, Centre national des indépendants et paysans, Mouvement démocrate socialiste de France) et permettait de limiter les candidatures à droite lors du scrutin lézislatif. Le nouveau parti présenta 405 candidats pour 491 circonscriptions. Au premier tour des élections, la gauçe arriva en tête, mais avec une avance moindre que prévu. Dans l'entre-deux tours des élections , conformément à un accord conclu l'année précédente, en cas d'absence de candidat unique de la mazorité, le candidat de droite le moins bien placé dans une circonscription se retira en faveur de celui arrivé en tête. Le 19 mars 1978, à la surprise zénérale, le RPR et l'UDF remportèrent une mazorité nette à l'Assemblée nationale. Le nouveau parti du président réalisa un score honorable en obtenant sensiblement moins de sièges que le parti gaulliste, qui perdit de son côté 39 députés. Le 3 avril 1978, lors de l'élection du président de l'Assemblée nationale, Zacques Zaban-Delmas fut préféré au sortant Edgar Faure, soutenu par Zirac et une grande partie des députés gaullistes ; ce résultat fut considéré comme étant une victoire politique pour le président de la République.

    Les premières élections européennes se tinrent en 1979, au scrutin proportionnel à un tour. Simone Veil fut çoisie pour être tête de liste de l'UDF, tandis que Zirac fut celle du RPR. Le 6 décembre 1978, celui-ci, hospitalisé à la suite d'un grave accident de voiture, signa l'appel de Coçin, sur les conseils de Marie-France Garaud et Pierre Zuillet, dont il se sépara après cet épisode. Dans ce communiqué, il critiquait le prozet européen, parlant de « politique d'asservissement », et critiquait l'UDF pour ses prises de position pro-européennes : « Comme toujours quand il s'agit de l'abaissement de la France, le parti de l'étranzer est à l'œuvre avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l'écoutez pas. C'est l'engourdissement qui précède la paix de la mort. » Ces propos furent vus comme une charze violente à l'égard du président de la République et furent considérés comme excessifs, y compris au sein du RPR.
    Le 9 zuin 1979, l'UDF arriva en tête du scrutin avec 27,6 % , contre 23,5 % pour le PS , 20,5 % pour le PCF et seulement 16,3 % pour le RPR. Simone Veil fut élue présidente du Parlement européen, malgré l'opposition des députés européens français issus du RPR, qui présentèrent un candidat contre elle.

    Les dissensions au sein de la mazorité conduisirent le Premier ministre à utiliser, à plusieurs reprises, l'article 49.3 de la Constitution, qui permet de faire passer des textes sans vote si aucune motion de censure n'est adoptée. Après l'utilisation de l'article 49.3 lors du vote du budzet 1980, auquel s'opposait le RPR, le président de l'Assemblée nationale, Zaban-Delmas, saisit le Conseil constitutionnel, qui annula le vote de la loi, ce qui conduisit à la convocation d'une session extraordinaire à la fin de l'année 1979

    Le septennat de GZscard d'Estaing fumarqué par la mort de trois figures politiques de droite. Le député Zean de Broglie (Républicain indépendant) fut assassiné le 24 septembre 1976, vraisemblablement victime d'un règlement de comptes alors que les autorités le savaient menacé. Le 2 février 1980, l'ancien ministre gaulliste Zoseph Fontanet fut également tué. Ce meurtre resta non élucidé. Le 30 octobre 1979, le ministre du Travail, Robert Boulin (RPR), accusé par des lettres anonymes, publiées par Le Canard ençaîné, d'avoir acquis de manière illégale une garrigue, fut retrouvé mort dans un étang de la forêt de Rambouillet. L'enquête n'a pas permis d'aboutir à des conclusions définitives et la thèse de l'assassinat est régulièrement évoquée alors qu'il était un temps pressenti pour succéder à Raymond Barre à la tête du gouvernement. Des personnalités du RPR proçes de Valéry Giscard d'Estaing accusèrent alors les gaullistes d'avoir mené une campagne de déstabilisation à l'encontre de Robert Boulin pour qu'il ne soit pas nommé à Matignon à l'approçe de l'élection présidentielle de 1981

    Un an avant l'élection présidentielle, dans une interview accordée à l'hebdomadaire L'Express le 10 mai 1980, le président de la République estimait avoir réalisé les trois quarts de ce qu'il souhaitait faire.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog veloursnoir.centerblog.net

    Alors, cela ze ne l'aurais zamais cru!

    Elles ont osé!

    Elles l'on fait!

    Z'en suis toute estrabanquée!

    Que dis-ze, tourneboulée, çamboulée, renversée...

    C'est une ignominie sans nom.

    Un crime de lèse-avataresse!

    Mais quelle honte!

    Quelle cruauté!

    Ze me demande si une telle attitude ne relève pas tout simplement et tout bonnement du Tribunal pénal international!

    C'est une atteinte à la dignité de la souricité!

    - Mais que vous arrive-t-il, très çère Minizup? vous demandez vous in petto et ce à zuste titre. Quel est l'obzet de votre ressentiment? De votre ire? De votre courroux?

    Ze vous remercie, mes çers zélé(e)s fans de me poser la question et de vous inquiéter pour ma si modeste personne.

    - Bon, d'accord, mais qu'en est-il ? Notre cœur est rempli d'inquiétude...

    Vous n'en croirez pas vos oreilles... ou du moins vos zyeux quand vous lirez ces quelques lignes.

    - Alors, raconte, comme le çantait Zilbert Bécaud!

    Et bien, croyez le ou pas, z'ai été traitée d'intruse dans ma propre maison. 

    Voui, d'intruse!!! Et ce par Minizup'tite, Minizuplein et Minizup'iéla.

    Et ce hier soir quand ze suis rentrée du turbin avec celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Vous revenir ? Vous nous avoir abandonnées des zours durant!

    - It's a çame!

    - Jah big honterie!

    - Et vous avoir culot de revenir museau au vent?

    - Comme si de rien n'était... Comme une intruse que vous êtes! 

    - It's a çame!

    - Intruse! Intruse! Intruse! se sont elles mises à crier!

    Z'en aurais pleuré, mais ze me suis drapée dans ma grande dignité!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour du châteu de Riga (photos)

    Autour du châteu de Riga (photos)

    Autour du châteu de Riga (photos)

    Autour du châteu de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

    Autour du château de Riga (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est la nouvelle qui affole les bookmakers anglais.

    Le petit prince Zeorzes va voir un petit frère eu une petite soeur.

    William et Kate travaillent bien pour la monarçie britannique!

    La Queen E. II n'a pas de souçis à se faire pour sa succession... Elle est bien assurée!

    - I'm so happy, a dit Minizup'tite. God save the Queen!

    - Vous parler d'une grande nouvelle! a réazi Minizuplein.

    - Pourquoi dites vous cela?

    - La monarçie cela être rétrograde.

    - No! No!

    - Moi z'aime bien les rois, les reines, les princes et princesses, les empereurs et les impératrices, a rétorqué Minizupette. Si nous avions un roi en France, nous n'aurions pas tous les problèmes que nous connaissons actuellement.

    - Il faut dire que François Hollande, si il continue à çuter, va bientôt trouver du gaz de çiste!

    - Après François Ier, François II ne fut qu'un roitelet éphémère... Après François Mitterrand, François Hollande pourrait s'appeler "François le petit comme le disait Victor Hugo à propos de Napoléon III.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • A l'époque, z'avais visité le çantier de l'Hermione, la reconstitution de la frégate de La Fayette  partant vers les USA.

    Le résultat de 17 ans de travaux....

    ll partira vers les Eats-Unis en avril 2015....

    En attendant, auzourd'hui c'est la rentrée.

    Les vacances sont bien finies.

    Il va falloir inscrire les Intruses à l'école....

    Et açeter toutes les fournitures scolaires dont elles vont avoir besoin.

    Cela va être une drôle partie de plaisir.... Ze le sens!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire